Jardiniers de climat froid : exigez des rosiers non greffés !

Par défaut
20170926A Felix Leclerc netpsplantfinder.com

Le rosier ‘Félix Leclerc’, de la série Artistes canadiennes, est toujours vendu non greffé. Photo: netpsplantfinder.com

Dans les jardineries, vous trouverez des rosiers produits de deux façons différentes.

Certains ont été produits par greffage : on a greffé un rosier aux caractéristiques désirables sur un rosier de moindre qualité ornementale. D’autres ont été produits par bouturage ou même par culture in vitro : elles poussent sur leurs propres racines. Si vous jardinez dans une région aux hivers assez doux (zones 8 et plus), cela change très peu à la situation : les deux méthodes de production sont valables. Mais si vous jardinez dans une région froide (zone 7 et moins), cette différence est importante, même primordiale, car les rosiers greffés sont beaucoup moins rustiques que les rosiers « francs de pied » (non greffés, poussant sur leurs propres racines).

Plus populaire de nos jours

Heureusement que les rosiers non greffés commencent à dominer sur le marché. Les rosiers des populaires séries canadiennes de rosiers rustiques (Explorateur, Parkland, Artistes canadiennes et la nouvelle série 49ième Parallèle) sont presque toujours vendus francs de pied. C’est aussi de plus en plus le cas des rosiers arbustifs européens comme les rosiers David Austin, Meilland, Kordes, etc.

Pourquoi choisir des rosiers francs de pied ?

Mais pourquoi les rosiers francs de pied sont-ils plus rustiques que les rosiers greffés ? La réponse se trouve en bonne partie dans le porte-greffe choisi.

Un porte-greffe est une plante sur laquelle on fixe un greffon. Dans le cas des rosiers, du genre botanique Rosa, le porte-greffe doit nécessairement être un autre rosier. Ainsi, le porte-greffe fournit les racines, alors que le greffon fournit la fleur et le port.

La majorité des rosiers greffés utilisent comme porte-greffe un rosier rampant appelé ‘Dr. Huey’. Les producteurs de rosiers l’aiment bien, car c’est un rosier qui est facile et rapide à reproduire et qui donne une bonne vigueur aux greffons qu’il porte. Et presque tous les greffons placés sur ‘Dr. Huey’ « prennent ». D’ailleurs, la quasi-totalité des rosiers hybrides de thé, floribunda et grandiflora a été greffée sur cette seule variété.

Le hic ? ‘Dr. Huey’ est de zone 8, une zone nettement insuffisante pour les climats froids. Le résultat ? Il peut facilement arriver que le porte-greffe meure au cours de l’hiver, laissant le greffon sans racines !

Aussi, ‘Dr. Huey’ est souvent, voire presque toujours, infecté par un virus, la mosaïque du rosier, et cette maladie est alors transmise au greffon. Le résultat? Un rosier naturellement peu vigoureux et à floraison réduite.

Le mauvais rosier

Mais il y a un autre problème avec les rosiers greffés.

20170926B gardenweb.com.jpg

Rosa ‘Dr. Huey’ est un petit rosier rampant à petites fleurs rouges et à port dégingandé. Ses feuilles sont généralement nettement plus petites que le rosier qu’il remplace. Photo: gardenweb.com

La plupart des rosiers hybrides de thé, grandiflora et floribunda sont tout naturellement relativement peu rustiques, de zone 7 ou 8. Alors, on les protège l’hiver avec un buttage et un cône à rosier, ce qui devrait aider. Mais souvent, malgré tout, la partie supérieure du rosier greffé meurt l’hiver, surtout si l’hiver est très froid. Alors, au printemps suivant, un nouveau rosier émerge du sol au pied du rosier ‘Peace’ ou ‘Queen Elisabeth’ mort de froid : le porte-greffe qui, lui, enfoui sous le sol, était mieux protégé. Donc, le jardinier se retrouve avec le rosier rampant à petites fleurs semi-doubles ‘Dr. Huey’ plutôt que le rosier de qualité qu’il avait payé.

Si toutefois vous avez planté un rosier franc de pied (non greffé) et que sa partie supérieure meurt au cours de l’hiver, il y a de très bonnes chances qu’il repousse lui aussi à partir de ses racines, mais cette fois-ci, le rosier qui repoussera sera la variété d’origine, la variété que vous vouliez avoir. C’est toute une différence !

La revanche des jardiniers 

De plus en plus de jardiniers savent que les rosiers greffés ne sont pas fiables. Alors les marchands en vendent moins puisque moins de clients en veulent. Reste les débutants qui se font avoir année après année, à tel point que le rosier a développé la réputation d’être « une plante difficile ». Pourtant il n’est pas nécessairement difficile, du moins, pas si vous en achetez un qui est non greffé.

Reconnaître un rosier greffé

201709226C stalbertbotanicpark

On peut facilement reconnaître un rosier greffé par le point de greffe, un bourrelet enflé, à sa base. Illus.: stalbertbotanicpark

Il est facile de reconnaître un rosier greffé. À la base de sa tige unique, il y a un gros renflement : le point de greffe. Les rosiers non greffés n’ont pas ce renflement : la tige est de la même épaisseur des racines jusqu’à leur mi-hauteur. De plus, il y a souvent plusieurs tiges partant du sol.

En cas de doute, demandez au vendeur de vous aider à trouver un rosier poussant sur ses propres racines. Car on ne peut vraiment pas conseiller l’achat d’un rosier greffé, du moins en climat froid.

Presque toutes les jardineries vendent les deux sortes : des rosiers greffés et des rosiers francs de pied. Au Québec, je ne connais qu’un seul producteur qui ne vend que des rosiers non greffés, Les rosiers rustiques à Cap-Saint-Ignace.

Quand planter les rosiers

On peut planter des rosiers rustiques en toute saison où le sol n’est pas gelé, d’avril/mai à octobre/novembre, selon le climat. Les rosiers sont toutefois souvent vendus à meilleur prix à l’automne. Profitez alors de cette aubaine pour rajouter de jolis arbustes fleuris à votre aménagement !


On dit que celui qui ne risque rien n’a rien, mais dans le cas des rosiers, quand on plante des rosiers sans risque (rosiers francs de pied), les résultats sont nettement supérieurs !20170926A Felix Leclerc netpsplantfinder.com

Un rosier mort peut en cacher un autre

Par défaut
20150521D

Souvent un rosier sauvage repousse à la place d’un rosier greffé.

Comme c’est bizarre: vous avez planté un rosier hybride de thé à grosses fleurs doubles rouges et, l’année suivante, il fleurit… avec de petites fleurs simples blanches. Est-ce une mutation? Un miracle? Ni l’un ni l’autre! Il arrive très souvent que les rosiers greffés meurent au cours de l’hiver, mais que le porte-greffe, qui n’est pas mort, repousse à la place du rosier désiré. Les rosiers suivants risquent de paraître, car ce sont les rosiers les plus souvent utilisés comme porte-greffes: Rosa canina (petites fleurs simples roses), R. multiflora (très petites fleurs simples blanches) ou R. ‘Dr. Huey’ (petites fleurs semi-doubles rouge foncé), On peut même détecter la substitution avant la floraison: les repousses sont plus minces et moins dressés que les tiges du rosier d’orgine et les feuilles aussi sont différentes: plus petites et composées de plus de folioles.

20150521B

Un cône à rosier n’est pas toujours suffisant pour protéger un rosier buisson du froid.

Cette transformation malheureuse arrive sous tous les climats, mais encore plus souvent sous les climats froids, car les si populaires rosiers buissons,comme les hybrides de thé, les grandifloras et les floribundas, ne sont pas très rustiques (environ zone 7). Bien qu’on protège habituellement ces rosiers en les buttant et en les couvrant d’un cône à rosier ou d’une toile géotextile, il y a toujours un certain taux de mortalité. Au cours d’un hiver très froid, plus de la moitié de ces rosiers peuvent mourir.

20150521E

On peut distinguer le point de greffe par le bourrelet cicatriciel qui se forme.

Pour prévenir cette mortalité – et la repousse par la suite à partir du porte-greffe d’un rosier non désiré – il suffit d’éviter la plantation de rosiers greffés! On les reconnaît assez facilement, car un rosier greffé porte un bourrelet assez évident au point de greffe alors qu’un rosier bouturé n’a pas de bourrelet. Sinon le pépiniériste pourrait vous diriger vers un rosier non greffé.

Les rosiers arbustifs, soit les rosiers les plus rustiques, sont généralement cultivés sur leurs propres racines (ils sont non-greffés) et même chez les rosiers buissons (hybrides de thé, grandifloras et floribundas), on peut parfois trouver des plants non-greffés aussi. Dans le cas d’un rosier non-greffé, même si la partie supérieure gèle, la plante peut souvent reprendre à partir de la section enterrée. Et comme le rosier n’est pas greffé, ce qui repoussera sera la variété désirée.

010.K

Plantez le rosier avec le bourrelet bien enterré.

Vous ne trouvez que des plants greffés de votre rosier préféré? Prenez au moins la peine de bien enterré le point de greffe d’au moins 5 cm lors de la plantation. Ainsi, le greffon (le rosier désiré) pourra commencer à produire ses propres racines à partir de la partie de tige enterrée. Alors il peut éventuellement «s’affranchir» de son porte-greffe et alors, redevient un rosier non-greffé. Dans ce cas, si le haut gèle, la repousse (s’il y en a une) sera le «bon rosier».