Quand un agave fleurit

Par défaut

Agave univitatta ‘Splendida’ qui commence à fleurir. Source: jardinierparesseux.com


C’est mon propre agave sur la photo ci-dessus : Agave univitatta ‘Splendida’. Je l’ai acheté sous le nom de A. lophantha ‘Splendida’ il y a presque 20 ans, mais le nom a changé depuis. Et maintenant, il fleurit pour la première et la dernière fois.

Voyez-vous, les agaves ne fleurissent qu’une seule fois, puis ils meurent: ils sont monocarpiques. Autrefois, on appelait les agaves «plantes centenaires», car on croyait qu’ils ne fleurissaient qu’une fois par siècle (tous les 100 ans). Aujourd’hui, nous savons que peu d’agaves poussant sous de bonnes conditions prennent plus de 30 ans à fleurir. D’ailleurs, chez les plus petites espèces, cultivées sous les meilleures conditions possibles, le délai peut être de moins de 10 ans. Mais toujours, la plante meurt après avoir produit des semences.

Beau mais maintenant solitaire

20180827B worldofsucculents.com.jpg

Agave univitatta ‘Splendida’ avec plusieurs rejets. Source: worldofsucculents.com

Mon agave a produit bon nombre de rejets (bébés) au fil des ans. Parfois, je les ai laissés pousser pendant quelques années, parfois je les ai enlevés jeunes. Certains ont été donnés. D’autres ont passé l’été comme plantes ornementales dans mes plates-bandes, puis ont été tuées par le froid de l’hiver (je vis dans une région beaucoup trop froide [zone 4] pour la survie d’un agave, même le plus rustique!).

Depuis quelques années, cependant, j’ai pris l’habitude d’enlever tous les rejets pour que la plante occupe moins d’espace : déjà, la plante mère mesure 50 cm de largeur, ce qui est bien assez pour la petite serre où elle hiverne. A. univittata est petit pour un agave, mais quand même de bonne taille pour une plante d’intérieur.

Le résultat de mon ménage régulier est que je me trouve dépourvu de remplaçants maintenant que «maman» vit ses dernières semaines! Je n’aurai pas d’autre choix que de repartir un plant ou deux à partir des semences que maman produira dans quelques semaines.

20180827F SC FM, www.agaveville.org.JPG

La bande jaune au centre de chaque feuille d’Agave univitatta ‘Splendida’ est-elle transmissible par semences? J’espère connaître la réponse bientôt! Source: SC FM, http://www.agaveville.org

Reste à savoir si la rayure jaune au centre de chaque feuille, qui distingue le cultivar ‘Splendida’ de l’espèce (qui a des feuilles uniformément vertes), va réapparaître dans les semis, mais alors, qu’est-ce que le jardinage sinon une longue série d’expériences?

Un des plus petits agaves

A. univittata est parmi les plus petits agaves et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je l’ai toujours. Au fil des ans, j’en ai cultivé d’autres, souvent à partir de plantules produites par des agaves géants que j’ai vus lors de mes voyages, mais j’ai finalement dû les donner ou les jeter, car ils occupaient trop d’espace.

20180827I www.statesman.com.jpg

Agave américain (Agave americana) à sa taille maximale: je n’aurais jamais assez d’espace pour ce géant dans ma petite serre!

L’agave américain (Agave americana), que j’ai cultivé pendant 10 ans à partir d’un tout petit bébé, mesurait 1 m de diamètre quand je l’ai donné et peut éventuellement atteindre 6 m!

C’est une bonne chose que mon A. vittata ‘Superba’ se soit mis à fleurir en été pendant son séjour annuel en plein air. Je n’aurais pas eu suffisamment de place à l’intérieur pour laisser sa tige florale atteindre sa pleine hauteur : elle mesure déjà 2,5 m et n’a pas encore fini de grandir!

Pas un aloès

 

Agave (Agave macroantha ‘Blue Ribbon’) à gauche, aloès (Aloe vera) à droite. Notez le dard pointu à l’extrémité des feuilles de l’agave. Source: http://www.plantdelights.com & http://www.plant-lore.com

Les gens confondent souvent les agaves avec l’aloès (Aloe spp.) Et, en fait, les deux sont peut-être des plantes succulentes d’apparence similaire, mais ils ne sont que des parents très éloignés. On dit que leur dernier ancêtre commun existait il y a environ 93 millions d’années, à l’époque des dinosaures, et qu’ils ont évolué indépendamment depuis.

Les deux font partie du même ordre de plantes monocotylédones, les Asparagales, mais sont de deux familles différentes de ce vaste ordre. C’est le même degré de parenté qu’un chihuahua et un tigre!

Ainsi, les agaves font partie de la famille des asperges (Asparagacées) et les aloès, de la famille des asphodèles (Asphodelacées); les agaves viennent du Nouveau Monde (principalement d’Amérique centrale et des Caraïbes), l’aloès, de l’Ancien Monde (surtout d’Afrique et de la péninsule arabique); etc. Ils sont un exemple souvent cité d’évolution convergente: ils se ressemblent parce qu’ils poussent dans des conditions similaires (climat chaud et aride) où des feuilles charnues, des épines protectrices et une forme trapue et dense sont des stratégies adaptatives avantageuses. Ils ont donc fini par se ressembler.

Mais les aloès fleurissent à répétition, généralement à chaque année, souvent avec des fleurs tubulaires rouges, orange ou jaunes. Les agaves, tel que mentionné, ne fleurissent qu’une fois dans leur vie, avec des fleurs généralement blanc verdâtre ou jaune verdâtre, également tubulaires toutefois.

 

 

Les agaves (à gauche) ont des feuilles fibreuses, les aloès (à droite), ont des feuilles remplies de suc. Source: Daniel Green, http://www.flickr.com & YeastyPlants, http://www.reddit.com

Vous n’arrivez pas à distinguer les deux? Prenez alors un couteau et coupez l’extrémité d’une feuille. Les feuilles d’aloès sont remplies de suc gélatineux; les feuilles d’agave, de fibres coriaces. Ainsi, on les distingue à coup sûr. Il y a beaucoup d’autres différences plus subtiles, comme le dard particulièrement féroce à l’extrémité des feuilles de beaucoup d’agaves, mais absent chez l’aloès.

Une fois que vous en aurez cultivé quelques-uns, vous n’aurez plus besoin de couper une feuille pour les distinguer: vous constaterez que vous aurez appris à les distinguer d’un simple coup d’œil.


Alors, mon cher agave, je vous souhaite une bonne floraison. Je vous reverrai bientôt sous la forme d’un de vos semis!

Publicités

50 plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

Par défaut
20171227A pexels.com .jpg

La plupart des plantes d’intérieur sont malheureuses quand l’air de nos demeures est aussi sec que celui d’un désert. Source: pexels.com

L’air sec est un problème majeur pour les plantes d’intérieur pendant l’hiver… et d’ailleurs, pour toute plante qui pousse à l’intérieur (semis, boutures, etc.) à cette saison. Lorsque l’humidité atmosphérique est inférieure à 40%, ce qui est certainement le cas dans de nombreuses maisons, les plantes s’efforcent de compenser en transpirant plus abondamment, c’est-à-dire en libérant de l’eau par leurs stomates (pores respiratoires). Plus l’air est sec, plus elles transpirent, et cela peut les conduire à perdre leur eau plus rapidement que les racines ne peuvent la remplacer, endommageant les tissus fragiles des feuilles et des fleurs. Cela peut conduire à toutes sortes de symptômes de stress: flétrissement, boutons floraux brunis ou avortés, feuilles qui se recourbent, feuilles aux pointes brunes, mort de la plante, etc.

Les feuilles stressées par l’air sec sont également plus sujettes aux dégâts des ravageurs (araignées rouges, aleurodes, thrips, etc.)

Certaines plantes tolèrent l’air sec

Cela dit, de nombreuses plantes, en particulier celles qui sont originaires de climats arides ou qui sont exposées à de longues périodes de sécheresse dans la nature, ont développé des façons de compenser l’air sec. Les cactus et les plantes succulentes, par exemple, sont généralement très résistants à l’air sec, de même que certaines plantes épiphytes, comme les hoyas.

Certaines plantes résistent à l’air sec en produisant des feuilles avec moins de stomates que la normale, réduisant ainsi la perte d’eau. Beaucoup ont même abandonné l’utilisation de feuilles et respirent par leurs tiges vertes (beaucoup de cactus, par exemple). D’autres gardent leurs stomates fermés pendant le jour, quand le soleil est le plus chaud et la perte d’eau, donc, plus importante, respirant seulement la nuit. (C’est ce qu’on appelle le métabolisme acide crassuléen ou CAM.) En d’autres termes, elles retiennent leur souffle 12 heures par jour!

20171227B davisla.wordpress.com..jpg

Souvent, les plantes résistantes à l’air sec ont un feuillage épais et ciré. Source: davisla.wordpress.com

De plus, les plantes résistantes à l’air sec ont souvent des feuilles ou des tiges très épaisses et recouvertes de cire, de poudre ou de poils, d’autres facteurs qui réduisent l’évapotranspiration.

Plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

La liste qui suit présente quelques plantes d’intérieur qui ne seront pas dérangées outre mesure si l’air dans votre maison est plutôt sec. Non pas qu’elles souffrent si vous augmentez l’humidité à des niveaux plus acceptables (la plupart des plantes préfèrent une humidité relative de 50% ou plus), ce qui est bon pour votre santé aussi, mais si vous ne pouvez tout simplement pas améliorer l’humidité atmosphérique, au moins les plantes suivantes n’en souffriront pas trop!

20171227C Aeonium arboreum 'Atropurpureum' Bernard Dupont, WC.jpg

Les feuilles épaisses et serrées les unes contre les autres aident Aeonium arboreum ‘Atropurpureum’ à survivre à l’air sec. Source: Bernard Dupont, Wikimedia Commons

  1. Aeonium spp. (aeonium)
  2. Agave spp. (agave)
  3. Aglaonema spp. (aglaonéma)
  4. Aloe spp. (aloès)
  5. Ananas comosus (ananas)
  6. Aspidistra elatior (aspidistra)
  7. Beaucarnea recurvata (pied d’éléphant)
  8. Cephalocereus senilis (barbe de vieillard)
  9. Cereus peruvianus (cactus cierge)
  10. Ceropegia woodii (chaîne de cœurs)
  11. Clivia miniata (clivia)
  12. Crassula ovata (plante jade)
  13. Crassula spp. (crassula)
  14. Cryptanthus spp. (cryptanthe)

    20171227 Dieffenbachia seguine Forest & Kim Starr, WC.jpg

    D’habitude, les feuilles épaisses du dieffenbachia résistent bien à l’air sec, mais remarquez comme cette feuille est légèrement endommagée vers sa pointe. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  15. Dieffenbachia spp. (dieffenbachia)
  16. Echeveria spp. (echeveria)
  17. Echinocactus grusonii (coussin de belle-mère)
  18. Epipremnum aureum (pothos)
  19. × Epicactus (cactus orchidée)
  20. Euphorbia lactea (euphorbe candélabre)
  21. Euphorbia milii (couronne d’épines)
  22. Euphorbia tirucalli (plante-crayon)
  23. Ficus elastica (caoutchouc)
  24. Ficus lyrata (figuier lyre)
  25. Gasteria spp. (gasteria)
  26. Gymnocalycium mihanovichii friedrichii ‘Hibotan’ (cactus boule rouge)
  27. Haworthia spp. (haworthia)
  28. Hippeastrum cvs (amaryllis
  29. Hoya carnosa (hoya, fleur de porcelaine)
  30. Kalanchoe (kalanchoé)
  31. Ledebouria socialis (scille violacée)

    20171227E Dysmorodrepanis, WC.jpg

    Peu de végétaux résistent aussi bien à l’air sec que les pierres vivantes. Source: Dysmorodrepanis, Wikimedia Commons

  32. Lithops spp. (pierre vivante)
  33. Mammillaria spp. (mammillaire)
  34. Opuntia spp. (cactus raquette, oponce)
  35. Pachypodium lamerei (palmier de Madagascar)
  36. Pelargonium graveolens (pélargonium odorant, géranium odorant)
  37. Pelargonium × hortorum (pélargonium des jardins, géranium des jardins)
  38. Peperomia obtusifolia, P. clusiifolia (pépéromia)
  39. Philodendron hederaceum oxycardium (philodendron grimpant)
  40. Rhipsalis spp. (rhipsalis)
  41. Sansevieria trifasciata (sansevière, langue de belle-mère)
  42. Schlumbergera (cactus de Noël)
  43. Sedum spp. (sédum, orpin, queue d’âne)

    20171227F Senecio rowleyanus Forest & Kim Starr, WC.jpg

    Les petites feuilles presque rondes de Senecio rowleyanus réduisent la surface exposée à l’air sec. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  44. Senecio rowleyanus (collier de perles)
  45. Senecio serpens (séneçon bleu craie)
  46. Stapelia spp. (fleur de charogne)
  47. Streltizia reginae (oiseau de paradis)
  48. Syngonium spp. (syngonium)
  49. Yucca elephantipes (yucca sans épine)
  50. Zamioculcas zamiifolia (faux zamier)20171227A pexels.com