Petite succulente qui pue gros!

Par défaut

Photo: World of succulents & 3.bp.blogspot.com

L’autre jour, ma femme m’a dérangé pendant que je lisais mon journal matinal. «Je pense que quelque chose est mort dans la verrière, s’est-elle plainte. Ça sent horriblement mauvais là-dedans!» Je me suis alors levé pour accomplir mon devoir d’homme. (Sortir les ordures, déboucher les toilettes, ramasser les animaux morts: nous, hommes, savons très bien quel est notre rôle dans un mariage!)

Je présumais que l’odeur venait d’une souris morte. À l’automne, les souris sylvestres rentrent souvent chez nous et j’en attrape plusieurs (placer des pièges à souris: encore un travail d’homme!). Mais il n’y avait aucune souris en vue, morte ou vivante… et la puanteur était vraiment affreuse!

La fleur est énorme! Photo: http://www.onsseeds.com

C’est en me dirigeant avec mon nez que j’ai découvert le pot aux roses: une énorme fleur en forme d’étoile de près de 30 cm de diamètre. Mon stapélia géant (Stapelia gigantea), aussi appelé, avec raison, fleur de charogne, était épanoui. Bien sûr, j’avais vu les gros boutons en forme d’oignon grossir au cours des dernières semaines, mais il avait déjà fleuri dans le passé et je n’avais jamais vraiment remarqué l’odeur, sinon avec le nez fourré dans la fleur. Mais cette fois, la pestilence était intense. Habituellement, la plante était encore à l’extérieur au moment de sa floraison, alors probablement qu’une bonne partie de la puanteur était emportée par les courants d’air, mais cette année, je l’ai rentrée de bonne heure à cause de l’automne exceptionnellement froid. De plus, il faisait un beau soleil ce matin-là: la fleur ne semble pas dégager son effluve désagréable par temps nuageux.

Quoi qu’il en soit, la fleur devait disparaître… et les boutons aussi (il y avait deux autres fleurs en chemin). Par temps plus chaud, j’aurais pu mettre la plante à l’extérieur pendant la durée de la floraison (environ une semaine), mais il faisait réellement très froid. Alors, je les ai supprimés au sécateur et jetés dans le compost.

L’année prochaine, avec un peu de chance, mon stapélia fleurira plus tôt ou encore, le temps sera assez clément afin que je puisse le laisser à l’extérieur pendant qu’il s’épanouit.

Pourquoi une telle puanteur?

Le stapélia a de bonnes raisons de produire son horrible odeur: c’est pour attirer les pollinisateurs.

Mouche visitant une fleur de stapelia géant. Photo: Ton Rulkens, http://www.flickr.com

Il pousse dans les régions désertiques d’Afrique du Sud où les insectes pollinisateurs habituels (abeilles, syrphes, papillons et autres) sont rares. Les mouches à charogne, cependant, sont présentes partout. Elles pondent leurs œufs sur la chair en décomposition des animaux morts et leurs larves se nourrissent de la charogne. Le stapélia a donc appris à attirer le pollinisateur le plus abondant de son secteur en imitant la chair morte.

Les pétales de la fleur géante sont jaune ocre pâle, comme la graisse d’animal pourrissant au soleil, avec des lignes transversales grenat comme des veines pleines de sang. Les pétales sont épais et froissés comme de la chair en décomposition. Les fleurs sont même entourées de longs poils blancs rappelant la fourrure d’une gazelle. Et puis, il y a bien sûr la puanteur. Des mouches de charogne viennent de loin pour la visiter.

Les mouches atterrissent sur la fleur et entrent dans son centre, où l’odeur est plus intense. Pensant s’être trouvé de la chair en putréfaction, elles y pondent quelques œufs. En sortant de la fleur, elles frôlent les étamines et ramassent accidentellement un peu de pollen. Puis elles atterrissent sur une autre fleur de stapélia, déposent le pollen au centre, pondent encore quelques œufs, puis ramassent plus de pollen avant de repartir à la recherche d’une autre fleur.

Les œufs de mouche éclosent en seulement quelques jours, mais les asticots ne trouvent pas de chair en putréfaction à manger et meurent rapidement de faim, tombant au sol, où ils se décomposent. Les minéraux qu’ils libèrent ainsi sont absorbés ensuite par la plante, de sorte que certains experts considèrent le stapélia comme un carnivore passif.

Une fleur puante et carnivore? C’est à la fois horrifiant et fascinant.

Cultiver la puanteur

Orbea variegata est une autre fleur de charogne. Photo: worldofsucculents.com

Le stapélia géant (S. gigantea) n’est qu’une des quelque 50 espèces de stapélia (Stapelia spp.), mais elle est la plus grande de son genre. Toutes sont pollinisées par des mouches. C’est aussi le cas des plantes des genres apparentés OrbeaHuerniaCaralluma, etc. Vous pouvez trouver des stapélias et autres fleurs de charogne en jardinerie, au moins occasionnellement. Sinon, visitez une pépinière spécialisée en cactus et succulentes. Parfois, on en trouve aussi en ligne.

Le stapélia géant est très facile à cultiver. Placez-le au plein soleil ou dans un endroit très éclairé lorsqu’il est à l’intérieur et à des températures d’intérieur normales (jamais moins de 10 °C). Offrez-lui un arrosage régulier et abondant au printemps et en été. Ne fertilisez que très légèrement, encore entre le printemps et la fin de l’été. L’hiver, réduisez beaucoup les arrosages, laissant la plante bien s’assécher avant d’arroser de nouveau.

Votre plante profitera aussi d’un été passé en plein air où elle s’adaptera à la fois au soleil et à l’ombre partielle. Notez qu’elle peut rougir un peu au plein soleil, mais que c’est normal pour cette espèce.

Seulement dans les climats libres de gel peut-on songer à cultiver le stapélia en permanence au jardin.

La floraison automnale est provoquée par les jours courts de la saison. Si les fleurs sont pollinisées, elles produiront une capsule de graines qui, en s’ouvrant, libérera des graines munies d’un parachute qui seront transportées au loin par le vent. Notez que cette plante risque de devenir envahissante dans les climats tropicaux arides. Elle est notamment devenue une mauvaise herbe à Hawaii.

Le stapelia géant peut ressembler vaguement à un cactus, mais il n’y est pas apparenté. Photo: sg.carousell.com

La plante elle-même est constituée de tiges succulentes droites quadrangulaires vert foncé, sans épine, mesurant environ 20 à 30 cm de hauteur. Vous pensez peut-être que le stapélia ressemble à un cactus, mais il est plutôt dans la famille des Apocynacées, avec les hoyas et les asclépiades. Le stapélia géant se ramifie abondamment à la base, formant de grosses touffes avec le temps. Il est facile à multiplier par division et par bouturage; un peu moins par semis.


Une plante aux fleurs qui puent? Beaucoup de gens n’en voudront pas, mais si vous aimez les curiosités, vous l’adorerez!

50 plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

Par défaut

20171227A pexels.com .jpg

La plupart des plantes d’intérieur sont malheureuses quand l’air de nos demeures est aussi sec que celui d’un désert. Source: pexels.com

L’air sec est un problème majeur pour les plantes d’intérieur pendant l’hiver… et d’ailleurs, pour toute plante qui pousse à l’intérieur (semis, boutures, etc.) à cette saison. Lorsque l’humidité atmosphérique est inférieure à 40%, ce qui est certainement le cas dans de nombreuses maisons, les plantes s’efforcent de compenser en transpirant plus abondamment, c’est-à-dire en libérant de l’eau par leurs stomates (pores respiratoires). Plus l’air est sec, plus elles transpirent, et cela peut les conduire à perdre leur eau plus rapidement que les racines ne peuvent la remplacer, endommageant les tissus fragiles des feuilles et des fleurs. Cela peut conduire à toutes sortes de symptômes de stress: flétrissement, boutons floraux brunis ou avortés, feuilles qui se recourbent, feuilles aux pointes brunes, mort de la plante, etc.

Les feuilles stressées par l’air sec sont également plus sujettes aux dégâts des ravageurs (araignées rouges, aleurodes, thrips, etc.)

Certaines plantes tolèrent l’air sec

Cela dit, de nombreuses plantes, en particulier celles qui sont originaires de climats arides ou qui sont exposées à de longues périodes de sécheresse dans la nature, ont développé des façons de compenser l’air sec. Les cactus et les plantes succulentes, par exemple, sont généralement très résistants à l’air sec, de même que certaines plantes épiphytes, comme les hoyas.

Certaines plantes résistent à l’air sec en produisant des feuilles avec moins de stomates que la normale, réduisant ainsi la perte d’eau. Beaucoup ont même abandonné l’utilisation de feuilles et respirent par leurs tiges vertes (beaucoup de cactus, par exemple). D’autres gardent leurs stomates fermés pendant le jour, quand le soleil est le plus chaud et la perte d’eau, donc, plus importante, respirant seulement la nuit. (C’est ce qu’on appelle le métabolisme acide crassuléen ou CAM.) En d’autres termes, elles retiennent leur souffle 12 heures par jour!

20171227B davisla.wordpress.com..jpg

Souvent, les plantes résistantes à l’air sec ont un feuillage épais et ciré. Source: davisla.wordpress.com

De plus, les plantes résistantes à l’air sec ont souvent des feuilles ou des tiges très épaisses et recouvertes de cire, de poudre ou de poils, d’autres facteurs qui réduisent l’évapotranspiration.

Plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

La liste qui suit présente quelques plantes d’intérieur qui ne seront pas dérangées outre mesure si l’air dans votre maison est plutôt sec. Non pas qu’elles souffrent si vous augmentez l’humidité à des niveaux plus acceptables (la plupart des plantes préfèrent une humidité relative de 50% ou plus), ce qui est bon pour votre santé aussi, mais si vous ne pouvez tout simplement pas améliorer l’humidité atmosphérique, au moins les plantes suivantes n’en souffriront pas trop!

20171227C Aeonium arboreum 'Atropurpureum' Bernard Dupont, WC.jpg

Les feuilles épaisses et serrées les unes contre les autres aident Aeonium arboreum ‘Atropurpureum’ à survivre à l’air sec. Source: Bernard Dupont, Wikimedia Commons

  1. Aeonium spp. (aeonium)
  2. Agave spp. (agave)
  3. Aglaonema spp. (aglaonéma)
  4. Aloe spp. (aloès)
  5. Ananas comosus (ananas)
  6. Aspidistra elatior (aspidistra)
  7. Beaucarnea recurvata (pied d’éléphant)
  8. Cephalocereus senilis (barbe de vieillard)
  9. Cereus peruvianus (cactus cierge)
  10. Ceropegia woodii (chaîne de cœurs)
  11. Clivia miniata (clivia)
  12. Crassula ovata (plante jade)
  13. Crassula spp. (crassula)
  14. Cryptanthus spp. (cryptanthe)

    20171227 Dieffenbachia seguine Forest & Kim Starr, WC.jpg

    D’habitude, les feuilles épaisses du dieffenbachia résistent bien à l’air sec, mais remarquez comme cette feuille est légèrement endommagée vers sa pointe. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  15. Dieffenbachia spp. (dieffenbachia)
  16. Echeveria spp. (echeveria)
  17. Echinocactus grusonii (coussin de belle-mère)
  18. Epipremnum aureum (pothos)
  19. × Epicactus (cactus orchidée)
  20. Euphorbia lactea (euphorbe candélabre)
  21. Euphorbia milii (couronne d’épines)
  22. Euphorbia tirucalli (plante-crayon)
  23. Ficus elastica (caoutchouc)
  24. Ficus lyrata (figuier lyre)
  25. Gasteria spp. (gasteria)
  26. Gymnocalycium mihanovichii friedrichii ‘Hibotan’ (cactus boule rouge)
  27. Haworthia spp. (haworthia)
  28. Hippeastrum cvs (amaryllis
  29. Hoya carnosa (hoya, fleur de porcelaine)
  30. Kalanchoe (kalanchoé)
  31. Ledebouria socialis (scille violacée)

    20171227E Dysmorodrepanis, WC.jpg

    Peu de végétaux résistent aussi bien à l’air sec que les pierres vivantes. Source: Dysmorodrepanis, Wikimedia Commons

  32. Lithops spp. (pierre vivante)
  33. Mammillaria spp. (mammillaire)
  34. Opuntia spp. (cactus raquette, oponce)
  35. Pachypodium lamerei (palmier de Madagascar)
  36. Pelargonium graveolens (pélargonium odorant, géranium odorant)
  37. Pelargonium × hortorum (pélargonium des jardins, géranium des jardins)
  38. Peperomia obtusifolia, P. clusiifolia (pépéromia)
  39. Philodendron hederaceum oxycardium (philodendron grimpant)
  40. Rhipsalis spp. (rhipsalis)
  41. Sansevieria trifasciata (sansevière, langue de belle-mère)
  42. Schlumbergera (cactus de Noël)
  43. Sedum spp. (sédum, orpin, queue d’âne)

    20171227F Senecio rowleyanus Forest & Kim Starr, WC.jpg

    Les petites feuilles presque rondes de Senecio rowleyanus réduisent la surface exposée à l’air sec. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  44. Senecio rowleyanus (collier de perles)
  45. Senecio serpens (séneçon bleu craie)
  46. Stapelia spp. (fleur de charogne)
  47. Streltizia reginae (oiseau de paradis)
  48. Syngonium spp. (syngonium)
  49. Yucca elephantipes (yucca sans épine)
  50. Zamioculcas zamiifolia (faux zamier)20171227A pexels.com