Catégories

Recherche

Vaporisation printanière pour contrôler les ennemis des fruitiers

L’huile d’hiver (aussi appelée huile au stade dormant, huile de dormance, huile pour traitement d’hiver, etc.) est une huile biologique épaisse appliquée normalement au printemps, à la fonte des neiges, mais qu’on peut aussi utiliser à l’automne, après la chute des feuilles. On l’applique sur les végétaux ligneux: arbres, arbustes, conifères, plantes grimpantes (notamment la vigne à raisin)… en fait, toute plante à feuilles caduques qui survit à l’hiver hors du sol. C’est le traitement insecticide favori des amateurs de fruitiers à feuilles caduques, notamment, car les fruitiers (pommiers, cerisiers, abricotiers, groseilliers, etc.) ont plus que leur part d’ennemis. Il est aussi utilisé pour contrôler les cochenilles sur les magnolias. Selon la région où l’on habite, on l’applique entre le début de mars et la mi-mai… même dès janvier dans les climats vraiment modérés. Cette huile agit sur les insectes et acariens qui hivernent sur les branches et les écorces, que ce soit sous forme d’adulte, de pupe ou d’œuf: pucerons, acariens,... Lire la suite >

Le réveil des ennemis des plantes d’intérieur

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais certains insectes qui infestent les plantes d’intérieur ont été plus tranquilles depuis quelque temps. En effet, quand les jours sont courts, donc à partir du milieu de l’automne, ils entrent en diapause, un genre de semi-dormance, et peuvent même semble être disparus. D’autres insectes continuent de rester actifs même quand les jours sont courts, mais à un niveau bien inférieur que l’été. Mais quand les jours rallongent, les deux groupes se réactivent et commencent à se reproduire abondamment. Or, même aussi tôt que la fin de janvier, les jours rallongent perceptiblement et, peu à peu, selon l’espèce, les ennemis de nos plantes se remettront à l’œuvre. À partir du début de mars, ils seront tous bien réveillés… et affamés. Il s’agit d’insectes comme : L’aleurode ou mouche blanche; L’araignée rouge ou tétranyque à deux points; La cochenille farineuse; La cochenille à carapace ou kermès. Les pucerons, les sciarides (mouches de terreau) et les thrips, par contre,... Lire la suite >

Jeter de l’huile sur… les plantes

Les huiles horticoles existent depuis longtemps. L’une des plus connues est l’huile au stade dormant ou huile d’hiver, qu’on applique sur les végétaux après la fonte des neiges, mais avant leur débourrement (d’où le nom, puisqu’on les applique sur les plantes en dormance), mais il existe aussi des huiles plus légères qu’on peut utiliser aussi durant la période de croissance. Ces huiles agissent en recouvrant l’insecte (ou sa pupe ou ses œufs) pour en boucher les pores, ce qui les empêche de respirer. Aussi elles font fondre la couche cireuse qui protège plusieurs insectes. Ainsi, les huiles fonctionnent essentiellement de la même manière que les savons insecticides. Leur plus grand avantage est de ne pas être des poisons; leur action est strictement physique et elles sont donc inoffensives pour les humains, les mammifères, les oiseaux et les poissons. Pour qu’ils soient efficaces, il leur faut toutefois toucher l’insecte. Aussi, leur effet résiduel est minime: elles se dégradent après quelques jours... Lire la suite >

Un traitement à l’huile pour les fruitiers

L’huile d’hiver (aussi appelée huile au stade dormant, huile de dormance, huile pour traitement d’hiver, etc.) est une huile épaisse appliquée normalement au printemps, à la fonte des neiges, mais on peut aussi l’utiliser à l’automne, après la chute des feuilles. On l’applique sur les végétaux ligneux : arbres, arbustes, conifères, grimpants (notamment la vigne à raisin)… tout ce qui, en fait, survit à l’hiver hors du sol. C’est le traitement insecticide favori des amateurs de fruitiers, notamment, car les fruitiers ont plus que leur part d’ennemis. Selon la région où vous habitez, on l’applique entre le début de mars et la mi-mai… même dès janvier dans les climats vraiment modérés. Cette huile agit sur les insectes et acariens qui hivernent sur les branches et les écorces, que ce soit sous forme d’adulte, de pupe ou d’œuf: pucerons, acariens, psyllides, citadelles, cochenilles, etc. En recouvrant l’insecte d’huile, on vient boucher ses pores, ce qui l’empêche de respirer. Aussi elle fait fondre la couche... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!