Un truc simple pour éviter le doryphore

Par défaut

Voici un truc simple, mais efficace! 

Pour éviter le doryphore de la pomme de terre, aussi appelé bibitte à patate au Québec (Leptinotarsa decemlineata), un insecte qui dévore le feuillage des plants de pomme de terre (Solanum tuberosum), plantez vos pommes de terre non pas dans le potager, en monoculture, mais dans la plate-bande, dispersées çà et là à travers les fleurs. 

Plusieurs variétés de pomme de terre fleurissent facilement et cadrent alors très bien avec une plate-bande fleurie. Photo: Keith Weller, Wikimedia Commons

Les doryphores adultes sont attirés par l’odeur distinctive du feuillage des pommes de terre et trouvent plus facilement leur hôte quand la pomme de terre est regroupée en rangs, comme dans un potager. Mais quand les plants de pomme de terre sont éparpillés à travers d’autres végétaux, le problème disparaît. 

Parfois, un ou deux doryphores de la deuxième génération réussissent à trouver les plants vers la fin de l’été, mais pas assez pour même devoir traiter: il en faut des dizaines pour nuire à production des pommes de terre. 

L’année suivante, répétez… en changeant les pommes de terre de place (il faut toujours faire une rotation avec les légumes).

Facile, n’est-ce pas?

Publicités

La bibitte à patates arrive dans nos jardins

Par défaut

20150602A

Doryphores adultes.

Le doryphore de la pomme de terre (Leptinotarsa decemlineata), communément appelée « bibitte à patates », est essentiellement spécifique à la pomme de terre (ou patate si vous préférez). On dit qu’il mangera, s’il faut, le feuillage des tomates, des poivrons, des daturas, des pétunias et d’autres plantes de la même famille, les solanacées, mais personnellement, en plus de 40 ans de jardinage, je n’ai jamais eu de problèmes de doryphore sur aucune autre plante.

20150602B

Larve.

C’est un insecte très facile à reconnaître: un coléoptère bombé ressemblant à une grosse coccinelle, de couleur jaune striée noire. Les larves sont orange marquées de points noires.

Il est très difficile à contrôler cet insecte sauf si… on élimine la pomme de terre de notre potager! C’est d’ailleurs ce que font certains jardins communautaires, aux prises avec des jardiniers qui traitent leurs pommes de terre avec tous les insecticides de la terre dans le but de s’en débarrasser, ce qui provoquent la courroux des voisins moins portés sur l’intoxication aux pesticides. Et c’est le conseil principal du jardinier paresseux: pas de patates, pas de doryphores. Cas réglé! Vous irez acheter vos pommes de terre au supermarché comme tout le monde.

Mais si vous tenez à tout prix à cultiver des pommes de terre malgré la nécessité de contrôler le doryphore, voici quelques trucs pour vous aider.

Mieux vaut prévenir que guérir

20150602CD’abord, si les doryphores ne sont pas encore arrivés dans vos plants, allez vite les couvrir d’une couverture flottante et fixez-la bien au sol. L’eau, l’air et le soleil peuvent pénétrer cette barrière, mais pas les doryphores.

Pour que cette technique fonctionne, il faut absolument que vous ayez fait une rotation de cultures, donc que vos pommes de terre poussent dans une section du potager où il n’y en avait pas l’an dernier, sinon, quand les doryphores sortent de terre (ils passent l’hiver dans le sol au pied de leur hôte de l’année précédente), ils se trouveront à l’intérieur de la barrière où ils pourront se délecter de vos plants de pomme de terre à l’abri de vos traitements!

Trop tard ?

Si les doryphores sont déjà arrivés, essayez l’un des traitements suivants :

  • Ramassez à la main les adultes et les larves et écrasez-les ou déposez-les dans de l’eau savonneuse. Juste les faire tomber au sol suffit dans le cas des larves qui n’arrivent pas à remonter sur la plante;
  • Passez un aspirateur à main dans le feuillage pour ramasser les adultes et les larves;
  • OLYMPUS DIGITAL CAMERA

    Œufs.

    Cherchez et écrasez les œufs orange trouvés sous les feuilles;

  • Libérez des larves de coccinelles prédatrices et espérez qu’elles ne s’envolent toutes;
  • Vaporisez régulièrement avec des insecticides appropriés (pyréthrine, neem, etc.);
  • Traitez au BTT (Bacillus thuringiensis tenebrionis)… si vous pouvez en trouver. C’est une variété de BT spécifique aux doryphores et donc pas le même BT qu’on trouve habituellement en magasin, soit le BTK (Bacillus thuringiensis kurstaki), qui est efficace contre les chenilles, mais pas les coléoptères. Il y a aussi le BTI (Bacillus thuringiensis israelensis) que l’on vend pour traiter les moustiques. Mais le BTT, le «BT des doryphores» n’est pas disponible au Canada, du moins, pas aux jardiniers amateurs. Il faudrait le faire venir des Etats-Unis.
  • Enfin, le truc le deuxième plus «paresseux» (le premier étant de ne pas planter de pommes de terre): plantez vos pommes de terre non pas en rang, ce qui concentre l’odeur qui attire le doryphore, mais çà et là à travers les autres plantations. Souvent alors les doryphores n’arrivent même pas les trouver!