Le cactus tête de vieillard: tout de blanc vêtu

Par défaut

Cactus tête de vieillard (Cephalocereus senilis). Photo: Manzel Pumpkin, pinterest.ca

Le cactus tête de vieillard (Cephalocereus senilis) est une populaire plante succulente de la famille des Cactacées. Il est généralement vendu sans étiquette d’identification, mélangé à d’autres cactus et plantes succulentes. Il est cependant assez facile à identifier: un cactus colonnaire complètement recouvert de longs poils blancs. 

De toute évidence, cette couverture blanche hirsute suggère les cheveux blancs d’un vieil homme. D’ailleurs, même le nom botanique le dit. Cephalo signifie tête (cereus réfère à une chandelle, une référence à sa forme colonnaire) et senilis signifie vieux.

La couverture laineuse de ce cactus semble presque une invitation à lui donner un petit câlin, mais ce serait une erreur. Sous le duvet, il y a des épines acérées pointant vers l’extérieur. Aïe!

Poilu pour une bonne raison

Les poils protègent le cactus tête de vieillard contre un environnement hostile. Photo: http://www.giromagicactusandsucculents.com

Mais qu’est-ce qui a poussé cette plante à développer une telle chevelure, d’autant plus surprenante que la plupart des cactus sont relativement glabres? La réponse est: son environnement.

Là où il pousse dans la nature, en altitude dans les montagnes du Mexique, le cactus tête de vieillard est soumis à un ensoleillement et à une chaleur extrêmement intenses pendant la journée, mais à des températures parfois sous le point de congélation pendant les nuits d’hiver.

Les longs poils aident à le protéger des deux. Pendant la journée, ils empêchent les rayons ultraviolets néfastes d’endommager les jeunes cellules fragiles et aussi, le duvet emprisonne une couche d’air près de la tige, la gardant plus au frais. Pendant l’hiver, la même couche d’air emprisonne la chaleur pendant la journée et fournit ainsi une certaine isolation contre les vents froids nocturnes.

Sur les spécimens matures, les poils inférieurs finissent par tomber, ne laissant que la partie supérieure couverte de duvet. Ce type de croissance velue seulement à la tête de la plante est appelé céphalium.

Cultiver votre propre tête de vieillard

J’ai fait pousser un cactus tête de vieillard pour la première fois quand j’étais enfant… et je l’ai vite perdu à la pourriture. C’est que je l’avais mis dans un terrarium où il est difficile de donner plus qu’un éclairage moyen alors que cette plante du désert préfère un ensoleillement intense. J’ai eu plus de chance avec mon deuxième sujet que j’ai cultivé en pot individuel devant une fenêtre ensoleillée. Je l’ai gardé environ 7 ans, jusqu’à ce que je quitte la maison paternelle pour étudier à l’extérieur. Quand je suis revenu, il avait disparu. (Je soupçonne qu’il soit tombé sur le plancher et que personne de ma famille n’ait eu envie d’essayer de rempoter une plante si piquante!)

La première règle avec cette plante est de lui donner le plein soleil ou presque. Avec tout ce poil qui repousse déjà le soleil, ce cactus n’acceptera tout simplement rien de moins. 

Quant à l’arrosage, c’est un cactus désertique et à croissance très lente de surcroît. Oui, arrosez-le abondamment, en imbibant complètement le terreau d’eau, mais attendez que le terreau soit bien sec avant d’arroser de nouveau. Si vous avez un endroit frais à froid, mais à l’abri du gel en hiver (ce qu’il aimera beaucoup), il est fort possible qu’il n’ait aucun besoin d’arrosage du tout entre la fin de l’automne et le début du printemps. Dans des conditions plus chaudes, il lui faudrait sans doute quelques arrosages pendant l’hiver.

Théoriquement, le cactus tête de vieillard peut tolérer un léger gel… mais le vôtre fera beaucoup mieux si vous le gardez au-dessus de 10 °C pendant l’hiver. 

Cactus têtes de vieillard dans un jardin public de climat doux. Photo: World of Succulents

Pour les lecteurs de climat tropicaux, cette plante peut pousser en pleine terre seulement dans les régions au climat aride où il y a peu de risque de gel.

Vous devriez rempoter votre tête de vieillard d’intérieur toutes les 3 ou 4 années environ, en utilisant des pots de plus en plus gros et de plus en plus lourds pour empêcher cette plante pesante de basculer. Un terreau pour cactus, qui en théorie se draine mieux qu’un terreau ordinaire, semblerait idéal, mais, très honnêtement, il poussera très bien aussi dans la plupart des terreaux pour plantes d’intérieur. 

Les engrais trop concentrés risquent de provoquer un étiolement. Si vous décidez de le fertiliser, faites peut-être une ou deux applications de l’engrais de votre choix par année, au printemps ou à l’été, au quart du taux recommandé. Et même si vous ne le fertilisez jamais, il poussera quand même très bien.

Si les poils deviennent sales avec le temps, faites-lui un genre de shampoing avec de l’eau savonneuse et une vieille brosse à dents. 

Ce cactus fleurit à l’âge adulte, à partir de son céphalium. http://www.inaturalist.org

Ne vous attendez pas à voir ce cactus fleurir. La plante doit être mature avant d’y parvenir, ce qui peut facilement prendre deux ou trois décennies, même à l’état sauvage. Personnellement, je n’ai jamais vu les fleurs blanc rosé, même pas sur de gros spécimens cultivés dans les serres publiques.

Votre mignon petit cactus tête de vieillard deviendra éventuellement un grand cierge. Dans la nature, il peut atteindre jusqu’à 15 m de hauteur avec une tige de jusqu’à 45 cm de diamètre… mais après 100 ans environ! Il ne se ramifie pas et pousse normalement en solitaire, mais certains spécimens peuvent éventuellement former des rejets à la base. Pour cela, cependant, il faudrait aussi attendre plusieurs décennies.

Quand votre plante devient trop haute, probablement après 15 ans ou plus, coupez-la à 5 cm au-dessus du niveau du sol, ce qui la forcera à produire des rejets que vous pourrez ensuite prélever, faire enraciner et planter en pot individuel. Vous pouvez également faire enraciner la tête de la plante si vous laissez la blessure exposée à l’air pendant plusieurs semaines jusqu’à ce qu’elle soit complètement cicatrisée.

Autres cierges poilus

Il existe d’autres cactus cierges recouverts de poils blancs, la plupart poussant dans les mêmes conditions de haute altitude que le cactus tête de vieillard.

Le cierge laineux (Espostoa lanata) paraît similaire dans sa jeunesse, mais avec des épines dorées qui ressortent clairement de ses cheveux blancs. Sa culture est identique à celle du cactus tête de vieillard.

Fleurs de cierge de Strauss (Cleistocactus strausii). Photo: World of Succulents

Le cierge de Strauss (Cleistocactus strausii) ressemble aussi aux deux précédents au début, mais est plus svelte, avec des tiges multiples plus étroites et des poils blancs plus courts et moins denses. Il fleurit assez facilement à l’intérieur, avec de curieuses fleurs tubulaires rouges, mais seulement après environ 15 ans.

Et vous trouverez de nombreux autres cactus de type «tête de vieillard» proposés par des producteurs spécialisés.


Le cactus tête de vieillard: à croissance lente, mais régulière, et très tolérant à la négligence, il pourrait être exactement la plante qu’il vous faut pour compléter votre collection de cactus et succulentes.

50 plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

Par défaut

20171227A pexels.com .jpg

La plupart des plantes d’intérieur sont malheureuses quand l’air de nos demeures est aussi sec que celui d’un désert. Source: pexels.com

L’air sec est un problème majeur pour les plantes d’intérieur pendant l’hiver… et d’ailleurs, pour toute plante qui pousse à l’intérieur (semis, boutures, etc.) à cette saison. Lorsque l’humidité atmosphérique est inférieure à 40%, ce qui est certainement le cas dans de nombreuses maisons, les plantes s’efforcent de compenser en transpirant plus abondamment, c’est-à-dire en libérant de l’eau par leurs stomates (pores respiratoires). Plus l’air est sec, plus elles transpirent, et cela peut les conduire à perdre leur eau plus rapidement que les racines ne peuvent la remplacer, endommageant les tissus fragiles des feuilles et des fleurs. Cela peut conduire à toutes sortes de symptômes de stress: flétrissement, boutons floraux brunis ou avortés, feuilles qui se recourbent, feuilles aux pointes brunes, mort de la plante, etc.

Les feuilles stressées par l’air sec sont également plus sujettes aux dégâts des ravageurs (araignées rouges, aleurodes, thrips, etc.)

Certaines plantes tolèrent l’air sec

Cela dit, de nombreuses plantes, en particulier celles qui sont originaires de climats arides ou qui sont exposées à de longues périodes de sécheresse dans la nature, ont développé des façons de compenser l’air sec. Les cactus et les plantes succulentes, par exemple, sont généralement très résistants à l’air sec, de même que certaines plantes épiphytes, comme les hoyas.

Certaines plantes résistent à l’air sec en produisant des feuilles avec moins de stomates que la normale, réduisant ainsi la perte d’eau. Beaucoup ont même abandonné l’utilisation de feuilles et respirent par leurs tiges vertes (beaucoup de cactus, par exemple). D’autres gardent leurs stomates fermés pendant le jour, quand le soleil est le plus chaud et la perte d’eau, donc, plus importante, respirant seulement la nuit. (C’est ce qu’on appelle le métabolisme acide crassuléen ou CAM.) En d’autres termes, elles retiennent leur souffle 12 heures par jour!

20171227B davisla.wordpress.com..jpg

Souvent, les plantes résistantes à l’air sec ont un feuillage épais et ciré. Source: davisla.wordpress.com

De plus, les plantes résistantes à l’air sec ont souvent des feuilles ou des tiges très épaisses et recouvertes de cire, de poudre ou de poils, d’autres facteurs qui réduisent l’évapotranspiration.

Plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

La liste qui suit présente quelques plantes d’intérieur qui ne seront pas dérangées outre mesure si l’air dans votre maison est plutôt sec. Non pas qu’elles souffrent si vous augmentez l’humidité à des niveaux plus acceptables (la plupart des plantes préfèrent une humidité relative de 50% ou plus), ce qui est bon pour votre santé aussi, mais si vous ne pouvez tout simplement pas améliorer l’humidité atmosphérique, au moins les plantes suivantes n’en souffriront pas trop!

20171227C Aeonium arboreum 'Atropurpureum' Bernard Dupont, WC.jpg

Les feuilles épaisses et serrées les unes contre les autres aident Aeonium arboreum ‘Atropurpureum’ à survivre à l’air sec. Source: Bernard Dupont, Wikimedia Commons

  1. Aeonium spp. (aeonium)
  2. Agave spp. (agave)
  3. Aglaonema spp. (aglaonéma)
  4. Aloe spp. (aloès)
  5. Ananas comosus (ananas)
  6. Aspidistra elatior (aspidistra)
  7. Beaucarnea recurvata (pied d’éléphant)
  8. Cephalocereus senilis (barbe de vieillard)
  9. Cereus peruvianus (cactus cierge)
  10. Ceropegia woodii (chaîne de cœurs)
  11. Clivia miniata (clivia)
  12. Crassula ovata (plante jade)
  13. Crassula spp. (crassula)
  14. Cryptanthus spp. (cryptanthe)

    20171227 Dieffenbachia seguine Forest & Kim Starr, WC.jpg

    D’habitude, les feuilles épaisses du dieffenbachia résistent bien à l’air sec, mais remarquez comme cette feuille est légèrement endommagée vers sa pointe. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  15. Dieffenbachia spp. (dieffenbachia)
  16. Echeveria spp. (echeveria)
  17. Echinocactus grusonii (coussin de belle-mère)
  18. Epipremnum aureum (pothos)
  19. × Epicactus (cactus orchidée)
  20. Euphorbia lactea (euphorbe candélabre)
  21. Euphorbia milii (couronne d’épines)
  22. Euphorbia tirucalli (plante-crayon)
  23. Ficus elastica (caoutchouc)
  24. Ficus lyrata (figuier lyre)
  25. Gasteria spp. (gasteria)
  26. Gymnocalycium mihanovichii friedrichii ‘Hibotan’ (cactus boule rouge)
  27. Haworthia spp. (haworthia)
  28. Hippeastrum cvs (amaryllis
  29. Hoya carnosa (hoya, fleur de porcelaine)
  30. Kalanchoe (kalanchoé)
  31. Ledebouria socialis (scille violacée)

    20171227E Dysmorodrepanis, WC.jpg

    Peu de végétaux résistent aussi bien à l’air sec que les pierres vivantes. Source: Dysmorodrepanis, Wikimedia Commons

  32. Lithops spp. (pierre vivante)
  33. Mammillaria spp. (mammillaire)
  34. Opuntia spp. (cactus raquette, oponce)
  35. Pachypodium lamerei (palmier de Madagascar)
  36. Pelargonium graveolens (pélargonium odorant, géranium odorant)
  37. Pelargonium × hortorum (pélargonium des jardins, géranium des jardins)
  38. Peperomia obtusifolia, P. clusiifolia (pépéromia)
  39. Philodendron hederaceum oxycardium (philodendron grimpant)
  40. Rhipsalis spp. (rhipsalis)
  41. Sansevieria trifasciata (sansevière, langue de belle-mère)
  42. Schlumbergera (cactus de Noël)
  43. Sedum spp. (sédum, orpin, queue d’âne)

    20171227F Senecio rowleyanus Forest & Kim Starr, WC.jpg

    Les petites feuilles presque rondes de Senecio rowleyanus réduisent la surface exposée à l’air sec. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  44. Senecio rowleyanus (collier de perles)
  45. Senecio serpens (séneçon bleu craie)
  46. Stapelia spp. (fleur de charogne)
  47. Streltizia reginae (oiseau de paradis)
  48. Syngonium spp. (syngonium)
  49. Yucca elephantipes (yucca sans épine)
  50. Zamioculcas zamiifolia (faux zamier)20171227A pexels.com