Catégories

Recherche

Nos partenaires

Mai sans tondeuse? Vraiment?

À la suite du lancement du Défi Pissenlits en 2021, plusieurs municipalités ont lancé des campagnes en suggérant de ne pas tondre pendant tout le mois de mai. J’ai déjà écrit à ce sujet l’an dernier, mais je crois qu’il est utile d’en reparler, car ce n’est pas une bonne idée de suspendre la coupe du gazon pendant un mois au printemps. Du moins si on veut conserver un espace gazonné polyvalent capable de résister au piétinement pour toutes sortes d’activités familiales, sportives ou sociales.

Les nuances du Défi Pissenlits

Si on laisse pousser la pelouse trop longtemps, les enfants ne pourront plus jouer au ballon et la tondeuse ne pourra plus passer. Il faudra peut-être louer de l’équipement et ensuite ramasser tout le gazon coupé. Une coupe radicale est nuisible à la pelouse. Il vaut mieux la couper régulièrement pour conserver une surface dense.

Une pelouse tondue régulièrement est un espace polyvalent pour toutes sortes d’activités familiales, sportives ou sociales. Photo: Edith Smeesters.

De plus, si on arrête de tondre le gazon pendant un mois, cela ne va pas vraiment encourager les pollinisateurs. On va juste obtenir de l’herbe longue qui va priver de lumière les fleurs de pelouse qui aiment le soleil, incluant les pissenlits! Le but du Défi Pissenlits est de retarder la coupe et de les laisser fleurir avant qu’ils ne montent en graines. Le temps de la floraison des pissenlits dure à peine 2 semaines en moyenne. Cette période dépend de la région où vous habitez : en Gaspésie et en Abitibi, ce sera peut-être à la fin de mai et peut-être que dans ces régions, il n’est pas nécessaire de tondre avant. Mais à Montréal et là où le climat est plus clément, on commence généralement à couper le gazon au début mai et encore bien plus tôt en France!

Des plantes fleuries à introduire dans votre pelouse

J’aime les pissenlits et je vous encourage à les laisser fleurir dans votre pelouse, mais les abeilles ont encore besoin de fleurs tout au long de la saison. Le but ultime de cette campagne est de favoriser la biodiversité. Je vous encourage donc à laisser vivre et même à introduire dans votre pelouse toutes sortes de petites plantes fleuries qui offriront du pollen et du nectar tout au long de la saison: thym serpolet, trèfle, houstonie, antennaire du Canada, etc. À l’exception des deux dernières espèces, ce sont des plantes introduites au Québec. Mais les graminées à gazon et les pissenlits ne sont pas indigènes non plus. En fait, la végétation naturelle au sud du Québec: c’était la forêt mixte!  

L’antennaire du Canada est une plante indigène qui supporte très bien la sécheresse des pentes abruptes et la coupe régulière. Photo: Edith Smeesters.

Les pelouses n’ont pas toujours existé, même en Europe. C’était une affaire de riches qui pouvaient se payer de la main-d’œuvre pour couper ces espaces improductifs. La pelouse est devenue plus populaire quand la tondeuse à gazon est arrivée sur le marché au milieu du 19e siècle. Mais c’est avec l’arrivée des engrais chimiques et des pesticides en horticulture, dans les années 1960-1970, qu’on en est arrivé à exiger des pelouses parfaitement uniformes. J’ai connu une époque où il était même interdit de laisser fleurir les pissenlits et plusieurs autres fleurs «sauvages» dans certaines municipalités.

La biodiversité, ça commence dans ma pelouse

Heureusement, on a fait du chemin depuis lors! Grâce aux prises de conscience environnementales dans les années 1980 et à l’arrivée d’une nouvelle génération de jeunes dans toutes les sphères de la société au tournant du siècle, le vent tourne maintenant de plus en plus vers un style de vie et des aménagements beaucoup plus proches de la nature.

Les campagnes Défi Pissenlits et Mai sans tonte témoignent de cette volonté de rompre avec les monocultures et d’opter pour des aménagements paysagers plus naturels. Mais le meilleur slogan serait «La biodiversité: ça commence dans ma pelouse»!

La biodiversité: ça commence dans ma pelouse. Photo: Edith Smeesters.

commentaire sur "Mai sans tondeuse? Vraiment?"

  1. Jacinthe dit :

    Merci pour cet article tellement intéressant! Comme toujours, il existe des nuances qu’il est bon de mettre à l’avant plan. Je suis bien d’accord avec vous, et je suis pas mal certaine que les instigateurs du défi pissenlits visent la biodiversité. Toutefois, j’ai l’impression qu’en identifiant précisément le pissenlit, que tout le monde connaît, ils se sont dit que ça toucherait plus de personnes…. En tout cas, chez moi, non seulement les pissenlits règnent, mais la biodiversité. J’accueille entre autres les myosotis, les violettes, le trèfle, et je ne cesse de m’émerveiller de ce que je découvre!

  2. Gingras Michel dit :

    Conférence Mmm Lyne Bellemare à Blainville en mars. On nous dit que les tiques sont portés par les écureuils, les souris et non seulement par les cervidés. Mon chat a eu ce problème. Où ? Dans un parc municipal non coupé. Mon chat est en laisse.

    • Mathieu Hodgson dit :

      Les tiques peuvent être portées par des petits mammifères mais aussi par des oiseaux. Bien qu’on les retrouve souvent à l’orée des zones boisées, les tiques peuvent s’adapter à divers types de végétation, pas uniquement aux zones typiquement associées comme les hautes herbes.

  3. Anbe dit :

    Gazon : mélange de plusieurs végétaux bas.
    Ce serait un idéal.
    Bien que la forêt couvrait la quasi totalité de la Belle Province (Québec), les rivages et marécages avaient une belle variété de végétaux. C’est à cela que l’ont fait référence. Oui, ça demande un effort : désapprendre pour revoir des espaces de plates-bandes de végétaux indigènes co.me étant la norme de beauté.
    Pour moi, c’est un défi. Harmonisez et voir autrement ce que je définissait comme ‘beau’.
    Je modifie ma cour pour avoir une meilleure biodiversité. J’avoue que ce n’est pas simple mais le besoin est criant alors, il faut améliorer notre perception du beau, notre besoin de contrôler et d’intervenir absolument.
    C’est le défi de l’horticulture qu’est cette transition.

  4. Michel Courchesne dit :

    Où trouve-t-on les semences pour ces plantes ? (thym serpolet, trèfle, houstonie, antennaire du Canada,)

  5. Serge dit :

    Ça manque de nuances : “…car ce n’est pas une bonne idée de suspendre la coupe du gazon pendant un mois au printemps.” Ce qui donne à l’article une opinion catégorique et sans avenues.

    Dans la région 03, si on ne coupe pas la pelouse pendant un mois, elle attendra, tout au plus, 15 à 20 cm de hauteur.

    La modération a bien meilleur goût ! 😉

  6. Robert dit :

    Cette idée est absurde quant à moi. Je n’ai jamais vu une abeille sur un de mes pissenlits simplement parce qu’ils sont sur plusieurs autres plantes et arbrisseaux en fleurs.

    • Pierre dit :

      Bien d’accord, même ici près de Granby je ne vois pas d’abeilles sur les pissenlits, elles préfèrent sûrement d’autres fleurs.
      Par contre dans les grandes villes s’il n’y a que des pissenlits elles vont sûrement y aller.
      Je serais curieux d’entendre un apiculteur sur le sujet.

    • richard hamel dit :

      Bien d’accord avec vous. Je n’ai pas de pissenlits (que je déteste) mais j’ai en ce moment des centaines de fleurs printanières qui couvrent mon gazon. Et les abeilles s’en donnent à coeur-joie. J’ai 4 nichoirs pour abeilles domestiques et ça butine gaiement. Pour ceux qui adorent cette plante parasite, le pissenlit, moi je préfère l’herbe-à-poux; c’est vraiment plus beau, j’adore!

  7. Danie dit :

    Je vis depuis peu près d’une forêt en Mauricie et je me ravie de ce qui pousse sur mon terrain, c’est très différent de mon ancien terrain à Montréal. Plus difficile pour certains végétaux, mais toutes les nouveautés que j’y vois m’encouragent à mettre de l’équilibre dans la coupe. merci pour votre article!

  8. Andrée Nault dit :

    Pour ma part ayant du faire un nouvel aménagement de mon terrain après la construction de mes fondation (sur mon chalet maison) j’ai choisi de semer uniquement du trèfle alsique (à fleur blanche). il ne dépasse pas 10 pouces sur mon terrain rocailleux recouvert d’une mince couche de terre. je ne tond que 2 ou trois fois pas saison suivant les pluie et il résiste bien à la sécheresse… par contre ça manque de fleur sauvage comme les pissenlit etc..

  9. Daniel dit :

    Il faut se rappeler que les femelles du scarabée japonais aiment les pelouses coupées bien ras pour y pondre leurs oeufs. Si on évite de couper en période de ponte en gardant la pelouse le plus sèche possible en juillet ça va aider à contrôler cet insecte détestable.

  10. Nicolette dit :

    À quel moment semer le thym serpolet? Peut on juste semer à la volée sur la pelouse, où est il nécessaire d’épendre du terreau avant?

    • Catherine dit :

      Ouï, mettez un peu de terreau pour planter le thym serpolet. J’en ai trouvé de belles plaques dans la propriété achetée il y a deux ans. Je désherbe tout autour, un peu à la fois et le thym prend vite possession de cet espace disponible.

    • Edith dit :

      Pour le Thym serpolet et le thym rampant, il vaut mieux acheter des petits plants. Moi j’en ai acheté en petites cellules chez Richters à très bon prix. Mais parfois certaines jardineries en vendent tôt au printemps. S’il y a de la demande, je suis sûre que les pépiniéristes vont se faire un plaisir de nous en fournir l’an prochain!

    • Mathieu Hodgson dit :

      Le moment idéal pour semer le thym serpolet à l’extérieur est généralement au printemps, environ 2 à 3 semaines avant la date prévue du dernier gel. Lors du semis sur la pelouse, il est recommandé de préparer la zone en raclant légèrement la surface du sol pour ameublir la terre, avec un râteau à déchaumer. Si le sol est dense ou manque de nutriments, l’ajout d’une fine couche de compost bien décomposé peut favoriser la germination des graines. Les graines de thym serpolet peuvent ensuite être semées à la volée sur la zone préparée, suivies d’un léger ratissage pour les enfouir légèrement dans le sol. Un arrosage doux et constant est important jusqu’à ce que les graines aient germé et que les jeunes plants soient établis. Assurer un sol bien drainé et ensoleillé favorisera la croissance des jeunes plants de thym serpolet. Dans mon expérience, cela peut être long avant d’avoir un résultat intéressant, voir quelques années, mais c’est éblouissant. Vous pourriez aussi acheter des plants de thym en caissette pour accélérer le processus.

  11. Lise dit :

    Bonjour, ça fait 3 ans que j’en converti le gazon en trèfles blancs seulement. Personne, aucun des nombreux articles que j’avais lu au sujet du trèfle blanc ,ne mentionnaient qu’ il était sujet au gel si absence de neige. Donc cet hiver mon trèfle a en grande partie gelé. Quoi faire pour l’hiver prochain ? Ne pas le tendre du tout à l’automne ? Ou …?
    Merci

    • Edith dit :

      Je suis surprise de lire ça car chez moi (zone 4) il survit très bien au froid mais, tôt au printemps, les plants sont tout petits. Ne vous découragez pas et de toute façon, il faut toujours faire un sursemis chaque printemps pour augmenter la densité de la pelouse. Ce sera mon prochain article dans 2 semaines!

    • Mathieu Hodgson dit :

      Il est en effet surprenant que la sensibilité du trèfle blanc au gel en l’absence de neige n’ait pas été mentionnée dans les articles que vous avez consultés. À l’avenir, je m’assurerai d’inclure cette information importante. À l’approche de l’automne, envisagez de couvrir votre trèfle blanc avec une couche de paillis ou de feuilles mortes. Cette couche protectrice peut aider à maintenir une température plus constante autour des plantes, les protégeant ainsi du gel. En ralentissant la tonte à la fin de la saison, vous permettez au trèfle de développer une couche protectrice naturelle. Les tiges plus longues peuvent ainsi offrir une certaine protection contre les températures froides. Il est également conseillé de s’assurer d’un bon arrosage avant l’arrivée de l’hiver. Nourrir votre trèfle avec ses propres rognures, des feuilles décomposées, ou avec un ajout de compost ou d’engrais peut également l’aider à résister au froid.

  12. Francine dit :

    Bonjour, la première année, je n’ai pas tondu mon gazon. Il y avait beaucoup de pissenlits. Mais, j’ai su par après que mon voisin avait des allergies. Donc, maintenant, je coupe mon gazon comme avant. Et l’année que j’ai laissé poussé les pissenlits, je n’ai pas vu d’abeilles…..

    • Edith dit :

      Les allergies printanières sont causées principalement par le pollen de bouleau et de graminées. Le pollen de pissenlit et beaucoup moins allergène et on ne gagnera pas la bataille contre cette fleur très envahissante quoiqu’on fasse.

  13. Lise Gerow dit :

    J’apprécie toujours les bons conseils et informations pertinentes sur les arbres et fleurs. Merci!

  14. Maude Laflamme dit :

    Je suis tellement d’accord!
    Je suis toujours à la recherche de nouvelles fleurs basses pour la pelouse, qui est le prolongement des plates-bandes pour moi. Pouvez-vous me dire quelle est la jolie fleur bleue dans la dernière photo?

  15. Yves dit :

    J’ai toute sorte de petites fleurs dans mon gazon et je trouve ça très beau, ma femme n’est pas tout à fait d’accord, mais c’est moi qui s’occupe du gazon… alors 🙂

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!