Comment utiliser du paillis dans un potager

Par défaut

20150617DLa tradition veut qu’on laboure profondément le sol du potager au début de chaque saison et qu’on sarcle ou bine régulièrement tout l’été. Le jardinier paresseux – et aussi toute personne qui connaît la moindre chose sur la permaculture! – sait que labourer n’est pas bon pour le sol, que cela détruit sa structure, élimine une bonne partie des micro-organismes bénéfiques qui y vivent et stimule la croissance des mauvaises herbes. Aussi, ce labourage constamment répété demande beaucoup d’efforts! Il sait, de plus, qu’il vaut mieux maintenir un bon paillis sur le sol en tout temps (environ 5 à 10 cm), ce qui gardera le sol meuble sans devoir le labourer et préviendra la germination des mauvaises herbes.

20160617A

Repiquer est facile: tassez, plantez, repaillez.

Or il est facile planter les légumes qui se repiquent (tomates, piments, poireaux, etc.) dans un potager paillé. Il suffit de tasser le paillis un peu pour dégager le sol, de creuser un trou de plantation, d’enterrer la motte de racines en appliquant une pincée de mycorhizes, puis de replacer le paillis. On arrose, bien sûr, pour terminer. Mais comment arriver à semer des légumes avec la présence constante de paillis? On sait que les graines ne peuvent pas germer quand le sol est couvert de paillis. Là il faut tricher un peu. Juste avant l’ensemencement, tassez le paillis sur le secteur où vous voulez faire le semis (rang, rond, trou individuel, etc.). Faites vos semis dans le sol à la profondeur indiquée sur l’étiquette ou que vous auriez trouvé dans le livre Les idées du jardinier paresseux: Semis. Arrosez bien et tenez le sol humide tant que les semis ne sont pas apparus. Ne remettez pas le paillis en place tout de suite! Les graines ne peuvent pas germer à travers un paillis!

20160617B

Ces semis sont maintenant assez grands: vous pouvez remettre le paillis.

Cela laissera le sol exposé aux éléments et donc il y aura tout probablement aussi des mauvaises herbes qui pousseront, mais vous n’avez pas le choix. Quand les jeunes légumes auront environ 10 à 15 cm de hauteur, donc, désherbez manuellement pour les éliminer (heureusement il s’agit de jeunes semis de mauvaises herbes, encore faciles à arracher)… et appliquez une bonne couche de paillis à travers les nouveaux légumes pour qu’elles ne reviennent pas!

D’accord, c’est plus de travail que vous n’avez l’habitude de faire en tant que jardinier paresseux… mais que ne fera-t-on pour avoir de beaux légumes?

Votre potager est encore à découvert?

Votre potager est présentement en pleine croissance et vous n’avez pas mis de paillis en place? Eh bien, il n’est jamais trop tard pour bien faire! Éliminez d’abord les mauvaises herbes qui y poussent, quitte à le faire en sarclant pour une toute dernière fois. Il faut vraiment les supprimer avant la pose du paillis, car un paillis prévient la germination des graines de mauvaises herbes, mais les plantes indésirables déjà présentes, surtout celles à rhizomes traçants, comme le chiendent, le liseron et la prèle, vont tout simplement se frayer un chemin vers la lumière en passant à travers le paille.

P3151260

Paillis de paille. Photo: Bonnie’s Plants

Quand votre désherbage est fait, paillez à travers les plants, tout simplement!

Quel paillis devriez-vous appliquer? Je préfère les feuilles d’automne déchiquetées (qui ont l’avantage d’être gratuites), mais le bois raméal fragmenté, le compost, les écailles de sarrasin et les rognures de gazon (mélangés avec un autre matériel, sinon elles deviennent trop compactes) font d’excellents paillis pour le potager, car ils sont à la fois légers et enrichissent le sol.

D’autres paillis sont peut-être moins riches, mais accomplissent le travail principal d’un paillis, soit maintenir le sol plus humide tout en empêchant la germination des graines de mauvaises herbes: paillis forestier, paille (il faut en mettre plus épais: au moins 15 cm), papier journal déchiqueté, sciure de bois dur, etc.

Évitez toutefois les paillis de conifère (notamment le célèbre paillis de cèdre), car il se décompose très lentement et finit alors par se mélanger à la terre lors des travaux de jardinage, ce qui empêche les jeunes légumes de bien s’enraciner.

Publicités