La rusticité des rosiers

Par défaut

Mes lecteurs européens sont toujours intrigués de voir l’importance que je mets sur la zone de rusticité dans mes billets. C’est un facteur peu pris en considération dans les pays francophones d’Europe où, exception faite des régions alpines, le climat est relativement semblable d’un endroit à un autre et où il fait rarement plus froid que -12 °C. Mais connaître la rusticité des plantes (le degré de froid qu’elles peuvent tolérer) est vital pour les jardiniers du froid Canada où des températures hivernales de -29 °C sont courantes, ce qui limite sévèrement le choix de végétaux. 

Quand les étiquettes mentent

Et cette zone de rusticité est d’autant plus importante quand les pépiniéristes mentent effrontément sur le sujet, comme c’est le cas avec les rosiers buissons, soit les rosiers hybrides de thé, grandifloras et floribundas. 

L’étiquette indique la zone 5, mais le rosier est de zone 8! Ill.: pngpicture.com, montage: jardinierparesseuxcom

Pour ces plantes, la zone de rusticité indiquée sur l’étiquette n’est tout simplement pas la bonne! Par convention, on y marque zone 5, mais ces plantes sont, pour la plupart, de zone 8 (l’équivalent de Paris ou de la Caroline du Nord) alors que la majorité des jardiniers canadiens ne peuvent que rêver d’un climat aussi doux. Pourquoi alors ce mensonge flagrant?

Protection hivernale pour un rosier hybride de thé au Canada. Photo: http://www.gardeners.com

C’est qu’il est sous-entendu dans l’industrie horticole canadienne que ces rosiers ont besoin de protection hivernale partout dans le pays et que cette information est bien connue de tous. Ainsi, il serait «acceptable» de mettre une étiquette zone 5 sur ces rosiers. Après tout, ils peuvent généralement (mais pas toujours) survivre à l’hiver en zone 5 avec une protection adéquate, notamment un cône à rosier bien rembourré.

Caveat emptor

Rosier tué par le froid. Photo: source inconnue

Mais qui explique cela au jardinier novice? Il voit un rosier «de zone 5», s’imagine alors que, puisqu’il réside en zone 5, aucune protection hivernale n’est nécessaire. Alors, la plante meurt au cours de l’hiver et il ne comprend pas. Donc, il essaie de nouveau et encore de nouveau, avec autant d’insuccès. Plutôt décourageant, non?

Quant à moi, je préférerais que l’étiquette indique toujours la véritable zone de la plante sur son étiquette. D’accord, indiquer «zone 8» sur des rosiers en vente au Canada pourrait (et même devrait) faire peur au jardinier moyen. Ainsi, je concède qu’il serait acceptable d’indiquer «zone 8, zone 5 avec protection»: ainsi, au moins le consommateur serait averti qu’il y a anguille sous roche. Mais «zone 5» tout court pour une plante de zone 8? Je trouve ça carrément malhonnête!

Curieusement, les étiquettes des rosiers arbustifs disent la vérité

Rosier arbustif ‘Winnipeg Parks’: zone 2. Photo: centredejardinbrossard.com

Mais pas de panique en ce qui concerne les rosiers arbustifs! Ces rosiers, un groupe qui comprend les séries des Explorateurs canadiens et des Artistes canadiens, deux groupes très populaires au Canada, sont naturellement plus rustiques que les rosiers buissons et, dans leur cas, les mêmes pépiniéristes qui nous mentent sur la rusticité des rosiers buissons indiquent habituellement la bonne zone de rusticité sur l’étiquette: 2, 3, 4 ou 5, selon le cultivar. Aucune protection hivernale n’est nécessaire pour ces rosiers rustiques tant que vous les plantez dans la zone indiquée ou dans une zone plus chaude. Ainsi, un rosier arbustif marqué «zone 2» peut se cultiver en zone 2, mais aussi dans les zones 3, 4, 5, 6, 7 et plus alors qu’un rosier arbustif «zone 5» peut seulement se cultiver, sans protection, dans les zones 5, 6, 7 et plus.

D’ailleurs, j’encourage fortement les jardiniers canadiens à préférer les rosiers arbustifs rustiques aux rosiers buissons gélifs. Après tout, l’un des principes de base du jardinier paresseux est de cultiver uniquement des plantes de sa zone ou de zones moindres. Ainsi, aucune protection hivernale n’est nécessaire! 

La vie du jardinier est si facile quand il accepte les contraintes de dame Nature!

Publicités

Rosiers: des étiquettes qui mentent

Par défaut

20150609BAttention lorsque vous achetez un rosier buisson, soit un rosier hybride de thé, grandiflora ou floribunda: la zone de rusticité indiquée sur l’étiquette n’est pas la bonne! On y marque généralement zone 5, mais ces plantes sont, pour la plupart, de zone 7 ou même de zone 8 (l’équivalent de la Virginie ou de la Caroline du Nord). Pourquoi alors ce mensonge flagrant?

20150409MCe qu’il est sous-entendu dans l’industrie horticole canadienne que ces rosiers ont besoin de protection hivernale partout dans le pays et que cette information est bien connue. Ainsi, il serait «acceptable» de mettre une étiquette zone 5 sur ces rosiers. Après tout, ils peuvent généralement (mais pas toujours) survivre à l’hiver en zone 5 avec une protection adéquate, notamment un cône à rosier bien rembourré.

21050409N

Rosier tué par le froid.

Mais qui explique cela au jardinier novice? Il voit un rosier «de zone 5», s’imagine alors que, puisqu’il réside en zone 5, aucune protection hivernale ne sera nécessaire. Alors la plante meurt au cours de l’hiver et il pense que c’est de sa faute. Plutôt décourageant, non?

Quant à moi, je préférerais que l’étiquette indique la zone véritable de la plante, mais c’est vrai qu’indiquer «zone 8» pourrait (et même devrait) faire peur aux jardiniers des régions froides. Ainsi je concède qu’il serait acceptable d’indiquer «zone 5 avec protection»: ainsi au moins le consommateur sera averti qu’il y a anguille sous roche. Mais «zone 5» tout court pour une plante de zone 7 ou 8? Je trouve ça malhonnête!

Les étiquettes des rosiers arbustifs disent la vérité

20150406O

Rosier arbustif ‘Winnipeg Parks: zone 2.

Mais pas de panique en ce qui concerne les rosiers arbustifs! Ces rosiers, un groupe qui comprend les célèbres séries des Explorateurs canadiens et des Artistes canadiens, sont naturellement plus rustiques que les rosiers buissons et, dans leur cas, on indique habituellement la bonne zone de rusticité sur l’étiquette: 2, 3, 4 ou 5, selon le cultivar. Aucune protection hivernale n’est nécessaire pour ces rosiers rustiques tant que vous les plantez dans la zone indiquée (ou une zone plus chaude). Ainsi, un rosier arbustif «de zone 2» peut se cultiver en zone 2, mais aussi dans les zones 3, 4, 5, 6, 7 et plus, alors qu’un rosier  arbustif «de zone 5» peut seulement se cultiver, sans protection, dans les zones 5, 6, 7 et plus.

20150406PD’ailleurs, je vous encourage fortement à préférer les rosiers arbustifs rustiques aux rosiers buissons gélifs. Après tout, l’un des principes de base du jardinier paresseux est de cultiver uniquement des plantes de sa zone ou des zones moindres. Ainsi, aucune protection hivernale ne sera nécessaire! La sainte paix!