Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

À bas les tétranyques!

Les tétranyques (Tetranychus urticae) sont partout: sur nos plantes d’extérieur en été et sur nos plantes d’intérieur en hiver. Ce sont de minuscules acariens que vous pouvez à peine voir à l’œil nu. En fait, ils ressemblent à des grains de poussière, mais des grains de poussière qui bougent. Vous aurez besoin d’une loupe pour les voir clairement. Lorsque vous les voyez de près, ils peuvent être rouges, mais ils sont plus souvent beiges ou verts et souvent (mais pas toujours) marqués de deux taches sombres.

Femelle Tetranychus urticae. Photo: Gilles San Martin.

Identifier une infestation

Les tétranyques causent des dommages aux plantes en perçant les feuilles et les tiges et en suçant la sève qui s’écoule de la blessure. Cela provoque un jaunissement général de la plante. Au début, il se peut que vous ne puissiez pas voir les parasites eux-mêmes. Essayez de placer une feuille de papier blanc sous les feuilles décolorées. Tapotez les feuilles, puis observez les minuscules créatures qui se déplacent sur le papier. Il s’agit de tétranyques.

La plupart des gens ne remarquent pas les tétranyques à ce stade. Ils se rendent compte qu’ils ont un problème lorsqu’ils commencent à voir des toiles, semblables à celles d’une araignée, se former entre les feuilles et le long des tiges. Ces toiles sont des autoroutes qui permettent aux tétranyques de se déplacer rapidement d’une partie de la plante à l’autre. Elles servent également de protection contre leurs ennemis, y compris les humains. Et lorsque vous regardez les toiles, vous constatez qu’il y a beaucoup de petites bestioles qui se déplacent. Oups! Cela signifie que votre plante n’est pas seulement légèrement infestée, mais qu’elle l’est sérieusement et qu’elle risque de mourir.

décembre 7

Explosion démographique

Les tétranyques sont présents sur les plantes d’intérieur tout au long de l’année, mais on les remarque rarement aussi longtemps qu’ils sont peu nombreux. Mais leur population explose dans certaines conditions, notamment lorsque l’air est chaud et sec. C’est pourquoi les tétranyques apparaissent sans crier gare sur nos plantes d’intérieur à la fin de l’automne et en hiver: lorsque vous commencez à chauffer une maison, l’humidité atmosphérique chute brusquement. Dans de nombreuses maisons, l’air en hiver est plus sec que celui du désert du Sahara! Et les tétranyques adorent l’air sec!

Quelles sont les plantes d’intérieur attaquées? La plupart d’entre elles peuvent l’être, mais en fait, de nombreuses plantes abritent une petite population d’acariens sans subir de dommages notables. Ce sont surtout les plantes à feuilles minces qui souffrent visiblement des tétranyques: bananiers, brugmansias, calathéas, crotons, hibiscus, impatiens, lierres anglais, palmiers, scheffleras, etc.

Lutte contre les tétranyques

Pour lutter contre les tétranyques, commencez par laver soigneusement vos plantes, soit sous la douche, soit à l’aide d’un chiffon humide et savonneux. Vous devez d’abord enlever les toiles, sinon vos autres traitements ne seront pas efficaces: derrière leurs toiles, les tétranyques sont hors de portée des pesticides. Une fois les toiles éliminées, vous pouvez pulvériser du savon insecticide, du neem, de la pyréthrine, etc. si vous le souhaitez, mais… d’après mon expérience, une douche ou un lavage complet, répété régulièrement, suffit généralement pour se débarrasser des tétranyques… temporairement. Si l’air reste chaud et sec, ils reviendront!

L’air humide produit par un humidificateur, comme ce modèle de Levoit, peut empêcher le retour des tétranyques. Photo: Amazon.

Pour résoudre le problème, vous devez donc modifier les conditions de la pièce où vous cultivez vos plantes d’intérieur. Tout d’abord, si vous le pouvez, abaissez la température de la pièce, surtout la nuit (plus l’air est frais, moins les tétranyques se reproduisent rapidement). Plus important encore, faites tout ce qui est en votre pouvoir pour augmenter l’humidité de l’air. L’air humide ne suffit pas à guérir une infestation (une fois installés, les tétranyques continuent leur attaque malgré l’amélioration des conditions), mais il permet d’éviter leur retour. C’est pourquoi un humidificateur d’air est souvent la meilleure prévention possible contre les tétranyques!

Ce texte a été publié pour la première fois sur laidbackgardener.blog le 7 décembre 2014.


commentaire sur "À bas les tétranyques!"

  1. Martin-Obled Alice dit :

    Merci de remettre sur votre blog des articles anciens en 2014, je trvaillais et ne connaissais pas le blog du “Jardinier presseux”.

  2. Les prédateurs naturels sont une excellente manière de prévenir et de lutter contre les tétranyques à la maison !

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!