Pucerons sur orchidées

Par défaut

Les orchidées ont les mêmes problèmes d’insectes que les autres plantes. Photo: Ron Parsons, youplants.com

Question: Je viens de découvrir des pucerons sur 2 de mes 6 orchidées. Je les possède depuis près de 2 ans et je les inspecte régulièrement. D’où viennent ces insectes? Est-ce que mes autres orchidées seront aussi infestées?

Yen Doan

Réponse: Les pucerons peuvent arriver sur les plantes d’intérieur en volant quand on ouvre une porte ou une fenêtre l’été mais, en général, ils voyagent plutôt sur nos mains et nos vêtements. En travaillant sur le terrain, nous frôlons par accident une plante contaminée et des insectes indésirables se collent sur une chemise, un pantalon ou la peau.

Comme les pucerons entrent en diapause (un état proche de la dormance) à l’automne, on ne les voit pas nécessairement au début, mais quand les jours commencent à rallonger, les voilà qui se réveillent et qui commencent à se reproduire, ce qui explique le fait surprenant de voir des insectes «surgir de nulle part» en plein hiver, ce qui a fait croire à plus d’un jardinier qu’il agissait d’un cas de génération spontanée!

Oui, vos autres orchidées peuvent en être infestées. Idéalement, vous mettrez les plantes atteintes en isolation dans une autre pièce tant que le problème ne sera par réglé. Et attention! En passant avec un arrosoir des plantes infestées aux plantes saines, on peut transporter les pucerons par accident.

20190115b

Différents savons insecticides. Montage: jardinierparesseux.com

Pour contrôler les pucerons, des traitements hebdomadaires avec une solution de savon insecticide — un produit biologique — seront efficaces à condition de bien atteindre tous les insectes, même ceux qui sont cachés dans les interstices des feuilles. Vaporisez donc attentivement le produit sur toutes les surfaces des plantes, même sur le dessous des feuilles.

Attention: il faut souvent traiter 4 ou 5 fois avant d’arriver à un contrôle complet.

Visite à quelques jardins du sud de la Floride

Par défaut

Deuxième jour: L’exposition TPIE

img_2035

Juste une section de la vaste exposition TPIE

L’exposition TPIE (Tropical Plant Industry Exhibition) est la plus importante exposition de plantes d’intérieur et tropicales en Amérique du Nord. Elle a eu lieu tous les mois de janvier à Fort Lauderdale, en Floride; du 18 au 20 janvier en 2017. J’ai pu y assister cette année dans le cadre de la tournée médiatique de trois jours organisée par la FNGLA (Florida Nursery, Growers and Landscapers Association) à l’attention des membres de la Garden Writers Association.

L’exposition TPIE présente les dernières tendances en plantes vertes, plantes à fleurs et plantes tropicales. Elle couvre 2 hectares: c’est essentiellement un jardin d’intérieur virtuel rempli de plantes magnifiques. Elle est avant tout conçue pour permettre aux pépiniéristes, et surtout aux jardineries de l’est de l’Amérique du Nord, de rencontrer les fournisseurs de produits et de plantes du monde entier, produits qu’ils pourront alors utiliser dans leur commerce ou vendre aux consommateurs. Il y avait environ 400 kiosques à l’exposition de cette année, y compris des fournisseurs de plus de 30 pays différents.

Ce n’est pas la première fois que je participe à cette exposition. J’y ai été deux fois auparavant et d’ailleurs j’y retournerais chaque année si je le pouvais. C’est de loin mon exposition professionnelle préférée, car elle est vraiment plus à l’avant-garde que les autres et plus axée sur les plantes aussi, plutôt qu’à l’outillage… et de plus, je dois admettre que j’aime beaucoup les plantes d’intérieur et c’est la seule qui leur accorde vraiment de l’importance.

Pour moi, visiter cette exposition est une occasion pour découvrir les plantes d’intérieur les plus récentes, les plus fascinantes et les plus attrayantes, ainsi que les dernières nouveautés en pots et en produits: de futurs sujets pour ce blogue, entre autres.

Notez que c’est une exposition professionnelle («trade show»). Contrairement à une exposition dédiée aux consommateurs, il n’y a pas de plantes à vendre sur place. Oui, j’étais entouré de plantes séduisantes que je voulais à tout prix me procurer, mais je ne pouvais strictement rien acheter! Quelle torture! Malgré cela, j’ai pu au moins faire une liste mentale des nouvelles plantes que je veux essayer… une fois qu’elles arrivent en jardinerie!

Visiter les 400 kiosques de l’exposition prend essentiellement toute une journée. Notre groupe a commencé par une conférence très intéressante sur la façon dont les tendances «lifestyle» influencent comment les gens achètent et utilisent les plantes. Cette activité était suivie d’une visite guidée de la salle d’exposition pour bien nous orienter. Par la suite, nous étions libres de visiter à notre guise, à découvrir les kiosques et les plantes et à poser des questions aux spécialistes. J’ai pris une tonne de photos!

Dernières tendances

img_1878

La cuisine et les plantes comestibles devraient aller ensemble, non? Ici, des récipients d’herbes et de légumes sont incorporés directement dans un comptoir de cuisine. Génial!

Cette année, il semble que les jardiniers ne feront pas que cultiver des plantes, ils les porteront aussi. Voici quelques exemples.

img_2188

Un tillandsia en épinglette? Pourquoi pas.

img_1975

Vive la mariée, toute habillée de succulentes!

img_1888-live-trends

J’ai attrapé le bogue moi-même: me voilà avec un collier composé d’une petite plante de tillandsia. Photo: Jo Ellen Myers Sharp

Présentations exceptionnelles

J’aurais pu présenter 50 photos ici, mais je me suis limité à quelques montages favoris.

img_1884

Ce mur de vandas (orchidées) aux couleurs coordonnées a certainement attiré mon attention!

img_1993

Une exposition de plantes tropicales se doit d’avoir de la couleur, beaucoup de couleur… et elle ne manque pas ici!

img_1989

J’ai aimé l’aspect «bienvenue chez moi» de cette présentation.

img_1985

Une sélection ahurissante d’orchidées.

img_2187bullis-10-20-frst

La présentation de Bullis Bromeliads a remporté le premier prix dans sa catégorie.

img_2045

Cette présentation proposée par Plants in the City, qui montre une rue de New York fleurie, approche la qualité des montages de l’Exposition florale de Philadelphie. Autrement dit: wow!

img_2063ndislandexh

Le montage d’Excelsa Gardens a été primé dans sa classe.

Plantes remarquables

Juste quelques-unes des plantes superbes que j’ai remarquées. Plusieurs seront peut-être déjà dans une jardinerie près de chez vous ce printemps!

img_2055exacum-kandy

Exacum ‘Kandy’ a d’énormes fleurs par rapport à la violette persane originale (Exacum affine), une plante d’intérieur quelque peu oubliée.

img_2070soireecoral

La série Soiree de pervenches de Madagascar (Catharanthus roseus) produit des masses de fleurs beaucoup plus petites et plus nombreuses que toute pervenche que j’ai jamais vue.

img_2228neoregelia-sunkiss

Il y avait tellement de broméliacées qu’il était difficile de choisir une favorite, mais je l’ai finalement fait: Neoregelia ‘Sunkiss’.

img_2109sansevieria-fernwood

J’ai vu Sanseviera ‘Fernwood’, avec ses feuilles si minces, dans les jardineries au Québec, mais sans étiquette d’identification. J’étais très heureux d’apprendre son nom.

img_1910-zamiculcas-zamicro

Une version naine d’une de mes plantes vertes préférées, le faux zamier: quelle bonne idée! Son nom? Zamioculcas zamiifolia ‘Zamicro’.

img_2088sparklingsarah

Mon choix de meilleure plante à feuillage coloré: Aglaonema ‘Sparkling Sarah’.

img_2050-tillandsia-samantha

Tillandsia ‘Samantha’: à mon avis, la vedette de l’exposition!

Julia Hofley, une amie experte des plantes d’intérieur, et moi avons échangé au sujet de nos plantes préférées et – surprise! – nous sommes tout à fait d’accord! Notre choix comme vedette de l’exposition est Tillandsia ‘Samantha’. Eh bien, devinez quoi? Les juges aussi! Peu après notre décision, les responsables sont venus lui installer deux pancartes indiquant qu’il s’est mérité deux des prix les plus prestigieux de l’exposition, dont celui de Meilleure nouvelle plante à fleurs 2017.

Pots en quantité

Cette exposition offre beaucoup de récipients vraiment attrayants, théoriquement pour la culture des plantes… mais très peu avaient des trous de drainage. Si vous voulez les utiliser, il serait sage de percer un trou dans le fond auparavant!

Voici deux pots qui m’ont tout spécialement attirés.

img_2136

De très joli petits pots pour un mini jardin. Par contre, je ne sais pas comment les plantes qui y poussent trouveront assez de lumière pour leur survie à long terme!

img_1893

Pots dorés en forme d’ananas avec une garniture de Tillandsia. Mignon comme tout!

Visiter c’est apprendre

TPIE est aussi un bon endroit pour apprendre comment les plantes sont traitées dans les pépinières. Voici quelques exemples.

img_1934

Voici comment certaines plantes (ici des Fittonia) arrivent aux pépinières: de simples boutures de tiges entassées ensemble dans un sac en plastique!

img_1917

Tous les Sansevieria cylindrica spiralés et tressés de que nous voyons dans les magasins sont en fait de simples boutures de feuille. Voici de quoi elles ont l’air fraîchement importées de l’Asie. La couleur rose vient du traitement fongicide appliqué pour prévenir la pourriture.

Horreurculture

Il y a certaines pratiques horticoles que je n’approuve pas, notamment quand cela donne un résultat qui n’est pas ce qu’il semble être. Pour moi, cette façon de fonctionner, où essentiellement on prend les clients pour des nouilles, c’est de l’horreurculture plutôt que de l’horticulture.

img_2051

Haworthias couverts de peinture pour mousser leur vente: faire cela à chiots ou à des poussins et vous seriez arrêté! Dégoûtant!

img_2038

Cactus peints par pulvérisation pour les rendre plus «vendables». Une honte!

img_1949

Mousse de caribou (Cladonia rangiferina), en fait un lichen, séchée et teinte… et très morte!

Je n’ai rien contre l’utilisation de mousses séchées pour décorer un pot ou un terrarium, tant que le client comprend ce qu’il achète, soit une décoration inerte. Mais de toute évidence, le message ne passe pas: je reçois régulièrement des questions de jardiniers débutants qui veulent savoir pourquoi leur mousse ne pousse pas ou perd sa coloration ou comment l’arroser! De toute évidence, on n’explique pas aux clients ce qu’ils achètent.

Bizarrerie

Il y a aussi plusieurs montages de plantes qui font plus sourire qu’autre chose. En voici un exemple.

img_2009

Un topiaire de flamants rempli de mousse et couvert de plantes aux éphélides roses (Hypoestes phyllostachya).

Pour finir

Il y avait un Happy Hour pour tous les exposants et les participants à la fermeture de l’exposition à 17h30… mais j’étais tellement brûlé que je suis retourné à mon hôtel à 16h pour une petite sieste… et pour préparer ce blog.


Demain ou dans deux jours, selon le temps dont je dispose, je vous raconterai la fin de ma tournée en Floride.

À bientôt!

Souffrez-vous d’orchidophobie?

Par défaut

Beaucoup de gens souffrent d’orchidophoblie: la peur irrationnelle de cultiver les orchidées. C’est généralement parce qu’ils ont entendu dire que les orchidées étaient des plantes délicates et peu fiables qui meurent instantanément à moins que vous ne vous pliiez à leur moindre caprice, car ainsi va le qu’on dit-on.

20161227l

La réputation des orchidées d’être des plantes capricieuses est nettement surfaite.

Mais c’est mal comprendre les orchidées. Ces plantes, ou du moins les orchidées les plus couramment vendues, soit les Phalaenopsis, sont des plantes robustes de durables, capables de tolérer presque n’importe quel mauvais traitement tout en restant très belles. (Du moins, elles tolèrent tout sauf les températures glaciales: ne laissez jamais une orchidée dans votre voiture alors que vous magasinez des heures durant pendant une journée froide d’hiver.) Pensez-vous que les vendeurs d’orchidées permettraient que leurs plantes soient présentées les supermarchés si elles n’étaient pas capables de tolérer la négligence totale et les conditions de croissance exécrables?

En fait, les phalaenopsis ont la capacité à supporter des conditions horribles tout en restant en fleurs pendant jusqu’à 2 à 6 mois!

Donc, si votre orchidophobie vous domine tellement que vous n’avez jamais osé essayer de cultiver une orchidée, il vaudrait la peine de reconsidérer. Car cultiver les orchidées est réellement très gratifiant!

Apprenez à ne pas vous sentir coupable

Un problème de beaucoup d’orchidophobes est qu’ils ont l’impression qu’ils doivent non seulement garder leur orchidée en fleurs pendant un certain temps, mais aussi la faire refleurir. Mais pourquoi ajouter ce deuxième défi? Cela ne fait qu’ajouter encore de pression sur les épaules du pauvre orchidophobe!

20161227c

Il est parfaitement loisible de mettre une orchidée au compost après sa floraison.

Sachez qu’il est parfaitement loisible de conserver une orchidée le temps qu’elle fleurisse et de la balancer au compost quand la dernière fleur est fanée. Personne ne vous critiquerez si vous le faites… et de nos jours, les phalaenopsis se vendent assez bon marché que vous pourriez faire cela sans le moindre scrupule financier.

Après tout, lorsque vous achetez un bouquet de fleurs coupées, il en coûte autant qu’une orchidée et personne ne vous critique si vous le lancez au compost quand la floraison est terminée. Pourquoi une orchidée serait-elle différente?

Apprenez donc à penser aux orchidées comme des denrées périssables. Profitez-en pendant qu’elles fleurissent, puis lancez-les dans le composteur si ça ne vous tente pas d’aller plus loin.

Si vous pouvez vous convaincre qu’une orchidée est décoration temporaire et qu’il est donc parfaitement acceptable vous en débarrasser quand elle n’est plus belle, vous découvrirez que votre peur de cultiver des orchidées aura baissé de 90%! C’est tout un progrès!

Bien sûr, vous pouvez également commencer à cultiver une orchidée avec en tête l’idée que c’est une denrée périssable, puis décider plus tard d’essayer de tenter d’obtenir une nouvelle floraison. Si vous prenez cela comme une expérience sans engagement, un petit essai que vous faites par curiosité plutôt que par une obligation, vous subirez toute baisse de pression! Dites-vous tout simplement qu’essayer ne peut pas faire de mal. Voilà ce qui est beaucoup plus sain que de sentir que vous avez échoué quand une orchidée ne refleurit pas.

Trucs pour bien réussir

Pas encore convaincu?

Voici quelques trucs qui vous donneront, si vous les appliquez, le pouce vert avec des orchidées.

  1. Achetez tôt
20161227d

Achetez votre orchidée peu après son arrivée en magasin.

N’attendez pas jusqu’à ce que l’orchidée ait été dans le magasin pendant des mois et qu’on la mette en vente de débarras avant de décider de l’acheter. Au pire, il pourrait avoir été maltraité et donc être en mauvaise forme. Et au mieux, il sera près de la fin de sa floraison, garantissant alors que vous serez déçu par la courte durée du spectacle.

Surveillez plutôt les arrivages récents venant directement du fournisseur. Idéalement, la plante aurait une ou deux fleurs épanouies et beaucoup de boutons floraux en attente de floraison, ce qui vous assurera d’une floraison de plusieurs mois.

  1. Offrez-lui de la lumière

Oui, les orchidées ont besoin de lumière. Toutes les plantes en ont besoin! Mais si tout ce que vous voulez de votre orchidée est quelques mois de floraison, vous pouvez la mettre presque n’importe où dans votre maison qui est au moins modestement éclairé.

20161227e

Si vous pouvez lire sans difficulté dans un emplacement quelconque, l’éclairage est suffisant pour maintenir une orchidée en fleurs.

Vous n’êtes pas certain que l’emplacement offre l’illumination nécessaire? Essayez le truc suivant: par une journée ensoleillée, assoyez-vous à l’endroit où vous avez l’intention de mettre votre orchidée et essayez de lire un journal sans allumer une lampe. (Si vous avez besoin de porter des lunettes pour lire en temps normal, ne vous gênez pas.) Si vous pouvez facilement lire à cet endroit, il est assez éclairé pour maintenir un phalaenopsis en vie et en fleurs pendant 4 mois et plus. Oui, même si c’est complètement au fond de la pièce, loin de la fenêtre! Cela signifie que vous pouvez littéralement décorer votre maison d’orchidées au lieu de toutes les aligner devant une fenêtre en rang d’oignon.

Lorsque votre orchidée cesse de fleurir et que vous décidez et ne pas la mettre au compost, mais plutôt «d’expérimenter», il pourrait être nécessaire d’augmenter un peu l’éclairage. Après tout, votre demeure est probablement plus sombre que vous ne le pensez. La plupart des maisons le sont. Donc, placez votre plante là où elle recevra une heure ou deux de soleil tous les jours et une lumière vive le reste du temps. Un emplacement près d’une fenêtre orientée est conviendrait parfaitement, car elle profite d’un bel éclairage sans chaleur excessive, mais une fenêtre orientée sud ou ouest s’y prêtera tout aussi bien en autant que vous éloignez plante de la vitre ou que vous tirez un léger voilage entre le soleil et les plantes pendant les mois d’été quand il fait vraiment très chaud.

  1. Apprenez à arroser correctement

Il est bien connu que les orchidées détestent les sols détrempés. C’est pour cette raison qu’on les cultive dans un substrat spécialement conçu pour les orchidées, souvent de la mousse de sphaigne ou des morceaux d’écorce, qui offre une circulation de l’air supérieure à un terreau normal de plante d’intérieur.

La règle de base de l’arrosage des orchidées est d’attendre que le substrat soit sec au toucher avant d’arroser. Non, il n’y a pas de fréquence d’arrosage universelle et invariable, comme «une fois par semaine» ou «à tous les 10 jours». La fréquence à laquelle une orchidée a besoin d’eau est influencée par les conditions environnantes, notamment l’éclairage, la température et l’humidité atmosphérique et variera aussi selon la saison. Mais votre petit doigt vous dira ses besoins très clairement: touchez au substrat, tout simplement. S’il paraît sec, il est temps d’arroser.

Vous n’aimez pas vous salir la main? Soupesez alors le pot. Les plantes deviennent plus légères quand ils ont besoin d’eau.

Les orchidées sont souvent plantées dans un pot de culture transparent, puis insérées dans des cache-pots sans trou de drainage.

La plupart des orchidées vendues aujourd’hui sont placées dans un cache-pot: un récipient décoratif sans trou de drainage. Mais regardez de plus près. Vous découvrirez que, en fait, il y a un pot véritable à l’Intérieur du cache-pot, un pot de culture avec des trous de drainage, habituellement d’ailleurs en plastique transparent. Ne vous contentez pas de verser de l’eau sur le terreau et de ne rien vérifier par la suite, car vous pourriez facilement verser trop d’eau dans le cache-pot par mégarde, ce qui mènera tout droit au désastre! En effet, comme il n’y a aucun drainage possible, la plante trempera alors dans l’eau et ses racines commenceront à pourrir.

La meilleure façon pour arroser une orchidée est de verser peu à peu une abondance d’eau tiède sur ses racines (jamais sur sa couronne, c’est-à-dire sur la base de la plante) et de laisser le substrat de plante et aussi ses racines de tremper dans l’eau pendant 15 à 30 minutes. Ensuite, apporez le cache-pot à l’évier et videz le surplus. Il faut toujours vidanger cet excédent d’eau.

  1. N’arrosez jamais avec des glaçons
20161227i

N’arrosez pas avec des glaçons.

Certains producteurs recommandent d’arroser les orchidées avec des glaçons. Cela fonctionne, mais mine graduellement la santé de la plante. Si vous insistez pour le faire, assurez-vous que les glaçons ne touchent qu’au substrat, jamais aux feuilles, sinon elles seront endommagées.

De toute façon, il n’est pas très logique d’une orchidée tropicale avec de l’eau froide. Préférez de l’eau tiède ou à la température ambiante… toujours.

  1. Ne changez rien à la température

Les phalaenopsis sont des plantes tropicales et les humains sont des animaux tropicaux. C’est comme ils étaient faits pour vivre ensemble! Ainsi, nous tenons tout naturellement la température de notre demeure à un niveau parfait pour les phalaenopsis. Si vous vous sentez bien dans la pièce, les orchidées seront à l’aise aussi. Tel qu’il est mentionné ci-dessus, il suffit de retirer les orchidées des fenêtres trop chaudes pendant été. Après tout, voudriez-vous passer votre journée assise sur le rebord d‘un la fenêtre orientée plein sud en juillet?

  1. Gardez l’air humide
20161227j

Plateau humidifiant.

Non, les orchidées n’aiment pas l’air sec et oui, l’air dans la plupart des maisons est sec, du moins pendant les mois d’hiver. Il suffit donc de toujours placez votre orchidée sur un plateau humidifiant.

  1. Fertilisez peu ou pas

L’engrais est un facteur bien mineur dans la culture des orchidées. Si vous ne prévoyez pas conserver votre orchidée à la fin de sa floraison, appliquer de l’engrais serait tout simplement un gaspillage d’argent.

Si vous avez l’intention d’essayer de faire refleurir votre orchidée, vous pouvez la fertiliser très légèrement (jamais à plus de ¼ de la dose recommandée) avec l’engrais soluble de votre choix, et ce, pendant la saison de croissance, c’est-à-dire, de mars à octobre.

  1. Que faire des racines aériennes?

Oui, les phalaeopsis produisent des racines aériennes grises et épaisses qui s’étendent hors du pot comme des tentacules d’un pieuvre. Ignorez-les.

Touches finales pour les anciens orchidophobes

Voici quelques notes finales pour les orchidophobes en voie de récupération qui pensent essayer de faire refleurir leur orchidée pour la première fois.

20161227k

Coupez la tige florale juste au-dessus d’un nœud peut parfois stimuler une autre floraison.

Parfois, un phalaenopsis peut refleurir à partir d’une tige florale en fin de floraison. Il s’agit de la couper au-dessus du nœud juste en dessous de la fleur la plus basse. Il n’y a aucune garantie que cela fonctionnera… mais il peut valoir la peine d’essayer!

Lorsque la tige florale s’assèche et brunit, par contre, ne vous gênez pas de la couper à la base, car elle est définitivement morte. Toute feuille qui jaunit peut aussi être supprimée.

Quant au rempotage des orchidées, il n’y a pas de presse. La plupart peuvent facilement passer 2 ou 3 ans dans leur pot d’origine. Quand le terreau est rendu dégradé et mou, par contre, lisez Comment rempoter une orchidée pour savoir quoi faire.


D’orchidophobe à orchidomane

Et voilà! Vous savez désormais qu’il n’y a pas besoin de craindre la culture des orchidées, qu’elles sont non seulement faciles à maintenir en fleurs pendant des mois, mais même relativement faciles à faire refleurir.

Qui sait, avec les renseignements ci-dessus, vous seriez peut-être capable de changer complètement de cap et devenir non pas un orchidophobe, mais un orchidomane. Je vous le souhaite!20161227l

Comment tuer une orchidée

Par défaut
20161202A.jpg

Orchidée mal en point.

La floraison des orchidées dure souvent des mois. Pire encore, elles ont tendance à fleurir de nouveau quand on les traite trop bien. C’est donc bien ennuyeux!

Heureusement qu’il est possible de tuer une orchidée si on y met juste un peu d’efforts. Voici comment faire!

1. L’arroser avec un glaçon

C’est la méthode préconisée par les producteurs malhonnêtes et ça fonctionne vraiment! Non seulement les orchidées sont-elles des plantes tropicales qui détestent le froid, mais un glaçon ne fournit pas assez d’eau, donc la plante est toujours stressée par un manque d’humidité. C’est une excellente méthode pour les gens sadiques, car la plante meurt très lentement.

2. Laissez l’orchidée tremper constamment dans l’eau

20161202B.jpg

Pourriture des racines provoquées pour un arrosage trop assidu.

C’est si facile à faire! De nos jours, les orchidées sont souvent vendues dans des pots transparents placés dans un cache-pot sans trou de drainage. Il s’agit alors de toujours verser abondamment d’eau sur les racines sans jamais vérifier si les racines trempent dans l’humidité par la suite. Surtout, il ne faut jamais vider le cache-pot 15 à 20 minutes après un bon arrosage, sinon votre orchidée risque de durer des années!

3. Arrosez à tous les jours

N’attendez surtout pas que le terreau soit sec au toucher avant d’arroser: les orchidées aiment bien trop ça!

4. Placez-la près d’un radiateur en hiver et surtout, ne faites rien pour augmenter l’humidité ambiante!

20161202C.jpg

Évitez les plateaux humidifiants!

Il est bien connu que les orchidées aiment l’air humide et que nos maisons sont super sèches en hiver. Il ne faut donc pas se plier aux caprices de votre orchidée en augmentant l’humidité ambiante. Évitez alors les humidificateurs et les plateaux humidifiants, mais une place directement devant un radiateur chaud la tuera en peu de temps.

5. Placez-la dans un coin noir

Les orchidées vivent du soleil comme nous vivons de la nourriture et il n’y a rien de plus sûr pour les tuer que de les affamer! Placez la vôtre au fond de la pièce, dans une salle de bain sans fenêtre, derrière un rideau ou à côté de la fenêtre plutôt que directement devant. Mieux encore, placez-la dans un coin sombre pendant des mois, puis déplacez-la subitement, en plein été, directement devant la fenêtre la plus ensoleillé de la maison. Elle va littéralement brûler! (Hi hi hi!) Évitez surtout les emplacements bien éclairés profitant d’un peu de soleil direct le matin: elle risque de vivre des années!

6. Fertilisez-la massivement

20161202D.jpg

Appliquez-en de l’engrais!

C’est bien connu que les orchidées ont moins besoin de minéraux pour leur survie que la plupart des autres végétaux et qu’un régime réduit à un quart ou à un huitième de la dose recommandée peut les garder en vie éternellement. Alors, allez-y! Doublez, triplez ou quadruplez la dose d’engrais recommandée. Après tout, si un peu est bien, beaucoup doit être mieux, non? Et appliquez-en souvent! Rien de mieux pour faire crever une petite orchidée incapable de se défendre!

7. Ne rempotez pas ou rempotez au mauvais moment

20161202F.jpg

Le terreau pour les orchidées, c’est pour les mauviettes! Donnez-leur de la vraie terre de jardin!

Pourquoi rempoter quand, après 2 ou 3 ans, le terreau de votre orchidée commence à ramollir et à retenir trop d’eau? Après tout, vous êtes si près de l’achever! Si vous décidez de la rempoter malgré mon avis, faites-le pendant que la plante est en pleine floraison ou encore, en décembre ou janvier quand elle est à trois quarts endormie. Ainsi le choc risque de la tuer. La pire chose à faire si vous voulez que votre orchidée meure est de la rempoter dans un terreau pour orchidées très aéré. Prenez plutôt de la terre prélevée directement dans votre platebande: dense, compacte et pleine de microbes douteux. Elle lui sera rapidement mortelle.

8. Ne demandez jamais des renseignements auprès d’un expert ni ne consultez un site Web ou un livre dédié aux orchidées quand vous avez des questions ou des doutes

Ces sources semblent dédiées à prolonger la vie des orchidées. Quelle idée! Il ne faut jamais survivre leurs conseils.


Et voilà! Avec un peu de négligence délibérée, n’importe qui est capable de tuer une orchidée. Essayez et vous verrez!