Les fleurs au cœur chaud attisent les bourdons

Par défaut
20180208A FR weclipart.com, clipart-library.com & naturalawakeningsli.com.jpg

La chaleur dégagée par les fleurs attire les abeilles. Source: weclipart.com, clipart-library.com & naturalawakeningsli.com

Certaines fleurs font tout pour plaire à leurs pollinisateurs, fournissant un nectar abondant pour les nourrir, offrant des couleurs séduisantes et des parfums exotiques pour les attirer, modifiant leur forme pour qu’ils puissent s’y sentir à l’aise et même, imprimant des guides de nectar sur leur surface pour les diriger vers la source de nectar. Tout cela, bien sûr, pour assurer la pollinisation. Ces attraits incluent même des couleurs que nos yeux ne peuvent pas distinguer, mais que certains insectes peuvent voir (lisez Ce que les abeilles voient pour plus d’informations).

Et ces astuces fonctionnent! Maintes études avec différents pollinisateurs confirment que les insectes apprennent rapidement à distinguer les fleurs par leur forme, leur couleur et leur parfum et fréquentent surtout les fleurs les plus généreuses, les pollinisant en priorité, et laissent vite tomber celles dont l’offre est jugée insuffisante.

Mais maintenant, nous apprenons que les fleurs ont un attrait moins connu: elles produisent de la chaleur.

On sait depuis longtemps que les fleurs sont souvent plus chaudes que l’air ambiant. Beaucoup de fleurs ont des cellules spécialisées qui captent et concentrent les rayons solaires alors que d’autres font de la thermogenèse: elles produisent leur propre chaleur. Jusqu’à récemment, cependant, on présumait que toutes les parties de la fleur atteignaient sensiblement la même température.

20180208B University of Bristol .jpg

Voici six fleurs vues par photographie thermale. Notez que l’une d’elles, le Papaver rhoeas, en haut à droite, fait partie des 45% des fleurs dont la température est uniforme. Les cinq autres utilisent toutes la chaleur pour diriger leurs pollinisateurs. Source: University of Bristol

Selon une étude parue dans eLife, cependant, de nombreuses fleurs (55% des 118 espèces étudiées) présentent des variations de température supérieures à 2 ºC au sein d’une même fleur. Que cette différence soit de plus de 2 ºC est un facteur notable, car on sait déjà que les abeilles (dans cette étude, il s’agit de bourdons plutôt que d’abeilles à miel) sont capables de détecter des variations de température d’aussi peu que 2 ºC, et ce, au moyen de capteurs thermiques situés dans leurs antennes et leurs pattes.

L’étude a démontré qu’il y avait en moyenne une différence de 5 ºC entre les tissus dégageant de la chaleur et ceux qui n’en dégagent pas. Dans le cas d’une espèce en particulier, la différence était même de 11 ºC! Ces tissus plus chauds se retrouvent concentrés près des organes sexuels de la fleur et orientent ainsi les bourdons vers la source de nectar tout près.

20180208C Viola x wittrockiana 'Mystique Blue Halo' www.thompson-morgan.com.jpg

Les guides de nectar visibles de cette pensée (Viola × wittrockiana ‘Mystique Blue Halo’) font un travail analogue aux tissus qui dégagent de la chaleur: ils dirigent les pollinisateurs vers la source de nectar. http://www.thompson-morgan.com.

Ces différences de température ont été découvertes au moyen de la photographie thermique. Souvent, les tissus dégageant de la chaleur offrent carrément un tracé aux bourdons, commençant vers les extrémités de la fleur pour se concentrer à l’approche des organes sexuels, un effet analogue aux guides de nectar parfois visibles à nos yeux.

Au cours de l’étude, les chercheurs ont utilisé des fleurs artificielles imprimées de différents motifs chauffés par un courant électrique, dont certaines offraient du nectar et d’autres, que de l’eau pure. Autrement, les fleurs étaient strictement identiques. Les bourdons ont vite appris à reconnaître les fleurs offrant du nectar d’après leurs motifs chauffants et à ne visiter que ces fleurs.

Offrir de la chaleur aux insectes pollinisateurs pourrait aussi avoir une autre utilité. Les bourdons (et d’ailleurs tous les insectes pollinisateurs) ont besoin de maintenir une certaine température corporelle pour pouvoir voler par temps frais, alors visiter des «fleurs chauffantes» pourrait être une incitation supplémentaire à visiter la fleur, surtout dans les climats plus froids et lors d’intempéries.

Cette attraction thermique s’applique-t-elle à d’autres insectes que les bourdons, tels que les autres abeilles, les syrphes, les papillons, les guêpes, etc.? Cela reste à voir (je suis sûr qu’il y a encore beaucoup d’études à venir!), mais il semble bien que les fleurs fassent plus pour attirer les pollinisateurs que de tout simplement prendre une belle coloration et de se doter d’un parfum séduisant.20180208A FR weclipart.com, clipart-library.com & naturalawakeningsli.com

Publicités

4 réflexions sur “Les fleurs au cœur chaud attisent les bourdons

  1. Colettek

    À chaque automne ,les bourdons recouvrent les fleurs de mes sédums Autumn Joy et y passent souvent la nuit serait- ce pour y trouver un peu de chaleur?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s