Truc du jour Vivaces

Les vivaces à fruits décoratifs

Maianthemum racemosum en fruits

Par Larry Hodgson

On cultive surtout les plantes vivaces herbacées pour leurs fleurs (marguerites, hémérocalles, pivoines, etc.) ou leur feuillage (hostas, fougères et autres). Mais on connaît peu les vivaces à beaux fruits. Jetons un coup d’œil sur ces plantes assez spéciales.

Peu nombreuses

Il faut dire qu’il y a relativement peu de vivaces à jolis fruits : les fruits colorés sont surtout le domaine des arbres et arbustes (sorbiers, pommetiers, viornes, aronies, etc.). Mais si les vivaces qui ont une belle fructification sont rares, cela ne veut pas dire que celles qui existent ne sont pas attrayantes. Et de plus, la plupart offrent deux saisons d’intérêt : une belle floraison au printemps ou au début de l’été et de jolis fruits plus tard dans la saison. Donc, ce sont des plantes fort intéressantes qui ne manquent que d’une certaine publicité pour atteindre le succès. En voici quelques exemples :

Maïanthème à grappes (Maianthemum racemosum)

Les fleurs du maïenthème à grappes
Les fleurs du maïenthème à grappes (Maianthemum racemosum) sont son premier attrait. Photo: Sten Porse, Wikimedia Commons

D’abord, vous connaissez peut-être cette plante sous un autre nom, car elle portait autrefois le nom de smilacine à grappes (Smilacina racemosa). Cette plante des sous-bois nord-américains rappelle un peu le sceau-de-Salomon (Polygonatum), avec des tiges arquées portant des feuilles ovales pointues, mais plutôt que d’avoir de petites fleurs pendantes un peu cachées par le feuillage, le maïanthème à grappes a des fleurs parfaitement visibles, étant produites à l’extrémité de la tige. Elles forment une grappe de petites fleurs blanches plumeuses parfumées à la fin du printemps : un bon début pour la saison. Mais par la suite se développent de petits fruits ronds d’abord verts puis dorés qui finissent par devenir rouge vif à l’automne. Ils sont comestibles, mais leur goût doux-amer ne plaît pas à tous. La plante se multiplie avec le temps grâce à de courts rhizomes souterrains, formant une belle grosse touffe. On peut la diviser si la touffe devient trop large. 

Cultivez le maïanthème à grappes à la mi-ombre ou à l’ombre dans presque tout sol bien drainé. Dans les sites au sol plutôt riche et humide, il atteint jusqu’à 1 m de hauteur; dans les sols plus secs ou plus pauvres, ou si on le cultive au plein soleil, il restera plus petit, parfois moins de 60 cm. Zones de rusticité :  2 ou 3 à 8.

Actées (Actaea spp.)

Fleurs d'Actaea rubra
Les différentes actées (ici Actaea rubra) se ressemblent lors de leur floraison printanière: c’est lorsqu’elles produisent des fruits qu’on peut les distinguer.. Photo: Anneli Salo, Wikimedia Commons

Il y a plusieurs actées à fruits ornementaux, toutes de superbes plantes de jardin ombragé. Au printemps, lors de la floraison, elles se ressemblent toutes : des vivaces de taille moyenne (60-80 cm de hauteur) avec de grandes feuilles vertes fortement découpées à la manière d’une astilbe et de petites grappes de fleurs plumeuses blanches, un peu en forme de brosse à bouteille. C’est lors de la fructification qu’on peut vraiment les distinguer. 

Fruits de l'actée rouge
Actée rouge (Actaea rubra). Photo: Kenraiz, Wikimedia Commons

L’actée rouge (A. rubra), courante en forêt presque partout en Amérique du Nord, produit des fruits rouge vif qui changent de couleur au début de l’été et qui conservent leur couleur jusqu’à l’automne. L’actée rouge à fruits blancs (A. rubra neglecta) produit, comme son nom le suggère, des fruits blanc crème. C’est une sous-espèce assez rare dans la nature. Zones de rusticité : 2 à 8.

L’actée en épi (Actaea spicata) est le pendant eurasiatique de l’actée rouge et en diffère surtout par ses fruits noirs. Zones de rusticité : 4 à 8.

Fruits de l'actée à gros pédicelle
Actée à gros pédicelle (Actaea pachypoda). Photo: Cbaile19, Wikipedia Commons

L’actée à gros pédicelle (A. pachypoda), de l’est de l’Amérique du Nord, dont le Québec, produit des fruits qui restent verts tout l’été, mais qui deviennent à l’automne blanc crème avec un point noir à l’extrémité. De plus, la tige qui supporte les fruits (le pédicelle) devient enflée et rouge vif en même temps que la fructification, ce qui met les fruits blancs en évidence et en fait, d’après plusieurs jardiniers, la plus jolie des actées. A. pachypoda ‘Misty Blue’ est un cultivar populaire à feuillage bleu craie et à fruits blanc crème. La forme A. pachypoda rubrocarpa produit des fruits roses plutôt que blancs. Zones de rusticité : 2 à 8.

Les fruits des actées sont toxiques : aucun cas de décès n’est connu, mais le consommateur risque un mal de ventre très désagréable, d’où l’importance de montrer aux enfants de ne jamais manger des fruits inconnus sans l’autorisation d’un adulte.

Les actées aussi sont des plantes de sous-bois, préférant l’ombre ou la mi-ombre, mais tolérant le soleil. Le sol idéal est riche et humide, mais se draine bien à la fonte des neiges et après les orages. En période de grande sècheresse, les actées peuvent entrer en dormance estivale et perdront alors leur feuillage et leurs fruits, mais repousseront au printemps suivant.

Fraisier ornemental (Fragaria × rosea)

Fraisier ornemental Berried Treasure Red dans un pot de terre cuite
Fragaria × rosea Berried Treasure Red. Photo: Proven Winners

Le fraisier ornemental résulte en fait d’une hybridation entre une potentille à fleurs rouges (Potentilla palustris) et un fraisier des jardins à fleurs blanches (F. × ananassa), ce qui a donné une plante tout à fait conforme à notre idée d’un fraisier, mais avec des fleurs roses ou rouges plutôt que blanches. Les premières variétés, comme ‘Lipstick’ ou ‘Shades of Pink’, produisaient beaucoup de fleurs, mais peu de fruits, mais les fraisiers ornementaux modernes, comme ‘Toscana’, ‘Rosalyne’ et les différentes variétés de la série Berried Treasure, produisent des quantités de belles grosses fraises rouges — aussi attrayantes que délicieuses! — et ce, pendant tout l’été et jusqu’en octobre.

Le fraisier ornemental forme une rosette de 15-25 cm de hauteur et de largeur, composée de feuilles trifoliées persistantes. Les fleurs à 5 pétales (plus pour les variétés semi-doubles) sont remontantes (elles se succèdent pendant tout l’été) et viennent en différentes teintes de rose, blanc ou rouge. La plante donne de longs stolons rampants qui produisent des bébés plants à leur extrémité, bébés qui s’enracineront pour former une nouvelle plante. Avec le temps, votre plante d’origine formera ainsi un joli tapis! On peut cultiver ces fraisiers en plate-bande, bien sûr, mais ils sont aussi très jolis en panier suspendu. Zones de rusticité : 3 à 8.

Quatre-temps ou cournouillier du Canada (Cornus canadensis)

Quatre-saisons en fruits
Quatre-temps (Cornus canadensis) en fruit. Photo: Ryan Hodnett, Wikimedia Commons

Cette petite plante couvre-sol est surtout une résidente de la forêt boréale nord-américaine et asiatique, mais assez rare au jardin. Chaque plante porte 4 ou 6 feuilles en verticille au sommet d’une courte tige de 15 cm. Au centre de la couronne de feuilles se trouve une inflorescence composée d’une grappe de petites fleurs fertiles entourées de grosses bractées blanches. La floraison est l’attrait principal de la plante, mais les fruits rouges automnaux sont spectaculaires aussi. Cependant, la plante est autostérile : il faut donc 2 clones différents poussant à proximité pour assurer une bonne fructification. Le feuillage aussi rougit joliment à l’automne.

Quatre-saisons en fleurs
Quatre-saisons (Cornus canadensis) en fleurs. Photo: Steve Cyr, Wikimedia Commons

Plantez cette plante à demeure (elle n’apprécie pas les dérangements) dans un sol acide et plutôt humide, mais pas détrempé. Dans la nature, elle pousse généralement à l’ombre, mais elle tolère bien le soleil pourvu que son sol ne s’assèche pas. Surtout un bon choix dans les régions aux étés frais. Zones de rusticité : 2 à 6. 

Lanterne chinoise (Physalis officinarum, syn. P. alkekengi)

Lanterne chinoise avec capsules orange.
Lanterne chinoise (Physalis offiinarum). Photo: pxfuel.com

Cette vivace, aussi appelée coqueret ou amour en cage, est très envahissante et je ne peux pas la recommander pour la plate-bande sans souligner un détail : il faut absolument la planter dans un emplacement où elle sera bien entourée d’une barrière enfoncée d’au moins 30 cm dans le sol et qui pourrait ainsi contrôler ses élans. Un gros pot dont vous aurez supprimé le fond conviendra bien.

Il s’agit d’une plante aux tiges dressées de 30 à 60 cm de haut et aux feuilles ovales pointues vert foncé, portant au début de l’été des fleurs blanc crème plutôt discrètes. D’ailleurs, toute la plante a l’air plutôt insignifiante… jusqu’à l’automne. À ce moment, des capsules papyracées en forme de lanterne, jusqu’alors vertes et peu visibles, prennent une teinte orange flamboyant et attirent tous les regards. On peut faire sécher les tiges avec leurs «lanternes» et ainsi les conserver pendant plusieurs années.

Au cœur de chaque capsule se trouve une petite «cerise» qui devient parfaitement comestible quand elle est rouge et pleinement mature, même si une légende urbaine prétend qu’elle est toxique. Le reste de la plante demeure toutefois toxique, y compris les fruits immatures.

Si la description de cette plante vous fait penser à une cerise de terre (Physalis pruinosa), vous avez bien raison : les deux sont des Physalis, mais la lanterne chinoise (P. officinarum) fait une plante nettement plus ornementale que la cerise de terre et aussi elle est solidement rustique (zones de rusticité 3 à 9) alors que la cerise de terre est une annuelle. 

Encore d’autres

grande salsepareille en fruit
La grande salsepareille (Aralia racemosa) est une autre exemple de vivace à fruits décoratifs. Photo: Kristine Paulus, Wikimedia Commons

Et ce n’est qu’une partie des possibilités. Parmi les autres vivaces à fruits remarquables, pensez au fraisier des Indes (Duchesnea indica, maintenant Potentilla indica), à l’hydraste du Canada (Hydrastis canadensis), au muguet (Convallaria majalis) et aux divers triostes (Triosteum spp.), aralies/salsepareilles (Aralia spp.) et arisèmes (Arisaema spp.).

Donc, la prochaine fois que vous choisirez des vivaces pour votre plate-bande ou votre sous-bois, pensez plus loin que l’apparence des fleurs et des feuilles. Les fruits des vivaces peuvent aussi être un grand atout pour l’embellissement de votre terrain!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

23 comments on “Les vivaces à fruits décoratifs

  1. Comment faire passer l’hiver au fraisier en pot? Merci.

    • Nancy Desrosiers

      J’ai planté le mien en pleine terre pour l’hiver. Je l’ai remis en pot cette année en ajoutant du compost. Il est encore plus beau et productif que l’an passé. 😊

    • Personnellement, je les laisse en pot en zone 4. Ç’a l’air peu probable, mais chez moi ils survivent.

  2. Luce Beaudoin

    Ces vivaces à fruits décoratifs sont ils à l’épreuve des cerfs ?

  3. Fabienne Thibault

    Bonjour, j’ai beaucoup de ces vivaces dans mon sous-bois, dont je prends grand soin. Malheureusement le feuillage se terni ainsi que les fruits assez rapidement à la fin juillet. Surtout l’actée rouge ou blanche. Une solution?? La clintonie boréale est très joli aussi et ce n’est pas très long pour avoir une belle colonie. Ses fleurs jaunes sont très jolies au printemps, laissant un beau fruit bleu foncé à l’été. Mais le feuillage qui se décompose enlève un peu de son attrait… Merci!!

  4. Gabrielle LaRue

    Où peut-on trouver la plupart de ces plantes?
    Il ne faut pas les cueillir en forêt mais je n’ai jamais vu la plupart d’entre elles dans nos Centres Jardin.
    Merci

  5. S.LaFerrière

    Sans être très spectaculaire, le muguet offre des baies rondes, orangées. Petits picots de couleur dans le tapis de verdure… Merci pour cet article qui nous fait regarder le jardin autrement!

  6. Alain Mallette

    Il faut chercher ces plantes dans les pépinières spécialisées (merle bleu: https://vivacesmerlebleu.com ou Osiris: https://www.lesjardinsosiris.com) ou y aller avec des semis (Jelitto par exemple:https://www.jelitto.com).. Bonne recherche

  7. JULIEN C.

    Bonjour. Trouvé sur promessesdefleurs.com, je suis sous le charme du Sarcocoque hookeriana, un petit buisson persistant de 90cm*90cm (pas besoin de tailler donc parfait pour un jardinier paresseux). Sa floraison blanche embaume le muguet à plusieurs mètres sans être entêtant et fournit du miel aux abeilles en janvier. Ses fruits de la taille d’un petit pois, verts puis rouges puis noirs, côtoient les fleurs de l’hiver suivant (joli contraste fruit noir/fleur blanche) et les merles s’en nourrissent au cœur de l’hiver. Chaque fruit contient 1 à 3 graines mais j’ai bcp de difficultés à les faire démarrer (environ 3 pour 60…). Croissance très lente, pour jardinier patient… En bref : sans entretien, joli, parfumé, nourrit les abeilles et les merles… un Must Have !

  8. S LaFeriere @ « Sans être très spectaculaire, le muguet offre des baies rondes, orangées. »…qui sont extrêmement toxiques, comme tout le reste de la plante (même l’eau d’un vase ayant contenu des fleurs de muguet).

    Attention à ne pas confondre physalis « lanterne chinoise » avec une autre solanacée (annuelle et spontanée) Nicandra physaloïde (faux coqueret, pomme du Pérou) qui elle a de jolies fleurs bleues, et un fruit ressemblant à Physalis avant maturité. Cette plante est toxique, en particulier le fruit dans sa « lanterne ».
    Mais je ne sais si cette plante existe au Canada.

  9. Il y a aussi le Callicarpa (ou arbre aux bonbons) qui est très joli mais malheureusement, les photos qui montrent des gros plans des fruits ne sont pas représentatives de l’effet d’ensemble, où les fruits son en fait très discrets et souvent cachés par le feuillage (en tout cas chez moi, où je ne taille pas en fonction de ça). Il faut aussi apparemment deux plans pour stimuler la formation de baies, mais cela semble aussi stimuler la naissance de nouveaux plants adjacents. Les feuilles tardent à sortir au printemps (zone 5 je crois) mais sont intéressantes et prennent une couleur bronze à l’automne, avec les petites baies mauve en accompagnement, car elles ne perdent pas leur couleur. .

  10. J’aurais deux corrections pour toi, M. Larry,
    premièrement, le Quatre-saisons ou cornouiller du Canada (Cornus canadensis) est un quatre temps, ,
    le La grande salsepareille (Aralia racemosa) est en réalité, de la chassepareille, la salsepareille n’est pas au Québec, mais en Europe.
    Soit dit en passant,je suis un adepte assidu de votre grande générosité entourant tout ce qui s’appelle jardinage, j’en apprend tous les jours et pourtant, j’ai pas mal de chemin de fait.

    • J’ai corrigé « quatre-saisons »: effectivement, une erreur. Par contre, c’est Marie-Victorin lui-même qui appelle Aralia racemosa grande salsepareille, donc je n’ai pas fait le changement. De plus, il semble avoir de la confusion quant à si « chassepareille » s’applique à Aralia nudiflora (moins ornemental et dont pas inclure dans l’article) ou Aralia racemosa. J’ai peur que apporter cette correction pourrait créer de la confusion.

  11. Bonjour, C’est un plaisir de vous lire à chaque matin ! J’ai deux plants d’actée rouge depuis plusieurs années et pour la première fois cette année, j’ai des rejetons. Quel est le moyen de reproduction des actées ? J’aimerais bien trouver la façon de créer un espace plus garnis de cette plante dans mon sous-bois. Merci !

    • La plante forme une touffe qui grossit, donc on peut la diviser. Par contre, souvent elle produit des semis spontanés que vous pouvez repiquer où vous voulez.

  12. Aline Vaillancourt

    J’ai 3 à 4 petits arbres qui poussent pêle-mêle au travers ma tale de mûrier sous mes érables. On m’a dit que c’était des cornouilliers mais le plus grand doit faire au moins 10-15 pieds. J’ai fait des recherches, je n’ai vu que de petits couvre-sol. J’aimerais avoir votre avis, est-ce une espèce en particulier, ou il est possible qu’il grandisse à ce point. En tout cas, s’est la chamaille des écureuils et oiseaux qui s’en délectent. Merci d’avance pour votre réponse.

    • C’est possible que ce soit des cornouillers, mais sans plus de détails, je ne saurai pas les identifier. Il peut s’agir de plusieurs autres arbres.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :