Faut-il laisser les boutures sécher avant de les mettre en terre?

Par défaut
20180410A www.theruffledmango.com.jpg

Est-ce qu’il faut rapidement insérer une bouture dans un terreau humide, ou encore, est-il préférable de la laisser sécher un peu? Source: www.theruffledmango.com

Il y a deux écoles de pensée sur l’art du bouturage dans un milieu terrestre.

Certains jardiniers mettent leurs boutures en terre immédiatement : ils coupent la tige, enlèvent les feuilles inférieures et glissent la bouture dans un terreau humide sans tarder.

D’autres disent avoir un meilleur succès quand ils laissent la blessure sécher quelque temps, peut-être quelques heures ou pendant une nuit, jusqu’à ce qu’un cal (couche de tissu protecteur plus dur) se forme. C’est seulement à ce moment-là qu’ils insèrent la bouture dans un sol humide pour lancer le début du processus de production de nouvelles racines.

Qui a raison?

Les deux groupes de jardiniers ont raison. En fait, tout dépend du type de plante que vous voulez enraciner… et de vos propres préférences!

Boutures aux feuilles minces

20180410B myurbanfarmscape.com:.jpg.jpg

Il est préférable d’insérer les boutures aux feuilles minces directement dans un milieu humide. Source: myurbanfarmscape.com

Les boutures de plantes à tiges grêles ou molles, et en particulier celles à feuilles minces comme les coléus et les abutilons, se flétrissent rapidement lorsque leur extrémité coupée est exposée à l’air. C’est un signe de stress sévère et il n’est pas bon que la bouture subisse un tel bouleversement. Mettez ces boutures en terre sans tarder… et cultivez-les d’ailleurs à l’étouffée aussi (couvrez-les d’une mini-serre en plastique transparent). Dans une culture à l’étouffée, l’humidité atmosphérique sera proche de 100%, réduisant la perte d’eau par transpiration à presque zéro, ce qui permettra aux feuilles de maintenir une saine turgescence… et assurera un meilleur enracinement.

Aussi, gardez le substrat des boutures fragiles légèrement humide en tout temps jusqu’à ce que des racines se forment (quand de nouvelles feuilles apparaissent, la bouture est raisonnablement bien enracinée). Leur faire subir un stress hydrique quelconque n’est jamais bon.

Boutures de plantes succulentes

20180410D www.fatplantssandiego.com.jpg

On peut facilement laisser les boutures de succulentes sécher pendant quelques heures, quelques jours ou quelques semaines avant de les empoter. Source: http://www.fatplantssandiego.com

Les boutures de plantes à tiges épaisses, et en particulier celles des plantes dites succulentes (plantes grasses), ne perdent pas leur eau aussi rapidement que les boutures aux feuilles minces. Beaucoup de succulentes ont des feuilles épaisses couvertes de cire ou de poils avec peu de stomates et ainsi transpirent peu. Certaines, d’ailleurs, n’ont pas de feuilles du tout, notamment chez les cactées! Ces boutures résistent tellement bien à la sécheresse que vous pourriez déposer une tige dans une enveloppe et l’envoyer à un ami par la poste sans plus de réflexion. Oui, elles sont résistantes à ce point!

Par contre, autant elles résistent bien à la sécheresse, autant elles ont tendance à pourrir si la blessure provoquée par la coupe est en contact avec l’humidité. D’où l’importance de laisser la blessure former un cal, soit une «croûte» dure et sèche qui empêchera les microbes provoquant la pourriture de pénétrer la tige. Cela peut prendre de quelques heures à quelques semaines, voire quelques mois dans les cas extrêmes.

En général, plus la tige est épaisse, plus il faut de temps pour que le cal se forme. Des boutures de succulentes aux tiges moyennement épaisses, disons pas plus larges qu’un petit doigt, comme les crassulas, les sansevières et les echeverias, sont prêtes à être mises en terre en quelques jours ou même après seulement une nuit d’exposition à l’air… mais vous pouvez aussi attendre quelques semaines avant de les mettre dans du terreau si vous préférez*.

*Si vous ne voulez pas attendre que les boutures des succulentes aux tiges relativement minces (crassulas, echeverias, sansevières, etc.) forment un cal, mettez-les en terre dès leur prélèvement… mais utilisez un terreau totalement sec. En effet, ne les arrosez pas du tout avant une bonne semaine. Cela donnera au cal, désormais caché sous le terreau, le temps de se former. Ensuite, commencez à arroser… modestement. Sachez que les boutures de succulentes ont très peu besoin d’arrosage avant d’être bien enracinées.

Boutures de feuilles

20180410Z worldofsucculents.com.jpg

Les boutures de feuilles de succulentes formeront des racines (et des bébés plantes!) même sans contact avec la terre. Au stade où on les voit ici, toutefois, il est temps de les empoter. Source: worldofsucculents.com

C’est la même chose avec des boutures de feuilles de succulentes (beaucoup de plantes de la famille des Crassulacées – Crassula, Echeveria, Kalanchoe, Sedum, etc. , ainsi que les Haworthia, les Gasteria et les Sansevieria, entre autres, sont faciles à multiplier par boutures de feuilles). Prélever une feuille ne provoque qu’une toute petite blessure à l’endroit où elle était autrefois attachée à la tige et cette blessure s’assèche rapidement. Il suffit de laisser ces boutures exposées à l’air dans un endroit sec, à la clarté, jusqu’à ce que l’extrémité coupée semble bien sèche, avant de les mettre en pot. Peut-être 2 ou 3 heures. Ou les placer en contact avec un terreau sec, tout simplement. Ou laissez-les au sec sur une tablette jusqu’à ce qu’une petite plante se forme avant de les empoter.

Notez que la culture à l’étouffée n’est pas nécessaire ni même souhaitable pour les boutures de succulentes. Elles préfèrent l’humidité moins élevée de l’air libre.

Boutures aux tiges très épaisses

20180410E imgur.com.jpg

Bouture de cactus cierge. Mieux vaut laisser le cal se former, même si cela prend plusieurs mois, avant de mettre la surface coupée en contact avec le terreau. Source: imgur.com

Les plantes succulentes à tiges très épaisses prennent plus de temps que les autres avant de former un cal digne de ce nom. Il y a des cactus et des euphorbes, notamment, dont les tiges ont 15 cm de diamètre ou plus et qui peuvent avoir besoin de quelques semaines, voire de quelques mois, avant que leur blessure ne devienne complètement calleuse. Ils ont souvent la réputation d’être difficiles à enraciner et, effectivement, les risques de pourriture sont assez élevés.

Pour les faire enraciner avec le moins de pertes possible, prélevez la bouture au printemps (c’est toujours la meilleure saison pour faire des boutures, bien que l’été soit acceptable aussi) et récoltez, si possible, une branche secondaire plutôt que la tige principale. Coupez la branche secondaire choisie à l’endroit où elle se joint à la tige principale: cela laissera une blessure la plus petite possible, réduisant le risque de pourriture.

Cela dit, plusieurs cactus et euphorbes cierges n’ont pas de branches que vous pouvez prélever. Sachez que vous pouvez quand même prélever la tête de la plupart de ces plantes, même à leur point le plus épais, et quand même réussir la bouture. C’est là, par contre, qu’il faut parfois attendre des mois avant que la blessure se couvre d’un bon cal!

20180410H i.pinimg.com.jpg

Arrêtez l’écoulement de latex chez les euphorbes en les vaporisant d’eau froide. Source: i.pinimg.com

Une note au sujet des euphorbes (Euphorbia). Contrairement aux cactus, qui perdent peu de sève quand vous les coupez, les euphorbes produiront de grandes quantités de sève blanche (latex) en réaction à votre taille. (Chez la plupart des espèces, cette sève est très irritante pour la peau. Portez alors des gants quand vous les manipulez. Et comme elle est souvent toxique aussi, ne permettez pas à la sève d’euphorbe de pénétrer dans votre bouche ou vos yeux.) Pour arrêter le «saignement» et ainsi éviter d’affaiblir à la fois la bouture et la plante mère, car le latex peut couler pendant de longues minutes, trempez la bouture dans de l’eau froide ou vaporisez-la d’eau froide. Cela fera coaguler la sève. Ou cautérisez la blessure en l’exposant brièvement à la chaleur d’une bougie ou d’une allumette.

Pour empêcher les boutures de se courber

20180410E www.shroomery.org.jpg

Placez debout les boutures lentes à s’enraciner pour les empêcher de se courber. Source: www.shroomery.org

Habituellement, on laisse tout simplement les boutures de succulentes couchées sur le côté le temps que le cal forme, ce qui est très bien. Tant qu’elles sont empotées dans les deux ou trois semaines, il n’y aura pas de séquelle négative. Par contre, si le processus de guérison prend des mois (surtout le cas des cactus et des euphorbes à tiges épaisses) et que vous laissez les boutures allongées dans la même position pendant tout ce temps, la pointe de croissance commencera à se redresser — oui, même sur une tige sans racines! —, ce qui donnera une plante avec une tige arquée, ce qui est rarement l’effet désiré.

Pour éviter cela, donnez à la bouture un quart de tour hebdomadaire, toujours dans le même sens, ou trouvez une façon pour la maintenir dressée pendant la période d’attente. Certains jardiniers appuient les boutures contre un mur et d’autres les attachent à des tuteurs piqués dans un pot de terreau, mais personnellement, je les place debout dans un vase assez pesant pour les tenir dressées en attendant le bouturage.

La mise en terre

20180410F ? 0www.shroomery.org.jpg

Même les boutures aux tiges très épaisses finissent par prendre racine si on les traite bien. Source: www.shroomery.org

Les plantes chez qui le cal se forme rapidement, comme les crassulas, les sansevières et les echeverias, sont faciles à bouturer. Insérez la bouture dans un pot de terreau à cactus ou de terreau pour plantes d’intérieur, tout simplement. Aucune hormone d’enracinement n’est normalement nécessaire. Un secret cependant: gardez le terreau plutôt sec, avec des arrosages parcimonieux et bien espacés, jusqu’à ce que vous voyiez que la croissance a repris, signe habituellement que l’enracinement est commencé.

Les boutures à tiges épaisses (surtout celles des cactées et des euphorbes) sont plus lentes à s’enraciner et plus sujettes à la pourriture, même après la formation d’un bon cal. Il vaut donc mieux appliquer sur leur cal une hormone d’enracinement, qui a un effet fongicide en plus de stimuler la formation de racines sur les boutures récalcitrantes, avant de les mettre en terre… et aussi garder le sol sec (complètement sec, sans arrosage du tout!) jusqu’à ce que vous voyiez que la croissance a commencé. Même un terreau apparemment bien sec, sorti directement du sac, contient assez d’humidité pour stimuler la formation de racines chez ces plantes lentes à réagir.

Et conservez toutes les boutures au chaud (21 ˚C et plus), peu importe le type, pendant toute la période d’enracinement.

Boutures semi-succulentes

20180410G alifesosimple.com.jpg

Bouture de pélargonium. Source: alifesosimple.com

Certaines plantes sont des entre-deux: ce ne sont ni de vraies plantes succulentes, ni de véritables non-succulentes. Ce groupe comprend le pélargonium des jardins ou géranium (Pelargonium x hortorum), les autres pélargoniums, les hoyas (Hoya spp.), les pépéromias (Peperomia spp.) et plusieurs autres.

Vous pouvez traiter ces plantes des deux façons: certains jardiniers insèrent leurs boutures dans du terreau humide sans tarder, comme pour une plante non-succulente; d’autres leur offrent une courte période d’exposition à l’air libre, souvent pendant une nuit, comme pour une succulente. Les deux façons donnent de bons résultats. Mais je suggère, de plus, d’utiliser un terreau particulièrement bien aéré pour les semi-succulentes, par exemple de la perlite ou du sable. Cela assure une aération supérieure qui réduit les pertes dues à la pourriture. Appliquez aussi une hormone d’enracinement à l’extrémité coupée. Par la suite, gardez le milieu d’enracinement à peine humide. La combinaison d’une certaine humidité, d’une hormone d’enracinement et d’une bonne aération semble idéale pour l’enracinement des boutures semi-succulentes.


Et voilà, que vous laissiez les boutures former un cal ou non dépend du type de plante que vous voulez multiplier… et de votre façon de jardiner. À vous de choisir!20180410A www.theruffledmango.com

Publicités

Le bouturage étape par étape

Par défaut

20170306a.jpgLe bouturage est loin d’être une technique nouvelle. Depuis que les plantes existent, la plupart se reproduisent, du moins à l’occasion, par bouturage. Une branche tombe au sol et, si les conditions conviennent, produit des racines, et alors une nouvelle plante est née. Il n’est pas plus difficile de faire des boutures à la maison… si on sait comment s’y prendre.

D’abord, le bouturage consiste à sectionner une partie d’une plante et à la stimuler à produire des racines et de nouvelles tiges. Autrement dit, la partie sectionnée, la bouture, devient une nouvelle plante à part entière.

20170306X.jpg

Il est aussi possible de faire des boutures de feuilles de certaines plantes, comme la sansevière ou langue de belle-mère… mais ici nous nous concentrerons sur les boutures de tige.

Plusieurs parties d’une plante peuvent se bouturer. Certaines plantes (notamment les mauvaises herbes comme le chiendent et la renouée japonaise) ont la capacité à se régénérer à partir d’une section de racine ou de rhizome dans le sol (on parle alors d’une bouture de racine), mais c’est plutôt rare. C’est la même chose pour les boutures de feuilles ou de sections de feuilles: seulement certaines plantes, comme les violettes africaines, les crassulas et les sansevières, s’y prêtent. Par contre, le bouturage des tiges réussit chez presque toute plante qui produit des tiges: plantes d’intérieur, arbustes, arbres, vivaces et beaucoup d’autres encore.

Concentrons-nous ici sur le bouturage des tiges de plantes d’intérieur, car ces plantes sont facilement disponibles en toute saison. La même technique peut toutefois s’appliquer aux plantes d’extérieur. Oui, vous pouvez suivre exactement les mêmes étapes avec les mêmes produits pour bouturer un rosier, un forsythia ou une échinacée, à la différence que vous le ferez quand les plantes sont en croissance, donc pendant l’été.

Quand faire des boutures?

Les boutures réussissent plus facilement quand la plante est en croissance. Les mois de mars, avril et mai, quand les plantes d’intérieur commencent à sortir de leur léthargie hivernale sous l’influence des jours de plus en plus longs, sont particulièrement propices au bouturage, mais on peut continuer de faire des boutures jusqu’au début de l’automne. D’ailleurs, c’est au mois de septembre que beaucoup de jardiniers bouturent les «annuelles récupérables» (pélargoniums, fuchsias, pétunias, bégonias, etc.) qu’ils vont conserver l’hiver pour replanter au jardin l’été suivant.

Étape par étape

1. Commencez par préparer le contenant qui recevra la bouture. Un pot de plastique classique convient parfaitement, mais on peut aussi improviser avec un pot de yogourt ou autre; il faut alors percer un trou de drainage dans le fond. Évitez les gros pots: les plantes s’enracinent mieux dans de petits pots de 5 à 7,5 cm (2 à 3 po) de diamètre ou dans des alvéoles. On peut par contre faire partager un pot ou un plateau plus large à plusieurs boutures.

20170305B.JPG2. Remplissez le pot de terreau pour plantes d’intérieur ou pour semis ou encore, de perlite ou de vermiculite. Évitez la terre de jardin et même le compost, car vous voudrez le terreau le plus stérile possible.

3. Mouillez bien le terreau et laissez drainer tout surplus d’eau.

20170306C.JPG4. Au moyen d’un crayon, percez un trou dans le terreau au centre du pot, trou qui recevra la bouture.

20170306xxx.jpg5. Maintenant, prélevez avec un couteau ou un sécateur bien aiguisé une tige saine ayant au moins trois nœuds et de préférence quatre ou cinq (le nœud est l’emplacement sur la tige où des feuilles sont fixées ou ont déjà été fixées).

20170306E.jpg6. Enlevez les fleurs et les boutons floraux (ils saperont l’énergie de la plante). Il faut aussi enlever les feuilles inférieures si elles se trouveront couvertes de terreau.

20170306F.JPG7. Pour les plantes qu’on veut voir se ramifier abondamment, comme les coléus et les hibiscus, pincez la bouture (c’est-à-dire, supprimez le bourgeon qui se trouve à l’extrémité de la tige). Cela la stimulera la production de plusieurs nouvelles tiges plutôt qu’une seule. Pour les plantes où une tige unique est la norme (dieffenbachias, dracaenas, philodendrons, etc.), il n’est pas nécessaire de pincer.

20170306G.jpg8. Parmi les plantes «faciles à bouturer», il y a le philodendron, le coléus, les piléas et les bégonias. Toutes ont des tiges molles, sans écorce, et produisent des racines facilement. Plus difficiles sont les plantes ligneuses (les «plantes à bois»), comme l’hibiscus, le dracaena et le croton. Pour ces plantes, appliquez une hormone d’enracinement sur la partie inférieure de la bouture. Cette hormone stimulera ces tiges récalcitrantes à produire des racines.

9. Glissez la bouture, partie inférieure vers le bas bien sûr, dans le trou préparé précédemment, jusqu’au deuxième ou troisième nœud. Tassez doucement le terreau pour que la bouture se tienne debout. (Pour une très grosse bouture, un tuteur peut être nécessaire pour la solidifier.)

020984_truc869.jpg10. La vaste majorité des boutures s’enracineront mieux sous une forte humidité: recouvrez alors le pot d’un dôme ou d’un sac de plastique transparent, créant de ce fait une mini-serre où l’humidité relative sera à presque 100%. On parle alors d’une «bouture à l’étouffée».

11. Placez le pot dans un emplacement bien éclairé, mais à l’abri du soleil direct, et aussi relativement chaud (de 21 à 24˚C).

12. Maintenant, patientez! En effet, certaines boutures reprennent très rapidement (le coléus en seulement quatre à sept jours!), mais d’autres peuvent prendre deux ou trois semaines, même plus d’un mois pour les boutures à tige ligneuse.

13. Vous saurez que le bouturage est réussi quand vous voyez de nouvelles feuilles sortir, signe que les racines commencent à faire leur travail. Enlevez alors la mini-serre et placez la plante (elle n’est plus une bouture) dans un endroit convenant à ses besoins.

Cactées et succulentes

20170306I.jpg

Laissez la tige sécher jusqu’à ce que un cal se forme.

Les cactées et succulentes n’ont pas besoin d’une forte humidité pour s’enraciner et peuvent même pourrir si on les fait à l’étouffée.

Pour ces plantes, donc, coupez la tige… et laissez-la sécher pendant quelques temps, soit jusqu’à ce que la blessure devienne calleuse, avant de la mettre en pot. Vous pouvez tout simplement déposer les boutures sur le côté dans une assiette ou sur une tablette en attendant. Cela prend 2 à 3 jours dans le cas de la plupart des succulentes, mais un mois ou plus pour certaines succulentes à tige très épaisse (de gros cactus et euphorbes, notamment).

Même après que vous aurez piqué la bouture dans un pot de terreau, n’arrosez pas tant que vous ne voyez pas des signes de croissance, ce qui peut parfois prendre encore un mois ou deux. Ces plantes produiront facilement des racines même dans un terreau sec.

À éviter: le bouturage dans l’eau

20170306J.jpg

Les boutures faites dans l’eau commencent bien, mais finissent souvent par pourrir.

Le texte suivant surprendra bien des jardiniers, car il y a une longue tradition de faire des boutures dans un verre d’eau, mais je déconseille fortement cette technique. Je ne dis pas que cela ne fonctionne pas parfois, mais en général, ça finit mal.

Le problème, c’est que les racines produites sur une bouture placée dans un verre d’eau s’acclimatent à un milieu aquatique. Quand vous transplantez la bouture dans un pot plus tard (et très peu de végétaux peuvent passer toute leur vie dans un verre d’eau), les racines aquatiques pourrissent et la jeune plante doit recommencer à zéro en produisant un nouveau lot de racines. Souvent, elle n’a plus assez de réserves pour ce faire et meurt.

Donc, pour assurer un bon taux de succès, je suggère de toujours faire vos boutures directement dans un terreau.

Après le bouturage

Selon la taille de la plante bouturée, le petit pot dans laquelle elle s’est enracinée deviendra trop petit plus ou moins rapidement. N’hésitez pas à rempoter vos boutures dans un pot de taille appropriée aux dimensions de la plante.


Maintenant que vous savez comment faire, essayez le bouturage vous-même: votre pouce est plus vert que vous ne le pensez!20170306a

On couvre ou on couvre pas ?

Par défaut
417.K

Presque tout contenant transparent peut devenir une mini-serre!

On peut faire des boutures de tiges de plantes d’intérieur à l’air libre, mais vous aurez encore plus de succès en recouvrant les tiges encore fragiles avec une petite serre. Après tout, les boutures n’ont pas encore de racines et s’assècheront donc très rapidement, perdant l’eau à la transpiration, surtout si elles ont des feuilles minces. Dans une serre, l’air est très humide et la bouture ne perdra donc pas d’humidité à la transpiration, ce qui lui donnera une meilleure chance de reprise. On appelle cette technique «bouturage à l’étouffée».

Votre petite serre peut-être un sac de plastique transparent (on peut alors utiliser des bâtonnets de café pour que le sac ne s’écrase pas sur les plantes), une bouteille à large goulot, une barquette de plastique transparent dans lequel on vend des croissants ou des muffins ou même le fond d’une bouteille de boisson gazeuse que vous auriez découpé à cette fin. Vous n’aurez qu’à enlever la serre quand de nouvelles feuilles commencent à apparaître, signe que l’enracinement a commencé, ce qui peut prendre quelques semaines.

Ces boutures qui craignent l’humidité

La vaste majorité des boutures profiteront d’une forte humidité atmosphérique pendant qu’elles s’enracinent, alors on les bouture dans un terreau humide et les recouvre d’une mini-serre. Mais certaines plantes se bouturent mieux à l’air libre. Et c’est surtout le cas des plantes succulentes (cactus désertiques, crassulas, sédums, aéoniums, etc.).

20160328B

Laissez la bouture faire un cal avant de l’empoter. Pour un cactus à tige épaisse comme celui-ci, cela peut prendre un mois.

Pour ces plantes, coupez la tige… et laissez-la sécher pendant quelques jours, soit jusqu’à ce que la blessure devienne calleuse, avant de la mettre en pot. Vous pouvez tout simplement déposer les boutures sur le côté dans une assiette ou sur une tablette en attendant. Cela prend 2 à 3 jours dans le cas de la plupart des succulentes, mais un mois ou plus pour certaines succulentes à tige très épaisse (de gros cactus et euphorbes, notamment).

Même après que vous aurez piqué la bouture dans un pot de terreau, n’arrosez pas tant que vous ne voyez pas des signes de croissance, ce qui peut parfois prendre un mois ou deux. Ces plantes produiront facilement des racines même dans un terreau sec.

Et surtout ne recouvrez pas les boutures de succulentes d’une mini-serre, car cela peut provoquer de la pourriture!

 

Pas de boutures dans l’eau!

Par défaut
20160314A.jpg

Transplantez ces pauvres boutures dans du terreau sans tarder, sinon vous risquez de les perdre!

Ce n’est pas une bonne idée de faire des boutures dans l’eau, même si cette vieille technique est encore couramment pratiquée. Pourtant, cela semble si facile: on plonge une tige dans un verre d’eau et on la place dans un emplacement moyennement éclairé et à la température de la pièce, des racines se forment et – eurêka ! – on a une nouvelle plante! Mais… très souvent le jeune plant meurt peu après qu’on le transplante dans du terreau. Pourquoi?

C’est que les racines qui se forment dans l’eau s’acclimatent à un milieu aquatique. Quand vous transférez la bouture en pleine terre, les racines aquatiques, incapables de s’ajuster au changement, meurent et la pauvre bouture doit recommencer à zéro, développant des racines terrestres. C’est beaucoup demander à une jeune bouture que de faire deux fois des racines en seulement quelques semaines. Souvent elle ne réussit pas et meurt! C’est pour cette raison que je déconseille les boutures faites dans l’eau.

20160314B.jpg

Les boutures faites dans un milieu terrestre reprennent mieux.

Placez plutôt vos boutures dans du terreau (pour plantes d’intérieur ou semis), de la vermiculite ou de la perlite (les pélargoniums en particulier aiment le dernier) et maintenez ce substrat légèrement humide. Les racines qui se formeront seront des adaptées à un milieu terrestre et ainsi, quand vous transplantez votre bouture dans un pot ou en pleine terre plus tard, elle reprendra très bien. Pour plus de renseignements sur l’art du bouturage, allez à C’est le temps de bouturer.

AD231E48

Dès que vous voyez la moindre signe de racines, il est temps de transplanter dans un milieu terrestre.

Vous tenez quand même à faire des boutures dans l’eau?

Vous tenez à suivre la vieille tradition et faire des boutures dans l’eau même si cette technique n’est plus conseillée? Voici alors la clé d’un bouturage dans l’eau réussi: dès que vous voyez de petites bosses blanches ou jaunes apparaître sur la tige, soit le début des futures racines, transférez-la dans du terreau. Ainsi les racines qui se forment seront adaptées à un milieu terrestre.

Attention: il faut parfois faire très vite! Certaines boutures montrent déjà des débuts de racine dans seulement 3 ou 4 jours!

C’est le temps de bouturer

Par défaut
20160220B.jpg

Tiges de laurier-rose (Nerium oleander) à bouturer. Il faut encore enlever les feuilles inférieures.

Pour la plupart des plantes, les boutures reprennent plus rapidement et plus sûrement quand elles sont en croissance. C’est pour cette raison qu’il n’est pas sage de bouturer des plantes d’intérieur pendant l’automne et l’hiver, surtout après la mi-octobre: car leur croissance à cette saison est réduite ou nulle et souvent les boutures pourrissent plutôt que de prendre racine… ou encore, végètent pendant des mois avant de montrer, timidement, une certaine reprise. Par contre, dans nos maisons du moins, l’hiver tire maintenant à sa fin et alors, sous l’influence des jours de plus en plus longs, la croissance de nos plantes d’intérieur débute, ou sinon elle commencera très bientôt. C’est pour cette raison que la meilleure saison pour prendre des boutures de nos plantes d’intérieur est habituellement entre la mi-février et la fin d’août.

Quelles plantes bouturer?

Presque toutes les plantes d’intérieur qui ont une tige peuvent se bouturer, les palmiers étant l’exception majeure (il faut les multiplier par semences ou par division). Philodendrons, misères, ficus, scheffleras, hibiscus, cactus: à vous de choisir. Il y a même des plantes dont on peut bouturer les feuilles… mais c’est l’exception plutôt que la règle! (Voir l’article C’est la saison pour bouturer les feuilles.)

Pas sorcier

20160220A

Dégagez la partie inférieure de la tige de ses feuilles, vous assurant qu’au moins 2 nœuds puissent être couverts de terreau.

Bouturer une plante d’intérieur est facile. Il suffit de couper une section terminale de tige de 10 à 20 cm de longueur, selon la taille de la plante, de supprimer les feuilles inférieures et toute fleur ou bouton floral et de piquer la bouture jusqu’au deuxième nœud (renflement sur la tige où une feuille a déjà été fixée) dans un petit pot rempli de terreau, de perlite ou de vermiculite humide. Placez la bouture dans un emplacement bien éclairé, mais pas au plein soleil. Maintenant, gardez le substrat légèrement humide.

Quand de nouvelles feuilles paraissent, la bouture est enracinée et désormais une plante à part entière. Vous pouvez alors la placer dans un endroit plus convenable à ses besoins, peut-être avec plus de lumière.

Bouturez en famille!

Bouturer est une belle expérience à faire… et si vous avez des enfants ou des petits-enfants, faites-le avec eux. C’est une leçon de vie qu’ils absorberont comme par magie.