Pourquoi faire des semis à l’intérieur ?

Par défaut

Les jardiniers chevronnés connaissent déjà les avantages de démarrer des semences d’annuelles, de légumes et d’autres plantes à l’intérieur, mais si vous êtes nouveau dans le monde du jardinage, vous vous demandez peut-être s’il vaut la peine de vous y lancer. Voici quelques explications qui confirment que le jeu en vaut la chandelle.

Parce que la saison de jardinage locale n’est pas assez longue. Beaucoup de légumes et de plantes annuelles ont besoin d’une longue saison de croissance avant de commencer à bien performer : tomates, poivrons, pétunias, bégonias, etc. Si vous les semez en pleine terre, ils n’auront pas le temps de produire plus que du feuillage. Bien sûr, si vous profitez d’une très longue saison de croissance (par exemple, si vous habitez la Côte d’Azur), vous pouvez les semer directement à l’extérieur, mais pour la majorité des lecteurs de ce blogue, qui vivent sous un climat tempéré, il faut vraiment donner à ces végétaux quelques semaines, voire quelques mois, de culture à l’abri.

Semez à l’intérieur si vous voulez obtenir des résultats plus rapidement. Ill.: clipart-library.com, montage: jardinierparesseux.com

Parce que vous voulez obtenir des résultats plus rapidement. D’accord, il y a d’autres plantes annuelles et légumes qui produisent, même sous un climat aux étés plutôt courts, une récolte décente ou un nombre raisonnable de fleurs lorsqu’on les sème directement en pleine terre, mais voulez-vous vraiment attendre si longtemps ? Le fait de semer des graines à l’intérieur donne des plantes qui arrivent à maturité plus rapidement. Si vous voulez croquer des primeurs ou avoir des fleurs avant le milieu de l’été, commencez ces graines à l’intérieur.

Parce qu’à l’intérieur, vous pouvez mieux contrôler leurs conditions de culture. Dans le jardin, vos petits semis sont à la merci du temps : le sol peut être trop froid ou trop chaud, trop humide ou trop sec et il peut y avoir présence de maladies et d’insectes. Comme vous pouvez l’imaginer, un mauvais départ ne donnera pas des plantes fortes ! Certains légumes et annuelles ont besoin de chaleur pour bien germer, ou encore, d’une terre qui est toujours d’une humidité relativement stable. Et presque tous les semis seront endommagés par le gel. Ils réussissent mieux quand on les démarre à l’intérieur, là où il fait toujours chaud et où le jardinier peut les arroser selon leurs besoins. D’autres ont des problèmes de parasites et des maladies à prendre en compte : leur donner quelques semaines de croissance à l’intérieur peut leur assurer une longueur d’avance sur leurs ennemis.

Faire des semis à l’intérieur, c’est économique! Ill.: http://www.vegetablegardener.com & http://www.pinclipart.com, montage: jardinierparesseux.com

Parce que faire ses propres semis coûte moins cher que d’acheter des plants produits en serre.  Même, beaucoup moins cher ! Avec un sac de terreau, des récipients recyclés variés utilisés comme pots, plateaux et dômes, et quelques paquets de semences, une dépense de peut-être 20 $ (13 €), vous pouvez facilement produire des centaines de plantes. C’est plusieurs fois moins cher que le prix des plantes en caissettes. Vous n’avez donc pas besoin de produire beaucoup de semis vous-même pour récupérer votre investissement.

Parce que les variétés que vous voulez cultiver ne sont tout simplement pas vendues localement. Vous pensez peut-être qu’une grande jardinerie vend toutes les plantes possibles, mais vous vous trompez. Elle n’offre en fait qu’un choix extrêmement limité : 10 ou 12 variétés de tomates, par exemple, alors qu’il en existe plus de 15 000 ! Si vous recherchez un légume du patrimoine, un grand muflier (presque toutes les annuelles vendues en caissette de nos jours sont des variétés naines !) ou quelque chose d’autre que les plantes les plus ordinaires, vous n’en trouverez tout simplement pas parmi les plantes vendues sur le marché local. Heureusement, les différents catalogues de semences (et il en existe des centaines) offrent un excellent choix de plantes moins communes que vous pourrez cultiver à partir de semences.

Les vendeurs de jeunes plants peuvent rarement garantir que leurs plants sont biologiques. Photo: http://www.tibs.com & worldartsme.com

Parce que vous voulez être sûr de cultiver des légumes et des fleurs biologiques. Peu de producteurs commerciaux garantiront que leurs plantes n’ont pas été traitées avec des pesticides, y compris les néonicotinoïdes tant redoutés ces temps-ci. Ou qu’elles n’ont pas au moins partagé une tablette avec les plantes ainsi traitées. Mais lorsque vous semez des plantes vous-même, vous pouvez contrôler quels pesticides sont utilisés et vous limiter strictement aux produits biologiques. 

Parce que vous aimez semer des graines à l’intérieur.Un néophyte pourrait trouver cela peu probable, mais en fait, semer des graines à l’intérieur, les regarder germer et grandir, leur donner de petits soins attentifs, etc. peut être très, très satisfaisant.

Où semer les semences ?

Ce ne sont pas tous les légumes et les annuelles qui profitent réellement d’un démarrage à l’intérieur. En fait, beaucoup réussissent mieux lorsque vous les semez en pleine terre. Le tableau suivant vous présente plusieurs annuelles et légumes populaires et leur emplacement de germination préféré.

Les informations fournies ci-dessous sont basées sur le jardinage dans les zones tempérées, où la belle saison est relativement courte, soit de moins de 150 jours. Si vous pouvez jardiner 9 mois par an dans votre patelin, beaucoup plus de plantes pourraient migrer vers la colonne « semer à l’extérieur ».

Légumes

Semer à l’intérieurSemer à l’intérieur ou
à l’extérieur
Semer à l’extérieur
Artichaut
Asperge
Aubergine
Basilic
Brocoli
Céleri
Cerise de terre
Chou
Chou kale
Chou-fleur
Choux de Bruxelles
Gombo
Oignon (à partir de
semences*)
Poireau
Poivron/piment
Tomate
Bette à carde
Chicorée 
Concombre
Coriandre/cilantro
Courge (citrouille,
courgette, etc.)
Endive
Laitue
Melon 
Persil







Betterave
Bourrache
Carotte
Épinard
Fève
Haricot
Maïs sucré
Navet
Pois
Radis
Rutabaga






*On peut aussi partir des oignons à partir de petits bulbes (oignonets) plantés en pleine terre.

Annuelles

Semer à l’intérieurSemer à l’intérieur ou
à l’extérieur
Semer à l’extérieur
Agérate
Amarante
Bégonia
Browallia
Cinéraire maritime
Coléus
Dahlia
Dracéna des jardins
Héliotrope
Impatiens
Lobélie érine
Muflier
Nicotiana
Œillet 
Pélargonium
Pensée 
Pervenche de Madagascar
Pétunia
Pourpier à grandes fleurs
Ricin
Rudbeckie hérissée
Sauge ornementale
Alysse odorante
Calendula (souci)
Capucine
Célosie
Cléome
Cosmos
Immortelle
Ipomée (gloire du matin)
Lavatère
Œillet de Chine
Œillet de poète
Phlox annuel
Reine-marguerite
Zinnia








Centaurée bleuet (bleuet)
Coquelicot
Dauphinelle
Nigelle
Pavot de Californie
Pavot somnifère
Pois de senteur
Tournesol (soleil)














Publicités

Démarrer des semences, simple comme bonjour!

Par défaut

Texte traduit et adapté d’un communiqué de presse de la Home Garden Seed Association.

Si vous n’avez jamais semé de graines, vous serez peut-être surpris de la facilité avec laquelle vous pouvez démarrer, au printemps, un beau jardin estival productif à partir de quelques simples sachets de semences.

Utilisez des semences de qualité.

Vous pourriez être tenté d’utiliser des semences des années précédentes, mais si elles ont été conservées dans un garage, où la température varie beaucoup, ou qu’elles ont plus de deux ans, leur pouvoir germinatif pourrait avoir beaucoup diminué. En cas de doute, achetez des semences fraîches auprès d’un vendeur de semences de confiance.

Maximisez la lumière.

Qu’il soit naturel ou artificiel, un éclairage adéquat est essentiel pour une bonne croissance des plantules.

Ne commencez pas vos semis à l’intérieur trop tôt.

Plus vous démarrez vos semences tôt dans la saison, plus il y a de risques que les semis soient chétifs et faibles. Pour déterminer la bonne date pour démarrer une semence donnée, lisez les instruction sur son sachet. On indique généralement le nombre de semaines recommandé avant la date du repiquage en pleine terre. La date du dernier gel n’est pas en soi très utile à connaître. Pour la plupart des semis, il s’agit généralement de calculer plutôt la date à partir de laquelle la température nocturne demeure supérieure à 10 °C. Pour la tomate, par exemple, comptez 4 à 6 semaines avant cette date et voilà! Vous avez la bonne date pour faire le semis intérieur.

Astuce: Planifiez d’abord votre jardin et commandez vos semences par la suite. 

Quelles graines devrais-je démarrer à l’intérieur?

Il n’est pas nécessaire, ni même recommandé, de semer tous les types de semences à l’intérieur. En fait, il y en a même beaucoup, notamment parmi les légumes-racines et les légumes-feuilles, qu’il vaut mieux semer directement en pleine terre, normalement quand il n’y a plus de risque de gel.

Dans certaines régions, il est judicieux de semer les salades (laitue, épinard, chou frisé, etc.) à l’intérieur pour obtenir une première récolte précoce, puis de semer les mêmes légumes à l’extérieur plus tard pour prolonger la saison de récolte.

Les carottes, la laitue et les tournesols sont parmi les variétés qui sont faciles à cultiver à partir de semences. Photo: http://www.ezfromseed.org

Variétés à semer à l’intérieur

Aubergine
Brocoli
Chou
Chou de Bruxelles
Chou-fleur
Herbes aromatiques (la plupart) 
Oignons
Poivrons
Tomates
Vivaces

Variétés à semer à l’intérieur ou à l’extérieur

Basilic
Bette à carde
Capucine
Chou frisé
Concombre
Épinard
Laitue et autres salades
Melon
Persil
Tournesol
Zinnia

Variétés à semer à l’extérieur


Aneth
Betterave
Carotte
Coriandre
Haricot
Maïs
Navet
Oignon de printemps
Panais
Pois
Radis
Roquette

Astuce: Si vous vous limitez à acheter en pépinière, au printemps, des plants à repiquer, vous manquerez beaucoup de belles occasions. En effet, plusieurs plantes sont uniquement offertes sous forme de semences. Parmi elles, on retrouve presque tous les légumes et fines herbes à croissance rapide ainsi que les fleurs anciennes telles la dauphinelle, le quatre-heures et l’amarante qui sont uniquement disponibles en sachets de semences.

Où devrais-je placer mes semis d’intérieur?

Une fenêtre ensoleillée peut fournir suffisamment de lumière. Sinon, vous devrez peut-être acheter une lampe de culture. Photo: http://www.cornerstoneacresfarm.com.

Une fenêtre orientée au sud ou à l’ouest fournira une lumière adéquate, en supposant que vous attendiez les longs jours d’avril pour démarrer vos semis. Si vous avez une véranda vitrée très ensoleillée, c’est encore mieux, mais il vous faudra alors surveiller la température. Un chauffage supplémentaire sera nécessaire lors des nuits froides. 

Si un éclairage naturel intense n’est pas disponible, vous pouvez acheter des lampes de culture. Des tubes fluorescents Cool White (blanc froid) sont parfaits pour les semis et sont beaucoup plus économiques que les tubes horticoles à large spectre. Placez la lampe à 5 à 10 cm au-dessus de vos semis et maintenez-la allumée de 16 à 18 heures par jour.

La culture en bref

Matériaux

Ramassez vos matériaux avant de commencer. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les idées du jardinier paresseux: Semis

Pour les semis faits à l’intérieur, procurez-vous un bon terreau artificiel et des récipients. Il peut s’agir de contenants de plastique recyclés de l’épicerie, de barquettes transparentes (également de l’épicerie), de plateaux et de pots achetés, de godets de tourbe biodégradables ou de tout autre récipient d’au moins 5 cm de profondeur. Assurez-vous de percer des trous de drainage si le récipient n’en a pas.

Semer à l’intérieur

Avant d’y semer les graines, commencez par humidifier le terreau: il doit avoir la consistance d’une éponge essorée. Normalement, on sème deux à trois graines par pot ou alvéole, éliminant tout surplus lorsque les jeunes plants produisent leurs premières vraies feuilles. Cela vaut pour presque toutes les plantes que vous sèmerez, y compris les poivrons, les aubergines, les courges, les fleurs annuelles et même les salades.

Tapis chauffant. Photo: http://www.feathersinthewoods.com

Astuce: Si la pièce où vous démarrez vos semences est plutôt froide, achetez un tapis chauffant que vous pouvez placer sous les plateaux de vos semis pour accélérer la germination. Une fois que les graines ont germé, retirez le plateau du tapis.

Repiquage

Si vous semez des rangées de semences dans des plats ou des contenants recyclés, laissez 1,25 cm entre chaque graine. Transplantez les plants dans des pots ou alvéoles individuels quand ils ont une ou deux paires de vraies feuilles.

La santé des semis

Les plantules prospèrent lorsqu’elles reçoivent beaucoup de lumière et suffisamment d’eau: le terreau doit toujours être un peu humide, mais jamais détrempé. Commencez à les fertiliser avec un engrais liquide à un quart de la concentration recommandée quand elles ont au moins deux paires de vraies feuilles. Si possible, placez les pots de semis à l’extérieur au printemps au cours des journées chaudes et ensoleillées.

Si vous semez en pleine terre

Certaines variétés — les pois sont un bon exemple — n’ont pas besoin d’être semées à l’intérieur. Semez-les directement dans le jardin. Photo: http://www.wyevalegardencentres.co.uk

Lisez le sachet des légumes-racines, des légumes verts, des haricots et d’autres semis pour connaître l’espacement recommandé entre les semis. Les jardiniers, en particulier les novices, ont tendance à les semer trop serrés. Normalement, un espacement d’environ 2,5 cm est adéquat pour les semences de légumes-feuilles et de légumes-racines lorsque vous les semez directement en pleine terre. 

Astuce: À l’exception des «bébés légumes», tous les semis doivent être éclaircis conformément aux instructions du sachet. Les plants trop entassés ne prospéreront pas.

Et voilà! Démarrer des semences est vraiment simple comme bonjour!

Semences à ne pas recouvrir

Par défaut

20180326A 588ku.com.jpg

Nul besoin de creuser jusqu’en Chine lorsque vous semez des graines très fines: elles préfèrent rester en surface! Source: 588ku.com

En général, quand vous achetez des semences, la profondeur et l’espacement des semis sont indiqués sur le sachet. Sinon, vous trouverez ces détails dans un bon livre ou sur Internet. Ou suivez la règle suivante: semez à une profondeur égale à 3 ou 4 fois le diamètre des graines et laissez 1 cm entre les graines (2 cm pour les grosses graines).

N’enterrez pas les graines très fines, cependant, celles qui sont presque comme de la poussière: leur petitesse indique que, dans la nature comme au jardin ou en pot, elles préfèrent germer à la surface du sol. Aussi, ces mêmes semences ont généralement besoin de lumière pour germer alors, quand vous les semez à l’intérieur, il faut toujours placer leur pot dans un emplacement bien éclairé, même avant la germination.

Il s’agit tout simplement de:

20180326F Claire Tourigny, HC.jpg

Source (cette illustration et les suivantes): Claire Tourigny, tirées du livre Les idées du jardinier paresseux: Semis.

1. Remplir le pot ou un plateau de terreau humide et égaliser.

20180326B Claire Tourigny, HC.jpg

2. Éparpiller les graines de la façon la plus égale possible à la surface du terreau.

20180326C Claire Tourigny, HC.jpg

3. Presser doucement le terreau avec un bloc de bois pour y faire adhérer les graines, mais sans les enterrer.

20180326D Claire Tourigny, HC4. Vaporiser délicatement avec de l’eau tiède pour leur signaler qu’il est temps de germer.

20180326E gardening.stackexchange.com.jpg

Cultivez les semis à l’étouffée jusqu’à la germination. Source: gardening.stackexchange.com

Par la suite, traitez-les comme n’importe quelle autre semence, plaçant le pot à l’étouffée (dans une mini-serre) dans un emplacement chaud et bien éclairé, mais sans soleil direct, jusqu’à la germination.

Semences qu’il vaut mieux ne pas enterrer

  1. Achillée (Achillea spp.)
  2. Aconit (Aconitum spp.)
  3. Agastache (Agastache foeniculum et autres)
  4. Agérate (Ageratum houstonianum)
  5. Alysse odorante (Lobularia spp.)
  6. Amsonie (Amsonia spp.)
  7. Ancolie (Aquilegia spp.)
  8. Angélique (Angelica archangelica)
  9. Angélonia (Angelonia angustifolia)
  10. Anthémis des teinturiers (Anthemis tinctoria)
  11. Arabette (Arabis caucasica et autres)
  12. Astilbe (Astibe spp.)
  13. Astrance (Astrantia major et autres)
  14. Aubrétie (Aubrieta spp.)
  15. Barbe de bouc (Aruncus dioicus et autres)
  16. Basilic (Ocimum basilicum)
  17. Bégonia (Begonia spp.)
  18. Bergenia (Bergenia cordifolia et autres)
  19. Browallia (Browallia speciosa)
  20. Campanule carillon (Campanula medium)
  21. Chrysanthemum vivace (Chrysanthemum morifolium, anc. Dendranthema grandiflorum)
  22. Ciboulette ail ou ciboule de Chine (Allium tuberosum)
  23. Cinérarire maritime ou Dusty Miller (Senecio cineraria, Centaurea cineraria et autres)
  24. Clarkia élégant (Clarkia unguiculata, syn. C. elegans)
  25. Cloches d’Irlande (Moluccella laevis)
  26. Cœur saignant (Dicentra spectabilis)
  27. Corbeille d’or (Aurinia saxatilis, syn. Alyssum saxatile)
  28. Corydale (Corydalis spp.)
  29. Cosmidium (Cosmidium burridgeanum)
  30. Doronic (Doronicum spp.)
  31. Eucalyptus (Eucalyptus cinerea, E. globulus et autres)
  32. Fétuque bleue (Festuca ovina glauca et autres)
  33. Ficoïde glaciale (Dorotheanthus bellidiformis et Mesembryanthemum crystallinum)
  34. Fougères (divers genres: Matteuccia, Athyrium, etc.)
  35. Gaillarde (Gaillardia x grandiflora et autres)
  36. Giroflée des jardins (Matthiola incana)
  37. Gloxinia rustique (Incarvillea delavayi et autres)
  38. Gueule-de-loup (Antirrhinum majus)
  39. Gypsophile des murailles (Gypsophila muralis)
  40. Heuchère (Heuchera spp.)
  41. Ibéride (Iberis sempervirens et autres)
  42. Immortelle à bractées (Xerochrysum bracteatum, syn. Helichrysum bracteatum)
  43. Impatiente de l’Himalaya (Impatiens glandulifera)
  44. Incarvillée (Incarvillea delavayi et autres)
  45. Julienne de Mahon (Malcomia maritima)
  46. Julienne des dames (Hesperis matronalis)
  47. Kochia (Bassia scoparia, syn. Kochia scoparia)
  48. Laurentia (Laurentia axillaris, syn. Isotoma axillaris)
  49. Liatride (Liatris spicata et autres)
  50. Lobélie érine (Lobelia erinus)
  51. Lobélie vivace (Lobelia cardinalis, L. siphilitica et autres)
  52. Malcomia maritime  (Malcomia maritima)
  53. Mélisse (Melissa officinalis)
  54. Mignonnette (Reseda odorata)
  55. Mimule (Mimulus spp.)
  56. Muflier (Antirrhinum majus)
  57. Muflier grimpant (Asarina, Lophospermum et Maurandya)
  58. Myosotis (Myosotis sylvatica et autres)
  59. Némésie (Nemesia strumosa et autres)
  60. Œil de bœuf (Buphthalmum salicifolium)
  61. Origan (Origanum vulgare)
  62. Ostéospermum (Osteospermum spp., syn. Dimorphotheca spp.)
  63. Pâquerette (Bellis perennis)
  64. Pavot bleu (Meconopsis betonicifolia et autres)
  65. Pavot d’Orient (Papaver orientale, P. bracteatum et autres)
  66. Pavot tangerine (Papaver rupifragum)
  67. Pennisétum annuel (Pennisetum setaceum, P. villosum)
  68. Pigamon (Thalictrum spp.)
  69. Platycodon (Platycodon grandiflorum)
  70. Pulmonaire (Pulmonaria saccharata et autres)
  71. Rodgersia (Rodgersia aesculifolia et autres)
  72. Sagine des montagnes (Arenaria montana)
  73. Sarriette commune ou sarriette d’été (Satureja hortensis)
  74. Sauge éclatante (Salvia splendens)
  75. Sauge farineuse (Salvia farinacea)
  76. Saxifrage (Saxifraga spp.)
  77. Soleil du Mexique (Tithonia rotundifolia)
  78. Tabac d’ornement (Nicotiana alata, N. sylvestris et autres)
  79. Tanaisie (Tanacetum vulgare)
  80. Thym (Thymus vulgaris et autres)
  81. Tiarelle (Tiarella cordifolia)
  82. Torénia (Torenia fournieri et autres)
  83. Trachélie (Trachelium caeruleum)
  84. Zinnia rampant (Sanivitalia procumbens)20180326A 588ku.com

Semis à faire à l’intérieur au début de mai

Par défaut

20160501.jpgVous pensiez que la saison des semis à l’intérieur était terminée? Mais pas du tout! Il y a encore une foule de plantes qu’il vaut la peine de semer à l’intérieur. Il s’agit typiquement des plantes à croissance rapide qu’il ne faut pas semer trop tôt, sinon ils s’étiolent dans la maison, mais qui profitent quand même d’un semis fait à la chaleur, ce qu’on ne peut pas encore garantir si on les sème à l’extérieur.

En voici des exemples:

  1. Agérate (Ageratum houstonianum)
  2. Alysse odorante (Lobularia maritima)
  3. Amarante (Amaranthus spp.)
  4. Balsamine (Impatiens balsamina)
  5. Basilic (Ocimum basilicum)
  6. Brachyscome (Brachyscome iberidifolia)
  7. Célosie (Celosia argentea et autres)
  8. Centaurée annuelle (Centaurea cyanus et autres)
  9. Chou d’ornement (Brassica olearcea acephala)
  10. Chou de Bruxelles (Brassica oleracea gemmifera)
  11. Chou-rave (Brassica olearcea gognylode)
  12. Ciboulette (Allium schoenoprasum)
  13. Ciboulette ail (Allium tuberosum)
  14. Citrouille (Cucurbita pepo)
  15. Cléome (Cleome hasslerana)
  16. Cosmos (Cosmos bipinnatus et C. sulphureus)
  17. Courge et courgette (Cucurbita pepo)
  18. Épinard (Spinacia oleracea)
  19. Félicia (Felicia bergeriana, F. heterophylla)
  20. Fenouil (Foeniculum vulgare)
  21. Gaillarde annuelle (Gaillardia pulchella)
  22. Gloire du matin (Ipomoea spp.)
  23. Gypsophile élégante (Gypsophila elegans)
  24. Impatiente de l’Himalaya (Impatiens glandulifera)
  25. Laitue (Lactuca sativus)
  26. Lin annuel (Linum grandiflorum, L. usitatissimum et autres)
  27. Lin vivace (Linum perenne, L. flavum, etc.)
  28. Marguerite bleue (Felicia bergeriana, F. heterophylla)
  29. Melon (Cucumis melo)
  30. Melon d’eau (Citruillus lanatus)
  31. Molène (Verbascum bombyciferum, V. olympicum, etc.)
  32. Némophile (Nemophila spp.)
  33. Nolana (Nolana paradoxa, N. humifusa)
  34. Œillet d’Inde (Tagetes patula, T. patula x erecta)
  35. Phacélie (Phacelia campanularia, P. tanacetifolia et autres)
  36. Pois de senteur (Lathyrus odoratus)
  37. Renouée orientale (Persicaria orientale, syn. Polygonum orientale)
  38. Ricin (Ricinus communis)
  39. Rodgersia (Rodgersia aesculifolia et autres)
  40. Rose d’Inde (Tagetes erecta)
  41. Sarriette commune ou sarriette d’été (Satureja hortensis)
  42. Statice (Limonium sinuatum et autres)
  43. Tournesol (Helianthus annuus)
  44. Zinnia (Zinnia spp.)
  45. Zucchini (Cucurbita pepo)

Semis à faire à l’intérieur à la mi-avril

Par défaut

20160415A.jpgNous voilà au cœur de la saison des semis intérieur. Il y a désormais autant de variétés à semer à cette saison que des variétés que, théoriquement, vous auriez dû déjà avoir semées.

Pour voir les «rendez-vous manqués», allez voir Semis à faire à l’intérieur au début d’avrilSemis à faire à l’intérieur à la mi-marsSemis à faire à l’intérieur au début de mars, etc.

Voici les semis à faire à l’intérieur à partir de la mi-avril :

Aneth (Anethum graveolens)
Arabette (Arabis caucasica et autres)
Arachide (Arachis hypogaea)
Arctotide (Arctotis hybrida, anc. Venidium)
Argémone (Argemone mexicana et autres)
Aster (Aster spp. (incluant SymphtrichonEurybia et autres)
Astilbe (Astilbe spp.)
Aubrétie (Aubrieta spp.)
Aulnée (Inula spp.)
Baptisia ou faux indigotier (Baptisia spp.)
Belle-de-jour (Convolvulus tricolor)
Bident (Bidens aureaB. ferulifolia et autres)
Buglosse d’Italie (Anchusa azurea et autres)
Camomille allemande ou matricaire (Matricaria recutita, syn. Matricaria chamomilla)
Céraiste tomenteux (Cerastium tomentosum)
Cerfeuil (Anthriscus cerefolium)
Chardon écossais (Onopordum acanthium)
Chou frisé ou kale (Brassica oleracea acephala)
Chrysanthème annuel (Glebionis carinatum (anc. Chrysanthemum carinatum) et autres)
Clarkia élégant (Clarkia unguiculata, syn. C. elegans)
Cœur saignant (Dicentra spectabilis)
Coquelourde des jardins (Lychnis coronaria)
Corbeille d’or (Aurinia saxatilis, syn. Alyssum saxatile)
Coréopsis (Coreopsis grandifloraC. lanceolata et autres)
Coréopsis annuel (Coreopsis tinctoria et autres)
Cosmidium (Cosmidium burridgeanum)
Croix de Malte (Lychnis chalcedonica, L. arkwrightii)
Cupidone (Catananche caerulea)
Cynoglosse (Cynoglossum amabile)
Dahlia nain (Dahlia X)
Endive ou scarole (Cichorum intybus)
Euphorbe panachée (Euphorbia marginata)
Gaillarde vivace (Gaillardia grandiflora et autres)
Galane ou chélone (Chelone glabra et autres)
Gazania (Gazania rigens)
Giroflée des jardins (Matthiola incana)
Godétie (Clarkia amoena, anc. Godetia amoena)
Gomphréna (Gomphrena globosa et autres)
Grande mauve (Malva sylvestris)
Gypsophile des murailles (Gypsophila muralis)
Hunnemannie (Hunnemannia fumariifolia)
Immortelle à bractées (Xerochrysum bracteatum, syn. Helichrysum bracteatum)
Immortelle ailée (Ammobium alataum)
Immortelle rose (Rhodanthe roseum et R. magnlesii, syn. Acroclinium et Helipterum)
Jasione vivace (Jasione laevis, syn. J. perennis)
Kochia (Bassia scoparia, syn. Kochia scoparia)
Lavatère annuelle (Lavatera trimestris)
Lavatère vivace (Lavatera thuringiacaL. cachemeriana, etc.)
Liatride (Liatris spicata et autres)
Lupin ( (Lupinus polyphyllus et autres)
Lychnide de Haage (Lychnis haageana)
Marguerite de Dahlberg (Thymophylla tenuiloba, syn. Dyssodia tenuiloba)
Marjolaine (Origanum majorana, syn. O. hortensis)
Mauve vivace (Malva moschataM. alcea et autres)
Melampodium ou zinnia africain (Melampodium paludosum)
Mignonnette (Reseda odorata)
Mimule (Mimulus hybridus)
Muflier ou Gueule-de-loup (Antirrhinum majus)
Némésie (Nemesia strumosa et autres)
Nicandre (Nicandra physaloides)
Nielle des blés (Agrostemma githago et autres)
Nigelle (Nigella damascena et autres.)
Origan (Origanum vulgare)
Ostéospermum (Osteospermum spp., syn. Dimorphotheca spp.)
Pavot somnifère ou pavot à opium (Papaver somniferum, syn. P. laciniatumP. paeoniflorum)
Pennisétum (Pennisetum villosumP. setaceum)
Persil (Petroselinum crispum)
Phlox annuel (Phlox drummondii)
Pied d’alouette annuel (Consolida ambiguaC. regalis, anc. Delphinium)
Platycodon (Platycodon grandiflorum)
Pois vivace (Lathyrus latifolius)
Polémoine ou échelle de Jacob (Polemonium caeruleumP. reptans, etc.)
Pourprier (Portulaca grandiflora)
Quatre-heures (Mirabilis jalapa)
Queue de lièvre (Lagurus ovatus)
Reine-marguerite (Callistephus chinensis)
Romarin (Rosmarinus officinalis)
Rudbeckie glorieuse (Rudbeckia hirta)
Rudbeckie hérissée (Rudbeckia hirta)
Sagine des montagnes (Arenaria montana)
Sauge à feuilles de lyre (Salvia lyrata)
Sauge éclatante (Salvia splendens)
Sauge hormin (Salvia viridis, syn. S. horminus)
Sauge sclarée (Salvia sclarea)
Scabieuse des jardins (Scabiosa atropurpurea)
Sidalcée (Sidalcea malviflora et autres)
Silphium (Silphium perfoliatumS. laciniatum, etc.)
Soleil du Mexique (Tithonia rotundifolia)
Souci (Calendula officinalis)
Statice vivace (Limonium platyphyllum (syn. L. latifolium) et autres)
Tabac d’ornement (Nicotiana alataN. sylvetris et autres)
Talinum ou bijoux d’Opar (Tanlium paniculatum et autres)
Thermopsis ou faux-lupin (Thermopsis villosa et autres)
Thunbergie ailée (Thunbergia alata)
Thym serpolet (Thymus serpyllum, T. praecox et autres)ù
Tomate (Solanum lycopersicum)
Zinnia rampant (Sanivitalia procumbens)

Pour plus de renseignements sur la culture des semis, je vous suggère le livre Les idées du Jardinier paresseux : Semis, de Larry Hodgson.

Semis à faire à l’intérieur à la mi-mars

Par défaut

20160315Le choix de semis à faire à l’intérieur explose à la mi-mars! C’est vraiment le moment pour débuter les semis de bien des plantes… mais noter que plusieurs variétés sont toujours absentes de la liste. Tomates, œillets d’Inde, concombres, etc. Pourquoi?! C’est encore trop tôt! On se rappelle que, idéalement, les semis seront au stade «jeune et fringant» au moment où on les repique, pas au stade «vieux, fatigué et étiolé». Pour les semis, on peut être un peu en retard (un retard, ça se rattrape), mais trop tôt n’est jamais bon!

Pour plus de renseignements sur la culture des semis, je vous suggère le livre Les idées du Jardinier paresseux: Semis de Larry Hodgson.

  1. Amsonie (Amsonia)
  2. Asclépiade de Curaçao (Asclepias curassavica)
  3. Bacopa (Sutera cordata)
  4. Campanule (Campanula spp.)
  5. Cardon (Cynaera cardunculus)
  6. Centaurée vivace (Centaurea)
  7. Chardon bleu (Echinops)
  8. Cloches d’Irlande (Moluccella laevis)
  9. Cobée (Cobaea scandens)
  10. Delphinium ou pied-d’alouette (Delphinium)
  11. Dichondra (Dichondra repens)
  12. Digitale pourpre (Digitalis purpurea)
  13. Ficoïde glaciale (Dorotheanthus bellidiformis, Mesembryanthemum crystallinum)
  14. Fraisier (Fragaria x ananassa, F. x rosea)
  15. Grande camomille (Tanacetum parthenium, syn. Matricaria parthenium)
  16. Héliopside (Heliopsis)
  17. Héliotrope (Heliotropium arborescens)
  18. Hypoestes (Hypoestes phyllostachys)
  19. Ibéride (Iberis)
  20. Impatiens de Nouvelle-Guinée (Impatiens x hawkeri)
  21. Irésine (Iresine herbstii et autres)
  22. Iris (Iris)
  23. Mélisse (Melissa)
  24. Millet glauque (Pennisetum glaucum)
  25. Monnaie-du-paper (Lunaria annua)
  26. Myosotis ou ne m’oubliez pas (Myosotis sylvatica et autres)
  27. Nierembergie (Nierembergia hippomanica et autres)
  28. Œillet des fleuristes (Dianthus caryophyllus)
  29. Pavot d’Islande (Papaver nudicaule)
  30. Pétunia (Petunia x hybrida et autres)
  31. Poivron et piment (Capsicum annuum et autres)
  32. Pulsatille (Pulsatilla)
  33. Renouée tapissante (Persicaria captitatum, syn. Polygonum capitatum)
  34. Rose trémière (Alcea)
  35. Roselle rouge (Hibiscus acetosella)
  36. Rudbeckie brillante (Rudbeckia fulgida)
  37. Saponaire (Saponaria)
  38. Saxifrage (Saxifraga)
  39. Tiarelle (Tiarella)
  40. Trachélie (Trachelium caeruleum)
  41. Vervaine hybride (Verbena x hybrida)

Semis à faire à l’intérieur au début de février

Par défaut

20160201B.JPGC’est encore très tôt pour faire des semis. Les jours sont courts et le soleil, encore assez faible, ce qui ne stimulera pas une croissance très robuste. Mieux vaut faire les semis très hâtifs sous une lampe fluorescente ou une lampe horticole DEL, réglant la minuterie à 14 à 16 heures.

Rappelez-vous que le but de faire des semis pour le jardin extérieur n’est pas de produire de grands plants dégingandés déjà en fleurs, car un plant aussi développé s’acclimatera mal aux conditions d’extérieur, mais plutôt d’avoir des jeunes plants sains et robustes, pleins d’énergie, qui prendront rapidement leur élan une fois qu’on les repique en pleine terre. Partir les semis trop tôt mène généralement au désastre: il faut les semer au bon moment. Même les semis faits un peu en retard donnera de meilleurs résultats que les semis faits trop tôt!

À semer au début de février

Si vous suivez ce blogue, sachez je vous donnerai aux deux semaines les dates appropriées pour les semis à faire à cette période. La liste actuelle est très courte, mais vous verrez qu’elle s’agrandira à mesure que la saison avance.

  1. Bégonia tubéreux (Begonia x tuberhybrida) (attention : éclairage de moins de 15 heures)
    Campanule carillon, tasse et soucoupe (Campanula medium)
    Daturas doubles (Datura metel) (mais semez Datura stramonium en pleine terre en mai)
    Fougères
    Julienne des dames (Hesperis matronalis)
    Laurentia (Laurentia axillaris ou plus correctement Isotoma axillaris)
    Lavande (Lavandula)
    Linaire à feuilles d’origan (Chaenorrhinum organifolium, syn. C. glaerosum)
    Vivaces et arbustes exigeant un traitement au froid pour germer (AconitumAgastacheAnemoneAstrantiaDictamnusGentianaHelleborusHelianthusHibiscusKniphofiaLiliumMaianthemumEryngiumPaeoniaPrimulaScabiosaThalictrumTrollius, etc.)

ideesemis.pngSi vous cherchez un livre sur les sujet des semis, consultez Les idées du jardinier paresseux: Semis. C’est de loin le livre le plus complet sur les semis jamais publié pour les jardiniers québécois et le seul qui tient compte des zones de rusticité. Et n’oubliez pas qu’en achetant mes livres, vous aidez à soutenir le blogue que vous lisez présentement.