Le clivia: la récompense de la patience

Par défaut

Des clivias heureux portant à la fois des fleurs et des fruits. Photo: Deborah Silver, pinterest.ca

Parmi les plantes d’intérieur cultivées pour leur floraison, une des grandes vedettes est le clivia (Clivia miniata). Il produit, au sommet d’une tige rigide et épaisse d’environ 40 à 50 cm de hauteur, un gros bouquet de jolies cloches dressées orange à cœur jaune qui durera environ un mois, le tout mis en valeur par un éventail de feuilles rubanées larges vert très foncé, comme celles de l’amaryllis (Hippeastrum), mais persistantes et plus coriaces. C’est d’ailleurs une des plantes les plus faciles à cultiver dans la maison.

Mais si le clivia est si extraordinaire, pourquoi n’en voit-on pas plus souvent dans les maisons? C’est qu’il est lent: lent à pousser, lent à faire des fleurs. Et bien des jardiniers ne sont pas très patients : ils veulent des résultats instantanés.

20190108B www.whiteflowerfarm.comJpg

Jeune clivia, en fleurs pour la première fois. Photo: http://www.whiteflowerfarm.com

Il arrive qu’on voie, en magasin, un arrivage de jeunes clivias déjà en fleurs. Ils n’ont qu’une seule tige florale, mais ils sont déjà impressionnants. Le prix n’est pas si exagéré, non plus, mais ils ne sont jamais bon marché : peut-être 40$ (30€). Alors, on en achète un en se disant que, puisque la plante est en fleurs, elle doit être à maturité. Erreur. En contrôlant les conditions de culture, les serriculteurs arrivent à forcer de jeunes clivias à fleurir avant leur temps. La plante ne refleurira probablement pas chez vous avant trois ou quatre ans, quand elle aura atteint sa véritable maturité. C’est décevant quand on ne le sait pas.

Par contre, des clivias matures, avec plusieurs éventails de feuilles et prêts à fleurir abondamment et annuellement, sont rarement offerts. Ils coûteraient alors trop cher (100$/75€ et plus), ainsi il n’y a pas vraiment de marché pour ces plantes.

Ma suggestion? (Mais elle ne s’applique qu’aux jardiniers patients!) Achetez le jeune clivia et soignez-le bien (non pas qu’il nécessitera beaucoup d’attention!). Quand il se mettra à vraiment fleurir, quelques années plus tard, vous serez émerveillé, d’autant plus que, une fois arrivé à maturité, il refleurira fidèlement tous les ans pendant 50 ans et plus. Même, la plupart des clivias matures fleuriront deux fois par année ou plus: une fois l’hiver (c’est la saison normale) et encore une fois à l’été et parfois à l’automne.

Origine

20190108C Bloemfontein Botanical Garden, aristonorganic.wordpress.com.jpg

Clivias dans le Jardin botanique de Bloemfontein en Afrique du Sud, leur pays d’origine. Photo: aristonorganic.wordpress.com

Le clivia est une plante des sous-bois sombres sud-africains, habitué à un climat subtropical (étés chauds, hivers frais) et aux conditions fort ombragées. Même s’il appartient à la famille des Amaryllidacées, le clivia ne produit pas de véritable bulbe, seulement une base de tige parfois légèrement bombée. Il fut nommé en l’honneur de Lady Charlotte Florentia Clive, duchesse de Northumberland (Angleterre).

20190108D Strever, National Garden Bureau.jpg

Clivias panachés. Photo: Strever, National Garden Bureau.

Si la forme originale — et d’ailleurs de loin la plus populaire — produit des fleurs orange à cœur jaune, il existe aussi des variétés à fleurs jaunes qui sont fidèles au type par semences et également de nombreux hybrides aux qualités diverses : fleurs semi-doubles, fleurs de différentes couleurs (de presque blanc à vert, rose et rouge marron), feuillage diversement panaché, etc., mais ces plantes de collection coûtent vraiment très cher.

20190108E www.coclivia.com.jpg

Clivia gardenii. Photo: http://www.coclivia.com

Il existe aussi d’autres espèces de clivias (C. gardeniiC. nobilis, etc.) ainsi que des hybrides interspécifiques (hybrides entre ces espèces). Habituellement, ils sont de culture aussi facile que C. miniata, mais ont des fleurs pendantes.

Personnellement, je rêve de posséder un clivia panaché, mais le prix exorbitant m’a toujours rebuté. J’ai bien un clivia jaune, produit par semences achetées à prix fort : 20$ (17€) pour trois graines il y a 20 ans. Seulement deux graines ont germé et il m’a fallu attendre 6 ans avant de voir la première fleur… mais maintenant, ma plante à fleurs jaunes (l’autre a été offerte en cadeau) fleurit deux fois par année et je suis très heureux de mon investissement.

Entretien facile

20190108F naturescolours.com.au.jpg

Clivia jaune (Clivia miniata citrina). Photo: naturescolours.com.au

Le clivia est parmi les plantes d’intérieur les plus faciles à réussir. Il s’adapte à presque tous les éclairages, est indifférent à la température (tant qu’il n’y a pas plus qu’une touche de gel), tolère les arrosages irréguliers, peut demeurer dans le même pot pendant des décennies et semble même profiter de la négligence.

Cependant, pour une floraison la plus hâtive possible, essayez un éclairage moyen, un emplacement plutôt frais l’hiver (8-10 °C) et des arrosages seulement quand le terreau est sec au toucher. D’ailleurs, une fois que votre clivia arrive à l’âge de fleurir, mieux vaut cesser les arrosages en novembre pour les reprendre quand les boutons floraux apparaissent, habituellement en février. Fertilisez légèrement durant la saison de croissance (mars à octobre). Ne le rempotez pas trop souvent : quand on le rempote, il saute souvent une année de floraison, car il aime que ses racines soient serrées dans son pot.

20190108G .jpg

Le clivia produit une quantité énorme de racines épaisses: impossible de ne pas les endommager lors d’une division! Coupez tout simplement en sections de deux ou trois tiges avec un couteau: les racines repousseront! Photo: extravagantgardens.com

Éventuellement, vous n’aurez d’autre choix que de rempoter votre clivia, car il produira avec le temps de plus en plus de divisions et prendra tellement d’expansion qu’il pourrait même en venir à casser son pot. Vous pouvez le rempoter tout entier dans un pot plus gros ou le diviser en deux ou trois et rempoter chaque division dans un pot de 20 cm environ. Les grosses divisions refleuriront dans 18 à 24 mois environ; les petites, avec une seule couronne, que dans 3 à 5 ans!

La meilleur moment pour le rempoter est dans les mois qui suivent sa floraison hivernale.

20190108H www.plantsrescue.com.jpg

Clivias dans un jardin subtropical. Photo: http://www.plantsrescue.com

Dans les pays chauds (zones 9b à 11), on peut cultiver le clivia en plein air. Il peut tolérer des températures allant jusqu’à -2 °C pendant de courtes périodes, mais préfère des températures plus chaudes. On l’utilise parfois comme couvre-sol pour les endroits ombragés. C’est une plante qui est abondamment utilisée dans les jardins en Australie, en Afrique du Sud et dans le sud la Californie, notamment, et il est donc très facile à trouver en pépinière dans ces régions, même sous la forme de spécimens matures.

20190108I nixpixmix.blogspot.com.jpg

Les fruits du clivia ajoutent de la couleur toute l’année. Photo: nixpixmix.blogspot.com

Notez que la fleur, autoféconde, est suivie d’un fruit rond qui devient rouge (ceux des variétés jaunes, par contre, sont souvent jaunes) qui persiste jusqu’à deux ans sur la tige épaisse. La production de graines ne semblant pas du tout nuire aux floraisons à venir, vous pouvez laisser les fruits mûrir et, quand ils ramollissent, signe de leur maturité, les récolter et semer leurs graines. Il faut les semer assez rapidement, certainement dans les 5 mois qui suivent la récolte, car les graines n’ont pas une longue durée de conservation. Il ne faut pas les laisser sécher, sinon, elles ne germeront pas.

Pour semer les graines, nettoyez-les bien pour enlever la chair et la membrane qui les recouvre, puis faites-les germer à des températures d’intérieur normales. Il s’agit de presser la graine dans le terreau et de conserver le substrat humide, mais jamais détrempé. La germination aura probablement lieu dans 1 à 5 mois. Après… donnez un entretien de base et patientez : le semis est sûrement à au moins 5 ans de sa première floraison!

Toxicité

Oui, le clivia est légèrement toxique pour les humains et les petits animaux, mais il y a peu de risques d’intoxication, car la toxine en question, la lycorine, est surtout présente dans les racines et il y a peu d’occasions où les racines sont exposées.

Où en trouver?

Habituellement, dans les régions tempérées de l’hémisphère Nord, là où les clivias sont considérés comme des plantes d’intérieur, les plantes arrivent en jardinerie vers la fin de janvier ou au mois de février, leur principale saison de floraison. Si j’écris à leur sujet maintenant, quelques semaines auparavant, c’est que cette plante est plutôt rare et qu’il vaut mieux alors réserver votre plant auprès de votre marchand préféré dès maintenant.

On trouve parfois aussi des clivias en vente dans les boutiques des quartiers chinois, car ils sont considérés comme des porte-bonheurs par certains Asiatiques.

Quant aux variétés de collection (feuillage panaché, couleur de fleur originale, etc.), je vous laisse chercher sur Internet. La plupart des producteurs sont à l’étranger, donc il faut penser que vous aurez besoin d’un permis d’importation. Et le prix sera sûrement salé!

20190108J 'Vico Peach', www.chilternseeds.co.uk.jpg

Chiltern Seeds offre des semences de clivia de collection, par exemple de la lignée ‘Vico Peach’, de couleur pêche. Photo http://www.chilternseeds.co.uk.

Certaines variétés sont toutefois fiables par semences, du moins pour leur coloration et leur robustesse, et les semences peuvent voyager partout dans le monde sans permis d’importation. Aussi, comparé au prix d’une plante de collection, le prix des semences est très raisonnable… mais attendez-vous à ce qu’il y ait seulement 2 ou 3 graines par sachet. Donc, les semences sont une excellente porte d’entrée pour le collectionneur de clivia assez patient.

Par exemple, Chiltern Seeds, en Angleterre, offre régulièrement des semences de clivia de collection venant de l’hybrideur néo-zélandais réputé Keith Hammett, mais le choix exact varie toutefois selon la disponibilité du moment, car les semences de clivia ne se conservent que pendant une courte période de temps. Vous pouvez toutefois réserver votre variété préférée auprès de la compagnie, qui vous informera quand les semences deviendront disponibles.


Le clivia : probablement la plante d’intérieur à fleurs la plus facile à cultiver… mais que de patience il faut!

Publicités

50 plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

Par défaut
20171227A pexels.com .jpg

La plupart des plantes d’intérieur sont malheureuses quand l’air de nos demeures est aussi sec que celui d’un désert. Source: pexels.com

L’air sec est un problème majeur pour les plantes d’intérieur pendant l’hiver… et d’ailleurs, pour toute plante qui pousse à l’intérieur (semis, boutures, etc.) à cette saison. Lorsque l’humidité atmosphérique est inférieure à 40%, ce qui est certainement le cas dans de nombreuses maisons, les plantes s’efforcent de compenser en transpirant plus abondamment, c’est-à-dire en libérant de l’eau par leurs stomates (pores respiratoires). Plus l’air est sec, plus elles transpirent, et cela peut les conduire à perdre leur eau plus rapidement que les racines ne peuvent la remplacer, endommageant les tissus fragiles des feuilles et des fleurs. Cela peut conduire à toutes sortes de symptômes de stress: flétrissement, boutons floraux brunis ou avortés, feuilles qui se recourbent, feuilles aux pointes brunes, mort de la plante, etc.

Les feuilles stressées par l’air sec sont également plus sujettes aux dégâts des ravageurs (araignées rouges, aleurodes, thrips, etc.)

Certaines plantes tolèrent l’air sec

Cela dit, de nombreuses plantes, en particulier celles qui sont originaires de climats arides ou qui sont exposées à de longues périodes de sécheresse dans la nature, ont développé des façons de compenser l’air sec. Les cactus et les plantes succulentes, par exemple, sont généralement très résistants à l’air sec, de même que certaines plantes épiphytes, comme les hoyas.

Certaines plantes résistent à l’air sec en produisant des feuilles avec moins de stomates que la normale, réduisant ainsi la perte d’eau. Beaucoup ont même abandonné l’utilisation de feuilles et respirent par leurs tiges vertes (beaucoup de cactus, par exemple). D’autres gardent leurs stomates fermés pendant le jour, quand le soleil est le plus chaud et la perte d’eau, donc, plus importante, respirant seulement la nuit. (C’est ce qu’on appelle le métabolisme acide crassuléen ou CAM.) En d’autres termes, elles retiennent leur souffle 12 heures par jour!

20171227B davisla.wordpress.com..jpg

Souvent, les plantes résistantes à l’air sec ont un feuillage épais et ciré. Source: davisla.wordpress.com

De plus, les plantes résistantes à l’air sec ont souvent des feuilles ou des tiges très épaisses et recouvertes de cire, de poudre ou de poils, d’autres facteurs qui réduisent l’évapotranspiration.

Plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

La liste qui suit présente quelques plantes d’intérieur qui ne seront pas dérangées outre mesure si l’air dans votre maison est plutôt sec. Non pas qu’elles souffrent si vous augmentez l’humidité à des niveaux plus acceptables (la plupart des plantes préfèrent une humidité relative de 50% ou plus), ce qui est bon pour votre santé aussi, mais si vous ne pouvez tout simplement pas améliorer l’humidité atmosphérique, au moins les plantes suivantes n’en souffriront pas trop!

20171227C Aeonium arboreum 'Atropurpureum' Bernard Dupont, WC.jpg

Les feuilles épaisses et serrées les unes contre les autres aident Aeonium arboreum ‘Atropurpureum’ à survivre à l’air sec. Source: Bernard Dupont, Wikimedia Commons

  1. Aeonium spp. (aeonium)
  2. Agave spp. (agave)
  3. Aglaonema spp. (aglaonéma)
  4. Aloe spp. (aloès)
  5. Ananas comosus (ananas)
  6. Aspidistra elatior (aspidistra)
  7. Beaucarnea recurvata (pied d’éléphant)
  8. Cephalocereus senilis (barbe de vieillard)
  9. Cereus peruvianus (cactus cierge)
  10. Ceropegia woodii (chaîne de cœurs)
  11. Clivia miniata (clivia)
  12. Crassula ovata (plante jade)
  13. Crassula spp. (crassula)
  14. Cryptanthus spp. (cryptanthe)

    20171227 Dieffenbachia seguine Forest & Kim Starr, WC.jpg

    D’habitude, les feuilles épaisses du dieffenbachia résistent bien à l’air sec, mais remarquez comme cette feuille est légèrement endommagée vers sa pointe. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  15. Dieffenbachia spp. (dieffenbachia)
  16. Echeveria spp. (echeveria)
  17. Echinocactus grusonii (coussin de belle-mère)
  18. Epipremnum aureum (pothos)
  19. × Epicactus (cactus orchidée)
  20. Euphorbia lactea (euphorbe candélabre)
  21. Euphorbia milii (couronne d’épines)
  22. Euphorbia tirucalli (plante-crayon)
  23. Ficus elastica (caoutchouc)
  24. Ficus lyrata (figuier lyre)
  25. Gasteria spp. (gasteria)
  26. Gymnocalycium mihanovichii friedrichii ‘Hibotan’ (cactus boule rouge)
  27. Haworthia spp. (haworthia)
  28. Hippeastrum cvs (amaryllis
  29. Hoya carnosa (hoya, fleur de porcelaine)
  30. Kalanchoe (kalanchoé)
  31. Ledebouria socialis (scille violacée)

    20171227E Dysmorodrepanis, WC.jpg

    Peu de végétaux résistent aussi bien à l’air sec que les pierres vivantes. Source: Dysmorodrepanis, Wikimedia Commons

  32. Lithops spp. (pierre vivante)
  33. Mammillaria spp. (mammillaire)
  34. Opuntia spp. (cactus raquette, oponce)
  35. Pachypodium lamerei (palmier de Madagascar)
  36. Pelargonium graveolens (pélargonium odorant, géranium odorant)
  37. Pelargonium × hortorum (pélargonium des jardins, géranium des jardins)
  38. Peperomia obtusifolia, P. clusiifolia (pépéromia)
  39. Philodendron hederaceum oxycardium (philodendron grimpant)
  40. Rhipsalis spp. (rhipsalis)
  41. Sansevieria trifasciata (sansevière, langue de belle-mère)
  42. Schlumbergera (cactus de Noël)
  43. Sedum spp. (sédum, orpin, queue d’âne)

    20171227F Senecio rowleyanus Forest & Kim Starr, WC.jpg

    Les petites feuilles presque rondes de Senecio rowleyanus réduisent la surface exposée à l’air sec. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  44. Senecio rowleyanus (collier de perles)
  45. Senecio serpens (séneçon bleu craie)
  46. Stapelia spp. (fleur de charogne)
  47. Streltizia reginae (oiseau de paradis)
  48. Syngonium spp. (syngonium)
  49. Yucca elephantipes (yucca sans épine)
  50. Zamioculcas zamiifolia (faux zamier)20171227A pexels.com