2020: année du lantana

Par défaut

Lantana Bloomifymc Red

Chaque année, le National Garden Bureau, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion des plaisirs du jardinage, sélectionne une annuelle, un bulbe, une plante comestible, un arbuste et une vivace à mettre en vedette dans son programme L’année de. C’est une excellente façon de découvrir une plante que vous ne connaissez pas ou d’en apprendre un peu plus sur une plante que vous cultivez déjà.

Regardons alors l’annuelle gagnante pour 2020: le lantana.

Année du lantana

Lantana Bandanamc Peach

Le lantana a une riche histoire d’utilisation comme plante ornementale pour ses fleurs colorées de longue durée, son excellente tolérance à la chaleur et sa capacité d’attirer les papillons, les abeilles et les colibris. Avec ses nombreux bouquets de fleurons de couleurs vives, unis ou multicolores, le lantana peut servir en bac, en plate-bande et en panier suspendu.

Au XVIIIe siècle, le lantana était une plante de serre populaire en Europe et les efforts de sélection étaient considérables, alors que des centaines de cultivars étaient lancés.

Il existe environ 150 espèces de lantana dans la famille de la verveine (les Verbénacées), mais l’espèce la plus cultivée comme plante ornementale est le lantana commun ou lantanier (Lantana camara) et ses hybrides. Cet arbuste des tropiques du Nouveau Monde tolère une touche de gel, mais sa culture en tant que plante permanente se limite habituellement aux régions où le gel est rare (zones de rusticité 9 et plus). Il est toutefois couramment utilisé comme annuelle estivale dans les régions plus froides.

Le lantana tire son nom des grappes de petites baies bleu foncé qui suivent la floraison et qui ressemblent étroitement à celles de la viorne lantane (Viburnum lantana).

Un aimant pour les papillons

Cherchez-vous à attirer des papillons dans votre jardin? Vous ne pouvez pas vous tromper avec le lantana!

Le lantana est un incontournable pour créer un paradis pour les pollinisateurs. Ses fleurs sont tout spécialement attrayantes pour les papillons et les colibris (ces derniers sont présents dans le Nouveau Monde uniquement) ainsi que pour les abeilles et les syrphes, et ce, pour plusieurs raisons: un nectar sucré et abondant, un parfum attrayant, des couleurs vives et une inflorescence conçue comme… une piste d’atterrissage!

En effet, les fleurons tubulaires sont regroupés en ombelle plutôt aplatie, la forme préférée des papillons, car ils aiment se poser sur les ombelles et siroter le nectar des fleurs une par une avec leur longue trompe.

Les fleurs (ici le cultivar Bloomifymc Mango) changent de teinte de jour en jour, ainsi les fleurons plus jeunes au centre de l’ombelle ne sont pas de la même couleur que ceux tout autour.

Les fleurs de lantana peuvent être de couleur unie ou de plusieurs couleurs. Les variétés multicolores changent de couleur à mesure qu’elles mûrissent. Les fleurons fraîchement épanouis, au centre de l’ombelle, sont d’une couleur, mais les fleurons tout autour, plus vieux, sont d’une autre teinte et ceux de l’extérieur de l’ombelle, encore plus âgés, sont souvent d’une troisième teinte. Ainsi, l’ombelle est multicolore.

Les fleurs viennent principalement dans les tons de rouge, orange, jaune, blanc, rose, violet ou lavande et ont souvent un léger parfum.

Et ce parfum?

La plupart des gens apprécient le parfum des fleurs du lantana, le décrivant comme combinant une odeur de sauge et d’agrumes ou rappelant celle du fruit de la passion, mais il ne nous paraît pas très intense. Les papillons, toutefois, le sentent de loin.

Avec le feuillage, c’est une autre paire de manches. Non pas que vous remarquerez son odeur si vous gardez vos distances, mais si vous frôlez les feuilles, vous découvrirez qu’elles dégagent une odeur souvent très forte. Elle peut être citronnée ou camphrée, attrayante ou désagréable, et chaque plante a son propre parfum. Certains lantanas sentent vraiment mauvais, mais encore, seulement si vous les frottez ou les frôlez. Il peut être utile de frotter la feuille d’une variété intéressante avant de l’acheter, juste pour être sûr que son effluve vous convienne.

Autre désagrément potentiel, les tiges angulaires de certaines variétés ont des épines qui peuvent être petites et inoffensives ou plus développées et assez acérées, mais ce trait est largement limité aux variétés sauvages et est rarement trouvé dans les variétés cultivées.

Une plante faite pour la chaleur et la sécheresse!

Lantana Banditomc Rose

Cherchez-vous une plante qui continue de fleurir tout l’été malgré une chaleur torride et des conditions sèches? Si c’est le cas, le lantana est la plante parfaite pour vos plates-bandes et jardinières!

Le lantana aime la chaleur et préfère un sol plus sec qu’humide. Il réussit mieux en plein soleil et dans un sol bien drainé; il déteste être trop arrosé.

Les hybrideurs ont récemment introduit des lantanas stériles, ou presque stériles, ce qui signifie que la plante ne produira jamais de semences. Or, quand une plante commence à produire des semences, habituellement la floraison s’estompe. Par conséquent, les variétés stériles fleurissent sans arrêt jusqu’à tard à l’automne.

Parmi les nouvelles variétés stériles, il y a ‘Gold Mound’, Hot Bloodedmc, ‘New Gold’, ‘Alba’ et les séries Patriotmc, Sunburstmc et Bloomifymc.

Notez que même les lantanas stériles produisent quand même du nectar et du pollen et donc continuent d’attirer les pollinisateurs.

Compacts ou rampants

Les lantanas modernes se présentent généralement sous deux formes: compacte ou rampante. Des plantes compactes formant un monticule dense et arrondi sont facilement disponibles et sont parfaites pour les petits espaces et les jardinières. Les formes rampantes, qui peuvent s’étendre jusqu’à 90 cm de diamètre, sont idéales pour remplir économiquement de fleurs les grands espaces et les paniers suspendus. Lors de l’achat de votre lantana, tenez toujours compte de la taille finale de la plante, car certaines variétés peuvent devenir assez volumineuses.

Lantana sur tige. Photo: Plant Care Today

Si vous êtes patient, vous pouvez même tailler un lantana au port dressé afin d’en faire un petit arbre. Cette technique prendra de 18 à 24 mois. Voici trouverez comment réussir cet exploit ici: Comment créer un coléus sur tige.

Conseils d’entretien

• Sa floraison sans arrêt et son entretien facile font du lantana une plante idéale pour les novices en jardinage.
• Le lantana pousse mieux avec au moins 8 heures de plein soleil par jour et s’adapte à une variété de sols bien drainés. Il tolère même les sols salins. Évitez d’arroser excessivement ou de le placer dans un emplacement mal drainé.
• Au printemps, vous trouverez des plants de lantana en pépinière et en jardinerie. Certaines compagnies vendent aussi de jeunes plants de lantana par catalogue. 
• Dans les climats tempérés, attendez que la menace de gel soit passée et que le sol et l’air se soient réchauffés avant de planter des lantanas en plein air.
• Les lantanas sont rarement touchés par la maladie. Le blanc (oïdium) peut devenir un problème occasionnel, en particulier pendant les étés frais et pluvieux et dans les situations où la circulation d’air est faible. La pourriture des racines peut également être un problème quand le sol est trop humide.
• Peu d’insectes s’intéressent aux lantanas, les aleurodes (mouches blanches) et les pucerons étant les exceptions majeures. On peut les contrôler avec des vaporisations répétées de savon insecticide.
• La fertilisation excessive peut entraîner une croissance exagérée des tiges et des feuilles au détriment de la production de fleurs.
• Les variétés à fleurs fertiles peuvent arrêter de s’épanouir si vous ne supprimez pas régulièrement les fleurs fanées pour prévenir la montée en graine. Cette tâche n’est pas nécessaire avec les variétés stériles. 
• Si votre plante se développe excessivement, taillez-la sévèrement pour lui redonner une forme plus compacte.
• Les cerfs et lapins évitent généralement le lantana, trouvant l’odeur des feuilles désagréable.

Variétés stériles: le choix pour les climats chauds

Le lantana est devenu une mauvaise herbe dans plusieurs pays tropicaux. Photo: http://www.thehindu.com

Le lantana a souvent pris la clé des champs dans les pays chauds et est désormais une mauvaise herbe redoutée dans le sud des États-Unis, en Australie, en Asie du Sud et en Afrique australe. Heureusement que les variétés stériles ne peuvent pas s’échapper de la culture: elles sont donc le choix idéal pour ces régions. 

Il n’y a, bien sûr, aucun risque que les lantanas, même les lantanas fertiles, deviennent envahissants dans les climats aux hivers froids.

La toxicité des lantanas

Les lantanas (ici Bandoleromc Red) sont légèrement toxiques.

Les lantanas sont légèrement toxiques, mais ne sont pas considérés comme très dangereux pour les humains, car il faut en consommer beaucoup pour se rendre malade. Une étude californienne conclut que le risque d’empoisonnement pour les humains est si minimal qu’ils peuvent même être considérés comme sûrs pour les tout-petits. (Lisez l’article Lantana Plant Safe for Toddlers pour plus de détails.)

La situation est similaire pour les chats et les chiens: la toxicité de la plante étant faible, il y a peu de risque que ces animaux essentiellement carnivores en consomment assez pour se rendre malades. 

Le principal danger est pour les animaux herbivores qui pourraient en consommer de grandes quantités comme, chez les animaux domestiques, les lapins et les cobayes, et, chez les animaux de la ferme, les bovins, les moutons, les chèvres et les chevaux. Mieux vaut éviter cette plante si ces animaux fréquentent votre terrain.

Les fruits mûrs seraient comestibles, les fruits verts toxiques… mais est-ce vrai? Photo: Ken Fern, tropical.theferns

Mais les fruits sont-ils comestibles? Les oiseaux frugivores mangent les petites baies mûres bleu-noir brillant en toute impunité et d’ailleurs, ce sont les oiseaux qui dispersent les graines dans la nature, les déposant çà et là dans leurs fientes à de bonnes distances de la plante d’origine. La croyance populaire veut que les fruits mûrs soient comestibles pour les humains, mais que les fruits immatures (encore verts) soient toxiques. D’ailleurs, dans certains pays, les gens les mangent régulièrement et on les trouve même dans les marchés. Par contre, l’opinion des toxicologues varie, car l’innocuité du fruit mûr n’a jamais été étudiée sérieusement. 

Il est donc probablement plus sage de laisser les baies matures aux oiseaux… si vos plantes en produisent, bien sûr, car, comme mentionné ci-dessus, les variétés stériles ne fructifient pas.

Comment conserver un lantana l’hiver

Dans les climats libres de gel, le lantana hivernant ne nécessite aucun soin particulier pour survivre jusqu’au printemps. Et là où il n’y a que des gels légers, il suffit de couvrir la plante d’une épaisse couche de paillis. Si certaines branches sont endommagées par le gel, vous pourrez les rabattre au printemps et la plante se régénérera à partir de la base.

La plupart des jardiniers des régions froides considèrent le lantana comme une annuelle et laissent le gel le tuer. Cependant, vous pouvez facilement rentrer une plante ou deux à l’intérieur pour l’hiver, ou encore, quelques boutures. Traitez soigneusement le feuillage des plantes que vous rentrez au préalable pour éliminer tout parasite qui pourrait s’y cacher. Pour faire enraciner les boutures, appliquez un peu d’hormone d’enracinement à l’extrémité coupée et insérez la bouture dans un pot de terreau humide. Cultivez alors les boutures à l’étouffée dans un endroit chaud et éclairé jusqu’à ce que les plants soient enracinés.

Les lantanas (ici Banderomc White) peuvent faire d’excellentes plantes d’intérieur.

Les lantanas cultivés à l’intérieur auront besoin d’une forte luminosité, donc d’un emplacement devant une fenêtre ensoleillée ou sous des lampes horticoles. Une température normale d’intérieur suffira; arrosez-les selon la règle d’or de l’arrosage. Ils fleuriront sûrement à l’intérieur, mais probablement pas aussi abondamment qu’à l’extérieur en été.

Quelques variétés de choix

Le lantana ‘Samantha’, aussi vendu sous le nom Lemon Swirlmc, offre des feuilles panachées qui sentent le citron. Photo: premiergrowersinc.com

Certaines des séries de lantana les plus populaires sont répertoriées ci-dessous. Il existe aussi quelques variétés à feuillage panaché à considérer, comme ‘Manuel Red’ (Cosmic Firestormmc) et ‘Samantha’ (Lemon Swirlmc).

Séries populaires de lantana 

Lantana Bloomifymc Rose est une variété stérile, non envahissante.

En cliquant sur le nom, vous pouvez voir la gamme des cultivars et de courtes descriptions en anglais.

  • Bandanamc — port compact et bombé, floraison supérieure;
  • Banditomc — variétés naines aux fleurs de couleur intense;
  • Bandoleromc — grandes plantes spécialement adaptées aux régions aux étés frais;
  • Bloomifymc — première série «certifiée stérile»;
  • Havanamc — série naturellement compacte, semences peu viables;
  • Landmarkmc — excellente tolérance à la chaleur, à l’humidité et à la sécheresse, lignée performante;
  • Little Luckymc — port dense et compact, floraison abondante;
  • Luckymc — floraison précoce, plus compacte;
  • Lusciousmc — excellent en paniers et en jardinières mixtes.

Le lantana: une superbe plante souvent peu connue des jardiniers. Pourquoi ne pas l’essayer en cette Année du lantana?

Sauf mention contraire, les photos sont du National Garden Bureau.

La vie sexuelle olé olé des orchidées

Par défaut

20180115A thecliparts.com, Clipart Library & pngimg.com .jpg

Les orchidées utiliseraient n’importe quel subterfuge — mais vraiment n’importe quel! — pour séduire un pollinisateur! Source: thecliparts.com, Clipart Library & pngimg.com

Beaucoup de végétaux produisent du pollen en quantités copieuses, pollen qui est libéré massivement dans l’air et transporté au loin par le vent, dans l’espérance qu’une seule graine trouve par hasard une fleur réceptive de la bonne espèce. Cela fonctionne (sinon, les espèces en question auraient disparu), mais quel gaspillage d’une ressource précieuse! Parfois, le paysage au complet est couvert d’une mince couche de pollen qui ne servira jamais.

20180115B www.sarahplusbees.com.jpg

Typiquement, les fleurs pollinisées par des insectes doivent offrir beaucoup de nectar pour contenter leurs transporteurs de pollen… mais les orchidées ne sont pas aussi généreuses! Source: www.sarahplusbees.com

D’autres végétaux utilisent un agent de transport de pollen plus fiable que le vent, habituellement un insecte, parfois un oiseau (un colibri, par exemple) ou un mammifère (certaines chauves-souris). Habituellement, ils offrent une quantité abondante de nectar à tout passant. Pensez à la marguerite commune [Leucanthemum vulgare] qui peut être pollinisée indifféremment par une abeille, une mouche, un papillon ou une guêpe. De plus, elle produit plus de pollen que strictement nécessaire pour les pollinisateurs qui aiment en manger un peu. Elle peut se permettre d’être généreuse, car elle calcule que l’un de ses nombreux invités, chargé de pollen après sa visite, atterrira éventuellement sur une autre plante de la même espèce et y laissera choir un peu de son pollen, ce qui assurera la fécondation. Si cela vous paraît risqué, sachez que ce l’est beaucoup moins que de lancer le pollen en l’air en espérant qu’il tombe au bon endroit!

Or, les orchidées ne sont pas aussi généreuses. Bien qu’elles soient presque toujours pollinisées par des insectes (plus rarement par des mammifères ou des oiseaux) et que leur pollen lourd ne puisse pas être transporté par le vent, elles sont très chiches dans leur production de pollen. Elles ne produisent pas des «quantités» de pollen, mais seulement deux pollinies (masses de pollen) par fleur. Évidemment, il est alors très important pour la fleur que l’insecte qui prend ses pollinies si rares les dépose sur une autre orchidée de la bonne espèce. Ainsi, les orchidées font tout pour plaire à leur pollinisateur préféré, utilisant des combinaisons savantes de couleurs, de parfums, de formes, de goûts et de textures pour mieux le séduire.

L’orchidée abeille

20180115C Ophrys apifera, BerndH, WC

La fleur de l’orchidée abeille (Ophrys apifera) imite parfaitement une abeille femelle, même jusqu’aux ailes. Source: BerndH, Wikimedia Commons

L’orchidée abeille (Ophrys apifera), une orchidée terrestre européenne appelée aussi (et je ne l’ai pas inventé!) orchidée prostituée, en est un exemple. Cette orchidée produit une fleur qui est physiquement presque identique à la femelle de ses abeilles solitaires pollinisatrices (genres Tetralonia et Eucera). Elle est de la même couleur, de la même taille et offre même une texture hirsute similaire. Mais le coup de grâce est le parfum: la fleur dégage une phéromone (hormone sexuelle) très similaire à celle de la femelle de l’abeille, mais juste assez différente pour être spécialement aguichante. Ainsi, si elle a à choisir entre la fleur et une femelle, l’abeille mâle préférera souvent la fleur!

20180115D Eucera, pollinia, pinterest.jpg

Abeille mâle (Eucera sp.) avec des pollinies d’orchidée collées sur la tête. Source: pinterest

En essayant de copuler avec elle, le mâle se place justement au bon endroit pour ramasser les pollinies de la fleur qui lui restent alors collées sur la tête. Frustré, il s’en va et évite les prochaines fleurs d’orchidée abeille qu’il voit, se souvenant de son insuccès. Mais plus il s’en éloigne, plus l’envie lui reprend et alors il s’essaie de nouveau avec une plante située à une certaine distance. Cela assure une pollinisation croisée, ce qui convient à l’orchidée, car cette autre plante sera génétiquement assez éloignée de la fleur d’origine, évitant ainsi toute consanguinité.

Lorsque ce mâle se pose  sur la nouvelle fleur, les pollinies collées sur sa tête se trouvent coincées par une structure de la fleur et sont carrément arrachées… et d’autres se collent à lui avant qu’il ne reparte.

On peut souhaiter qu’il finisse par trouver une dulcinée de son espèce avant de mourir d’épuisement!

Beaucoup d’orchidées imitent la senteur des insectes femelles et incitent la pseudocopulation des mâles, mais peu imitent aussi bien l’apparence de la femelle que l’orchidée abeille.

Des fleurs trompeuses

Une situation semblable n’est pas rare parmi les orchidées. Beaucoup d’orchidées sont mimétiques: elles imitent d’une façon ou d’une autre (par l’odeur, l’apparence, la texture, etc.) un insecte ou autre objet qui peut attirer les insectes et ce, bien sûr, dans le but d’affrioler un pollinisateur.

20180115KK scarletblack.ca & moziru.com.jpg

Beaucoup d’orchidées sont des trompeuses: elles n’offrent rien à leurs pollinisateurs. Source: scarletblack.ca & moziru.com

Une estimation suggère que, sur les 20 000 espèces d’orchidées, environ 8 000 sont ce qu’on appelle des «fleurs trompeuses»: elles prétendent offrir quelque chose d’intéressant à un pollinisateur, mais ne livrent pas la marchandise. Parfois, comme dans le cas de l’orchidée abeille, c’est le sexe. D’autres fois, c’est un parfum qui suggère une abondance de nectar.. mais quand l’insecte visite la fleur, il n’y a rien à siroter. Et parfois, le leurre est beaucoup plus imaginatif!

Un essaim d’abeilles

20180115E Oncidium sphacelatum, sitecgdw.com.jpg

La floraison de plusieurs oncidiums, dont O. sphacelatum, rappelle un essaim d’abeilles. Source: sitecgdw.com

Par exemple, certains Oncidium d’Amérique du Sud et centrale ont des fleurs qui imitent subtilement l’apparence des abeilles du genre Centris, mais ce n’est pas dans le but de les attirer sexuellement. Les petites fleurs sont regroupées en masse sur des tiges arquées qui bougent sous la moindre brise, au point même d’avoir l’air de frémir. Quand l’abeille Centris, de nature très territoriale, voit ce qui semble être un essaim de ses congénères envahir son espace, elle passe à l’attaque… et, ce faisant, ramasse des pollinies par accident. Fatiguée de l’affrontement, elle se retire, mais voyant un autre affront à son territoire ailleurs, elle attaque aussi le 2e essaim de fleurs et y dépose les pollinies, assurant ainsi la fécondation. Puis, elle repart avec les pollinies de la deuxième plante… et ainsi de suite.

Le sabot de la vierge

20180115F Cypripedium pubescens D. Gordon E. Robertson, WC.jpg

La «sabot» du sabot de la vierge (ici Cypripedium pubescens) est un piège à insectes. Le prix pour en ressortir est de ramasser les pollinies de la fleur! Source: D. Gordon E. Robertson, Wikimedia Commons

Il ne faut pas croire que les orchidées trompeuses sont strictement originaires des tropiques. Le joli sabot de la vierge (Cypripedium spp.), une orchidée des forêts des régions tempérées de l’hémisphère nord, n’est pas en reste. Malgré un nom qui semble promettre une pureté immaculée, elle est tout aussi aguicheuse que les orchidées tropicales… et comme tant d’autres, ses promesses sont fausses.

Son labelle, un pétale muté en forme de sabot, dégage une odeur mielleuse qui promet un abondant nectar. L’insecte (une mouche, un bourdon ou une abeille solitaire, selon l’espèce de sabot de la vierge en question) atterrit sur le labelle et cherche le nectar. Il avance un peu… pour se retrouver sur la surface lisse de l’intérieur du labelle. Ainsi, il glisse jusqu’au fond du labelle, certain d’avoir touché le gros lot, mais non, il n’y a pas de nectar du tout. Pire, quand il essaie de s’en aller, des poils inclinés vers le bas l’empêchent de remonter par le même chemin: il est donc prisonnier. Éventuellement, il découvre une ouverture au fond de la fleur. Il s’y rend, mais doit se tortiller pour passer… déposant les pollinies, s’il en portait, et, en sortant du trou, s’en faisant coller de nouvelles.

Des odeurs moins agréables 

20180115G Bulbophyllum phalaenopsis, C T Johansson

Peu de fleurs d’orchidées sont aussi répugnantes que celles de Bulbophyllum phalaenopsis. Puantes, elles semblent grouiller d’asticots. Source: C T Johansson

La gigantesque orchidée Bulbophyllum phalaenopsis ne gagnera sûrement pas de concours de beauté. Ses pétales rouge pourpré ressemblent à de la viande pourrie et grouillent d’excroissances rappelant des asticots. De plus, elle dégage une odeur nauséabonde… le tout, pour attirer son pollinisateur préféré, la mouche à charogne.

Elle n’est pas seule, d’ailleurs. Plusieurs orchidées, dont les Dracula, attirent les mouches pollinisatrices avec une odeur qui paraît désagréable à nos narines, mais qui est considérée comme le parfum le plus séduisant au monde par les mouches.

Des fleurs qui imitent d’autres fleurs

Quand une plante abondante et attrayante a trouvé la clé de succès avec les pollinisateurs, il n’est pas rare qu’une orchidée du secteur apprenne à l’imiter pour profiter de ses pollinisateurs.

20180115H Guérin Nicolas, Mercewiki et Dick Culbert, WC.jpg

Les deux premières fleurs nourrissent leurs visiteurs, mais la dernière est une fleur trompeuse et n’offre rien. Source: Guérin Nicolas, Mercewiki et Dick Culbert, Wikimedia Commons

En Amérique du Sud et centrale, par exemple, il y a une asclépiade (Asclepias curassavica) et un lantana (Lantana camara) dont les fleurs partagent la même coloration (orange avec un centre jaune) et aussi les mêmes pollinisateurs — notamment des guêpes et des papillons — et qui produisent tous deux beaucoup de nectar pour assurer leur fréquentation assidue par leurs transporteurs de pollen préférés. Alors, certaines espèces d’Epidendrum — dont E. radicans — se sont mises à les imiter en produisant des fleurs avec exactement les mêmes couleurs… mais avec la différence que ces orchidées n’offrent rien en récompense. Trompeuses, elles profitent de l’intérêt des insectes pour les fleurs des deux autres espèces pour assurer leur fécondation, mais ne produisent aucun nectar.

Plus encore

Évidemment, il y a beaucoup d’autres déviances dans la vie sexuelle tordue des orchidées dont j’aurais pu vous parler:

20180115I Catasetum fimbriatum, catasetum-ian.blogspot.ca.jpg

On appelle le Catasetum fimbriatum l’orchidée arbalète tellement il lance son pollen avec force! Source: catasetum-ian.blogspot.ca

• Les Catasetum lancent leurs pollinies sur la tête de leur pollinisateur avec une telle force qu’il est parfois sonné ou même tué par l’expérience;

• L’orchidée de Darwin (Angraecum sesquipedale) tient tant à préserver son nectar des voleurs qu’elle l’emmagasine au fond d’un éperon de 30 cm de longueur. Ainsi, seul son pollinisateur exclusif, un papillon nocturne nommé Xanthopan morgani praedicta, dont la trompe est juste assez longue, peut aller le chercher;

• Le Holcoglossum amesianum, si son pollinisateur ne se présente pas, s’autopollinise d’une façon très physique que je n’oserais pas décrire dans un blogue qui pourrait être lu par des enfants;

• Etc.


Décidément, les orchidées sont des aguicheuses… et elles séduisent les humains aussi, puisque nous les récompensons pour leur tendance à s’offrir de façon si éhontée en les cultivant dans nos maisons et nos jardins!