Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Suggestions potagères pour réflexions hivernales – 1

À l’été 2020, les Urbainculteurs ont mis en place une ferme urbaine sur l’ancien site du Marché du Vieux-Port, les Jardins du bassin Louise. Au sein de ce nouveau projet, j’ai été chargée de planifier et de superviser la production maraîchère annuelle. Quel beau défi! L’espace y étant limité, je dois choisir judicieusement les légumes tout en cultivant une belle diversité. Je m’assure d’une rigoureuse succession de plantations afin de maximiser l’espace de production. Mais surtout, j’essaie d’intégrer de nouveaux aliments ainsi que des variétés moins connues à la production. Ceci dans un but de découverte et d’éducation, mais aussi je l’avoue, pour mon plaisir personnel!

Au moment où j’écris cet article, je viens tout juste de terminer la planification pour l’année prochaine. Cette tâche m’absorbe complètement, j’ai l’impression d’écrire l’histoire maraîchère de la ferme urbaine pour 2023, j’ai même déjà hâte. Ce que je préfère le plus, c’est définitivement la sélection des variétés cultivées. Certains aiment feuilleter une revue de décoration ou d’architecture. Hé bien pour ma part, feuilleter un catalogue de semences équivaut à choisir des cadeaux en devenir. Il y a toutes ces formes, ces couleurs, ces rapidités de croissance, le choix en devient même étourdissant, j’adore ça!

Les Jardins du bassin Louise à l’automne 2021
Crédit : Les Urbainculteurs

Éveiller la curiosité

Au fil des trois dernières années, j’ai beaucoup aimé voir les bénévoles ainsi que les participants à la vie de la ferme découvrir ces aliments. J’ai vu des regards suspicieux et des regards surpris. Certains découvraient un légume au jardin qu’ils avaient toujours et seulement vu sur un étalage d’épicerie. Le chou de Bruxelles reste l’un de mes favoris. Certains légumes étaient tout simplement inconnus ou méconnus. Des gens m’ont dit ne pas aimer un légume sans jamais y avoir goûté et finalement m’avouer que c’était excellent après une dégustation au jardin.

On a essayé plein de choses. Ce qui m’amuse beaucoup, c’est le rôle d’interprète culinaire que ma collègue et moi jouons. Démystifier ces légumes en cuisine représente souvent le plus grand défi à leur adoption. Par chance, nous adorons cuisiner et avons plus d’une recette dans notre sac! Il y a eu beaucoup de coups de cœur et évidemment certains légumes ont été moins populaires. Dans tous les cas, de nouveaux horizons ont été tracés. Je me plais à croire que ça a fait un petit bout de chemin, je sais que plusieurs bénévoles ont désormais intégré à leur jardin et à leur alimentation cesdits légumes. 

Certains ont été plus marquants que d’autres, et pas nécessairement ceux auxquels j’aurais pensé. Comme il n’est jamais trop tôt pour rêver son jardin, je me suis dit que vous faire découvrir quelques-uns de ces légumes durant les mois d’hiver pourrait vous inspirer pour la prochaine saison. Plongeons donc directement avec une première suggestion, le plus mignon d’entre tous, le chou-rave.

Le chou-rave, pourquoi pas?

La première année où nous avons cultivé le chou-rave, j’ai constaté qu’une grande proportion de gens n’avaient jamais vu ou même goûté ce légume. Sa forme atypique suscite des regards curieux. On dirait une petite boule sur pied avec des feuilles éparses comme couvre-chef. Comment ne pas tomber sous le charme?

Un chou-rave fraîchement cueilli
Crédit : Les Urbainculteurs

Vous vous en doutez sûrement, le chou-rave fait partie de la grande famille des choux, les brassicacées. Les plantes de cette famille s’accommodent habituellement très bien du temps frais (et bien souvent le préfère). La ferme urbaine étant située à Québec, je peux cultiver ces choux-raves dès le début du mois de mai. Lors des deux dernières années, j’ai planté une première génération à ce moment, puis une seconde vers le milieu de juillet pour une récolte automnale. Ce furent de belles réussites. Pour 2023, j’avais envie de prendre un risque et j’ai planifié une troisième génération entre les deux, soit au début de juin. Bonne ou mauvaise idée? Je vous le dirai lors de mon bilan 2023!

Conditions de culture

Le chou-rave aime pousser au soleil, mais il va tolérer une ombre légère. Toutes les fois où je l’ai cultivé dans des endroits plus ombragés, sa pousse a seulement été beaucoup plus lente. Pensez-y lorsque vous ferez votre plan de jardin. Nous le semons à l’intérieur environ 30 jours avant la mise en terre. Pas besoin de repiquage, il est directement transféré au potager après son acclimatation. On le plante sur le rang à une distance de 15 cm entre chaque plant et comptons environ 20 cm entre les rangs. Une seule fertilisation est faite lors de la plantation. Notez que nous amendons également annuellement nos bacs avec un apport généreux de vermicompost. 

Il n’a pas besoin de taille, de tuteurage ou d’attentions particulières. J’ai constaté qu’il était peu sujet aux attaques de ravageurs comparativement à ses comparses de la même famille. Pour ces raisons, nous le cultivons à découvert, sans filet de protection. Nous le récoltons lorsqu’il atteint la taille d’une balle de tennis. Mais attention, n’attendez pas trop, il pourrait développer une texture fibreuse ou même éclater. On coupe la tige directement sous la boule. Vous pouvez ensuite lui faire une « coupe de cheveux », c’est-à-dire couper les feuilles tout autour et sur le dessus du légume. Ainsi, il se conservera assez longtemps au frigo.

Un chou-rave éclaté
Crédit : Les Urbainculteurs

En cuisine

Mais la grande question qui revient toujours est : « Comment apprêter ce légume? ». Premièrement, on retire la peau coriace à l’aide d’un couteau. La façon la plus simple de le consommer est en crudité. Il est craquant et frais sous la dent, je dirais même un peu sucré. On reconnaît le petit goût de chou, mais il est subtil. Pour ma part, j’aime bien le couper en juliennes et le mariner dans le vinaigre de riz avec un peu de sucre, pour l’intégrer à des rouleaux de printemps, par exemple. Vous pouvez bonifier vos salades estivales de quelques tranches minces. Il peut être rôti au four ou même cuit en papillote avec le corps gras de votre choix. Il y a une foule de façons de le mettre en valeur, il faut seulement l’essayer!

Les variétés

Vous avez le goût de l’ajouter à vos plantations ? Mettez-en quelques-uns dans votre potager l’année prochaine, vous ne serez pas déçu. Le chou-rave est un légume très esthétique qui s’intègre à merveille dans un aménagement comestible. Nous le cultivons en bacs depuis plusieurs années, il performe aussi bien en pot qu’en plein sol. Il existe des variétés vertes et des variétés mauves. Je vous suggère de mélanger les couleurs lors de la plantation, ça donne un beau coup d’œil! Si jamais vous développez un amour fou pour le chou-rave, sachez qu’il existe même des variétés géantes qui conservent leur bon goût malgré des dimensions impressionnantes. Avec cela dans votre jardin, vous ferez assurément grand effet!

Un chou-rave géant!
Crédit : Fabre graines

Voilà donc pour ma première suggestion. Peut-être venez-vous de découvrir ou de redécouvrir ce fabuleux légume plutôt facile à cultiver. Que le chou-rave rayonne dans chaque potager!

Ceci est mon dernier billet pour 2022. Les Urbainculteurs prennent une petite pause hivernale pour conclure une autre belle saison remplie de projets de toutes sortes. Je vous souhaite une fin d’année douce et reposante, accompagnée de ceux qui vous sont chers. Je vous reviens en 2023 avec une nouvelle suggestion.

Joyeuses fêtes!


commentaire sur "Suggestions potagères pour réflexions hivernales – 1"

  1. romaine dit :

    Bonjour
    Merci pour ce post: Je suis d’accord avec vous, le chou rave est un légume trop méconnu, et délicieux! J’en ai acheté en en voyant chez mon association de producteurs locale et je l’adore. Simplement bouilli puis gratiné au four, c’est excellent. Par contre je n’arrive pas à en faire pousser, ils font de belles feuilles, mais aucun ne forme la boule…Je suis dans le sud de la France, peut être qu’il a fait trop chaud pour eux. Au plaisir de vous relire.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :