Quand les feuilles d’un avocatier brunissent

Par défaut

L’air sec est la principale cause du brunissement des feuilles chez les avocatiers cultivés à l’intérieur. Source: cantikalami.club

Question : J’ai fait pousser un avocatier et maintenant les feuilles brunissent. Pourquoi? La plante mesure 75 cm (30 pouces) de haut et a seulement une tige principale.

Hélène

Réponse : L’avocatier (Persea americana) n’est pas vraiment très bien adapté aux conditions qui règnent dans nos demeures. D’accord, il est relativement facile à faire germer à partir du noyau récupéré d’un fruit et il pousse avec vigueur pendant un certain temps mais, par la suite, il devient graduellement de moins en moins attrayant… et c’est normal. Ce qu’il voudrait en fait est le plein soleil tropical et une forte humidité atmosphérique, choses difficiles à lui donner à l’intérieur.

C’est à l’automne et pendant l’hiver que le feuillage brunit, surtout en raison de l’air trop sec de nos demeures. En effet, quand nous commençons à chauffer notre résidence, l’humidité baisse sérieusement, souvent à 30% ou moins, alors que l’avocatier préfère une humidité relative très forte, soit d’environ 70 à 80%. Dans une telle situation, à cause de l’évapotranspiration, ses grandes feuilles perdent de l’eau plus rapidement que la plante ne peut la remplacer et alors les cellules commencent à mourir, d’où le brunissement.

Idéalement, vous augmenterez l’humidité dans la pièce au moyen d’un humidificateur. Ainsi, il devrait être possible de maintenir une humidité relative d’environ 50%. Ce n’est pas encore l’idéal, mais habituellement cela permet que le brunissement soit beaucoup moins prononcé. Un plateau humidifiant peut aussi aider à réduire le brunissement.

20181116C montage LH.png

Vaporiser les feuilles avec de l’eau ne donnera aucun résultat bénéfique. Montage: jardinierparesseux.com

Il ne sert à rien, par contre, de vaporiser les feuilles avec de l’eau dans un effort pour augmenter l’humidité. Que la vaporisation aide les plantes à faire face à l’air sec est un de ces mythes horticoles qui ne veut pas mourir.

Pour une croissance «parfaite», vous pourriez cultiver votre avocatier à l’étouffée pendant l’automne et l’hiver, soit dans un grand sac de plastique transparent où une humidité de 80% devrait être facile à atteindre. Vous pourriez ouvrir un peu le sac pour laisser sortir toute condensation. Une serre à l’atmosphère très humide conviendrait aussi.

Notez bien que, même si vous augmentez l’humidité, les feuilles abîmées ne reverdiront pas. Une bonne humidité ne fait que prévenir les dommages futurs.

Quelques suggestions supplémentaires

D’abord, je présume que votre plante est cultivée dans un pot de terreau. Beaucoup de gens démarrent leur avocatier au-dessus d’un verre d’eau, mais il ne peut pas y vivre éternellement. Dès que vous voyez un début de croissance racinaire, il faut le transplanter dans un milieu terrestre.

20181115B brbdyer420,www.houzz.com .jpg

Ne laissez pas votre avocatier faner suite à un manque d’eau, surtout quand l’air est sec, car cela aggravera le brunissement des feuilles. Source: brbdyer420,www.houzz.com

Quand il a été empoté, un arrosage régulier et en profondeur est nécessaire : la motte de racines ne doit jamais s’assécher complètement, car, encore, quand les racines s’assèchent, cela peut aussi mener à des feuilles brunissantes. Donc, dès que le terreau paraît sec au toucher, il est temps d’arroser de nouveau.

L’eau dure n’est pas bonne pour l’avocatier non plus. Or, non seulement l’eau du robinet peut-elle être naturellement dure, selon son origine, mais les traitements donnés à l’eau pour la maintenir potable peuvent augmenter sa dureté. Et l’eau dure peut aussi faire brunir le feuillage, surtout en combinaison avec l’air sec. Idéalement, l’eau d’arrosage aura une concentration en carbonate de calcium inférieure à 60 mg/l, ce qui correspond à une eau dite douce. Si l’eau de votre municipalité est considérée comme dure ou très dure, il vaudrait mieux arroser votre avocatier avec de l’eau de pluie, de l’eau de déshumidificateur ou de l’eau distillée.


La bonne nouvelle est que, même si vous ne faites rien, l’état de votre avocatier devrait s’améliorer au printemps, car les feuilles endommagées tomberont et de nouvelles feuilles, profitant de l’humidité accrue qui vient avec le changement de saison, pousseront et seront en pleine forme… jusqu’à la prochaine saison de chauffage. Cette dégradation saisonnière répétée est l’une des raisons pour lesquelles je répète que l’avocatier ne fait pas vraiment une bonne plante d’intérieur.

Publicités

Kokedamas : très tendance, mais sont-ils viables?

Par défaut
20171021A La Florida studio, WC.JPG

Kokedamas suspendus. Source: La Florida studio, Wikimedia Commons

Vous les avez certainement vues, ces petites plantes qui poussent à partir d’une boule de mousse. On les appelle kokedamas. Très tendance, on peut les suspendre au plafond ou les déposer dans une assiette sur une table du salon ou une tablette. Vous les trouverez dans les jardineries et les fleuristeries, et il existe même des boutiques dans les grandes villes qui se spécialisent dans leur vente. Les voir, c’est en vouloir dans sa maison. Mais comment les entretenir?

Le mot kokedama est un terme japonais qui se traduit par «boule de mousse». Le vendeur vous dira sans doute qu’il s’agit d’une technique japonaise millénaire, et on les appelle d’ailleurs parfois «bonsaïs du pauvre», mais en fait, bien qu’il soit vaguement inspiré du bonsaï, le kokedama est une technique moderne datant des années 1990.

Le vendeur vous dira aussi que les kokedamas sont faciles à entretenir, mais en fait, selon les circonstances et le type de plante vendue, leur entretien est souvent très complexe. Et non, malgré les prétentions des vendeurs, vous ne pouvez pas placer un kokedama «presque n’importe où», du moins, pas si vous voulez qu’il survive. D’ailleurs, ce sont ces conseils de vendeurs qui, de toute évidence, ne connaissent pas leur produit, qui expliquent pourquoi si peu de kokedamas survivent plus de quelques mois.

Choisir un kokedama

Théoriquement, on peut faire un kokedama avec n’importe quelle petite plante. Et évidemment, le choix de la plante influencera non seulement l’entretien futur du kokedama, mais même son emplacement.

 

20171021B  La Florida studio, .JPG

Un x Gasterworthia (hybride entre un Gasteria et un Haworthia) fait un excellent kokedama, car il tolère la sécheresse, l’air sec et un éclairage moins que parfait. Source: La Florida studio, Wikimedia Commons

Pour débuter, donc, il serait sage de rechercher un kokedama composé d’une plante de culture plutôt facile, notamment une qui peut tolérer l’air sec, comme une succulente ou un philodendron ou pothos, car l’air sec est le principal ennemi des kokedamas. Évitez les kokedamas faits de plantes très sensibles à l’air sec, comme les fittonias (Fittonia), les capillaires (Adiantum) ou les larmes de bébé (Soleirolia soleilrolii). Ne choisissez surtout pas un conifère taillé en bonsaï pour votre première expérience: laissez ces kokedamas exigeants aux gens qui ont beaucoup d’expérience.

Préférez aussi une plante qui est de taille naturellement petite, ainsi le kokedama pourrait durer plus longtemps.

Et pensez déjà à l’emplacement futur du kokedama avant de l’acheter. Les succulentes sont les meilleurs choix pour les emplacements très ensoleillés; les plantes tolérant l’ombre comme le philodendron, le pothos et le spathiphyllum, pour les coins plus sombres.

Enfin, il est préférable d’éviter l’achat d’un kokedama l’automne ou l’hiver, périodes où même des plantes en pot ont de la difficulté à s’acclimater. Mieux vaut commencer au printemps ou à l’été, quand les conditions sont plus conviviales et alors la plante aura du temps pour s’acclimater au changement de lieu.

Entretenir un kokedama

L’entretien du kokedama est très différent de celui d’une plante d’intérieur classique, car, exposé à l’air de tous les côtés, surtout quand il est suspendu, il sèche rapidement et en profondeur. De plus, les plantes croissent avec le temps et, alors, leurs besoins en arrosage vont en augmentant. Éventuellement, il faudrait penser les tailler ou recommencer en utilisant une plante plus jeune: peu de plantes peuvent vivre éternellement dans une petite boule de mousse.

20171021C Gerberly Hideg, Flickr.jpg

Plongez la boule de mousse sous l’eau pour l’arroser. Source: Gerberly Hideg, Flickr

L’entretien principal est l’arrosage. Si certains vendeurs préconisent un arrosage par vaporisation, en fait, il est difficile de correctement humidifier toutes les racines de cette façon. Mieux vaut plonger la boule dans un récipient d’eau, la laissant tremper au moins cinq à quinze minutes. Ensuite, sortez le kokedama de l’eau, pressez un peu la mousse pour faire sortir l’eau excédentaire et laissez-le s’égoutter dans une passoire pendant une demi-heure avant de le remettre à sa place.

Arrosez quand la boule est sèche au toucher ou que la mousse prend une teinte pâle. La fréquence varie énormément selon la taille de la plante, son exposition et l’humidité ambiante. Le même kokedama peut avoir besoin d’un arrosage hebdomadaire l’été et de deux arrosages par semaine l’hiver quand l’air est très sec, même trois arrosages par semaine quand la plante prend du galon.

Les succulentes, qui tolèrent davantage les écarts d’arrosage que d’autres plantes, sont souvent les meilleurs choix pour les débutants. Parfois, un arrosage par deux ou même trois semaines suffit pour ces plantes issues de milieux arides.

20171021D UserMattes, WC.jPG

Il faut toujours un éclairage au moins modéré pour maintenir un kokedama en bon état. Source: User:Mattes, Wikiimedia Commons

La plupart des kokedamas tolèrent bien un éclairage moyen, donc on peut les placer à une certaine distance d’une fenêtre (mais il faut quand même de la lumière: si vous gardez les stores fermés toute la journée, cela ne fait pas un kokedama très réussi!). Les kokedamas contenant une succulente doivent, par contre, recevoir une bonne part de soleil direct, surtout l’hiver.

Comme les plantes insérées dans les kokedamas grandissent avec le temps, il faudra éventuellement les tailler, les rabattant environ de moitié de temps en temps. Les plantes qui ne tolèrent pas la taille, comme les palmiers, ne sont pas de bons choix pour le kokedama.

Et la fertilisation? Rappelez-vous que vous voulez que la plante reste de taille restreinte, à la fois pour l’apparence du kokedama et pour qu’il dure le plus longtemps possible. Ainsi, il faut réduire la fertilisation au maximum, plongeant la plante dans une eau très légèrement fertilisée une ou deux fois par année, toujours au printemps ou à l’été.

L’humidité: la clé du succès

Une excellente humidité atmosphérique est vitale pour le succès avec les kokedamas (les succulentes font exception: elles peuvent tolérer l’air sec) et cela pose problème dans beaucoup de maisons.

Avec l’arrivée des températures extérieures froides à l’automne et à l’hiver et la mise en marche du système de chauffage, l’humidité ambiante chute de façon draconienne. Il n’est pas rare de voir l’humidité ambiante passer de 60% et plus tout l’été à 20% et moins dès que le chauffage se met à fonctionner. Et cela peut être fatal aux plantes, surtout celles à feuilles minces.

20171021F Walmart.jpeg

Plateau humidifiant. Source: Walmart

Ainsi, il est toujours sage de faire fonctionner un humidificateur dans la pièce où vous conservez un kokedama. Visez une humidité ambiante d’au moins 50%. (Rappelez-vous qu’une telle humidité est excellente pour la santé des humains aussi!) Ou placez votre kokedama sur ou au-dessus d’un plateau humidifiant.

20171021E Clipart Library.png

Bassiner les racines est insuffisant comme arrosage. Source: Clipart Library

Rappelez-vous que bassiner le feuillage, pourtant souvent recommandé par les vendeurs de kokedamas comme méthode pour augmenter l’humidité atmosphérique, n’améliorera pas l’humidité pour la peine, car l’effet est trop peu durable: seulement quelques minutes, alors que la plante aura besoin d’humidité 24 heures par jour.

 

Fabriquer son propre kokedama

20171021g Ipswich Art Gallery, vimeo.com.jpg

Un atelier est un excellent endroit pour apprendre comment composer un kokedama. Source: Ipswich Art Gallery, vimeo.com

Des ateliers sur le kokedama sont offerts dans plusieurs villes. Pourquoi alors ne pas en profiter? Habituellement, vous fabriquerez alors votre premier kokedama sous les yeux d’un spécialiste.

Voici toutefois quelques conseils pour ceux qui veulent tenter l’expérience eux-mêmes.

Choisissez d’abord une petite plante que vous pensez pouvoir entretenir sous vos conditions et assemblez aussi les ingrédients: terreau, glaise, mousse, fil, etc.

Pour faire la boule de terre, mélangez un tiers de glaise à deux tiers de terreau pour plantes d’intérieur. Humidifiez et pétrissez pour former une pâte épaisse. Dépotez la petite plante et entourez sa motte de racines du mélange, formant une boule.

Appliquez à l’extérieur de la mousse séchée ou vivante ou de la mousse de sphaigne et fixez la mousse à la boule de terre glaiseuse en l’entourant de multiples fois avec du fil.

Certains jardiniers préfèrent utiliser du fil de pêche transparent, d’autres du raphia ou même du fil de cuivre. Le fil de pêche est toutefois presque toujours préféré pour la suspension, car il paraît presque invisible, donnant l’impression d’une plante qui flotte dans l’air.

Un mot sur la mousse

20171021F Amazon.com.jpegLa mousse qui entoure la boule est généralement de la mousse «préservée»: elle n’est pas vivante, mais morte et souvent teinte en vert. On peut aussi trouver de la mousse vivante (notamment chez les fournisseurs de terrariums), mais la plupart de ces mousses, récoltées dans des forêts pluviales tempérées, sont incapables de vivre longtemps dans nos intérieurs secs et chauffés. De plus, les besoins de la mousse pour un sol et une ambiance toujours très humides viennent très souvent en conflit avec les besoins de la plante qui préfère en général que le sol sèche un peu.

Attention aux faux

Avant d’acheter un kokedama, assurez-vous au moins qu’il s’agit d’une vraie plante! La popularité soudaine de cette technique a généré un vaste choix de copies importées d’Orient, avec des plantes en plastique sur une boule en polystyrène couverte de mousse artificielle. Très honnêtement, certains sont si bien faits que vous aurez de la difficulté à croire que c’est une reproduction! Le marchand pourra sans doute vous aider à choisir.


Les kokedamas sont essentiellement des œuvres d’art vivantes, mais pas vraiment une façon logique de cultiver des plantes. Utilisez-les pour leur effort décoratif et remplacez les plantes quand elles ne sont plus attrayantes. Si vous voulez des plantes d’intérieur en bonne santé et de longue vie, par contre, cultivez-les en pot, pas dans des mottes de terre glaiseuse entourées de mousse.20171021A La Florida studio, WC

Un plateau humidifiant pour vos plantes d’intérieur

Par défaut
20160104A

Plateau humidifiant avec pierres décoratives.

Vos plantes d’intérieur souffrent-elles de feuilles enroulées ou brûlées à l’extrémité?! Ou leurs feuilles jaunissent et tombent en bonne quantité? Ou leurs boutons floraux sèchent plutôt que d’ouvrir? Si oui, il est fort probable que l’air de votre maison soit trop sec, un problème surtout rencontré à la fin de l’automne et pendant l’hiver.

20160104C.jpg

Thermomètre-hygromètre.

En cas de doute, installez près de vos plantes un thermomètre-hygromètre électronique: facile à trouver dans n’importe quelle quincaillerie. Si le niveau d’humidité indiqué n’atteint pas 50%, il est insuffisant pour beaucoup de plantes.

Vous pouvez aider vos plantes à reprendre une belle forme en utilisant un «plateau humidifiant» que vous préparerez vous-même avec des matériaux facilement disponibles.

Il s’agit d’abord de trouver un «plateau» quelconque, soit un plateau de culture, une grande soucoupe, une barquette récupérée du supermarché, un plat à cuisson, un plat ornemental ou autre. Il doit être imperméable et résistant à la rouille.

20160104D.jpg

Panneau diffuseur carrelé.

Versez-y du gravier, des billes d’argile, des billes ornementales, des éclats de marbre, etc. et égalisez pour former un support plat. Certain jardiniers préfèrent utilisez un panneau diffuseur carrelé coupée sur mesure plutôt que des graviers ou billes. Ensuite, remplissez le fond d’eau, mais sans l’inonder le substrat ou le panneau complètement. L’eau montera sur les graviers ou les parois du panneau par capillarité et s’évaporera, augmentant l’humidité très localement.

20160104BPlacez alors vos plantes sur ce plateau (plus besoin de soucoupe) et elles profiteront d’un petit humidificateur personnel.

À partir de ce moment, chaque fois que vous arrosez, assurez-vous qu’un petit surplus d’eau s’écoule le fond du plateau. Ainsi il y aura toujours de l’eau qui s’évaporera et vos plantes profiteront d’une bonne humidité atmosphérique 24 heures par jour.

Le plateau humidifiant est surtout utile durant les mois où l’on chauffe sa demeure, car chauffer l’air l’assèche. L’air de nos demeures est généralement plus humide l’été et le plateau n’est plus aussi utile… sauf si vous utilisez un climatiseur, car il assèche l’air lui aussi. Dans ce cas, mieux vaut l’utiliser à l’année.