Déjà des semis à faire en janvier?

Par défaut
20180103 worldartsme.com, rdkate.blogspot.ca & mzayat.com.jpg

Source: worldartsme.com, rdkate.blogspot.ca & mzayat.com

La nouvelle année vient à peine de commencer, mais il est déjà temps de semer certaines graines à l’intérieur.

On ne sème si tôt qu’un groupe très limité de plantes particulièrement lentes à arriver à une taille de repiquage raisonnable, car autrement en janvier il est beaucoup trop tôt pour faire des semences. On les fera plutôt en mars ou en avril, même en mai. Il faut toutefois environ quatre à cinq mois de culture à l’intérieur pour les sept plantes suivantes, donc il est temps de sérieusement penser à les semer en janvier ou, au plus tard, au début de février.

  1. Agastache (Agastache foeniculum)
  2. Bégonia tubéreux (Begonia × tuberhybrida)
  3. Datura (Datura metel)
  4. Linaire à feuilles d’origan (Chaenorrhinum origanifolium, syn. glaerosum)
  5. Lisianthus (Eustoma grandiflora)
  6. Dracéna des jardins (Cordyline australis, syn. indivisa)
  7. Kniphofia ou tritome (Kniphofia )

Semis hâtifs: tout un défi!

20171126b

Les semis faits en janvier auront besoin d’un éclairage supplémentaire. Source: Les Idées du jardinier paresseux: Semis

Démarrer des semences en janvier dans les régions septentrionales de l’hémisphère Nord n’est pas si simple. Les jours sont courts, le soleil est faible et, dans de nombreuses régions, le temps est plus souvent gris qu’ensoleillé, ce qui signifie que les semis souffriront d’un sérieux manque de lumière. De plus, les températures devant le rebord de la fenêtre, où la plupart des jardiniers placent leurs plateaux de semences, sont souvent froides et variables alors que presque toutes les semences ont besoin de chaleur et de températures assez uniformes pour bien germer. En conséquence, vous n’avez pas vraiment d’autre choix que de démarrer les semences de janvier (et de février) sous un éclairage artificiel, tel que les lampes de culture fluorescentes ou DEL, et ce, de plus, dans l’emplacement le plus chaud de votre demeure.

20180103D www.amazon.fr.jpg

Cultivez les semis à l’étouffée, avec un tapis chauffant si nécessaire. Source: www.amazon.fr

Commencez toujours les semences d’hiver «à l’étouffée» (en les couvrant d’un dôme ou d’un sac de plastique transparent) pour maintenir une humidité élevée et des températures stables et placez-les dans une pièce qui est au moins modérément chaude (21 à 24 °C). Une autre option pour les réchauffer est de les placer sur un tapis chauffant (un modèle spécialement conçu pour les plantes). Utilisez une minuterie pour régler la durée d’éclairage de la lampe à 14 heures par jour afin de simuler les longues journées d’été et placez les contenants de semences fraîchement semées sous la lampe à environ 15 à 30 cm de la source de lumière. Maintenant, attendez patiemment la germination. (Une raison pour laquelle certaines semences ont besoin d’un semis hivernal est qu’elles sont lentes à germer.)

Semis qui nécessitent un traitement au froid

20180103C.jpg

Pour faire germer les semences de plusieurs végétaux, il faut leur donner un traitement au froid de plusieurs semaines. Source: Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Janvier est également, avec d’ailleurs les mois de décembre et de février, un bon moment pour semer les graines qui ont besoin d’un prétraitement au froid (stratification froide) afin de bien germer. Ce groupe comprend la plupart des arbres et arbustes de climats froids et tempérés, ainsi que de nombreuses vivaces et même quelques annuelles.

Ces semences ne germeront pas tant qu’elles n’auront pas reçu un nombre donné de jours de fraîcheur combinés avec de l’humidité. Il peut s’agir d’aussi peu qu’une ou deux semaines ou de quatre mois ou plus. Cette information vitale paraît normalement sur le sachet de semences. Si vous avez récolté les semences vous-même et ne connaissez pas la durée du traitement au froid nécessaire, je vous suggère de calculer, pour les vivaces, de six à huit semaines: c’est suffisant pour la plupart des espèces. Pour les arbres et arbustes, offrez plutôt 12 semaines.

Notez que le nombre de semaines de froid cité pour une espèce quelconque est toujours le minimum qu’il faut pour assurer la germination, mais qu’il n’y a pas de risque à prolonger le séjour au froid. Donc, si vous démarrez plusieurs semences différentes, chacune avec une durée de traitement différente, vous pouvez toutes les laisser au froid jusqu’à ce que les dernières aient terminé leur plein traitement, puis les faire germer toutes en même temps.

Pour donner une stratification froide, il suffit de semer les graines dans un récipient, exactement comme vous le feriez pour toute autre semence, puis de sceller le contenant dans un sac en plastique transparent et de le placer au réfrigérateur ou dans un caveau à légumes pendant au moins le nombre minimum de semaines. Ensuite, déplacez-le dans un endroit chaud et bien éclairé, comme sur le rebord d’une fenêtre ou sous une lampe de culture, pour que la germination commence.

100 semences qui ont besoin d’un traitement par le froid

Voici 100 plantes qui germent mieux avec un prétraitement au froid, mais il ne s’agit que de la pointe de l’iceberg: il en existe des milliers d’autres. Consultez l’enveloppe des semences ou le site Web du fournisseur de semences pour plus d’informations.

  1. Abies (sapin)
  2. Acer (érable à sucre et plusieurs autres espèces)
  3. Aconitum (aconit)
  4. Alchemilla (alchémille)
  5. Allium (allium ornemental)
  6. Amelanchier (amélanchier)
  7. Aquilegia (ancolie)
  8. Asclepias (asclépiade)
  9. Astrantia (astrance)
  10. Baptisia (faux lupin)
  11. Buddleia (buddleia)
  12. Caltha (populage des marais)
  13. Caryopteris (caryoptère)
  14. Cercis canadensis (gainier du Canada)
  15. Chelone (galane)
  16. Cimicifuga (cierge d’argent)
  17. Clematis (clématite)
  18. Cornus (cornouiller)
  19. Corydalis (fumeterre)
  20. Delphinium (delphinium, pied d’alouette)
  21. Dicentra spectabilis, maintenant Lamprocapnos spectabilis (cœur saignant)
  22. Dictamnus (fraxinelle)
  23. Dodecatheon (gyroselle)
  24. Echinacea (échinacée)
  25. Eremurus (lis à queue de renard)
  26. Eryngium (érynge, panicaut)
  27. Eupatorium (eupatoire)
  28. Filipendula (reine-des-prés)
  29. Forsythia (forsythia)
  30. Fragaria (fraisier)
  31. Fuchsia (fuchsia)
  32. Gentiana (gentiane)
  33. Geranium (géranium)
  34. Goniolimon (statice)
  35. Helianthemum (hélianthème)
  36. Helianthus (tournesol vivace)
  37. Heliopsis (héliopside)
  38. Helleborus (hellébore, rose de Noël)
  39. Hemerocallis (hémérocalle)
  40. Heuchera (heuchère)
  41. Hibiscus moscheutos (hibiscus vivace)
  42. Hypericum (millepertuis)
  43. Iberis (corbeille d’argent)
  44. Ilex* (houx)
  45. Iris (iris, la plupart des espèces)
  46. Incarvillea (incarvillée)
  47. Kirengeshoma (kirengeshoma)
  48. Knautia (knautie)
  49. Lathyrus (pois vivace)
  50. Lavandula (lavande)
  51. Leontopodium (edelweiss)
  52. Lobelia (lobélie, espèces rustiques)
  53. Lonicera (chèvrefeuille)
  54. Macleaya (macleaya)
  55. Magnolia* (magnolia)
  56. Malus (pommier, pommetier)
  57. Mazus (mazus rampant)
  58. Mertensia (mertensia)
  59. Muscari (jacinthe à grappe)
  60. Myrrhis odorata (cerfeuil musqué)
  61. Nepeta (népéta)
  62. Oenothera (onagre)
  63. Opuntia* (opuntia rustique)
  64. Paeonia* (pivoine)
  65. Penstemon (penstemon)
  66. Persicaria (renouée)
  67. Phlox (phlox)
  68. Persicaria orientalis, syn.Polygonum orientale (renouée orientale)
  69. Physalis (coqueret, lanterne chinoise)
  70. Picea(épinette, épicéa)
  71. Platycodon (playcodon)
  72. Primula (primevère)
  73. Pulsatilla (pulsatille)
  74. Quercus (chênes rouges et noirs)
  75. Ranunculus (bouton d’or)
  76. Ratibida (sombrero mexicain)
  77. Rosa (rosier)
  78. Rudbeckia (rudbeckie)
  79. Sambucus (sureau)
  80. Sanguinaria (sanguinaire)
  81. Sanguisorba (sanguisorbe)
  82. Saponaria (saponaire)
  83. Saxifraga (saxifrage)
  84. Scabiosa (scabieuse)
  85. Sedum (sédum, orpin)
  86. Sempervivum (joubarbe)
  87. Sidalcea (sidalcée)
  88. Stokesia (stokésie)
  89. Syringa (lilas)
  90. Thalictrum (pigamon)
  91. Tiarella (tirarelle)
  92. Tricyrtis (lis des crapauds)
  93. Trillium* (trille)
  94. Trollius (trolle)
  95. Tsuga (pruche)
  96. Vernonia (vernonie)
  97. Veronica (véronique)
  98. Viburnum* (viorne)
  99. Viola (violette)
  100. Vitis (vigne, certaines espèces)
*Ces espèces ont besoin d’une double stratification froide, c’est-à-dire de deux traitements au froid séparés par un traitement au chaud, pour stimuler leur germination. Essayez deux à trois mois de froid suivis de deux mois de chaleur, puis d’encore deux à trois mois de froid. Lorsque vous exposerez ces semences assez uniques à la chaleur après ces traitements répétés, la plupart germeront assez prestement.

Bon succès avec tous vos semis!20180103 worldartsme.com, rdkate.blogspot.ca & mzayat.com

Publicités

Un traitement au froid quand le frigo est chargé

Par défaut

20160215AB.jpgBeaucoup de semences de vivaces, d’arbustes et d’arbres ont besoin d’une assez longue période de froid humide avant de pouvoir germer. D’ailleurs, vous découvrirez la technique ainsi qu’une liste de plantes qui l’exigent dans le blogue Ces semences qu’il faut traiter au froid. Mais la technique expliquait comment semer les graines dans de petits pots qu’il fallait par la suite placer au réfrigérateur pendant jusqu’à 3 mois.

Le hic est que tout le monde n’a pas assez d’espace pour des pots dans le frigo. N’y aura-t-il un truc qui demandera moins d’espace? Oui, bien sûr.

D’abord, toutefois, sachez qu’il ne suffit pas de mettre tout simplement le sachet de graines sèches au réfrigérateur. Pour stimuler la germination, le traitement doit être à un froid humide.

step4-1024x732Par contre, vous pouvez facilement faire le traitement sans pot et sans terreau et ainsi économiser de l’espace. Dans ce cas, humidifiez un essuie-tout et essorez-le. Vous voulez qu’il soit à peine humide, pas détrempé. Placez les graines à faire germer sur l’essuie-tout, puis pliez-le en deux, pressant la partie supérieure sur les graines pour assurer un bon contact. Glissez l’essuie-tout dans un sac de plastique de type sandwich et placez le sac au frigo, à plat ou même debout. Il prendra beaucoup moins d’espace qu’un pot de terreau. Vous pouvez même empilez plusieurs sacs les uns sur les autres ou placez un carton de lait ou autres objets sur le ou les sacs. N’oubliez pas d’insérer une étiquette avec le nom de la plante et la date de semis dans le sac.

La plupart des graines auront besoin de 2 ou 3 mois de froid. Quand cette période est terminée, sortez-les de leur sac et semez-les en pot tout simplement, puis réutilisez le sac de plastique comme mini-serre pendant la germination. Exposez alors le pot à un peu de chaleur et, quand les semis lèvent, enlevez la mini-serre et cultivez-les comme n’importe quel autre semis.

Et voilà! Il y a plus d’étapes à suivre, mais au moins vous aurez de l’espace pour autre chose que des semis dans votre réfrigérateur pendant les mois à venir!

Ces semences qu’il faut traiter au froid

Par défaut
20160108C

Beaucoup de semences exigent un hiver froid pour germer.

Plusieurs semences exigent une période de froid avant de germer, notamment la majorité des arbres et arbustes de climat tempéré, mais aussi plusieurs vivaces et même certaines annuelles. On appelle ce traitement une «vernalisation» ou une «stratification froide». Je préfère «traitement au froid»: il me semble que c’est plus clair. Et normalement on amorce le traitement en janvier ou en février afin d’avoir des plants à repiquer au jardin au printemps.

La façon la plus évidente de donner aux graines un traitement au froid est de les semer à l’extérieur à l’automne. Ainsi elles germeront au printemps, comme dans la nature. Par contre, cela les laisse exposées aux insectes, aux mammifères et aux intempéries, avec le résultat que le taux de germination est souvent faible ou encore, on perd rapidement la majorité des semis. Il est plus commode de leur donner leur traitement au froid à l’intérieur, où il peut les garder à l’œil et mieux contrôler les conditions. Et normalement on amorce le traitement en janvier ou en février afin d’avoir des plants à repiquer au jardin au printemps.

Un traitement au froid à l’intérieur réplique la situation des graines dans la nature, où elles tombent au sol à l’automne et restent tout l’hiver au froid et à l’humidité avant de germer au printemps quand la température se réchauffe. Ce besoin de stratification froide est essentiellement une protection développée par l’espèce au cours des millénaires pour empêcher ses graines de germer trop rapidement, au cours, par exemple, d’un automne long et doux ou d’un redoux en janvier, deux phénomènes qui seraient inévitablement suivis de températures froides. C’est comme si une horloge interne disait à la graine: «Voyons, c’est bien trop tôt pour germer! Attends environ quelques mois avant de bouger.» D’ailleurs, en général, plus le climat de la région d’origine de la plante est froid, plus sa vernalisation doit durer longtemps. Les plantes arctiques, par exemple, exigent souvent 4 ou même 5 mois de traitement au froid.

Mais il ne suffit pas de placer le sachet de semences au frigo pour vernaliser son contenu. Il faut que les graines soient dans un milieu froid ET humide pour que la vernalisation s’effectue. C’est cette combinaison qui libère la graine des inhibiteurs naturels qui empêchent la germination. Et le gel n’est pas nécessaire non plus. Ce sont des températures basses mais au-dessus du point de congélation (entre 1°C et 5°C) qui stimulent la germination, soit justement la température d’un réfrigérateur domestique typique (entre 1,6˚C et 4,4˚C).

La technique

487.K

Traitement au froid au réfrigérateur.

Traditionnellement, on sème les graines exigeant un traitement au froid dans pot ou un plateau, on les scelle dans un sac de plastique transparent et on les place dans le réfrigérateur. La durée minimale du traitement au froid des semis varie d’une espèce à une autre, d’aussi peu que 1 ou 2 semaines à jusqu’à 4 ou 5 mois, et l’idéal est de vérifier sur l’étiquette du sachet de semences pour en connaître la durée recommandée. En cas de doute, essayez un traitement de trois mois. Après tout, un traitement de trois mois équivaut à environ un «hiver normal» et est généralement assez pour stimuler la germination de presque tous les semis qui demandent une vernalisation, sauf les espèces arctiques où 4 mois est recommandé.

Si vous expérimentez, sachez qu’il n’y pas de risque à prolonger le traitement au-delà de la durée minimale. Par exemple, laisser des semences qui ne demandent que 2 semaines de froid au frigo pendant 3 mois n’empêchera pas les graines de germer quand le pré-traitement est terminé.

20160108B

Après une exposition à plus de chaleur, les graines traitées devraient germer sans problème.

À la fin du traitement au froid, sortez les contenants du frigo et placez-les à la lumière et à la chaleur (environ 21 à 24˚C pour la plupart des semences) pour stimuler la germination. Par la suite vous traiterez ces semences comme toute autre semence: enlevez le sac après la germination, arrosez quand le terreau est sec, fertilisez quand il a quatre à cinq vraies feuilles, etc.

Enfin, quand la température à l’extérieur se réchauffe, acclimatez les semis aux conditions d’extérieur (placez-les deux ou trois jours à l’ombre, puis deux ou trois jours à la mi-ombre et enfin deux ou trois jours au soleil), puis repiquez-les en plein terre, soit en pépinière (pour les plantes, comme les arbres, les arbustes et les vivaces à croissance lente, qui prendront plus d’un an à devenir présentables), soit directement à leur emplacement final (annuelles et vivaces à croissance rapide).

Si l’espace manque dans votre frigo

20160108D.jpg

On peut faire straitifer les semences dans de petits sacs de vermiculite.

Si vous manquez de place dans votre réfrigérateur, vous pouvez essayer une autre méthode de stratification froide. Il suffit de mélanger la semence dans quelques cuillerées de vermiculite humide. Scellez le mélange dans un petit sac en plastique transparent et placez-le dans le réfrigérateur (cela prend beaucoup moins d’espace que des pots et vous pouvez même empiler vos sacs de semis un sur le dessus de l’autre). Quand leur période de froid est terminé, sortez les petits sacs de semences du réfrigérateur et placez-les dans un endroit chaud et moyennement éclairé. Dès que vous voyez un début de germination, sortez chaque semis du sac, empotez-le délicatement dans son propre petit pot et arrosez-les doucement. À partir de ce moment, traitez les plants comme ci-dessus, les faisant pousser en pot pour les repiquer éventuellement en pleine terre.

Double stratification froide

Pour certaines semences, un seul traitement au froid ne suffit pas. Il en faut deux! En effet, certaines graines ne germent pas avant 2 ou 3 ans dans la nature. On peut toutefois les faire germer en seulement une année dans la maison en leur faisant une double stratification froide. Dans ce cas, donnez-leur 2 à 3 mois au frigo, exposez les graines à la chaleur pendant 2 mois, puis remettez les graines au frigo pendant 2 à 3 mois. Cette fois-ci, quand vous sortez les graines du réfrigérateur, la germination devrait avoir lieu prestement. Sinon, essayez un troisième traitement!

Espèces demandant un traitement au froid

Voici une liste bien partielle des graines exigeant normalement un traitement au froid pour germer. Lisez toujours les instructions à l’endos du sachet de semences avant procéder au semis.

En cas de doute, déterminez d’où vient la plante à l’état sauvage. Si elle vient d’une région froide et que ses graines mûrissent à la l’automne, il y a de forte chances que ses semences exigeront un traitement au froid pour germer.

  1. Abies (sapin)
  2. Acer (érable à sucre et plusieurs autres espèces)
  3. Aconitum (aconit)
  4. Alchemilla (alchemille)
  5. Allium (allium ornemental)
  6. Amelanchier (amélianchier)
  7. Aquilegia (ancolie)
  8. Asclepias (asclépiade)
  9. Astrantia (astrances)
  10. Baptisia (faux lupin)
  11. Buddleia (buddleia)
  12. Caltha (populage des maris)
  13. Caryopteris (caryoptère)
  14. Cercis canadensis (gainier du Canada)
  15. Chelone (galane)
  16. Cimicifuga (cierge d’argent)
  17. Clematis (clématis)
  18. Cornus (cornouiller)
  19. Corydalis (fumeterre)
  20. Delphinium (delphinium, pied d’alouette)
  21. Dicentra spectabilis, maintenant Lamprocapnos spectabilis (cœur saignant)
  22. Dictamnus (fraxinelle)
  23. Dodecatheon (gyroselle)
  24. Echinacea (échinacée)
  25. Eremurus (lis queue de renard)
  26. Eryngium (érynge, panicaut)
  27. Eupatorium (eupatoire)
  28. Filipendula (reine-des-prés)
  29. Forsythia (forsythia)
  30. Fragaria (fraisier)
  31. Fuchsia (fuchsia)
  32. Gentiana (gentiane)
  33. Geranium (géranium)
  34. Goniolimon (statice)
  35. Helianthemum (hélianthème)
  36. Helianthus (tournesol vivace)
  37. Heliopsis (héliopside)
  38. Helleborus (hellébore, rose de Noël)
  39. Hemerocallis (hémérocalle)
  40. Heuchera (heuchère)
  41. Hibiscus moscheutos (hibiscus vivace)
  42. Hypericum (millepertuis)
  43. Iberis (corbeille d’argent)
  44. Ilex* (houx)
  45. Iris (iris, la plupart des espèces)
  46. Incarvillea (incarvillée)
  47. Kirengeshoma (kirengeshoma)
  48. Knautia (knautie)
  49. Lathyrus (pois vivace)
  50. Lavandula (lavande)
  51. Leontopodium (edelweiss)
  52. Lobelia (lobélies, espèces rustiques)
  53. Lonicera (chèvrefeuille)
  54. Macleaya (macleaya)
  55. Magnolia* (magnolia)
  56. Malus (pommier, pommetier)
  57. Mazus (mazus rampant)
  58. Mertensia (mertensia)
  59. Muscari (jacinthe à grappe)
  60. Myrrhis odorata (cerfeuil musqué)
  61. Nepeta (népéta)
  62. Oenothera (onagre)
  63. Opuntia* (opuntia rustique)
  64. Paeonia* (pivoine)
  65. Penstemon (penstemon)
  66. Persicaria (renouée)
  67. Phlox (phlox)
  68. Persicaria orientalis, syn. Polygonum orientale (renouée orientale)
  69. Physalis (coqueret, lanterne chinoise)
  70. Picea (épinett, épicéa)
  71. Platycodon (playcodon)
  72. Primula (primevère)
  73. Pulsatilla (pulsatille)
  74. Quercus (chênes rouges et noirs)
  75. Ranunculus (bouton d’or)
  76. Ratibida (sombrero mexicain)
  77. Rosa (rosier)
  78. Rudbeckia (rudbeckie)
  79. Sambucus (sureau)
  80. Sanguinaria (sanguinaire)
  81. Sanguisorba (sanguisorbe)
  82. Saponaria (saponaire)
  83. Saxifraga (saxifrage)
  84. Scabiosa (scabieuse)
  85. Sedum (sédum, orpin)
  86. Sempervivum (joubarbe)
  87. Sidalcea (sidalcée)
  88. Stokesia (stokésie)
  89. Syringa (lilas)
  90. Thalictrum (pigamon)
  91. Tiarella (tirarelle)
  92. Tricyrtis (lis des crapauds)
  93. Trillium* (trille)
  94. Trollius (trolle)
  95. Tsuga (pruche)
  96. Vernonia (vernonie)
  97. Veronica (véronique)
  98. Viburnum* (viorne)
  99. Viola (violette)
  100. Vitis (vigne, certaines espèces)

*Certaines espèces demanderont une double stratification froide.

 

Le temps des semis? Pas si vite!

Par défaut

20150201CLes jours s’allongent, les plantes d’intérieur commencent à produire de nouvelles pousses, nous avons tellement hâte que le printemps arrive que… parfois nous faisons nos semis trop tôt.

Rappelons l’adage «rien ne sert de courir, il faut partir à point ». Il est très approprié pour les semis. Pourtant, le contraire semble logique: si je sème mes tomates (ou mes pétunias ou mes poivrons) plus tôt que la recommandation, j’aurais des résultats plus rapidement, non? Non, justement. Combien de fois je reçois des courriels de quelqu’un qui veut savoir que faire de ses concombres (juste un exemple) qui courent partout dans le salon en avril et qui commencent à fleurir. Ces plants trop avancés ne donneront jamais une bonne floraison ou fructification dans la maison et quand on essaie d’acclimater les plantes trop avancées au jardin, ils font patate. Les semis reprennent mieux quand ils sont encore jeunes et vigoureux, sans encore porter des fleurs ou des boutons. En fait, mieux vaut faire ses semis un peu en retard que trop tôt. Commencez trop tôt, c’est presque la pire erreur qu’on peut faire avec les semis. Les habitués le savent, mais l’enthousiasme des néophytes les stimule à sauter trop rapidement dans l’arène.

20150201APrésentement, les jours sont encore trop courts pour bien réussir les semis devant une fenêtre. Les rares semis à faire très tôt (la liste suivra) dans la maison préféreront une culture sous des lampes fluorescentes où on peut assurer des journées de 14 à 16 heures.

Voici les (rares) semis qu’on peut faire au début de février:

Bégonia tubéreux (Begonia x tuberhybrida) (attention : éclairage de moins de 15 heures)
Campanule carillon, tasse et soucoupe (Campanula medium)
Daturas doubles (Datura metel) (mais semez Datura stramonium en pleine terre en mai)
Fougères
Julienne des dames (Hesperis matronalis)
Laurentia (Laurentia axillaris ou plus correctement Isotoma axillaris)
Lavande (Lavandula)
Linaire à feuilles d’origan (Chaenorrhinum organifolium, syn. C. glaerosum)
Vivaces exigeant un traitement au froid pour germer (Aconitum, Agastache, Anemone, Astrantia, Dictamnus, Gentiana, Helleborus, Helianthus, Hibiscus, Kniphofia, Lilium, Maianthemum, Eryngium, Paeonia, Primula, Scabiosa, Thalictrum, Trollius, etc.)

487.KTraitement au froid: Semez ces graines en février dans un pot de terreau humide, plus scellez leur pot dans un sac de plastique et placez le tout au frigo. À la mi-mars ou début d’avril, exposez le pot à la lumière et à la chaleur pour stimuler la germination. Notez aussi que les arbres, arbustes et conifères de climat froid ont aussi presque tous besoin d’un traitement au froid pour bien germer.

Attention! La liste précédente a été élaborée pour les jardiniers québécois, donc pour un climat où le repiquage en pleine terre se fera à la fin de mai ou début de juin. Pour les lecteurs qui jardinent dans des régions plus tempérées, je vous suggère de consulter un spécialiste de votre secteur pour savoir quoi semer en février.