50 plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

Par défaut
20171227A pexels.com .jpg

La plupart des plantes d’intérieur sont malheureuses quand l’air de nos demeures est aussi sec que celui d’un désert. Source: pexels.com

L’air sec est un problème majeur pour les plantes d’intérieur pendant l’hiver… et d’ailleurs, pour toute plante qui pousse à l’intérieur (semis, boutures, etc.) à cette saison. Lorsque l’humidité atmosphérique est inférieure à 40%, ce qui est certainement le cas dans de nombreuses maisons, les plantes s’efforcent de compenser en transpirant plus abondamment, c’est-à-dire en libérant de l’eau par leurs stomates (pores respiratoires). Plus l’air est sec, plus elles transpirent, et cela peut les conduire à perdre leur eau plus rapidement que les racines ne peuvent la remplacer, endommageant les tissus fragiles des feuilles et des fleurs. Cela peut conduire à toutes sortes de symptômes de stress: flétrissement, boutons floraux brunis ou avortés, feuilles qui se recourbent, feuilles aux pointes brunes, mort de la plante, etc.

Les feuilles stressées par l’air sec sont également plus sujettes aux dégâts des ravageurs (araignées rouges, aleurodes, thrips, etc.)

Certaines plantes tolèrent l’air sec

Cela dit, de nombreuses plantes, en particulier celles qui sont originaires de climats arides ou qui sont exposées à de longues périodes de sécheresse dans la nature, ont développé des façons de compenser l’air sec. Les cactus et les plantes succulentes, par exemple, sont généralement très résistants à l’air sec, de même que certaines plantes épiphytes, comme les hoyas.

Certaines plantes résistent à l’air sec en produisant des feuilles avec moins de stomates que la normale, réduisant ainsi la perte d’eau. Beaucoup ont même abandonné l’utilisation de feuilles et respirent par leurs tiges vertes (beaucoup de cactus, par exemple). D’autres gardent leurs stomates fermés pendant le jour, quand le soleil est le plus chaud et la perte d’eau, donc, plus importante, respirant seulement la nuit. (C’est ce qu’on appelle le métabolisme acide crassuléen ou CAM.) En d’autres termes, elles retiennent leur souffle 12 heures par jour!

20171227B davisla.wordpress.com..jpg

Souvent, les plantes résistantes à l’air sec ont un feuillage épais et ciré. Source: davisla.wordpress.com

De plus, les plantes résistantes à l’air sec ont souvent des feuilles ou des tiges très épaisses et recouvertes de cire, de poudre ou de poils, d’autres facteurs qui réduisent l’évapotranspiration.

Plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

La liste qui suit présente quelques plantes d’intérieur qui ne seront pas dérangées outre mesure si l’air dans votre maison est plutôt sec. Non pas qu’elles souffrent si vous augmentez l’humidité à des niveaux plus acceptables (la plupart des plantes préfèrent une humidité relative de 50% ou plus), ce qui est bon pour votre santé aussi, mais si vous ne pouvez tout simplement pas améliorer l’humidité atmosphérique, au moins les plantes suivantes n’en souffriront pas trop!

20171227C Aeonium arboreum 'Atropurpureum' Bernard Dupont, WC.jpg

Les feuilles épaisses et serrées les unes contre les autres aident Aeonium arboreum ‘Atropurpureum’ à survivre à l’air sec. Source: Bernard Dupont, Wikimedia Commons

  1. Aeonium spp. (aeonium)
  2. Agave spp. (agave)
  3. Aglaonema spp. (aglaonéma)
  4. Aloe spp. (aloès)
  5. Ananas comosus (ananas)
  6. Aspidistra elatior (aspidistra)
  7. Beaucarnea recurvata (pied d’éléphant)
  8. Cephalocereus senilis (barbe de vieillard)
  9. Cereus peruvianus (cactus cierge)
  10. Ceropegia woodii (chaîne de cœurs)
  11. Clivia miniata (clivia)
  12. Crassula ovata (plante jade)
  13. Crassula spp. (crassula)
  14. Cryptanthus spp. (cryptanthe)

    20171227 Dieffenbachia seguine Forest & Kim Starr, WC.jpg

    D’habitude, les feuilles épaisses du dieffenbachia résistent bien à l’air sec, mais remarquez comme cette feuille est légèrement endommagée vers sa pointe. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  15. Dieffenbachia spp. (dieffenbachia)
  16. Echeveria spp. (echeveria)
  17. Echinocactus grusonii (coussin de belle-mère)
  18. Epipremnum aureum (pothos)
  19. × Epicactus (cactus orchidée)
  20. Euphorbia lactea (euphorbe candélabre)
  21. Euphorbia milii (couronne d’épines)
  22. Euphorbia tirucalli (plante-crayon)
  23. Ficus elastica (caoutchouc)
  24. Ficus lyrata (figuier lyre)
  25. Gasteria spp. (gasteria)
  26. Gymnocalycium mihanovichii friedrichii ‘Hibotan’ (cactus boule rouge)
  27. Haworthia spp. (haworthia)
  28. Hippeastrum cvs (amaryllis
  29. Hoya carnosa (hoya, fleur de porcelaine)
  30. Kalanchoe (kalanchoé)
  31. Ledebouria socialis (scille violacée)

    20171227E Dysmorodrepanis, WC.jpg

    Peu de végétaux résistent aussi bien à l’air sec que les pierres vivantes. Source: Dysmorodrepanis, Wikimedia Commons

  32. Lithops spp. (pierre vivante)
  33. Mammillaria spp. (mammillaire)
  34. Opuntia spp. (cactus raquette, oponce)
  35. Pachypodium lamerei (palmier de Madagascar)
  36. Pelargonium graveolens (pélargonium odorant, géranium odorant)
  37. Pelargonium × hortorum (pélargonium des jardins, géranium des jardins)
  38. Peperomia obtusifolia, P. clusiifolia (pépéromia)
  39. Philodendron hederaceum oxycardium (philodendron grimpant)
  40. Rhipsalis spp. (rhipsalis)
  41. Sansevieria trifasciata (sansevière, langue de belle-mère)
  42. Schlumbergera (cactus de Noël)
  43. Sedum spp. (sédum, orpin, queue d’âne)

    20171227F Senecio rowleyanus Forest & Kim Starr, WC.jpg

    Les petites feuilles presque rondes de Senecio rowleyanus réduisent la surface exposée à l’air sec. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  44. Senecio rowleyanus (collier de perles)
  45. Senecio serpens (séneçon bleu craie)
  46. Stapelia spp. (fleur de charogne)
  47. Streltizia reginae (oiseau de paradis)
  48. Syngonium spp. (syngonium)
  49. Yucca elephantipes (yucca sans épine)
  50. Zamioculcas zamiifolia (faux zamier)20171227A pexels.com
Publicités

Boule rouge sur cactus vert

Par défaut
20161229a

Cactus boule rouge (Gymnocalycium mihanvichii friedrichii ‘Rubra’)

Vous en avez sûrement vu: de petits cactus dressés avec une boule piquante rouge (ou jaune ou rose, etc.) au sommet. Beaucoup de gens présument que cette boule rouge est une fleur, mais ce n’est pas du tout le cas. Il s’agit plutôt d’un cactus albinos, donc sans chlorophylle (Gymnocalycium mihanovicii friedrichii ‘Rubra’, aussi appelé Hibotan), greffé sur un cactus vert.

Comme la plante n’a pas de chlorophylle verte, la pigmentation sous-jacente prend la vedette, donnant une plante entièrement rouge. Mais la plante ne peut pas survivre sans aide, car c’est la chlorophylle qui permet la photosynthèse, donc la survie de la plante. Ainsi le cactus boule rouge ne peut vivre que s’il est greffé sur un cactus vert qui, lui, peut faire la photosynthèse à sa place. Ainsi il dépend entièrement sur son porte-greffe pour sa survie.

Essentiellement, le cactus greffé devient l’équivalent d’un parasite. Il utilise les hydrates de carbone, les minéraux et l‘eau de son hôte, le porte-greffe, mais ne donne rien en retour.

De courte vie

20162129D.png

On greffe la boule rouge sur une section de cactus reine de la nuit.

20161229F.jpg

Le port naturel de la reine de la nuit.

On utilise inévitablement comme porte-greffe le cactus reine de la nuit (Hylocereus undatus ou H. trigonus), aux tiges triangulaires, à cause de sa croissance rapide et de son enracinement facile. Mais la reine de la nuit, normalement un grand cactus grimpant, vit rarement plus de 2 ans quand on le tranche en petits morceaux de cette manière. Quand le porte-greffe meurt, le cactus boule rouge meurt aussi, à moins que vous ne le greffiez sur un autre cactus chlorophyllien (vert).

Il serait possible, en choisissant un cactus plus durable, donc à croissance beaucoup plus lente, de prolonger la vie du cactus boule rouge sur une décennie et plus… mais cela prend trop de temps au goût des producteurs. Ils aiment mieux offrir des cactus rapides à produire mais de courte vie que des cactus durables, mais lentes à se développer.

D’autres variétés

20161229B.jpg

Cactus greffés de différentes couleurs, tous des gymnocalyciums. Ceux qui sont encerclés sont panachés et produisent de la chlorophylle. Ils pourraient survivre sur leurs propres racines.

Le cactus boule rouge a donné, par mutation ou croisement, plusieurs autres couleurs: rose, jaune, orange, crème, etc. Toutes sont albinos et ne peuvent survivre alors que greffées. Toutefois il existe aussi des gymnocalyciums qui sont panachés, soit partiellement albinos et partiellement chlorophylliens, et ceux-ci peuvent «vivre sur leurs propres racines» si on les fait prendre racine dans une terre à cactus.

20161229E.jpg

Echinopsis chamaecereus lutea, un autre cactus albinos.

Depuis le lancement du cactus boule rouge dans les années 1940, on a trouvé d’autres cactus albinos, dont Echinopsis chamaecereus lutea est le plus connu, qu’on multiplie aussi par greffage (nécessairement) et de plus, on greffe souvent sur des tiges de reine de la nuit des cactus qui ne sont pas albinos, mais qui paraissent bien lorsque surélevés sur un porte-greffe, notamment divers cactus en forme de crête de coq, ce qui fait qu’Il y a maintenant toute une variété de cactus greffés sur tige à vendre dans les jardineries.

Entretien

C’est le porte-greffe du cactus boule rouge qu’il faut entretenir, car c’est lui qui fait tout le travail. Donc il faut basé votre entretien sur ses besoins.

La reine de la nuit n’est pas un cactus désertique typique et préfère un éclairage plus modéré (intense, mais pas nécessairement le plein soleil estival) et des arrosages plus abondants. Arrosez-le copieusement l’été, autant qu’une plante verte, mais plus modestement l’hiver. Si les températures estivales de nos maisons lui conviennent, il préfère une température nocturne fraîche mais pas froide l’hiver, entre 5 et 15˚C. Fertilisez-le peu, car vous voulez ralentir sa croissance pour le faire vivre le plus longtemps possible, pas hâter sa mort. Et vous n’aurez jamais à le transplanter, car il ne grandira essentiellement pas.

20161229C.jpg

Greffage de cactus.

Vous pouvez «sauver» un cactus boule rouge en train de dépérir en le greffant sur un cactus vert. Ou vous pouvez greffer un de bébés (rejets) que la boute rouge produit. Essentiellement, il vous faut couper la tête du cactus vert et la base du cactus albinos, puis les fixer ensemble avec des élastiques jusqu’à ce que la greffe prenne. Mais alors faudrait-il sacrifier un cactus vert.

Pour plus de détails sur comment faire, je vous suggère de consulter l’article Greffer le cactus.


Oui, vous pouvez sauver un cactus boule rouge… mais la plupart des gens se contentent d’en acheter un autre produit par les professionnels!20161229a