Botanique 101: la fleur

Par défaut
20171205A Petr Kratochvil, PublicDomainePictures.net.jpg

Cet hibiscus est un bon exemple d’une fleur simple: il porte un nombre normal de pétales et des étamines et stigmates bien en vue. Source: Petr Kratochvil, PublicDomainePictures.net

Nous avons probablement tous appris quelques rudiments de botanique à l’école… et en avons certainement oublié quelques aspects depuis. Dans un blogue sur le jardinage, il n’est donc pas si mauvais de faire un rappel de temps en temps de quelques éléments de botanique. En voici un, très simplifié, sur la fleur.

La fleur

20171205B Petr Dlouhý, Wikimedia Commons.png

Fleur typique: 1. Réceptacle; 2. Sépale; 3. Pétale; 4. Étamine; 5. Pistil. Source: Petr Dlouhý, Wikipedia

La fleur est l’organe reproducteur de la plante: le lieu où les graines, qui donneront naissance à la prochaine génération de la plante, sont produites à la suite du transfert du pollen venant normalement d’une autre plante de la même espèce.

Elle est portée sur une petite tige appelée pédoncule qui se joint à un réceptacle: la base de la fleur.

On appelle l’enveloppe extérieure de la fleur, surtout visible quand la fleur est en bouton, le calice. Il est constitué de sépales généralement verts, mais parfois colorés. Il peut à l’occasion y avoir une ou des feuilles colorées supplémentaires appelées bractées à la base de la fleur (c’est le cas du poinsettia, par exemple).

L’enveloppe intérieure de la fleur est appelée la corolle. Elle est souvent colorée et est composée de pétales.

Parfois, il y a peu de distinction entre les pétales et les sépales (lis, tulipes, hémérocalles). On parle alors de tépales.

La plupart des fleurs sont bisexuées (hermaphrodites): on y trouve la partie mâle et la partie femelle.

20171205C FRN www.funscience.in.jpg

Structure de l’étamine. Source: www.funscience.in

La partie mâle est composée d’étamines en forme de filet coiffé d’une anthère qui contient des sacs polliniques remplis de pollen (gamètes mâles). Le pollen est généralement transporté par les insectes, plus rarement par les oiseaux ou les mammifères ou encore, par le vent, et très rarement par l’eau (seulement certaines plantes aquatiques).

20171205E FRN www.funscience.in.jpg

Structure d’un carpelle. Source: Source: www.funscience.in

Le pistil (la partie femelle) est composé d’un ou de plusieurs carpelles, chacun constitué d’un ovaire enflé, d’un style tubulaire et d’un stigmate en forme de bouton. L’ovaire peut être simple ou composé et contient les ovules qui deviendront les graines. Quand il est mature, le stigmate devient collant et sert à capter les grains de pollen.

La fécondation

20171205H FRE,jpg.jpg

Lors de la fécondation, le grain de pollen produit un tube pollinique et féconde l’ovule. Source: jardinierparesseux.com

Une fois que le grain de pollen est déposé sur le stigmate, il émet un tube pollinique qui s’allonge jusqu’à l’ovaire par lequel les gamètes mâles peuvent pénétrer pour féconder l’ovule. Alors, un embryon se développe qui se transforme en graine. Quand la graine est mature et tombe au sol (ou sur toute autre surface appropriée), elle germe et produit une nouvelle plante.

Quelques exceptions

La plupart des fleurs (environ 90%) ont les deux sexes (elles sont hermaphrodites) et on les dit parfaites.

D’autres fleurs sont imparfaites. Elles peuvent être entièrement femelles ou entièrement mâles. Parfois, comme chez le kiwi (Actinidia spp.), les fleurs femelles ont des parties mâles visibles, mais non fonctionnelles. Le contraire aussi est possible: des fleurs mâles aux parties femelles visibles, mais non fonctionnelles.

Quand une seule plante porte des fleurs parfaites, elle est dite hermaphrodite, mais elle peut aussi être:

  • Monoïque: elle porte des fleurs mâles et des fleurs femelles séparées, mais sur la même plante (les courges, les concombres et les bégonias, par exemple).
  • Dioïque: elle porte des fleurs mâles et femelles sur deux plantes différentes (les saules, les peupliers et les houx, par exemple). Celle qui ne porte que des fleurs femelles est dite gynoïque; celle qui ne porte que des fleurs mâles, androïque.
20171205F Max Pixel.jpg

Tulipe double: toutes les étamines ont été converties en pétales. Source: Source: Max Pixel

Les fleurs doubles constituent un cas à part. Il s’agit de fleurs avec un nombre de pétales largement supérieur à la normale: un trait qui apparaît généralement sous forme de mutation. Cette caractéristique est généralement nuisible dans la nature, car elle empêche souvent la pollinisation, mais est très prisée chez les jardiniers et on cultive beaucoup de fleurs doubles dans nos jardins. Parfois, ce sont vraiment les pétales qui se multiplient de façon anormale, ou encore, les sépales, mais habituellement, les fleurs doubles surviennent quand les étamines se transforment en pétales: on les appelle alors étamines pétaloïdes.

Les fleurs semi-doubles ont plus de pétales que les fleurs simples (la forme normale des fleurs dans la nature), mais ont habituellement des étamines non mutées bien visibles au centre de la fleur.

Inflorescences composées

L’inflorescence est la disposition des fleurs sur la tige d’une plante… et les possibilités de placement — individuel, en ombelle, en cyme, en épi, etc. — sont presque sans limites. Il faudrait bien qu’on discute éventuellement de ce sujet dans ce blogue, mais pour l’instant, je veux tout simplement clarifier la situation des inflorescences composées, car ce sont elles qui causent le plus de confusion chez les jardiniers.

20171205G pixio.com.jpg

Inflorescence composée. Source: pixio.com

Les inflorescences composées, soit celles de la très vaste famille des Astéracées (plus de 22 000 espèces), ressemblent à une fleur simple — on dirait des pétales entourant des stigmates et des anthères —, mais ce n’est pas le cas. Il s’agit plutôt de nombreuses fleurs minuscules (on les appelle fleurons) regroupées dans un capitule, c’est-à-dire serrées les unes à côté des autres. Parmi les exemples les plus courants, pensez aux tournesols, aux pissenlits, aux chardons et aux marguerites. Souvent, il y a deux sortes de fleurons: des fleurons tubulaires au centre qui forment un disque et qui sont généralement bisexués et fertiles et des fleurons ligulés (appelés rayons) qui entourent le disque et qui imitent alors les pétales des fleurs simples. Souvent, mais pas toujours, les rayons sont stériles et servent uniquement à attirer les pollinisateurs vers les fleurons tubulaires fertiles au centre.

Théoriquement, on ne devrait pas dire «fleur» en faisant référence à une Astéracée, mais toujours utiliser les termes inflorescence ou capitule, mais je dois faire mon mea culpa à ce sujet! Je brise cette règle régulièrement et d’ailleurs volontairement: il est trop facile d’appeler fleur ce qui ressemble à une fleur et je le fais quand je n’ai aucune raison spécifique de faire une distinction. J’espère que vous me pardonnerez.


J’espère que ce petit article vous a aidé à démystifier un peu le sujet complexe de la fleur!20171205B Petr Dlouhý, Wikimedia Commons.png

Publicités

Mythe horticole: Si une plante ne fleurit pas, elle doit être mâle

Par défaut

20170407B.jpgQuand une plante ne fleurit pas, c’est toujours un peu mystérieux. Après tout, la plupart fleurissent annuellement. Comment alors expliquer le fait que la vôtre ne fleurit pas?

Souvent quelqu’un de votre entourage vous offre ce qui semble être une réponse logique. «Si votre plante ne fleurit pas, c’est qu’elle doit être mâle.» Mais c’est tout simplement faux. Car les plantes mâles fleurissent aussi, nécessairement. Sinon, comment assurer la pollinisation et donc la fécondation des fleurs femelles?

Fleurs parfaites

20170407C.jpg

Fleur parfaite

De toute façon, la vaste majorité des plantes à fleurs, soit environ 90%, sont dites «parfaites»: elles sont hermaphrodites (bisexuées) et ont les deux sexes, soit des étamines (mâles) et un ou des pistils (femelles) dans la même fleur.

Certaines plantes sont toutefois monoïques: il y a des fleurs mâles et femelles séparées, mais sur la même plante. Les courges (Cucurbita spp.), les bégonias (Begonia spp.) et la majorité des conifères sont de ce groupe.

Environ 6% des plantes sont dioïques, c’est-à-dire qu’elles produisent des fleurs mâles (avec étamines) et femelles (avec pistils) sur des plantes séparées. C’est le cas des houx (Ilex spp.) et des kiwis (Actinidia spp.), notamment. Il n’en reste pas moins que les deux plantes, mâles et femelles, fleurissent.

Pourquoi alors la plante ne fleurit-elle pas?

Retournons à la question du départ: qu’est-ce qui peut expliquer pourquoi une plante ne fleurit pas. Voici quelques possibilités:20170407A.jpg

  • Elle n’est pas assez mature. D’accord, certaines plantes fleurissent dès la première année, mais d’autres peuvent attendre plusieurs années avant de commencer. Pour certains arbres, il peut falloir 40 ans ou même plus avant que la floraison débute.
  • Sa floraison n’est peut-être pas annuelle. Il y a des plantes qui fleurissent aux deux ans seulement, d’autres encore moins fréquemment.
  • Elle a été mal taillée. Il arrive souvent qu’une taille au mauvais moment supprime les bourgeons qui auraient donné les fleurs. Pour éviter cela, si vous avez une bonne raison pour tailler, faites-le après la floraison.
  • La floraison a peut-être eu lieu, mais elle était trop insignifiante ou trop brève pour que vous la remarquiez.
  • Les conditions environnementales ne sont pas propices à la floraison. C’est la cause numéro un de l’absence de floraison. La plante peut manquer de lumière ou en recevoir trop, le sol ou l’air peuvent être trop humides ou trop secs, il peut faire trop froid l’hiver, pas assez froid l’hiver, trop frais l’été, trop chaud l’été, le sol peut être trop riche ou trop pauvre… et la liste continue. Est-ce même surprenant qu’une plante ne fleurisse pas quand on l’enlève de son milieu naturel pour la cultiver sous un climat très différent?

À vous donc de voir à cultiver la plante sous des conditions les plus appropriées possible… et d’attendre patiemment que la floraison ait lieu!20170407B