On ne change pas une formule gagnante

Par défaut

20170408E.jpg

Voici un principe du jardinier paresseux que je ne souligne pas assez souvent. Quand une plante donne de bons résultats pour vous ou qu’une technique de jardinage fonctionne dans votre cas, ne changez rien, quand bien même les experts disent le contraire. Et cela vaut quand bien même que je suis le soi-disant expert!

J’en ai vu des choses surprenantes dans ma carrière de journaliste horticole.

  • Des rosiers en pleine floraison dans un sous-bois alors que «tout le monde sait» qu’il faut les planter au soleil.
  • Des plantes de lavande (Lavandula angusifolia) cultivées en zone 3 alors qu’elle n’est théoriquement pas rustique au-delà de la zone 6.
  • Des gens qui utilisent des pilules anticonceptionnelles pour stimuler la floraison de leurs violettes africaines. Évidemment, il n’y a aucune raison pour laquelle des hormones conçues pour prévenir une grossesse chez un humain puissent profiter le moindrement à une plante… mais si cela fonctionne pour eux — et qu’ils ont un médecin compatissant prêt à signer une prescription pour une plante — pourquoi pas?

Le monde du jardinage est rempli de ce genre d’exception. Je vous suggère d’en profiter s’ils sont à votre avantage, tout simplement.

Les «infractions» mineures

Évidemment, souvent les techniques que les autorités déconseillent habituellement sont quand même valables à un certain degré.

20170408B Biusch, WC.jpg

Faire des boutures dans l’eau n’est pas la méthode la plus recommandable, mais si vous avez du succès, continuez! Photo: Biusch, Wikimedia Commons

Par exemple, il est facile de prouver que le taux de succès avec les boutures est nettement supérieur quand on les fait enraciner à l’étouffée dans du terreau que lorsqu’on les fait dans un verre d’eau. Faites l’expérience chez vous avec des boutures identiques et vous verrez: les boutures placées dans du terreau et recouvertes d’une mini-serre poussent plus rapidement et plus vigoureusement que les boutures faites dans l’eau et l’on en perd moins à la pourriture. Cela dit, quelqu’un qui a de l’expérience avec les boutures faites dans l’eau aura quand même un bon succès avec cette méthode, notamment dans le cas des plantes faciles à bouturer, comme les philodendrons et les coléus. Alors si ça fonctionne pour vous, continuez!

Idem pour la culture des plantes dans des pots sans trou de drainage. Certaines personnes réussissent très bien avec cette méthode, faisant très attention de ne jamais donner trop d’eau. Je peux difficilement recommander cela dans ce blogue, car la majorité des gens perdent leurs plantes assez rapidement quand ils les cultivent dans des pots où le surplus d’eau ne peut pas s’évacuer, mais si vous êtes parmi les exceptions, tant mieux pour vous! Vous avez ma permission de continuer.

Attention aux trucs carrément dangereux

Je suis d’accord pour laisser passer des petits trucs maison qui ne sont pas toujours les plus efficaces, mais qui ne sont pas trop nuisibles, non plus, mais je suis complètement contre la mise en pratique de techniques horticoles qui peuvent nuire à l’environnement, aux animaux familiers ou aux humains.

20170408D.jpg

Beaucoup de gens pensent déjouer «le système» en fabriquant leur propre insecticide à la nicotine à partir de tabac ou de mégots de cigarette. Le résultat peut être mortel!

Les insecticides maison à base de nicotine, faits à partir de tabac ou de mégots de cigarette, par exemple, sont trop toxiques pour être traités à la légère. Imaginez! Une cuillérée suffirait pour tuer un enfant! Pourtant, il y a encore beaucoup de gens qui utilisent ces produits sans même porter des vêtements de protection. Si c’est votre cas, je vous suggère de cesser sur le champ.

Placer des boules à mites dans le jardin pour chasser les chats, les marmottes, les écureuils, etc. peut aussi paraître logique, jusqu’à ce que votre chien les mange et en meure. Et s’il y a de jeunes enfants dans le coin, quelle horreur!


Donc, en horticulture, non, vous n’avez pas à changer une formule gagnante. Tant que cela vous donne satisfaction, continuez… mais assurez-vous qu’elle n’aurait de tristes conséquences.20170408E

Pas de boutures dans l’eau!

Par défaut
20160314A.jpg

Transplantez ces pauvres boutures dans du terreau sans tarder, sinon vous risquez de les perdre!

Ce n’est pas une bonne idée de faire des boutures dans l’eau, même si cette vieille technique est encore couramment pratiquée. Pourtant, cela semble si facile: on plonge une tige dans un verre d’eau et on la place dans un emplacement moyennement éclairé et à la température de la pièce, des racines se forment et – eurêka ! – on a une nouvelle plante! Mais… très souvent le jeune plant meurt peu après qu’on le transplante dans du terreau. Pourquoi?

C’est que les racines qui se forment dans l’eau s’acclimatent à un milieu aquatique. Quand vous transférez la bouture en pleine terre, les racines aquatiques, incapables de s’ajuster au changement, meurent et la pauvre bouture doit recommencer à zéro, développant des racines terrestres. C’est beaucoup demander à une jeune bouture que de faire deux fois des racines en seulement quelques semaines. Souvent elle ne réussit pas et meurt! C’est pour cette raison que je déconseille les boutures faites dans l’eau.

20160314B.jpg

Les boutures faites dans un milieu terrestre reprennent mieux.

Placez plutôt vos boutures dans du terreau (pour plantes d’intérieur ou semis), de la vermiculite ou de la perlite (les pélargoniums en particulier aiment le dernier) et maintenez ce substrat légèrement humide. Les racines qui se formeront seront des adaptées à un milieu terrestre et ainsi, quand vous transplantez votre bouture dans un pot ou en pleine terre plus tard, elle reprendra très bien. Pour plus de renseignements sur l’art du bouturage, allez à C’est le temps de bouturer.

AD231E48

Dès que vous voyez la moindre signe de racines, il est temps de transplanter dans un milieu terrestre.

Vous tenez quand même à faire des boutures dans l’eau?

Vous tenez à suivre la vieille tradition et faire des boutures dans l’eau même si cette technique n’est plus conseillée? Voici alors la clé d’un bouturage dans l’eau réussi: dès que vous voyez de petites bosses blanches ou jaunes apparaître sur la tige, soit le début des futures racines, transférez-la dans du terreau. Ainsi les racines qui se forment seront adaptées à un milieu terrestre.

Attention: il faut parfois faire très vite! Certaines boutures montrent déjà des débuts de racine dans seulement 3 ou 4 jours!