Quand les aiguilles des conifères jaunissent et tombent

Par défaut
20161005A.jpg

Pin blanc (Pinus strobus) montrant des aiguilles jaunes à l’automne… ce qui est tout à fait normal pour cette espèce!

Souvent les jardiniers s’inquiètent quand ils voient les aiguilles des conifères jaunir à l’automne, puis tomber. Après tout, n’est pas que les conifères sont toujours verts?

Oui, mais…

20161005B.JPG

Mélèze (Larix spp.) à l’automne.

Il y a bien, parmi les conifères, les mélèzes (Larix spp.), les cyprès chauves (Taxodium spp.) et le métaséquoia (Metasequoia glyptostroboides) qui perdent toutes leurs aiguilles chaque automne… mais ce sont les plus importantes exceptions à la règle de base. La vaste majorité des conifères sont sempervirents.

En fait, les conifères sont toujours verts (sempervirents) dans le sens que la plupart gardent assez d’aiguilles l’hiver pour en paraître toujours bien couverts, mais les vieilles aiguilles tombent quand même et plus souvent à l’automne qu’aux autres saisons.

Les aiguilles peuvent durer seulement 2 ou 3 ans pour certaines espèces, tandis qu’elles persistent 4 ou 5 ans chez d’autres. Le record va au pin Bristlecone (Pinus longaeva) dont les aiguilles peuvent durer 45 ans.

Habituellement elles jaunissent d’abord, puis prennent une couleur brun roux avant de chuter, mais cela varie selon l’espèce. Et comme ce sont les aiguilles de l’intérieur des rameaux qui tombent, on ne remarque pas toujours cette chute.

Mais mon conifère perd plus d’aiguilles que d’habitude!

Avant de sauter à la conclusion que vous êtes en train de perdre votre conifère, pensez aux autres possibilités. Les voici selon l’ordre des probabilités.

  1. Il perd un nombre normal d’aiguilles, mais vous ne l’aviez pas remarqué auparavant. (Beaucoup de gens sont «aveugles aux plantes» et ne remarquent pas leur détresse à moins de commencer à s’intéresser à la nature qui les entoure.)
  2. Il s’agit d’un conifère où la chute des aiguilles est relativement visible (le pin blanc, Pinus strobus, par exemple, jaunit plus évidement à l’automne que la plupart des autres pins).
  3. Il a produit plus d’aiguilles que la normale il y a 2 (ou 3 ou 5 ans, etc.) et donc quand elles d’une année d’abondance tombent tout en même temps, c’est davantage visible.
  4. Il a produit moins d’aiguilles que la normale au cours de l’année courant et donc la chute des aiguilles est moins bien cachée.
  5. Il a récemment subi un stress quelconque. (Tout facteur qui augmente le stress chez le conifère, comme un été exceptionnellement sec ou chaud, stimulera une perte d’aiguilles plus importante.)
  6. Il a vraiment un problème.

Même dans ce dernier cas, généralement il n’y a pas grand-chose à faire à l’automne. Mieux vaut attendre au printemps pour décider quel correctif apporté (traiter contre des insectes ou des maladies, appliquer un engrais, corriger le pH du sol, transplanter dans un emplacement plus convenable, etc.). Contentez-vous de bien l’arroser à l’automne, jusqu’à ce le sol gèle, ce qui est bénéfique pour presque tout conifère.

Et très souvent au printemps, même quand on est certain d’avoir décéler un problème à l’automne, on découvre que, finalement, la plante a plutôt l’air en pleine forme quand les nouvelles aiguilles poussent au printemps. Beaucoup de bruit pour rien!20161005a