C’est quoi un savon insecticide?

Par défaut
20170119BFR.jpg

Le savon insecticide porte réellement ce nom et est fabriqué par différentes compagnies.

Vous remarquerez que je recommande souvent l’utilisation de savon insecticide pour contrôler les insectes nuisibles qu’on trouve sur les végétaux. Pourquoi? Parce que ce produit est sécuritaire pour les humains, bon marché, écologique et efficace contre les insectes.

Par contre, le terme semble porter à confusion et je reçois régulièrement des questions de gens qui veulent savoir ce que je veux dire par savon insecticide, comme si «savon» et «insecticide» n’allaient pas ensemble. Pourtant, le savon insecticide existe bel et bien sous ce nom et est disponible en toute jardinerie.

Qu’est-ce que c’est?

Le savon insecticide est un produit biologique fait de sels d’acides gras (sels de potassium) dérivés d’huile végétale. Autrement dit, c’est un savon… un savon pur, sans autre ingrédient. Le savon insecticide est fait d’acides gras à longue chaîne, car les acides gras à courte chaîne, les détersifs, peuvent être toxiques aux plantes.

Son fonctionnement

20170119A.jpgLe savon insecticide agit par contact. Il n’est efficace que lorsqu’il est humide et n’a aucun effet résiduel. Autrement dit, il perd tout utilité que fois qu’il est sec. Ainsi il ne peut pas prévenir les insectes et acariens, il doit les toucher pour être efficace.

Il fonctionne de plusieurs façons:

  • Il pénètre la cuticule de l’insecte ou de l’acarien traité et endommage la membrane cellulaire, provoquant l’épandage du contenu de la cellule et la déshydratation.
  • Il fait fondre la cire protectrice qui recouvrent certains insectes (cochenilles, notamment), ce qui mène à une perte d’eau par évaporation.
  • Il bloque les pores par lesquels les insectes respirent, menant à l’asphyxie.

La mort de l’arthropode survient rapidement, habituellement dans les minutes qui suivent le traitement.

Inoffensif pour les humains et les animaux

20170119C.jpgLe savon insecticide n’est pas considéré toxique aux mammifères ni aux oiseaux. Après tout, il n’est que du savon! Si vous voulez vous laver avec du savon insecticide, allez-y! Mais pour éviter toute irritation, rincez-vous la peau pour terminer, comme pour tout savon.

Il faut quand même le garder hors de la portée des enfants, car ils peuvent se rendre malade s’ils en avalent en quantité importante, comme tout savon d’ailleurs.

Insectes affectés et peu affectés

Le savon insecticide affecte surtout les arthropodes à carapace molle, un groupe qui comprend surtout des variétés nuisibles:

  • aleurodes (mouches blanches);
  • chenilles;
  • cochenilles;
  • insectes sauteurs;
  • perce-oreilles;
  • pucerons;
  • scarabées;
  • tenthrèdes;
  • tétranyques (araignées rouges).

Normalement, il ne tue pas les insectes pollinisateurs et les insectes prédateurs, du moins, pas les adultes:

  • abeilles;
  • chrysopes;
  • coccinelles;
  • papillons;
  • syrphes.

Par contre, leurs larves y sont davantage sensibles. Dans une étude, le traitement a tué 98% des pucerons nuisibles, mais aussi 15% des larves de coccinelles et de chrysopes. Aussi, ce produit tue les acariens prédateurs. Il faut donc toujours l’utiliser avec discrétion.

Curieusement, le savon insecticide est utile aussi pour traiter certaines maladies (le blanc, notamment) et, à forte concentration, les algues et les mousses. Donc, en plus d’être un insecticide, il peut avoir des effets fongicides et herbicides.

Application

20170119E.jpg

Le savon insecticide se vaporise sur les plantes d’intérieur et d’extérieur.

Vaporisez le savon insecticide, dilué d’après le mode d’emploi sur l’étiquette (attention: différentes marques peuvent avoir différents taux d’application), sur toutes les surfaces de la plante à traiter (feuilles, tiges, etc.). Il sera plus efficace lorsque les conditions sont fraîches ou grises et le matin et en soirée et moins efficace quand le soleil plombe ou qu’il vente beaucoup, car alors il peut s’assécher trop rapidement.

On peut utiliser de l’eau de robinet ordinaire pour préparer la solution, mais si votre eau est exceptionnellement dure, mieux vaut utiliser de l’eau de pluie.

Il faut généralement répéter le traitement, car si on manque aussi peu qu’un seul insecte prédateur, l’infestation recommence. Répétez donc aux 7 jours.

Comme tout savon, le savon insecticide peut être irritant pour les yeux et les peaux sensibles. Il est donc recommandé de porter des lunettes de sécurité, des vêtements longs et des gants lors de l’application.

Il peut être toxique pour les animaux aquatiques. Évitez alors son utilisation près des cours d’eau.

Phytotoxicité

20170119J.jpg

Feuille de courge endommagée par un traitement au savon insecticide par une journée excessivement chaude.

Les acides gras qui composent le savon insecticide ont été choisis spécifiquement pour être le moins toxique possible aux végétaux, mais certaines plantes peuvent néanmoins en être endommagées. L’étiquette du produit indique normalement les plantes qui y sont sensibles. Habituellement, cependant, les dommages surviennent surtout lors de situations extrêmes, comme des températures supérieures à 32˚C ou lorsque la plante est sérieusement déshydratée.

En cas de doute, faites un test sur une feuille et attendez 24 à 48 heures. S’il n’y a pas de réaction négative, (brûlure à la marge de la feuille, taches jaunes ou brunes, etc.), vous pouvez procéder au traitement.

Plante très sensibles au savon insecticide

  1. Cœur saignant (Lamprocapnos spectabilis)
  2. Érable japonais (Acer palmatum)
  3. Marronnier d’Inde (Aesculus spp.)
  4. Pois de senteur (Lathyrus odoratum)
  5. Sorbier (Sorbus aucuparia)

Plantes légèrement sensibles au savon insecticide

  1. Aubépine (Crataegus spp.)
  2. Capillaire (Adiantum spp.)
  3. Capucine (Tropaeolum spp.)
  4. Cérisier (Prunus spp.)
  5. Conifères (jeunes pousses seulement)
  6. Couronne d’épines (Euphorbia milii)
  7. Gardénia (Gardenia jasminoides)
  8. Lantana (Lantana camara)
  9. Lis de Pâques (Lilium longiflorum)
  10. Pourpier (Portulaca spp.)
  11. Prunier (Prunus spp.)
  12. Tomate (Solanum lycopersicum) – certaines variétés

Savon insecticide maison

20171019g

Le «savon à vaisselle» ne contient pas du savon du tout et peut être toxique aux plantes.

Les gens qui fabriquent du savon insecticide à partir de «savon à vaisselle» gaspillent leurs efforts. Le «savon» à vaisselle moderne n’est pas le produit que grand-maman utilisaient pour chasser les insectes de son potager. Il ne contient plus de savon, mais plutôt des détersifs. Or, les détersifs ne sont pas très efficaces contre les insectes (à peine plus efficace qu’un fort jet d’eau!) et sont, de plus, souvent toxiques aux plantes. Aussi, ces faux savons contiennent des colorants, des parfums, des stabilisateurs, des produits antibactériens et une bonne dose de produits chimiques divers. Plusieurs de ces produits peuvent être nuisibles aux plantes.

Dire que les gens qui traitent leurs plantes avec un détersif à vaisselle le font souvent en pensant que c’est plus «naturel» que le savon insecticide! Évidemment, c’est tout à fait le contraire!

On peut toutefois faire des savons insecticides maison relativement efficaces à partir de savons purs, comme le savon noir ou le savon de Castille.

Truc économique

20170119h

À volume égal, le savon insecticide concentré traite 50 fois plus de plantes que le savon vendu en vaporisateur.

Évitez l’achat de savon insecticide prêt à utiliser dans une bouteille vaporisateur: il contient surtout de l’eau (une partie de savon par 50 parties d’eau) et est donc excessivement coûteux. Préférez le concentré. Vous avez sûrement une bouteille vaporisateur à la maison, peut-être une bouteille de nettoyant. Rincez-la bien, ajoutez le savon insecticide dilué selon le mode d’emploi… et attaquez-vous aux ennemis de vos plantes!


Le savon insecticide: un produit si simple, si utile et si mal compris!20170119bfr

 

Publicités

Le réveil des ennemis des plantes d’intérieur

Par défaut
20160129A

Les aleurodes seront bientôt de retour!

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais certains insectes qui infestent les plantes d’intérieur ont été plus tranquilles depuis quelque temps. En effet, quand les jours sont courts, donc à partir du milieu de l’automne, ils entrent en diapause, un genre de semi-dormance, et peuvent même semble être disparus. D’autres insectes continuent de rester actifs même quand les jours sont courts, mais à un niveau bien inférieur que l’été. Mais quand les jours rallongent, les deux groupes se réactivent et commencent à se reproduire abondamment.

Or, même aussi tôt que la fin de janvier, les jours rallongent perceptiblement et, peu à peu, selon l’espèce, les ennemis de nos plantes se remettront à l’œuvre. À partir du début de mars, ils seront tous bien réveillés… et affamés.

Il s’agit d’insectes comme :

Les pucerons, les sciarides (mouches de terreau) et les thrips, par contre, ne semblent pas ralentir l’hiver. Ils sont aussi actifs en janvier qu’en juillet! Il faut donc garder l’œil ouvert pour ces insectes toute l’année.

Que faire?

  • 20160128C.jpgD’abord, inspectez vos plantes dès la fin de janvier, regardant surtout à l’envers des feuilles et à leur aisselle (là où le pétiole est fixé à la tige). Une loupe peut être nécessaire pour voir les araignées rouges (qui ne sont pas, en passant, des araignées, mais des mites). Par la suite, une inspection aux deux semaines n’est jamais une mauvaise idée.
  • Posez des pièges collants jaunes: souvent les insectes volants comme les aleurodes, les sciarides et les pucerons ailés s’y collent même avant que l’infestation commence véritablement.
  • Isolez les plantes infestées… avant que le prédateur ne s’en prend à d’autres plantes;
  • Traitez les plantes infestées.

20160129B.jpgLes savons insecticides et huiles horticoles sont des traitements presque universels contre ces créatures. Il faut suivre bien sûr le mode d’emploi indiqué. On peut aussi traiter les plantes au savon à vaisselle ou au savon noir, mais faites un test auparavant: ces savons sont toxiques au feuillage de plusieurs plantes.

On peut aussi vaporiser une solution de 250 ml d’alcool à friction dans 1 litre d’eau pour contrôler les cochenilles, les pucerons et les aleurodes. Attention: pour votre propre protection, il faut bien aérer la pièce pendant l’application.

Bon succès à tous les inspecteurs des plantes!

Attention: le savon à vaisselle n’est pas toujours un insecticide sécuritaire

Par défaut

20151208ABeaucoup de jardiniers utilisent régulièrement le savon à vaisselle pour traiter les insectes et les araignées rouges sur leurs plantes. Et d’ailleurs, cette utilisation date de loin. Qui n’a pas entendu dire que Grand-maman lançait l’eau de vaisselle sur les plantes dans son jardin pour contrôler les indésirables? Et en général, le savon à vaisselle liquide, dilué au taux d’environ 5 ml (1 c. à thé) de dans 1 litre (4 tasses) d’eau, arrive bien à contrôler les parasites de nos plantes… sauf que parfois il endommage ou tue la plante aussi. Je m’explique.

20151208B

Dommages à un rosier causé par un savon à vaisselle. Photo: Mississipi State University

Les savons à vaisselle n’ont pas été développés pour traiter les plantes et sont souvent phytotoxiques (toxiques aux végétaux) à différents degrés. (En passant, cela s’applique aussi bien aux savons à vaisselle biologiques qu’aux savons à vaisselles classiques.) Par conséquence, il faut toujours tester le savon à vaisselle sur une feuille ou deux avant de l’utiliser sur quelque plante que ce soit. Attendez 24 heures et s’il n’y a pas de dommage, le savon à vaisselle dans cette bouteille (et je dis bien «dans cette bouteille» et non pas «de cette marque») peut servir pour traiter la plante en question.

Mais pas d’autres. Le même savon qui n’endommage pas les feuilles d’une plant de tomate peut très bien se montrer toxique pour les betteraves. Il faut toujours tester chaque plante individuellement.

De plus, il ne faut jamais présumer que votre marque de savon à vaisselle habituelle est identique d’une fois à l’autre. Le fabricant en change régulièrement les ingrédients, notamment suite aux changements dans les prix des intrants.

Voici une anecdote qui explique la situation. Dans les années 1970, un fabricant des savons à vaisselle bien connu a émis un communiqué de presse suite à un grand nombre de plaintes que leur produit avait endommagé des plantes. Dans le communiqué, le fabricant insistait que son produit n’est pas conçu pour traiter les végétaux et qu’il ne se tenait donc pas responsable des dommages aux plantes encourus par l’utilisation de son produit. De plus, un détail révélateur, la compagnie expliquait que la recette de son produit variait régulièrement selon le prix des ingrédients de base et que si une bouteille contenait un ménage inoffensif pour les plantes, la bouteille suivante pouvait être phytotoxique.

Donc, utilisez le savon à vaisselle pour traiter les insectes indésirables si vous voulez, mais faites toujours un petit test à chaque fois que vous achetez une nouvelle bouteille et sur chaque plante qu’il faut traiter.

Le savon noir aussi

Encore un produit qui peut bien aider à contrôler les insectes… mais qui est phytotoxique pour certains végétaux. Testez toujours une feuille ou deux de la plante avant de l’appliquer à la grandeur.

Ma solution

20151208C

Personnellement, je trouve que constamment avoir à tester des feuilles de plantes différentes demandent trop d’effort. De toute façon, suite à une très mauvaise expérience avec le savon à vaisselle (confession: je n’avais pas fait le test auparavant!), je n’utilise plus ce produit pour traiter les insectes, mais opte maintenant pour le savon insecticide. Ce produit biologique a été développé pour utilisation sur les plantes et le fabricant emploie alors les ingrédients les moins phytotoxiques possible. De plus, il a déjà été testé sur une grande variété de végétaux: vous n’avez pas à répéter un nouveau test sur chaque plante, ce qui vous fait économiser beaucoup de temps.

Quant à son prix, d’accord: le prix du savon insecticide est nettement plus élevé que celui d’une bouteille de savon à vaisselle bon marché, mais vous ne pouvez pas dire qu’il coûte cher à économiser. Il en coûte environ 0,01$ (0,005€) par traitement si vous achetez le concentré. Et à moins d’avoir des centaines de plantes à traiter, votre bouteille de savon insecticide vous durera des années. J’ai acheté la mienne il y a 9 ans et il est encore à moitié pleine. Je ne suis pas si radin que je ne suis prêt à payer une bouteille de savon insecticide aux 20 ans pour assurer la sécurité de mes plantes. Mais achetez toujours le concentré, jamais le «prêt à l’emploi», sinon c’est vrai que vous vous faites avoir!