Arrosage

Le «flétrissement de l’après-midi» ne nécessite pas d’arrosage

Les feuilles des courges se fanent souvent par les chaudes journées d’été, même quand le sol est humide. Photo: http://www.groworganic.com

Question: Mes courges étaient flétries avant-hier en après-midi, mais quand je suis allée les arroser, j’ai découvert que le sol était déjà humide. Puis, j’ai remarqué qu’elles avaient repris leur forme le matin, pour flétrir de nouveau hier dans l’après-midi. Qu’est-ce qui ne va pas?

Fernande di Luce

Réponse: Les causes du flétrissement des feuilles sont légion et le manque d’eau n’est que l’une d’elles. Ce symptôme pourrait être dû à la pourriture des racines ou à des insectes perceurs ou mangeurs de racines, mais si c’était le cas, les feuilles resteraient fanées, ce qui ne fut pas le cas chez vous. En fait, ce flétrissement temporaire est quelque chose de beaucoup plus simple.

En début d’après-midi, cette ligulaire (Ligularia stenocephala‘The Rocket’) commence à se flétrir. Photo: urban-oasis.blogspot.com

De nombreuses plantes flétrissent dans la chaleur de l’après-midi — non seulement les courges, mais également les melons, les ipomées, les géraniums, les ligulaires, les pétasites et beaucoup d’autres — sans nécessairement avoir besoin d’arrosage dans l’immédiat. Si le sol est encore humide au toucher, c’est qu’aucun ajout d’eau n’est nécessaire. La récupération totale des feuilles au cours de la nuit est la preuve que la cause n’est pas un manque d’arrosage.

Alors, que se passe-t-il?

Le «flétrissement de l’après-midi» est un phénomène qui arrive quand une plante perd de l’eau à la transpiration plus rapidement que ses racines ne peuvent en absorber. Toutes les plantes transpirent (perdent de l’humidité à l’air ambiant) et d’ailleurs, exception faite des plantes xérophytes, perdent en fait plus d’eau à la transpiration qu’elles n’en utilisent pour leur croissance. 

Souvent les plantes perdent plus d’eau à la transpiration que les racines ne peuvent en absorber. Ill.: http://www.usgs.gov

La transpiration des plantes est en partie un mécanisme d’autoprotection que ces dernières utilisent pour survivre à une chaleur excessive. Comme pour les humains, plus il fait chaud et que le soleil est intense, plus les plantes transpirent, et c’est bénéfique pour les plantes, car transpirer les rafraîchit. Certaines, par contre, vont un peu trop loin et commencent à se faner visiblement, à la grande détresse du jardinier. Et les grandes feuilles, offrant plus de surface pour la transpiration, sont plus susceptibles de flétrir que les plus petites.

Le flétrissement de l’après-midi n’est pas particulièrement nocif pour la plante, mais montre qu’elle n’est pas complètement satisfaite de ses conditions de culture. Bien sûr, vous ne pouvez pas faire grand-chose à propos de la chaleur, mais vous pouvez modifier l’environnement de la plante pour qu’elle ne se transpire pas aussi rapidement.

Avec un bon paillis, les feuilles de ces courges risquent moins de flétrir. Photo: http://www.thedailygardener.com

Il suffit parfois d’appliquer un bon paillis épais (7 à 10 cm) pour que le sol reste plus frais, ce qui refroidit la plante aussi. Cela dit, certaines plantes sont plus à l’aise dans un endroit où le soleil est moins intense. Même les courges et les melons, réputés comme étant des plantes de plein soleil, seront quand même plus en forme dans un emplacement où elles recevront le gros de ce soleil le matin, quand il fait plus frais, tout en profitant d’un léger ombrage rafraîchissant dans l’après-midi. Et si c’est une plante qui tolère bien la mi-ombre ou même l’ombre, comme une ligulaire ou un pétasite, il faudrait logiquement envisager de la déplacer dans un endroit plus sombre où le flétrissement sera absent ou moindre. 

Évidemment, ne gaspillez pas d’eau à arroser une plante lorsque son sol est encore humide. Conservez cette ressource précieuse pour un moment où le sol commencera vraiment à se dessécher!


En deux mots, si vos plantes fanent dans l’après-midi, mais récupèrent toutes seules le lendemain, ce n’est pas un arrosage qu’il leur faut, mais une certaine tolérance de votre part.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

4 comments on “Le «flétrissement de l’après-midi» ne nécessite pas d’arrosage

  1. C’est volontiers.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :