La fascinante histoire de la pelouse

Par défaut

Le tapis vert de Versailles, l’une des première pelouses conçues strictement pour l’ornementation. Photo: Remi Jouan, Wikimedia Commons

Conquérante de la banlieue, la pelouse y a fait tranquillement sa place. Voici sa fascinante histoire, des prés communaux du Moyen Âge jusqu’au jardin de Downton Abbey, en passant par les tondeuses bon marché. 

Le tapis vert, une mode décortiquée

S’il y a un élément qui domine nos banlieues, c’est bien la pelouse. Ce tapis de verdure s’étend sur de vastes surfaces, dominant le paysage dès qu’on quitte le centre-ville, son béton et son asphalte. Rares sont les maisons qui n’en ont pas… et beaucoup de maisons n’ont comme décoration vivante que la pelouse. Mais d’où vient cette mode si dominante?

Les débuts de la pelouse

Les prés communaux sont rares aujourd’hui et ne servent plus à faire paître le bétail. Photo: Kevin Rae, Wikimedia Commons

Les premières pelouses furent probablement les prés communaux, courants en Europe au Moyen Âge. Les citoyens du village avaient le droit d’y faire paître leurs vaches, moutons, chevaux, etc. Ce broutage constant donna une prairie très courte qu’on appela pelouse, de l’occitan pelosa, issu du latin pilosus pour «poilu», sans doute parce que l’aspect de la surface couverte d’herbe tondue rappelait celui des poils. L’aristocratie adopta le style autour de ses châteaux, toujours maintenu, au début, par le bétail. On disait à l’époque que c’était pour se montrer bon chrétien (un rappel des nombreuses références aux moutons, aux bergers et aux pâturages dans la Bible), mais dans cette période de grandes perturbations, une pelouse dénudée de végétation haute permettait aussi de voir venir l’ennemi de loin.

Jardins à la française et à l’anglaise

Quand André Le Nôtre conçut les jardins de Versailles pour Louis XIV, à la fin du XVIIe siècle, il y inclut un vaste «tapis vert» (aussi appelé «allée royale»), un parterre de végétation tondue au moyen de faux et situé dans la grande perspective du château. Certainement l’une des premières pelouses d’apparat de l’histoire. Le climat frais et humide du centre ouest de l’Europe permettait une telle innovation. Il est difficile d’imaginer la pelouse évoluer sous les climats chauds et arides de la Mésopotamie ou de l’Égypte. De telles pelouses se répandirent partout en Europe, car tous les nobles voulaient imiter le Roi-Soleil.

Mais le règne du jardin à la française, hautement géométrique et aux haies précisément taillées, conçu pour montrer la puissance de l’humain et sa domination totale de la nature, fut de courte durée. Il fut presque balayé de la carte moins d’un siècle plus tard avec l’arrivée du jardin à l’anglaise, largement sous l’influence du paysagiste anglais Capability Brown (1716 à 1744).

Le jardin à l’anglaise se caractérise par un paysage bucolique où un gazon vert domine. Ici, le célèbre domaine Stourhead en Angleterre. Photo: Luke H. Gordon, flickr

Ce style proposait un retour à une allure plus naturelle, une redécouverte de la nature… mais d’une nature améliorée. Brown concevait des paysages bucoliques au parcours sinueux marqués de collines artificielles, de lacs aux formes asymétriques, de ruisseaux en serpentin, de bosquets apparemment naturels, etc. Pour relier tous ces éléments, une pelouse ondulante et verdoyante. L’entretien était encore surtout fait par le bétail, qu’on empêchait d’approcher de la résidence par des ha-ha ou sauts-du-loup, des fossés spécialement conçus pour paraître invisibles de loin. Rappelez-vous l’aménagement du terrain, avec sa pelouse verte à perte de vue et ses grands conifères, de la série télévisée Downton Abbey. Du pur jardin à l’anglaise. 

Il faut souligner que la plate-bande à l’anglaise, avec ses mélanges de fleurs, n’est pas la même chose que le jardin à l’anglaise, et est d’ailleurs beaucoup plus moderne, datant du début du XXe siècle.

Un déjeuner sur l’herbe dans l’émission Downton Abbey. Photo: PBS/Masterpiece Classics

L’idée du jardin à l’anglaise était de montrer que le propriétaire avait les moyens de consacrer de vastes quantités de terrain de grande valeur à des fins strictement esthétiques. On y tenait des garden-partys et des déjeuners sur l’herbe avec des centaines d’invités. Seulement les plus riches pouvaient se permettre un tel luxe.

Mais avec l’arrivée des premières tondeuses, timidement dans les années 1830, mais surtout à partir des années 1860, d’abord la petite noblesse, puis la classe bourgeoise s’emparèrent du style. Dès lors, il n’était plus nécessaire d’engager des équipes d’employés travaillant à la faux, un seul homme (engagé, bien sûr) pouvant tondre une vaste pelouse en seulement quelques jours. 

Ainsi le prix d’entretien d’une pelouse chuta passablement. Toute la classe supérieure voulait un jardin à l’anglaise autour d’un petit manoir d’apparence la plus luxueuse possible, même si l’échelle de la pelouse était très réduite par rapport à celle des grandes propriétés. 

Les sports sur gazon — ici un jeu de boules en 1870 — devinrent populaires. Photo: Southampton Old Bowling Green Club

À la Belle Époque, les sports sur gazon — croquet, tennis, jeu de boules, polo, etc. — devinrent populaires et aussi l’idée révolutionnaire qu’il était sain pour le corps et l’esprit de se balader dans la nature. Cela a mené à la création des parcs urbains dominés par la pelouse, ce qui est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui.

En Amérique

Spadina House, à Toronto, avec sa vaste pelouse verdoyante, représente bien la grande maison de banlieue de la haute bourgeoisie nord-américaine de la Belle Époque. Photo: Ville de Toronto

Les Nord-Américains plus nantis suivirent attentivement les modes européennes et, surtout à partir des années 1870, les maisons commencèrent à s’entourer de gazon, d’abord à la campagne, mais bientôt tout autour des villes. C’était la naissance de la banlieue, jadis comme aujourd’hui dominée par la pelouse. L’innovation nord-américaine fut de placer la maison de banlieue non pas près de la rue, à l’européenne, mais en plein milieu du terrain, et de l’entourer de pelouse, dans le but de montrer très clairement qu’on était à l’aise. 

C’est aussi à cette époque qu’on commença à vendre les mélanges de semences de graminées et de trèfle, non pas pour nourrir le bétail, mais pour créer de belles pelouses. Bientôt, le gazon se vendit aussi en rouleaux. 

La tondeuse abordable a grandement stimulé l’essor des pelouses de banlieue. Photo: http://www.thriftyfun.com

Avec l’arrivée des tondeuses bon marché et de la semaine de travail de 40 heures juste avant la Seconde Guerre mondiale, donnant à tous un samedi de congé (le dimanche étant bien sûr consacré à la vénération de Dieu!), la classe moyenne était prête à quitter la ville et à s’établir dans les banlieues jusqu’alors réservées aux riches. Et chaque petite maison devait s’entourer de gazon. D’ailleurs, ce fut bientôt non seulement une mode, mais souvent la loi.

La pelouse de graminées

Les premières pelouses furent composées de toute plante capable de survivre à une tonte régulière. Non pas uniquement des graminées, mais un mélange de plantes: trèfle, plantain, pissenlit, camomille, etc. Ne furent bannies des pelouses que les plantes piquantes qu’on arrachait à la main. 

Le vert de golf allait influencer les pelouses. Photo: http://www.hippostcard.com

Pendant ce temps, le golf gagnait aussi du galon et bien que monsieur et madame Tout-le-Monde n’avaient pas encore les moyens de jouer à ce sport d’élite, ils voyaient les verts de golf, où toute plante autre que les graminées était bannie, et ils voulurent la même chose. Quand les herbicides capables de tout tuer sauf les graminées sur une pelouse arrivèrent sur le marché, après la Seconde Guerre mondiale, ils connurent un succès instantané. À la même époque, l’automobile devint réellement accessible et, par conséquent, les banlieues explosèrent.

La pelouse aujourd’hui

Très honnêtement, peu de choses ont changé depuis la démocratisation de la pelouse dans les années 50, sinon que les banlieues sont encore plus vastes. Quand, au début du XXIe siècle, la plupart des pays ont banni les pesticides cosmétiques utilisés sur les gazons, et ce, pour des raisons écologiques et de santé humaine, beaucoup de propriétaires ont réussi à contourner la loi en en trouvant d’autres et en continuant d’empoisonner l’air, le sol et les cours d’eau dans leur quête d’une pelouse parfaite. 

Malgré tout, les attitudes évoluent peu à peu. Si vous laissez fleurir trop de pissenlits, on vous regarde toujours de travers, comme dans les années 50. Mais ce qui est désormais différent est que, s’il n’y a plus aucun pissenlit, on vous soupçonne désormais d’empoisonner l’environnement et la réaction n’est guère mieux. D’ailleurs, dans certains concours d’aménagement paysager, si votre pelouse est trop parfaite, on présume qu’il y a eu utilisation d’herbicides et on vous enlève des points! 

Écopelouse contenant du trèfle et tondue seulement 2 ou 3 fois par été. Photo: permies.com

L’écopelouse, soit une pelouse qu’on ne fait que tondre, qu’on n’arrose pas, qu’on ne traite pas aux pesticides ni aux herbicides, qu’on ne fertilise pas autrement que par l’herbicyclage, soit en laissant les résidus de tonte sur place et où toute plante est la bienvenue, gagne modestement du terrain. On voit aussi de plus en plus de potagers sur les terrains, même en façade. Nous sommes maintenant fiers de montrer que nous cultivons nos propres légumes plutôt que d’en avoir honte. 

Quelques pisssenlits rendent la pelouse plus intéressante. Photo: newcastlerecord.com

Je crois que la pelouse sera un élément de notre paysage périurbain pendant encore très longtemps, mais j’espère qu’elle continuera d’être de plus en plus naturelle. Après tout, qu’est-ce qu’il y a de si mauvais à avoir quelques fleurs jaunes dans un tapis vert?