Catégories

Recherche

Plantes d’intérieur qui ne sont pas toxiques

Ill.: clipart-library.com, montage: jardinierparesseux.com La liste suivante comprend plus de 150 plantes d’intérieur qui ne sont pas toxiques pour les humains, les chats et les chiens.  Abutilon spp. (érable de maison) Achimenes spp. (achimène) Adiantum spp. (capillaire) Adonidia merrillii, syn. Veitchia merrilli (palmier de Noël) Aechmea fasciata (aechméa, vase d’argent) Aeonium spp. (aéonium) Aeschynanthus spp. (plante rouge à lèvres) Alpina zerumbet (gingembre coquillage) Alsobia spp., syn. Episcia spp. (fleur de dentelle) Alternanthera spp. (alternanthère) Aphelandra squarrosa (plante zèbre) Aptenia cordifolia (apténie cordée) Ardisia spp. (ardisia) Aspidistra elatior  (aspidistra, plante des marchands de vin) Asplenium spp. (asplénie, fougère nid-d’oiseau) Azolla caroliniana (azolla de Caroline) Beaucarnea recurvata (pied d’éléphant) Billbergia spp. (billbergie, larmes de la reine) Breynia disticha (breynie) Broméliacées Bulbophyllum spp. (bulbophylle) Cactus (sauf quelques exceptions, comme le peyote, Lophophora williamsii) Calceolaria spp. (calcéolaire) Calliandra spp. (arbre aux houppettes) Callistemon spp. (rince-bouteille) Calathea spp. (calathéa) Camellia spp. (camélia) Camellia sinensis (théier) Canna spp. (canna) Cattleya spp. (cattleya) Celosia spp. (célosie) Cephalocereus spp. (barbe de vieillard) Ceropegia woodii (chaine-de-cœurs, lanterne chinoise) Chamaedorea elegans (palmier nain) Chamaedorea seifrizii (palmier bambou) Chlorophytum comosum (plante araignée, phalangère) Cinnamomum zeylanicum (cannelier) Cissus discolor (vigne bégonia rex) Cissus rhombifolia (vigne d’appartement) Clerodendrum thomsoniae  (clérodendron de Thomson) Coleus scutellarioides (coléus)... Lire la suite >

150 plantes d’intérieur qui ne sont pas toxiques

Trouver des informations précises sur les plantes toxiques est très difficile, en grande partie parce que c’est quelque chose qu’on ne peut pas tester. Les chercheurs ne peuvent quand même pas donner une feuille d’une plante inconnue à quelqu’un et dire: «Mangez-la et nous prendrons note du résultat ». Pas plus qu’on peut faire des expériences semblables avec des animaux domestiques. Ainsi, la preuve est généralement anecdotique. Quelqu’un a mangé la plante et est tombé malade. D’accord, mais était-ce à cause de la plante ou la toxicité venait elle plutôt d’un champignon ou d’une bactérie que la plante portait? Ou la plante avait-elle été traitée avec un pesticide quelconque? Sommes-nous même certain de l’identité véritable de la plante? (Les urgentologues ne sont quand même pas des botanistes et peuvent facilement confondre une plante avec une autre.) Peut-être aussi que la personne a eu une réaction allergique, ce qui n’est pas vraiment de la toxicité. Après tout, beaucoup de gens sont allergiques aux fruits... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!