Catégories

Recherche

Mes mauvaises herbes préférées

En tant que jardinier, je serais censé réagir à la présence de «mauvaises herbes», ces plantes indésirables qui arrivent spontanément dans nos jardins, en les arrachant toutes. Mais il y a certaines «mauvaises herbes» que j’aime! Je les trouve jolies et pas si envahissantes. J’admets qu’elles se ressèment un peu, mais, du moins dans mes plates-bandes, pas assez pour étouffer les autres plantes; seulement çà et là. Si jamais elles vont «trop loin» et commencent à empiéter sur des cultures que je veux préserver, je n’ai qu’à les arracher. D’ailleurs, toutes les plantes présentées ici s’arrachent très bien. Voici mes préférées: Grande molène (Verbascum thapsus) Cette jolie plante bisannuelle, que nos ancêtres appelaient bouillon blanc ou tabac du diable, apparaît dans mes plates-bandes de temps en temps, disparaît, puis réapparaît, ajoutant une note de fantaisie à l’ensemble. Comment pourrait-on traiter cette jolie grande plante pas du tout agressive de mauvaise herbe? Avec sa belle rosette de feuilles hirsutes gris vert... Lire la suite >

À la recherche de la fleur bleue

Le bleu est parmi les plus rares des couleurs florales; seulement le noir est plus élusif. Et c’est probablement à cause de la complexité chimique impliquée dans sa production, car les abeilles, les papillons et les autres pollinisateurs distinguent très bien le bleu et visitent facilement les rares plantes qui produisent des fleurs bleues. Donc, l’évolution aurait pu mener à des fleurs bleues aussi facilement qu’aux les fleurs roses, blanches et jaunes si courantes. Curieusement, la couleur bleue chez les plantes vient d’un pigment qui donne normalement les teintes rouge et violettes: l’anthocyanine (du grec pour bleu foncé). Pour simplifier un phénomène beaucoup plus complexe et qui implique diverses molécules et certains ions métalliques, c’est essentiellement dans des conditions alcalines que la couleur bleue des anthocyanes ressort… et la plupart des fleurs ont une sève acide. Chez les fleurs, le bleu n’est pas une couleur indépendante, c’est plutôt un genre de co-pigmentation. C’est pour cette raison que beaucoup de plantes... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!