Quand semer les légumes et les herbes aromatiques?

Par défaut
20180207 clipart-library.com, moziru.com & www.clipartfinders.com .jpg

On sait qu’il faut semer ses légumes et herbes aromatiques, mais quand? Source: lipart-library.com, moziru.com & http://www.clipartfinders.com

Que la vie serait facile pour les jardiniers s’il n’y avait qu’une seule date pour faire les semis de toutes leurs plantes comestibles. Le 15 avril, par exemple, serait la date à laquelle tous les jardiniers, partout dans le monde, devraient semer les tomates, poireaux, haricots, etc., tous en même temps.

Mais ce n’est pas le cas. Certains légumes et herbes aromatiques ont besoin de plusieurs semaines de culture à la chaleur de la maison avant d’être prêts pour le jardin, d’autres ont besoin de seulement quelques semaines et d’autres encore préfèrent un semis en pleine terre. Et la bonne date pour les semis varie aussi selon votre climat: le gel quitte plus rapidement les climats plus doux, souvent aussi tôt que mars, alors que les jardiniers en climat froid craignent parfois encore le gel au début de juin.

Voici un tableau qui présente les dates appropriées pour les semis de légumes et d’herbes aromatiques, peu importe vos conditions locales, en se basant sur la date à laquelle vous pensez pouvoir les repiquer au jardin.

Notez qu’il ne s’agit pas de la date moyenne du dernier gel pour votre région, car, par définition, une telle moyenne veut dire que, la moitié du temps, il y aura du gel après cette date, mais plutôt d’une date, probablement environ 10 à 14 jours plus tard, quand le sol est bien réchauffé et qu’il n’y a presque aucun risque résiduel de gel.

Par exemple, dans ma ville (Québec), la «date du dernier gel» est le 1er juin, mais j’utilise habituellement le 10 juin comme date sécuritaire pour repiquer en pleine terre des semis fragiles au froid.

20180207 Calcul frost date.jpg

Soustrayez le nombre de semaines de culture à l’intérieur de la date de repiquage pour trouver la date recommandée pour le semis intérieur.

Donc, il suffit de calculer votre date de repiquage et d’en soustraire le nombre de semaines de culture à l’intérieur pour chaque variété qui vous intéresse dans la liste suivante.

Par exemple, si votre date de repiquage est le 15 mai et que vous voulez semer du brocoli qui, d’après le tableau, nécessite 8 semaines de culture à l’intérieur, la date du semis intérieur serait le 15 mars (15 mai – 8 semaines) dans votre localité. Par contre, votre cousine Bette qui vit dans une autre ville où la date de repiquage est le 1er juin devrait démarrer ses semis de brocoli le 1er avril.

C’est si facile!

Calendrier de semis pour les légumes et les herbes aromatiques

La liste ci-dessous indique le nombre de semaines de culture à l’intérieur recommandé pour plus de 80 légumes et aromates.

  1. Amarante (Amaranthus caudatus, A. cruentus et A. hypocondiacus) 4 semaines
  2. Aneth (Anethum graveolens) 6 semaines
  3. Angélique (Angelica archangelica) 8 semaines
  4. Anis (Pimpinella anisum) 8 semaines
  5. Arachide (Arachis hypogaea) 6 semaines
  6. Artichaut (Cynara cardunculus) 10 semaines
  7. Asperge (Asparagus officinalis) 8 semaines
  8. Aubergine (Solanum melongena) 8 semaines
  9. Basilic (Ocimum basilicum) 4 semaines
  10. Bette à carde (Beta vulgaris groupe Flavescens) en pleine terre
  11. Betterave (Beta vulgaris groupe Conditiva) en pleine terre
  12. Blé d’Inde (Zea mays) en pleine terre
  13. Bourrache (Borago officinalis) 8 semaines
  14. Brocoli (Brassica oleracea italica) 8 semaines
  15. Camomille allemande (Matricaria chamomilla, syn. Matricaria recutita) 6 semaines
  16. Camomille romaine (Chamaemelum nobile, syn. Anthemis nobile) 8 semaines
  17. Cantaloup (Cucumis melo) 3 semaines
  18. Cardon (Cynara cardunculus) 10 semaines
  19. Carotte (Daucus carota) en pleine terre
  20. Céleri (Apium graveolens) 8 semaines
  21. Cerfeuil (Anthriscus cerefolium) 6 semaines
  22. Cerise de terre (Physalis pruinosa) 8 semaines
  23. Chicorée (Chichorium intybus) 4 semaines
  24. Chou chinois (Brassica rapa pekinensis) en pleine terre
  25. Chou de Bruxelles (Brassica oleracea gemmifera) 4 semaines
  26. Chou frisé (Brassica oleracea acephala) 6 semaines
  27. Chou pommé (Brassica oleracea capitata) 5 semaines
  28. Chou-fleur (Brassica oleracea botrytis) 8 semaines
  29. Chou-rave (Brassica oleracea gongylodes) 4 semaines ou en pleine terre
  30. Ciboule de Chine (Allium tuberosum) 4 semaines
  31. Ciboulette (Allium schoenoprasum) 4 semaines
  32. Ciboulette ail (Allium tuberosum) 4 semaines
  33. Cilantro (Coriandrum sativum) 5 semaines ou en pleine terre
  34. Citrouille (Cucurbita pepo et autres) 3 semaines ou en pleine terre
  35. Concombre (Cucumis sativus) 2 semaines ou en pleine terre
  36. Coriandre (Coriandrum sativum) 5 semaines ou en pleine terre
  37. Courge, courgette (Cucurbita pepo et autres) 3 semaines ou en pleine terre
  38. Échalote française (Allium cepa aggregatum) 8 semaines
  39. Endive (Chichorium endivia) 6 semaines
  40. Épinard (Spinacia oleracea) 4 semaines ou en pleine terre
  41. Épinard de Nouvelle-Zélande (Tetragona expansa) 3 semaines
  42. Fenouil (Foeniculum vulgare) 4 semaines
  43. Fève des marais (Vicia fava) en pleine terre
  44. Gombo (Abelmochus esculentus) 8 semaines
  45. Gourgane (Vicia fava) en pleine terre
  46. Haricot à rames (Phaseolus vulgaris et P. coccineus) 2 semaines ou en pleine terre
  47. Haricot nain (Phaseolus vulgaris humilis) en pleine terre
  48. Hyssope (Hyssopus officinalis) 8 semaines
  49. Kale (Brassica oleracea acephala) 6 semaines
  50. Laitue (Lactuca sativus) 4 semaines ou en pleine terre
  51. Lavande (Lavandula angustifolia) 14 semaines
  52. Lentille (Lens culinaris) en pleine terre
  53. Maïs (Zea mays) en pleine terre
  54. Marjolaine (Origanum majorana, syn. O. hortensis) 6 semaines
  55. Matricaire (Matricaria chamomilla, syn. Matricaria recutita) 6 semaines
  56. Mélisse (Melissa officinalis) 10 semaines
  57. Melon (Cucumis melo) 3 semaines
  58. Melon d’eau (Citrullus lanatus) 3 semaines
  59. Menthe (Mentha spp.) 8 semaines
  60. Mizuna (Brassica juncea japonica) 4 semaines
  61. Navet (Brassica rapa rapifera) en pleine terre
  62. Oignon (Allium cepa) 8 semaines
  63. Okra (Abelmochus esculentus) 8 semaines
  64. Origan (Origanum vulgare) 6 semaines
  65. Panais (Pastinaca sativa) en pleine terre
  66. Pastèque (Citrullus lanatus) 3 semaines
  67. Persil (Petroselinum crispum) 6 semaines
  68. Piment (Capsicum annuum et autres) 9 semaines
  69. Poireau (Allium porrum) 12 semaines
  70. Poirée (Beta vulgaris Groupe Flavescens) en pleine terre
  71. Pois (Pisum sativum) en pleine terre
  72. Poivron (Capsicum annuum et autres) 9 semaines
  73. Pourpier potager (Porulaca oleracea) 6 semaines
  74. Quinoa (Chenopodium quinoa) en pleine terre
  75. Radicchio (Chichorium intybus) 4 semaines
  76. Radis (Raphanus sativus) en pleine terre
  77. Romarin (Rosmarinus officinalis) 6 semaines
  78. Sarriette commune ou sarriette d’été (Satureja hortensis) 4 semaines
  79. Sauge officinale (Salvia officinalis) 8 semaines
  80. Scarole (Chichorium endivia) 6 semaines
  81. Tanaisie (Tanacetum vulgare) 8 semaines
  82. Tétragone (Tetragona expansa) 3 semaines
  83. Thym (Thymus vulgaris et autres) 8 semaines
  84. Tomate (Solanum lycopersicon) 6 semaines
  85. Tomatille (Physalis ixocarpa et P. philadelphica) 6 semaines20180207 clipart-library.com, moziru.com & www.clipartfinders.com
Publicités

2018: l’année de la betterave

Par défaut
20180204A Beet_Merlin_Sakata, National Garden Bureau.jpg

Betterave ‘Merlin’, une betterave ronde et rouge d’apparence classique, mais nettement plus sucrée que les variétés plus anciennes. Source: Sakata, National Garden Bureau

Chaque année, le National Garden Bureau, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion des plaisirs du jardinage, sélectionne une vivace, une annuelle, une plante comestible et un bulbe à mettre en vedette dans son programme L’année de. C’est une excellente façon de découvrir une plante que vous ne connaissez pas ou pour en apprendre un peu plus sur une plante que vous cultivez déjà.

Cet article présente la troisième des quatre plantes honorées en 2018, la betterave potagère (Beta vulgaris Groupe Conditiva). Voici les liens pour deux autres plantes honorées en 2018, soit le coréopsis et le calibrachoa.

Un peu d’histoire

20180204B Beta vulgaris maritima miluz, Flickr.jpg

Betterave maritime (Beta vulgaris maritima). Source: miluz, Flickr

La betterave sauvage (Beta vulgaris maritima) est habituellement appelée betterave maritime ou bette maritime et pousse spontanément sur les rivages maritimes en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, principalement autour des mers Méditerranée et Caspienne et sur la côte atlantique.

À l’origine, la betterave maritime a été récoltée à l’état sauvage pour servir de plante médicinale, pour traiter les fièvres et la constipation et aussi comme aphrodisiaque, et ce, dès le deuxième millénaire avant notre ère. Quant à sa domestication, elle est perdue dans la nuit des temps, mais semble dater du début de la sédentarisation des humains en Mésopotamie, ce qui en fait l’un des légumes les plus anciens. Curieusement, ce n’était pas la racine que nos ancêtres consommaient, puisque la betterave maritime n’avait que des racines somme toute assez ligneuses et brunes qui n’offraient rien à consommer, mais plutôt le feuillage.

20180204C Beta vulgaris Cicla damsoncottagegarden.com.jpg

La bette à tondre (B. vulgaris Groupe Cicla) n’a ni racine bulbeuse ni pétiole épais. Source: damsoncottagegarden.com

Cette forme primitive de betterave correspond à ce que nous connaissons aujourd’hui comme la bette à tondre (B. vulgaris Groupe Cicla), autrefois appelée tout simplement bette ou blette. À pétioles minces (contrairement à la bette à carde ou poirée moderne), elle fut autrefois un légume populaire, mais est plutôt oubliée aujourd’hui.

Des études montrent que la bette à tondre était connue et utilisée par la plupart des grandes civilisations de l’Europe et du Proche-Orient, voire jusqu’en Inde: par les Mésopotamiens, les Égyptiens, les Grecs, les Romains, etc. Aujourd’hui, la betterave est cultivée dans le monde entier, sur tous les continents sauf l’Antarctique.

La betterave potagère (le nom betterave veut dire «racine de bette»), soit B. vulgaris Groupe Conditiva, le légume à racine bulbeuse que nous connaissons si bien aujourd’hui, est d’origine inconnue. On soupçonne qu’elle dérive de plantes à racines tubérisées trouvées en Afrique du Nord. Sa popularité est relativement récente: on commença à entendre parler de ce légume seulement à la fin du 16e siècle, en Allemagne et en Russie, et elle ne gagna le reste de l’Europe que 200 ans plus tard.

Portrait de famille

La betterave a longtemps été placée dans la famille des Chénopodiacées, mais cette famille a été supprimée par les taxonomistes et ses membres sont maintenant placés parmi les Amarantacées. Il s’agit d’une plante bisannuelle, rarement pérenne, fleurissant donc pendant la deuxième année de culture pour mourir après la production de semences. Cependant, à moins de vouloir justement récolter les semences, nous cultivons habituellement la betterave comme annuelle, la semant tôt au printemps pour une récolte estivale ou à la fin de l’été pour une récolte automnale. Dans les régions au climat doux, les betteraves sont semées à l’automne comme culture d’hiver.

Les fleurs, assez banales, portées sur des tiges assez hautes (1,2 m et plus), sont pollinisées par le vent.

20180204D Fr Autres bettes farm2mountain.com, crystalgreen.com & www.rareseeds.com.jpg

Trois parents de la betterave potagère. Source: arm2mountain.com, crystalgreen.com & http://www.rareseeds.com

La betterave potagère a trois parentes qui sont couramment cultivées: la bette à carde, la betterave sucrière et la betterave fourragère.

La bette à carde (nom utilisé au Québec), aussi appelée poirée, bette ou bette à côte, noms plus populaires en Europe, est une variété de bette aux pétioles nettement épaissis qui viennent dans une bonne gamme de couleurs (rouge, rose, blanc, jaune, orange, vert, etc.). On consomme les feuilles crues ou cuites avec leur «côte» (pétiole), à la manière des épinards. Appelée B. vulgaris Groupe Flavescens par les taxonomistes, cette forme serait apparue spontanément, par mutation, à partir de la bette à tondre mentionnée ci-dessus. Elle n’a pas de racine enflée; que des racines fibreuses.

La betterave sucrière (B. vulgaris Groupe Altissima) fut développée en Allemagne à la fin du 18e siècle à partir de la betterave potagère et est utilisée surtout en culture commerciale. Elle fournit 20% de l’approvisionnement mondial en sucre… et est également utilisée pour la production de bioéthanol. Oui, l’auto que vous conduisez est peut-être partiellement mue par la betterave à sucre!

Enfin, la dernière forme de bette couramment cultivée, la betterave fourragère (B. vulgaris Groupe Crassa), produit de grosses racines bulbeuses qui sont principalement utilisées comme fourrage animalier.

Malgré une apparence souvent très différente, toutes les bettes (betterave, bette à carde, betterave sucrière, betterave fourragère, etc.) sont interfertiles: toute variété peut se croiser avec toute autre.

Un légume riche en couleur

La coloration de la betterave est beaucoup plus variée que ce que la plupart des gens pensent.

20180204E RainbowBeetMixRH Shymway Seed, National Garden Bureau.jpg

Un mélange de différentes couleurs de betterave: ‘Rainbow Beet Mix’. Source: RH Shymway Seed, National Garden Bureau

En plus de la couleur rouge intense qu’on connaît bien, il y a des betteraves jaunes, dorées et blanches, ainsi que des betteraves bicolores avec une racine rouge veinée de blanc. Il y a même des betteraves aux feuilles colorées, comme la populaire betterave ‘Bull’s Blood’, au feuillage pourpre foncé, qui est utilisée à la fois comme plante ornementale et comme légume.

20180204L Bull's blood www.osborneseed.com.jpg

Betterave à feuilles pourpres ‘Bull’s Blood’: ornementale et comestible. Source: www.osborneseed.com

Cette gamme de couleurs provient principalement de diverses bétalaïnes, des pigments antioxydants. Parfois, le corps n’arrive pas à décomposer complètement les bétalaïnes, peut-être à la suite d’une grosse consommation de betteraves de couleur très foncée (plus riches en bétalaïnes que la normale). Si oui, cela peut donner une urine rose ou rouge. C’est inoffensif, mais plutôt surprenant.

Les bétalaïnes sont depuis longtemps utilisées comme colorant rouge ou rose, notamment dans les pâtes de tomate, les confitures, les gelées, les sauces et divers desserts. D’ailleurs, la poudre de betterave fut autrefois utilisée comme fard et rouge à lèvres.

20180204F Beet_Taunus_BejoSeeds, National Garden Bureau.jpg

Betterave ‘Taunus’: une betterave cylindrique. Source: BejoSeeds, National Garden Bureau

La forme de la racine est variable aussi. Elle est généralement globulaire, mais il y a aussi des betteraves cylindriques, rappelant les carottes. Je les trouve pratiques, car elles donnent plus à récolter tout en occupant moins d’espace dans le jardin… et sont plus faciles à trancher! Si vous cherchez, vous trouverez aussi, notamment dans les catalogues de semences du patrimoine, des betteraves en forme de toupie et de massue.

La betterave dans l’assiette

20180204G pickled beet egg, www.bitchinfrommelanieskitchen.com.jpg

Les œufs cuits durs colorés de rose par un marinage dans le jus de betteraves vinaigrées sont un mets traditionnel des Amish de la Pennsylvanie. Source: www.bitchinfrommelanieskitchen.com

Les betteraves sont un légume commun, voire un aliment de base dans certaines régions. En Europe de l’Est, par exemple, le bortsch (soupe de betterave) est servi avec presque tous les repas d’automne et d’hiver.

Les betteraves sont consommées bouillies, rôties, cuites à la vapeur, crues ou marinées, froides ou chaudes, tranchées, coupées en dés, réduites en purée ou râpées, seules ou en mélange avec d’autres légumes dans les salades et les soupes. Et bien sûr, si vous mangez un hamburger en Australie, attendez-vous à trouver une tranche de betterave marinée sur la boulette plutôt qu’une tranche de tomate!

Côté santé, les betteraves sont riches en fibres, vitamines A et C, antioxydants, calcium, potassium, phosphore et acide folique. Elles contiennent plus de fer que la plupart des autres légumes, ce qui les rend populaires auprès des nutritionnistes. La poudre de betterave est vendue encapsulée comme supplément alimentaire, on fabrique des croustilles santé à partir de betteraves tranchées et le jus de betterave est commercialisé comme boisson énergétique naturelle. On a même déjà fabriqué du vin (un vin rouge, je présume) à partir de jus de betterave!

20180204H Beet_Early_Wonder_Tall_Top Sage Gardens.jpg

Betterave à double vocation ‘Early Wonder Tall Top’. Source Sage Gardens

Les feuilles, appelées fanes, sont également comestibles et on peut les manger crues ou cuites, à la manière des épinards. Certaines variétés, comme ‘Early Wonder Tall Top’, ont des fanes particulièrement bien développées et sont considérées à double vocation, cultivées autant pour les fanes que pour la racine. En outre, les pousses de betterave (graines fraîchement germées) sont faciles à cultiver sur un rebord de fenêtre, même en hiver, et certaines épiceries offrent des bébés feuilles de betterave comme ingrédient pour les salades.

Les betteraves ont la réputation d’avoir un goût «terreux» que certaines personnes n’apprécient pas. Ceci est causé par la présence de géosmine, le même composé organique qui donne l’odeur de la «terre après une pluie» que la plupart des gens connaissent. Le nez humain est extrêmement sensible à la géosmine et capable de la détecter à des concentrations aussi faibles que 5 parties par mille milliards. Le niveau de géosmine varie selon la variété de betterave et certaines variétés n’en contiennent presque pas. De plus, l’odeur disparaît complètement lorsqu’on prépare les betteraves dans le vinaigre, car la géosmine se décompose rapidement en milieu acide.

La culture de la betterave

20180204I www.diynetwork.com.jpeg

Habituellement, on sème les graines de betterave en pleine terre. Il n’est pas nécessaire ni même souhaitable de les démarrer dans la maison. Source: www.diynetwork.com

On sème généralement les graines de betterave en pleine terre, normalement, dans les régions tempérées, au début du printemps, soit deux ou trois semaines avant le dernier gel, ou à la fin de l’été, car elles germent mieux à des températures plutôt fraîches. Semez-les à 1 à 1,25 cm de profondeur et à 2,5 à 5 cm (1-2 po) d’espacement et maintenez le sol humide pour favoriser la germination.

On peut facilement cultiver les betteraves en bac aussi.

Il n’est pas nécessaire d’ajouter des champignons mycorhiziens au sol au moment de l’ensemencement. Les betteraves, avec leurs parents, les épinards, sont parmi les rares légumes qui ne forment pas d’association symbiotique avec ces champignons bénéfiques.

20180204J beet-seeds www.quickcrop.ie.jpg

Ces semences curieusement formées sont en fait des glomérules contenant de 2 à 4 graines. Source: www.quickcrop.ie

Les «graines» de betterave sont en fait des glomérules, de petites grappes de 2 à 4 graines à l’intérieur d’un fruit sec. Donc, 2 ou 3 semis germent serrés les uns contre les autres. Pour cette raison, il faut toujours éclaircir les betteraves après leur germination.

Ou du moins, c’était le cas il n’y a pas si longtemps, car il existe maintenant quelques variétés de betteraves «monogermes» qu’on peut semer. (Et non, ce ne sont pas des OGM!) Cette caractéristique est encore très rare, mais risque de devenir plus populaire, car elle simplifie la culture. D’ailleurs, on trouve maintenant presque uniquement des variétés monogermes chez la betterave sucrière tellement cela facilite la culture à grande échelle.

Pour éclaircir les betteraves, pincer ou couper à la base les semis en trop lorsqu’ils mesurent environ 2,5 à 5 cm de hauteur, en laissant un espace d’environ 8 à 15 cm entre les plants. Les plants éclaircis sont bien sûr comestibles et constitueront une première petite récolte. Dans une certaine mesure, plus l’espacement que vous laissez est grand, plus la racine sera grosse. Si vous voulez des betteraves plus petites, mais aussi plus nombreuses, optez pour 8 cm d’espacement.

Les betteraves préfèrent les sols légèrement acides avec une certaine teneur en bore, un oligoélément normalement de moindre importance dans le jardin. Pour vous assurer de combler ce besoin, il peut être utile d’arroser de temps en temps avec un engrais d’algues. Évitez les engrais riches en azote: ils stimulent la croissance des feuilles au détriment du développement de la racine. Les betteraves, étant dérivées d’une plante de bord de mer, sont très tolérantes des sols salins et pousseront bien dans des emplacements que peu d’autres légumes pourraient tolérer.

Maintenez le sol relativement humide, avec un arrosage d’environ 2 cm d’eau par semaine si la pluie manque.

20180204K Beet_Boldor_BejoSeeds, National Garden Bureau.jpg

Betterave «dorée» ‘Boldor’. Source: Boldor_BejoSeeds, National Garden Bureau

Les betteraves mûrissent en 50-95 jours, selon la variété, et sont récoltées quand elles mesurent entre 6,5 et 7,5 cm de diamètre. Par contre, vous pouvez les récolter plus tôt ou les laisser grossir davantage si vous voulez. La récolte se fait en tirant doucement sur les fanes jusqu’à ce que la racine soit extraite ou encore, en les arrachant avec une fourche de jardin.

Enfin, les betteraves se conservent bien, que ce soit dans le sol (les récolter seulement quand le sol menace de geler pour l’hiver) ou dans une chambre froide. De plus, une fois marinées, elles se conservent presque éternellement!


La betterave est un aliment parfait pour les personnes soucieuses de leur santé et aussi un légume facile à cultiver pour les jardiniers de tous âges. Profitez de l’Année de la betterave pour cultiver dans votre jardin ce légume à la fois très ancien et constamment renouvelé!Alf Christianson Seed Co.

La «salade» la plus facile

Par défaut

20150429BLa bette à carde (Beta vulgaris cicla) n’est qu’une sélection de la bette sauvage (B. vulgaris maritima), la même plante qui a donné la betterave (B. vulgaris crassa). Mais au lieu de produire une grosse racine, la bette à carde (on l’appelle blette en France et poirée en Suisse) donne un pétiole nettement épaissi (la côte) et une plus grosse feuille. Les deux sont comestibles et on les utilise un peu comme des épinards, en salade ou cuits. D’ailleurs, la bette à carde complémente bien l’épinard, car elle commence à produire au moment où l’épinard, si précoce, arrête sa production. La bette à carde est toutefois beaucoup plus facile à cultiver que l’épinard. Même, c’est probablement le plus facile des légumes à salade. 20150429A

Vous pouvez semer la bette à carde tôt au printemps, dès que le sol est un peu asséché, même s’il y a encore parfois un peu de gel la nuit. Semez les graines à 1-2 cm de profondeur dans un sol riche et bien drainé et un emplacement bien ensoleillé, en pleine terre ou en pot. Comme son feuillage est très beau (il existe des variétés à pétioles rouges, roses, orange, jaunes, verts et blancs), il se cultive aussi facilement dans une platebande ornementale que dans un potager. Vous pouvez semer assez densément, car les semis et les jeunes plants sont déjà comestibles: vous les récolterez pour la table à mesure qu’ils se touchent, laissant un espacement éventuel de 20 à 25 cm entre les plants qui résideront alors dans le jardin le reste de l’été.

Le secret d’une récolte continue de bette à carde est ne pas faire comme les supermarchés et coupez toute la plante à la fois pour la récolte. À la place, ne récoltez que les feuilles extérieures. Ainsi la plante continue de pousser durant tout l’été… et la récolte peut donc continuer jusqu’à ce qu’il y ait un gel sévère. Comme la plante tolère un peu de gel, on se voit parfois encore en traîne de récolter des feuilles fraîches de bette à carde au mois de novembre!

Vous pouvez conserver les graines en surplus environ 4 ans si vous les gardez au frais et au sec. Il n’est pas évident que vous allez pouvoir produire vos propres semences de bette à carde, par contre, car la plante est une bisannuelle (elle fleurit et produit des semences la deuxième année), mais est de la zone de rusticité 7 et ainsi survit rarement aux hivers froids.