Catégories

Recherche

Nos partenaires

La raison de la beauté d’une fleur: sa vie sexuelle

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le journal Le soleil, le 21 janvier 1995.

L’étamine de la fleur est son organe sexuel mâle et produit le pollen. Photo: Ian Hayhurst.

Saviez-vous que les plantes ont une vie sexuelle? C’est même la raison d’être de la fleur. Elle n’a pas été créée pour le bon plaisir de nos yeux, mais plutôt pour attirer les insectes et les autres animaux pollinisateurs. Les couleurs chatoyantes, les parfums enivrants et les formes ondulantes qu’on lui connait ne sont que des ruses pour mieux atteindre son but: attirer le bon visiteur au bon moment.

Odeur et couleur

Le visiteur recherché varie d’une plante à l’autre. Si la fleur s’habille de bleu, de violet ou de jaune, elle sera sans doute pollinisée par les abeilles ou les guêpes. Si les abeilles ont l’odorat faible et s’intéressent peu aux parfums des fleurs, ce n’est pas le cas pour les papillons. Ces derniers ont une prédilection pour les fleurs roses et orange à odeur agréable.

La couleur de la fleur a une influence sur le type de pollinisateur. Photo: Marco Verch Professional Photographer.

Les fleurs de couleur foncée sont difficiles à voir le soir, et celles qui désirent attirer les papillons de nuit sont alors de couleur blanche pour mieux réfléchir le peu de lumière disponible. Et pour guider les papillons de nuit à leur but, ces fleurs exhalent souvent un parfum assez fort pour embaumer tout ou toute la maison. Ainsi les papillons de nuit peuvent les repérer même de très loin. Il n’y a pas que la pollinisation par les insectes, elle se fait par des oiseaux et même certains mammifères.

Les colibris n’apprécient guère les teintes pâles et les parfums, ils sont plutôt attirés par l’orange et le rouge, et leur bec épouse parfaitement la forme des fleurs tubulaires. Enfin, il y a des chauves-souris pollinisatrices, du moins dans les pays chauds. Les fleurs qui les attirent sont souvent de couleur verte et ont une odeur musquée que la plupart des gens trouvent désagréable.

La stapélia est pollinisée par une mouche. Photo: Ton Rulkens.

Des fleurs rusées

Certaines fleurs font preuve d’encore plus de subtilité pour attirer le bon pollinisateur. La stapelia, par exemple, pousse dans les régions arides de l’Afrique, là où les abeilles sont rares. Alors cette plante s’est donc adaptée afin d’attirer un des rares insectes disponibles: la mouche de charogne!

Sa fleur est grande et de couleur brun rouge, couverte de poils fins, simulant ainsi une carcasse d’animal. Pour combler le tout, elle sent la viande pourrie! La pauvre mouche vient y pondre ses œufs en pensant s’être trouvé un endroit parfait pour leur développement, puis repart chercher une autre fleur, transportant ainsi le pollen. Les œufs écloront effectivement, mais les asticots, n’ayant rien à manger, mourront au pied de la plante, apportant au sol un engrais bienfaisant.

Ce sont cependant les orchidées qui remportent la palme de la ruse sexuelle dans le monde végétal. Dans plusieurs cas, l’insecte, en s’infiltrant dans la fleur, perd pied sur une surface glissante et tombe dans une coupe d’eau. Ce liquide a des propriétés enivrantes, et l’insecte, complètement saoul, trébuche contre la pollinie (masse de pollen) qui se fixe sur son corps. Bien sûr, il ne regrette en rien son expérience bachique et part à la recherche d’une fleur semblable, prêt à tout recommencer! C’est ainsi qu’il transportera le pollen de fleur en fleur. D’autres orchidées tirent sur leur cible: en entrant dans la fleur, l’insecte se frotte contre des poils sensitifs, et la pollinie lui est catapultée avec une précision incroyable.

Oncidium (Oncidium polycladium). Photo: Franz Xaver.

À l’attaque!

L’astucieux oncidium (Oncidium polycladium) produit des masses de fleurs de couleurs vives qui oscillent au moindre vent, ressemblant ainsi à un essaim d’abeilles. Les vraies abeilles, furieuses de cette incursion dans leur territoire, passent à l’attaque… et pollinisent ainsi les fleurs. Enfin, l’Orphys produit des fleurs qui ressemblent en tout point à une abeille femelle, et même jusqu’au parfum. Le mâle essaie vainement de copuler avec la fleur, prend accidentellement de son pollen, puis passe à une autre et encore à une autre. Voilà que le rôle reproducteur de la fleur est rempli!

Alors la prochaine fois que vous verrez une fleur, n’hésitez pas à en admirer l’attrait, mais dites-vous bien que tout ce charme déployé n’est pas uniquement pour vos yeux!

Étiquettes + Le sexe des plantes


commentaire sur "La raison de la beauté d’une fleur: sa vie sexuelle"

  1. Kiki dit :

    Ainsi va notre surprenante et merveilleuse vie avec les plantes.

  2. Mariette dit :

    Extraordinaire et merveilleuse nature!

  3. JULIEN C. dit :

    Pour plus d’info, je vous conseille le livre “Sexus botanicus”

  4. Lise Ranger dit :

    Merci d’avoir publié à nouveau cet article. La nature est merveilleuse.

  5. Josée dit :

    Un bijou ce billet, merci

  6. Denise B, Québec Qc dit :

    J’adore ces informations.

  7. Joan thompsn dit :

    Drôle et fascinant! Merci Larry, où que tu sois!

  8. Josée dit :

    Excellent cet article, merci!! 🙂

  9. jeannine rousseau dit :

    merci pour cet article, la nature est bien fait.

  10. Anonyme dit :

    Toujours aussi intéressant!

  11. Hélène dit :

    Fascinant!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!