Mettons un nom sur une plante mystère

Par défaut
C’est ainsi qu’on présente la sansevière à bâtons (Sansevieria bacularis) en magasin, soit une potée de boutures enracinées. Source: http://www.florastore.com

Si vous aimez les plantes succulentes, vous avez certainement vu cette plante. En fait, elle semble être dans toutes les jardineries ces jours-ci. Ce que vous verrez est un pot de feuilles courtes, tubulaires, pointues et vert foncé avec des bandes transversales plus claires et une rainure peu profonde au milieu. Elles ne mesurent habituellement qu’environ 15 à 20 cm (6 à 8 pouces) de hauteur et ne grandissent jamais. Les feuilles sont généralement regroupées de manière dense, formant une touffe symétrique, bien que parfois elles soient placées de manière à former un éventail. Et le pot n’est pas toujours étiqueté… et même quand un nom y paraît, il n’est presque jamais le bon.

Des boutures de feuilles

20181206E Ha Keat Lim, www.llifle.com.jpg

Voici l’apparence d’une sansevière à bâtons (Sansevieria bacularis) à maturité. Source: Ha Keat Lim, http://www.llifle.com

Ce que vous voyez, ce sont de petites boutures de feuilles d’une grande sansevière appelée Sansevieria bacularis, une proche parente de la sansevière cylindrique (S. cylindrica) quoique cette dernière porte des feuilles beaucoup plus épaisses. Étant donné que l’épithète bacularis vient du mot latin baculum pour désigner un bâtonnet ou bâton, on pourrait logiquement l’appeler sansevière à bâtons.

20181206B plantzy.com

Une jeune sansevière cylindrique (Sansevieria cylindrica). Notez sa coloration plutôt jaune-vert et les nombreuses rainures longitudinales dans les feuilles, absentes chez Sansevieria bacularis. Source: plantzy.com

S. bacularis est vendue sous les noms commerciaux suivants: S. Mikado, S. Mikado Fernwood*, S. Fernwood Mikado*, S. Musica (ou S. Musika) et même S. Spaghetti. Et elle est souvent proposée comme appartenant à l’une ou l’autre de deux espèces différentes de SansevieriaS. cylindrica et S. sulcata (maintenant S. caniculata). Cependant, j’ai pu trouver des sources fiables qui confirment une identité différente. Il s’agirait en fait de S. bacularis. Oui, a priori, il y a possibilité de confusion, mais si vous placez S. cylindrica et S. bacularis côte à côte, vous verrez facilement les différences.

En un coup d’œil

La «plante» que je vois habituellement en jardinerie est en fait simplement un pot de boutures de feuilles enracinées, mais elle finira un jour par produire des rejets qui donneront une plante d’aspect très différent, notamment avec des feuilles beaucoup plus hautes. En effet, S. bacularis peut atteindre 1,2 à 1,8 m de hauteur… après quelques années. (Sa croissance est toujours très lente.)

20181206C. LH jpeg.jpeg

Des spécimens en transition: de jeunes plantes commencent à pousser à travers les feuilles bouturées. Notez la gaine pourprée sur les nouvelles feuilles, typique de S. bacularis. Source: jardinierparesseux.com

Dans de nombreux magasins, vous trouverez des potées qui n’ont pas été vendues et qui passent alors de l’état de boutures à celui de véritables plantes. Vous pouvez vérifier que ces plantes sont véritablement S. bacularis en observant la gaine pourprée qui entoure la base de la feuille, chose que vous ne voyez pas sur les autres sansevières.

Les rejets de S. bacularis ne portent qu’une ou (rarement) deux feuilles très dressées entourées de cinq à six courtes gaines basales violacées. À maturité, la plante fleurira, avec une tige de fleurs blanches à lignes pourpres plus courte que les feuilles, mais seulement si l’éclairage est suffisamment intense.

S. bacularis est une introduction récente. Ce natif d’Afrique centrale n’a été décrit officiellement qu’en 2010, mais semble avoir gagné en popularité très rapidement et est maintenant abondamment disponible à travers le monde.

Nomenclature confuse

J’ai essayé de savoir si les noms de cultivar Mikado ou Musica étaient légitimes (c’est-à-dire, s’il s’agit de sélections uniques de S. bacularis, donc méritant un nom de cultivar), ou s’il ne s’agit que des noms commerciaux pour l’espèce ordinaire, mais sans succès. Si quelqu’un en sait davantage sur cette plante et ses multiples noms, n’hésitez pas à me le faire savoir. Je me ferai un plaisir de mettre à jour cet article en incluant les informations pertinentes.

20181206D LH.jpg

Sansevieria ‘Fernwood’ : notez que les feuilles sont arquées, plus courtes que celles de S. bacularis et qu’elles poussent en touffe. S. bacularis ne produit qu’une feuille (rarement deux) par plante. Source: jardinierparesseux.com

*Vient ensuite la confusion supplémentaire au sujet des plantes étiquetées Fernwood, car il existe un véritable Sansevieria ‘Fernwood’ (S. parva x S. suffruticosa), développé par feu l’hybrideur Rogers Weld de Fernwood Nursery en Californie, mais il s’agit d’une plante très différente, aux feuilles étroites et assez cylindriques, d’accord, mais qui se cambrent plutôt que de rester dressées et qui sont aplaties à la base plutôt que cylindriques sur toute leur longueur. De plus, chaque plante de ‘Fernwood’ produit plusieurs feuilles, pas seulement une ou deux par plante comme S. bacularis. Vous pourriez confondre une potée de boutures de feuilles de S. ‘Fernwood’ avec S. bacularis, mais certainement pas une plante établie.

Comment cultiver la sansevière à bâtons?

Il n’y a rien de plus facile! Évitez le gel et arrosez-la de temps en temps et elle réussira parfaitement!

D’accord, c’était un peu simple, mais quand même assez exact. Voici plus de détails:

20181206F www.gardentags.jpeg

Il faut beaucoup de lumière pour qu’une sansevière à bâtons (Sansevieria bacularis) soit vraiment à l’aise. Source: http://www.gardentags

N’écoutez pas trop les conseillers qui vous diront que la sansevière à bâtons est une plante d’ombre. S’il est vrai qu’elle peut «survivre» à l’ombre, elle n’y prospérera certainement pas. Elle préfère une lumière vive avec au moins un peu de soleil quotidien. D’ailleurs, dans les hautes latitudes, le plein soleil toute l’année lui convient parfaitement. Sous un éclairage faible, les feuilles des spécimens matures se plieront et nécessiteront un tuteurage, ce qui n’est pas du tout élégant.

S. bacularis est très résistante à la sécheresse. Arrosez bien, puis laissez le terreau s’assécher passablement avant d’arroser de nouveau. Si vous devez partir pendant quelques mois, arrosez-la bien avant de vous en aller et partez l’âme en paix. Elle sera asséchée — mais vivante — à votre retour et elle récupérera bientôt avec un arrosage judicieux.

Elle tolère à la fois l’air sec et humide et toute température au-dessus de 7 °C (elle supportera jusqu’à 1 °C si son sol est bien sec). Plantez-la dans n’importe quel terreau bien drainé (vous voudrez peut-être ajouter une portion de gravier pour perruche ou de pierre ponce à votre mélange habituel pour y donner plus de poids). Un pot lourd sera probablement nécessaire pour empêcher les spécimens matures de basculer.

En pleine terre, cette plante ne poussera que dans les climats tropicaux, de préférence arides, mais les spécimens cultivés comme plantes d’intérieur seront très à l’aise en plein air l’été dans un emplacement protégé du soleil le plus intense.

Vous pouvez fertiliser cette sansevière ou non: l’absence de minéraux ne semble lui causer aucun tort.

Et vous pouvez la multiplier par division ou par boutures de feuilles. Dans ce dernier cas, il suffit de couper le dessus d’une feuille et de l’insérer dans un pot de terreau, en arrosant très occasionnellement. Elle s’y enracinera et finira par produire une nouvelle plante, bien que cela puisse parfois prendre un an ou plus.

La sansevière à bâtons (Sansevieria bacularis) : vous l’avez vue et peut-être même que vous la cultivez déjà, mais maintenant vous pouvez enfin mettre un nom dessus!

Sources d’information: www.llifle.com/Encyclopedia/SUCCULENTS/Family/Dracaenaceae/32497/Sansevieria_bacularis

www.sanseverix.com/bacularis

Publicités