Comment éliminer la prêle de votre jardin

Par défaut
201808 www.fullhealthsecrets.com.jpg

Prêle des champs (Equisetum arvense). Source: www.fullhealthsecrets.com

Si j’avais une solution simple pour contrôler facilement les élans envahissants de la prêle des champs, je serais sûrement millionnaire! Mais malheureusement, cette plante est très difficile à éradiquer. D’autant plus qu’elle pousse dans tous les sols, riches ou pauvres, acides ou alcalins, loameux, glaiseux ou sablonneux, humides ou secs.

Notez toutefois que la prêle a de la difficulté à s’établir dans les sols secs, car elle s’installe souvent dans un nouveau lieu au moyen d’une spore transportée par le vent. Or, cette spore ne vit que quelques jours et ne germe qu’en situation humide. Si un rhizome de prêle aboutit dans un sol sec, par contre, peut-être parce que les conditions ont changé ou que vous y avez transféré de la terre contenant des rhizomes, la plante y poussera très bien, bien que plus lentement que dans un sol humide.

Dans un jardin arrosé au bénéfice des autres végétaux, la prêle est très à l’aise et s’étend rapidement.

Le sarclage empire le problème

20180809B www.warmuseum.ca.jpg

Sarcler ne tue pas la prêle, mais l’étend! Source: www.warmuseum.ca

Sarcler pour contrôler la prêle ne fonctionne pas du tout. Plus vous sarclez, plus elle s’étend, car chaque petite section de rhizome coupé qui reste en terre a la capacité de donner un nouveau plant! Et en plus d’avoir étendu des sections de rhizomes, vous aurez libéré les tubercules, soit de petites bulbilles produites par les rhizomes. Ces tubercules ne produisent de nouveaux plants que lorsqu’ils sont détachés du rhizome… ce que fait le sarclage. De plus, sachez que les tubercules sont souvent produits à 50 à 150 cm de profondeur; très loin de la binette!

Si jamais vous décidez de tenter de contrôler la prêle par le sarclage, nettoyez au moins vos outils avant de les utiliser dans un autre secteur, sinon vous risquez de répandre des sections de rhizomes ou des tubercules. Le motoculteur est, à ce niveau, probablement le «moteur» principal de distribution des rhizomes, car il les tranche en petits morceaux, faisant vraiment proliférer la plante. Il est très important de bien nettoyage les lames après chaque utilisation.

Herbicides

20180810I www.goldenacre.ca.jpg

Les herbicides biologiques peuvent tuer les tiges de la prêle, mais il faut répéter le traitement pour affaiblir et tuer les rhizomes. Source: www.goldenacre.ca

La plupart des herbicides chimiques disponibles aux jardiniers amateurs, comme le Roundup, ne sont pas efficaces contre la prêle, point à la ligne. Les herbicides à base de savon, de vinaigre ou d’acide citrique, comme l’Ecoclear ou le Weed B Gone, quant à eux, tuent les tiges très efficacement, mais pas les rhizomes. Il faut donc les appliquer de nouveau quand la plante se régénère à partir de ses rhizomes enterrés. Mais il est difficile d’utiliser des herbicides, même biologiques, dans un potager ou une plate-bande sans accidentellement tuer aussi les plantes désirables qui se trouvent juste à côté.

Pas de soleil, pas de prêle!

Vous pouvez toutefois éliminer la prêle en l’empêchant de faire de la photosynthèse. Autrement dit, coupez-lui ses vivres: l’énergie solaire. Si vous empêchez ses tiges d’être exposées au soleil, la plante va éventuellement mourir.

20180810C princetongardenproject.files.wordpress.com.jpg

Toile noire pour tuer la prêle. Source: princetongardenproject.files.wordpress.com

Une méthode consiste à couvrir la section contaminée d’une bâche noire qui coupera complètement le soleil. (On trouve de telles bâches en quincaillerie.) Il faut la laisser en place pendant 24 mois, commençant au printemps, pour complètement épuiser la prêle: après 12 mois, il y a souvent encore des repousses. Il est toutefois difficile d’appliquer cette méthode quand la prêle pousse à travers des plantes permanentes (vivaces, arbustes, etc.).

Par contre, rabattre les tiges aériennes au sol empêchera aussi la plante de faire de la photosynthèse. Commencez au début de la saison et recoupez à chaque fois que la plante repousse. À force de répéter ce geste à chaque fois qu’une nouvelle pousse fait surface, vous arriverez éventuellement à tuer la plante. Il faut toutefois être assez assidu: il peut falloir couper 5 ou 6 fois la première année… et quelques tiges risquent encore de sortir la deuxième année qu’il faudra couper aussi.

Ou plantez densément des plantes plus hautes. La prêle est avide de soleil, tolère la mi-ombre, mais s’affaiblit à l’ombre. Si vous créez une ombre dense, elle va finir par disparaître. Encore une fois, il faut attendre 2 ou 3 ans avant d’obtenir un contrôle total.

Déterrez et sassez

20180810C Wikimedia Commons.jpg

On peut enlever les rhizomes en sassant la terre. Source: Wikimedia Commons

SiE le problème est très localisé, essayez de déterrer les plantes de prêle, mettant les rhizomes à la poubelle (les tiges peuvent aller au compost)… puis de sasser la terre dans le secteur infesté, éliminant tout bout de rhizome trouvé. Il est facile de fabriquer son propre sas à partir d’un cadre de bois recouvert de grillage métallique de ¼ po (64 mm). Parfois, certains tubercules réussissent à traverser le sas et germent, formant de jeunes plants. Si vous les arrachez rapidement, avant qu’ils aient le temps de produire des rhizomes, ils seront faciles à éliminer.

La méthode la plus paresseuse

20180810D sinor.bg.jpg

Pourquoi ne pas déclarer la prêle une plante ornementale et la laisser pousser à sa guise? Source: sinor.bg

Enfin, la méthode la plus paresseuse pour traiter la prêle est de changer d’attitude. Apprenez tout simplement à tolérer sa présence dans vos jardins! Après tout, elle n’est pas une plante gourmande qui volera les minéraux destinés à vos autres végétaux. Aussi, avec son feuillage clairsemé*, elle laisse passer presque toute la lumière, donc vos plantes recevront quand même leur part de soleil. Enfin, il faut l’admettre, la prêle est très jolie et, avec son beau feuillage plumeux en queue de cheval, elle peut donner une belle allure mousseuse à vos aménagements.

*En fait, le «feuillage» des prêles n’est pas composé de feuilles, mais de rameaux verts. Les véritables feuilles sont minuscules: il faut presque une loupe pour les voir.

Rappelez-vous que le concept même d’une mauvaise herbe est strictement dans votre tête. Les jardiniers n’aiment pas la prêle parce qu’elle déjoue leurs plans et pousse là où ils ne l’avaient pas prévu. Mais il n’y a rien de très «mauvais» dans cette plante qui peut aussi être médicinale, servir de récurant naturel ou de décoction à vaporiser sur les plantes pour contrôler les maladies.

Parfois (et même souvent), la tolérance est tout simplement la méthode la plus facile… et la plus paresseuse!20180810A botano.gr

Publicités

Mythe horticole : on peut contrôler la prêle avec de la chaux

Par défaut
20180809A quotesk.com, www.atlantisskincare.com & worldartsme.com.jpg

Non, la chaux ne tuera pas la prêle. Source: quotesk.com, http://www.atlantisskincare.com & worldartsme.com, montage: jardinierparesseux.com

Une légende horticole très tenace dit qu’on peut contrôler la prêle des champs (Equisetum arvense) en rendant le sol plus alcalin… autrement dit, en appliquant de la chaux au sol. La raison serait, d’après les tenants de cette croyance, que la prêle pousserait uniquement dans les sols acides. Il paraît alors logique de penser que rendre le sol plus alcalin puisse contrôler cette plante envahissante.

Mais cette information est erronée. Oui, la prêle aime bien les sols acides, mais elle n’est pas du tout exclusive à cette condition. On la trouve aussi dans les sols neutres et même assez alcalins. Il faut un pH très élevé, soit de 7,8 et plus, pour penser sérieusement nuire à la prêle… mais alors, si vous rendez le sol de votre jardin aussi alcalin, vous allez essentiellement l’empoisonner: très peu de plantes peuvent pousser dans un sol aussi basique!

Cette fausse information est encore véhiculée par beaucoup de gens bien intentionnés, même par des professionnels de l’horticulture. Pourtant, toute personne qui a déjà essayé de contrôler la prêle avec de la chaux sait que cela ne fonctionne pas.

Pourriez-vous rendre service aux pauvres jardiniers qui se font avoir année après année en achetant inutilement de la chaux? Il suffit de leur montrer ce blogue qui est, je l’espère, très facile à comprendre.

Il serait temps que cette fausse croyance s’estompe!

Comment alors éliminer la prêle?

Dans le blogue de demain, je donnerai quelques méthodes pour contrôler la prêle avec succès. Alors, patience!

Tirer avantage d’une plante indésirable

Par défaut

20150718ALa prêle des champs (Equisetum arvense) est une fougère (oui, les botanistes ont récemment décidé qu’elle n’est plus une «plante apparentée aux des fougères», mais une fougère à part entière) très envahissante que beaucoup de jardiniers doivent arracher régulièrement. Mais tant qu’à l’arrachez, ne pourrait-elle pas servir à quelque chose? Il n’est pas question de mettre ses rhizomes vivants dans le compost (souvent ils survivent au processus de compostage pour envahir de nouveau nos jardins quand on l’utilise), mais on peut utiliser la prêle d’une autre façon…

Il se trouve que la prêle est riche en silice (jusqu’à 8%), d’ailleurs plus que toute autre plante. Or la silice aide les plantes à mieux résister aux maladies. On peut donc préparer une décoction maison pour aider à prévenir différentes maladies fongiques comme le blanc (oïdium), la tâche noire du rosier, la pourriture grise (Botrytis), le mildiou et certaines rouilles.

À cette fin, faites macérer 50 grammes de prêle fraîche dans 1 litre d’eau pendant 24 heures, puis faites bouillir pendant 15 à 20 minutes et laissez refroidir. Filtrez pour enlever les résidus végétaux (qui peuvent maintenant aller au compost en toute sécurité).

20150718BDiluez ce concentré à raison de 200 ml par litre d’eau et pulvérisez aux 2 semaines sur les végétaux sujets aux maladies, notamment les légumes, les phlox, les monardes et les rosiers. Les plantes peuvent absorber les minéraux, dont la silice, par leur feuillage.

Alternativement, vous pouvez arroser le sol des plantes avec la décoction. Ainsi les plantes traitées absorberont la silice par leurs racines.

Remarquez que, tout comme les fongicides commerciaux, la décoction de prêle ne peut pas guérir une maladie: une fois que les symptômes sont visibles, tout au plus peut-elle ralentir sa progression. Logiquement, donc, il faut l’utiliser en prévention, sur des plantes saines mais sujettes aux maladies fongiques.