Catégories

Recherche

Le bouturage: petit miracle quotidien

À bien y penser, il est plutôt surprenant de pouvoir couper un morceau d’une plante pour en faire une autre. C’est un peu comme si on pouvait découper son petit doigt afin de faire un autre être humain qui nous est strictement identique! Pourtant, avec les plantes, un tel miracle ne relève pas de la science-fiction, mais d’une action tout à fait naturelle. Pour plusieurs plantes, il s’agit même de leur méthode habituelle de reproduction: le bouturage. Bouturer pour se multiplier En effet, plusieurs plants ont depuis longtemps adopté le bouturage comme moyen principal de multiplication. Presque tous les arbres poussant sur le bord de l’eau : les saules, les peupliers, etc. ont la capacité de se régénérer à partir d’une branche cassée. La branche tombe à l’eau, est emportée par le courant et, si elle échoue sur un banc de sable, s’enracine et fait un nouvel arbre. D’ailleurs, plusieurs îles trouvent leur origine dans des bancs de sable originellement... Lire la suite >

Réussissez vos boutures de succulentes

Bouturer des coléus et des philodendrons, c’est bien facile. On met les tiges dans un terreau humide, les recouvrant d’un petit sac de plastique. En quelques jours ou quelques semaines, les racines commencent à se former. On peut même les bouturer dans l’eau, bien que le taux de succès soit nettement moindre. (Lisez Pas de boutures dans l’eau pour comprendre pourquoi.) Avec les cactus et succulentes, cependant, c’est une tout autre histoire. Les boutures placées dans l’eau ont autant tendance à pourrir qu’à prendre racine. Parfois, elles meurent même très rapidement! Et si les conditions ne sont pas parfaites, les boutures plantées immédiatement dans un terreau humide pourriront. C’est ainsi que beaucoup de succulentophiles ont pris l’habitude de placer certaines boutures à tige épaisse sur le côté en attendant que la plaie se cicatrise avant de les planter. Leur extrémité est à l’air libre. Quand la blessure est bien fermée, le risque de pourriture est presque éliminé. Malheureusement, laisser les... Lire la suite >

Le bouturage pour les nuls 

Le bouturage est loin d’être une technique nouvelle. Depuis que les plantes existent, la plupart se reproduisent, du moins à l’occasion, par bouturage. Une branche tombe au sol et, si les conditions conviennent, produit des racines, et alors une nouvelle plante est née. Ainsi, il n’est pas plus difficile de faire des boutures à la maison… si l’on sait comment s’y prendre. Une définition Le bouturage consiste à sectionner une partie d’une plante et à la stimuler à produire des racines et de nouvelles tiges. Autrement dit, la partie sectionnée, la bouture, devient une nouvelle plante à part entière. Que bouturer? Plusieurs parties d’une plante peuvent se bouturer.  Certaines plantes (notamment les mauvaises herbes comme le chiendent et la renouée du Japon) ont la capacité à se régénérer à partir d’une section de racine ou de rhizome dans le sol (on parle alors d’une bouture de racine), mais c’est plutôt rare.  C’est la même chose pour les boutures de feuilles... Lire la suite >

Le bouturage étape par étape

Le bouturage est loin d’être une technique nouvelle. Depuis que les plantes existent, la plupart se reproduisent, du moins à l’occasion, par bouturage. Une branche tombe au sol et, si les conditions conviennent, produit des racines, et alors une nouvelle plante est née. Il n’est pas plus difficile de faire des boutures à la maison… si on sait comment s’y prendre. D’abord, le bouturage consiste à sectionner une partie d’une plante et à la stimuler à produire des racines et de nouvelles tiges. Autrement dit, la partie sectionnée, la bouture, devient une nouvelle plante à part entière. Plusieurs parties d’une plante peuvent se bouturer. Certaines plantes (notamment les mauvaises herbes comme le chiendent et la renouée japonaise) ont la capacité à se régénérer à partir d’une section de racine ou de rhizome dans le sol (on parle alors d’une bouture de racine), mais c’est plutôt rare. C’est la même chose pour les boutures de feuilles ou de sections de feuilles:... Lire la suite >

Récupérez les tiges cassées

À moins que vous ne soyez beaucoup plus délicat dans vos efforts de plantation que moi, il est presque inévitable que vous allez casser une branche ou tige de temps en autre quand vous faites vos repiquages. Logiquement, il faut supprimer ses branches brisées… mais faut-il nécessairement les jeter au compost par la suite? Je vous incite plutôt à expérimenter. Beaucoup de ces branches cassées peuvent s’enraciner si on leur donne une chance. Souvent on obtient très rapidement un plant plus que potable qui fleurira au cours de l’été. Une tige de bégonia, une branche de fuchsia, même des branches d’arbustes peuvent prendre racine si on leur donne un traitement adéquat. Pour ne donner qu’un exemple, j’ai pu repartir un nouveau plant de tomate quand j’ai accidentellement brisée la tête de la plante et à la fois la plante étêtée et la bouture enracinée ont produit amplement de fruits au cours de la saison. Quand vous êtes en train de planter, vous n’aurez toutefois... Lire la suite >

Une hormone pour faciliter l’enracinement

Pour obtenir un meilleur taux de succès avec les boutures difficiles à enraciner, notamment les boutures ligneuses, appliquez une hormone d’enracinement. On peut l’appliquer sur l’extrémité inférieure de la tige avec un coton-tige ou encore, plonger l’extrémité de la bouture directement dans l’hormone. Secouez bien pour enlever le surplus: un excès d’hormone peut inhiber le développement des racines. Ensuite, vous insérez la bouture dans un pot de terreau humide et vous la cultivez à l’étouffée (sous un sac ou un dôme de plastique transparent). Quand de nouvelles feuilles apparaissent, vous pouvez enlever la protection: c’est signe que la plante est bien enracinée. Ou encore, vous pouvez fabriquer votre propre hormone d’enracinement-maison à partir de tiges de saule. Il suffit d’écraser au marteau quelques rameaux fraîchement coupés de de saule et de les laisser macérer dans un verre d’eau pendant 24 à 72 heures. Cette eau, appelée «eau de saule», contiendra des hormones d’enracinement naturelles. Placez vos boutures dans cette eau... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!