Les plantes aussi souffrent de dépression saisonnière

Par défaut

Le manque hivernal de lumière affecte les humains et les plantes. Photo: Micaiah Carter, http://www.self.com

Qui n’a jamais entendu parler de la dépression saisonnière, aussi appelée bleus de l’hiver ou trouble affectif saisonnier (TAS), cette déprime qui affecte tant de gens pendant les mois de l’hiver? On sait que cette dépression est causée par un manque de lumière: le soleil hivernal trop faible et les journées courtes et grises ont un effet négatif chez l’humain qui a évolué sous les tropiques où le soleil demeure toujours aussi intense toute l’année. Le traitement, on le sait, est en partie une exposition à plus de lumière: la luminothérapie.

Eh bien, les plantes d’intérieur aussi souffrent de dépression saisonnière… et pour la même raison. C’est que, dans les régions au climat tempéré, le soleil hivernal est trop faible, les jours sont trop courts et les journées grises dominent: les plantes ne reçoivent même pas un quart de la lumière qu’elles recevaient pendant l’été. Ainsi, souvent elles arrêtent de fleurir et de croître, leur feuillage pâlit ou jaunit et tombe, leurs feuilles restantes se tournent vers la fenêtre et si de nouvelles tiges ou feuilles apparaissent, elles sont étiolées (minces, vert pâle et extra longues).

Traitement contre la dépression saisonnière

Pour guérir la dépression, ou à tout le moins, s’assurer que les plantes passent à travers cette période difficile en un état relativement bon, il faut augmenter l’éclairage qu’elles reçoivent pendant les mois d’hiver.

Approcher vos plantes de la fenêtre peut faire toute une différence! Photo: bryansfuel.on.ca

Le premier truc — et le plus facile — consiste tout simplement à rapprocher les plantes de la fenêtre l’hiver. Oubliez votre joli décor intérieur estival où les plantes étaient placées çà et là à travers la pièce: ramenez-les toutes le plus près possible de la fenêtre. Et vos plantes de Noël qui trônaient en maîtres au centre de la pièce depuis quelques semaines? À la fenêtre, toutes!

N’ayez crainte qu’elles brûlent à la suite de cette augmentation de luminosité, non plus. Surtout si vous vivez au nord du 40e parallèle (Canada, France, Belgique, Suisse, nord des États-Unis, etc.), toutes les plantes d’intérieur peuvent être exposées au plein soleil durant l’hiver, même les plantes qui sont censées préférer l’ombre, et cela leur fera le plus grand bien, car les jours sont alors très courts et le soleil, très faible, ne peut pas les brûler. Un emplacement près d’une fenêtre offrira le meilleur ensoleillement possible dans les circonstances.

Si la fenêtre de la pièce fait face au nord ou si elle est petite ou ombragée, songez à changer de pièce pour une qui reçoit un maximum de plein soleil pendant l’hiver.

Il reste quand même que le feuillage ne doit pas toucher à une fenêtre gelée, sinon il sera endommagé. Généralement, 2,5 cm entre la vitre et le feuillage suffiront pour garder les feuilles en bon état.

Luminothérapie pour les plantes

Étagère à plantes illuminée: voilà une solution intéressante! Photo: http://www.gardeners.com

Ou utilisez un éclairage artificiel pour augmenter la lumière qu’elles reçoivent. Les lampes de luminothérapie vendues pour traiter la dépression saisonnière chez les humains marcheraient… mais coûtent très cher. Heureusement que, pour les plantes, de simples lampes fluorescentes bon marché ou des lampes DEL (un peu plus chères) peuvent très bien faire l’affaire.

Quand arrive le mois de mars et que les jours commencent à s’allonger pour la peine, vous pouvez songer à remettre les plantes à leur place habituelle. Pour l’instant, par contre, pensez «éclairage maximal» si vous voulez des plantes heureuses!

N.D.L.R. Texte adapté d’un billet originalement publié le 6 janvier 2016

Vos plantes d’intérieur souffrent des bleus d’hiver!

Par défaut

21060106B.jpgQui n’a jamais entendu parler des bleus d’hiver ou trouble affectif saisonnier (TAS), cette dépression saisonnière qui affecte tant de gens pendant les mois d’hiver. On sait que ces bleus sont causés par un manque de lumière: le soleil hivernal trop faible et les journées courtes et grises ont un effet négatif chez l’humain qui a évolué sous les tropiques où le soleil demeure toujours aussi intense toute l’année. Le traitement, on le sait, est une exposition à plus de lumière: la luminothérapie.

Eh bien, les plantes d’intérieur aussi souffrent de bleus d’hiver… et pour la même raison. C’est que le soleil hivernal est trop faible, les jours sont trop courts et les journées grises dominent: les plantes ne reçoivent même pas un quart de la lumière elles recevaient pendant l’été. Ainsi elles arrêtent de fleurir et de croître,  leur feuillage pâlit ou jaunit et tombe, leurs feuilles restantes se tournent vers la fenêtre et si de nouvelles tiges ou feuilles apparaissent, ils sont étiolés (minces, vert pâle et extra longues).

Traitement contre les bleus d’hiver

Pour guérir les bleus, ou à tout le moins, s’assurer que les plantes passent à travers cette période difficile en un état relativement bon, il faut augmenter l’éclairage qu’elles reçoivent pendant les mois d’hiver.

20150106A

Placez vos plantes devant la fenêtre la plus ensoleillée.

Le premier truc – et le plus facile – consiste tout simplement à rapprocher les plantes de la fenêtre l’hiver. Oubliez votre joli décor intérieur estival où les plantes étaient placées çà et là à travers la pièce: ramenez-les toutes le plus près de la fenêtre. Et vos plantes de Noël qui trônaient en maître au centre de la pièce depuis quelques semaines? À la fenêtre, toutes! N’ayez pas crainte qu’elles brûlent suite à cette augmentation de luminosité, non plus. Surtout si vous vivez au nord du 40e parallèle (ce qui comprend tout le Québec), toutes les plantes d’intérieur peuvent être exposées au plein soleil durant l’hiver, même les plantes qui sont censées préférer l’ombre, et cela leur fera le plus grand bien, car les jours sont alors très courts et le soleil, très faible, ne peut pas les brûler. Une position près d’une fenêtre offrira le meilleur ensoleillement possible dans les circonstances.

Si la fenêtre de la pièce fait face au nord ou s’il est petite ou ombragée, songez changer de pièce pour une qui reçoit un maximum de plein soleil pendant l’hiver.

Il reste quand même que le feuillage ne doit pas toucher à une fenêtre gelée, sinon il sera endommagé. Généralement un petit 2,5 cm entre la vitre et le feuillage suffira pour garder les feuilles en bon état.

Luminothérapie pour les plantes

20160106C.jpg

Jardin lumineux à base de lampes fluorescentes.

Ou utilisez un éclairage artificiel pour augmenter la lumière qu’elles reçoivent. Les lampes de luminothérapie vendues pour traiter la dépression saisonnière chez les humains marcheraient… mais coûtent très cher. Heureusement que, pour les plantes, de simples lampes fluorescentes bon marché peuvent très bien faire l’affaire.

Quand arrive le mois de mars et que les jours commencent à rallonger pour la peine, vous pouvez songer à remettre les plantes à leur place habituelle. Pour l’instant, par contre, pensez «éclairage maximal» si vous voulez des plantes heureuses!