Pérennisez vos poireaux!

Par défaut

Le poireau résiste bien à l’hiver et peut se pérenniser. Source: bonnieplants.com

Normalement, on sème le poireau (Allium ampeloprasum, anc. A. porrum) à l’intérieur vers la mi-février ou au début de mars (donc, il faut commander les semences bientôt!) et le repique à l’extérieur 3 ou 4 semaines avant la date du dernier gel (le poireau ne craint pas le gel). Ensuite, on récolte le légume à l’automne, après le premier gel (le froid intensifie son goût). Puis on ressème l’année suivante, puis l’année suivante, puis… vous pigez?

Mais le jardinier paresseux ne plante son poireau qu’une seule fois. Car le poireau n’est pas une annuelle, comme on le pense habituellement, mais une plante vivace très rustique (zone de rusticité 2 ou 3 pour le poireau dit «poireau d’hiver»). Pensez alors au poireau pérenne comme étant comparable, dans sa culture, à la rhubarbe. Vous le semez une année, mais c’est vraiment à partir de la troisième année que vous commencerez à avoir une récolte abondante.

Voici ce qui se passera dans votre jardin si vous ne récoltez pas vos poireaux à l’automne.

20190104B TinyHands, kitchenlib.com

Jolies fleurs de poireau au jardin printanier. Source: TinyHands, kitchenlib.com.

La plante restera solidement debout tout l’hiver et fleurira au printemps, produisant une jolie boule de fleurs étoilées roses ou blanches. Si la beauté des fleurs ne vous impressionne pas, sachez que les fleurs et les tiges florales sont parfaitement comestibles (oui, encore une autre récolte potentielle!)

Après la floraison, la tige d’origine dépérira peu à peu, mais avant de le faire, se divisera au pied, formant une touffe de plants placés très serrés. Le deuxième automne, il suffira de récolter une ou deux tiges, laissant les autres en place pour les générations futures. Et c’est à partir de la troisième année, quand il y aura vraiment un grand nombre de poireaux dans la touffe, que commencera la véritable récolte.

20190104C slimjimbuck, picssr.com.jpg

Poireau d’hiver dans son élément. Source: slimjimbuck, picssr.com

En passant, quand votre «colonie» est bien établie, vous pouvez aussi faire une récolte printanière, à la fonte des neiges. Après une longue période de gel, le goût des poireaux sera d’ailleurs à son meilleur. Par contre, il ne faut pas tarder à les récolter, car dès que les boutons floraux se forment, la plante d’origine devient coriace et perd son goût.

Donc, un légume pérenne, deux récoltes annuelles. C’est bien, n’est-ce pas?

Petit truc

Pour la première année, je vous suggère de planter deux fois plus de poireaux que vous n’en avez besoin: ainsi vous pourrez en traiter la moitié de la manière traditionnelle, c’est-à-dire en les récoltant l’automne, et laisser les autres sur place pour qu’ils se pérennisent et commencent à vous donner leurs deux récoltes annuelles, à l’automne et au printemps, au cours des années à venir.

Variétés recommandées

Voici quelques variétés de poireau d’hiver qui conviennent à la pérennisation.

  1. ‘Alaska’
  2. ‘American Flag’
  3. ‘Autumn Giant’
  4. ‘Bandit’
  5. ‘Belge d’Hiver’
  6. ‘Below Zero’
  7. ‘Blaugrüner Winter’ (‘Bluegreen Winter’)
  8. ‘Bleu de Solaise’ (‘Blue Solaise’)
  9. ‘Carentan’
  10. ‘Elephant’
  11. ‘Musselburgh’ (‘Giant Musselburgh’, ‘Large Musselburgh’)
  12. ‘German Winter’
  13. ‘Lancelot’
  14. ‘Lexton’
  15. ‘Neptune’
  16. ‘Northern Lights’
  17. ‘Overwinter’
  18. ‘Poireau de Liège’
  19. ‘Siegfried’
  20. ‘Winter Atlanta’
  21. ‘Winter Giant’
  22. ‘Zermatt’

Pas la même chose que le poireau perpétuel

Dans certains catalogues, vous trouverez des poireaux perpétuels, mais il s’agit en fait d’un autre légume.

20190104D kokopelli-semences.fr.jpg

Le poireau perpétuel ressemble à un oignon. Source: kokopelli-semences.fr

Le poireau perpétuel est essentiellement un poireau ancestral, toujours A. ampeloprasum, mais une forme primitive de celui-ci, très semblable au poireau sauvage. Le poireau perpétuel a essentiellement le même goût que le poireau de jardin, mais se consomme comme condiment plutôt que comme légume. Il ressemble davantage à un oignon vert qu’à idée qu’on se fait d’un poireau, car il forme un véritable bulbe blanc à la base et son fût est très mince.

Le poireau perpétuel produit de nombreuses bulbilles autour du bulbe d’origine, d’où le nom alternatif, poireau à gousses. Il forme ainsi une touffe très dense. C’est surtout le feuillage qu’on récolte, le coupant à environ 2 cm au-dessus du sol, d’ailleurs quand bon vous semble entre le début de l’automne et la fin du printemps (l’été, la plante entre souvent en dormance, notamment là où les étés sont chauds). Le feuillage se régénère après chaque récolte à partir des bulbilles laissées enterrées.

On le démarre à partir de bulbilles ou de jeunes plants, généralement offerts à la fin de l’été ou tôt au printemps.

Attention à la teigne du poireau!

20190104E agr.gc.ca.jpg

Larves de la teigne du poireau. Source: agr.gc.ca

Que vous cultiviez vos poireaux en culture annuelle ou pérenne, soyez toujours à l’affût de la teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella), un petit papillon de nuit rarement vu, mais dont les larves peuvent causer des dommages sérieux aux poireaux. Pour apprendre comment la contrôler, lisez l’article Sauvez vos ails et oignons de la teigne.

Publicités

Le blanchissage du poireau n’est pas obligatoire

Par défaut

 

20180710A www.cityparkmarket.co.ke.jpg

Poireaux cultivés selon la méthode traditionnelle avec un fût (tige) très blanc. Source: www.cityparkmarket.co.ke

Un long fût blanc est très recherché par les amateurs du poireau (Allium ampeloprasum) qui se donnent la peine de le planter dans des tranchées et de remplir graduellement celles-ci de terre pour couper la lumière à la base des feuilles. Mais ce n’est pas assez pour eux : quand la tranchée est remplie, ils ramènent encore de la terre contre la tige, formant une butte, de façon à ce que seulement les feuilles en dépassent. Le fût, étant alors privé de lumière, devient d’un beau blanc. Par contre, c’est aussi cette technique qui donne le sable qui s’infiltre parmi les feuilles du fût et qui a donné le dédain du poireau à plus d’un.

 

20180710B www.pd4pic.com.jpg

Poireaux non blanchis: le fût n’est pas aussi blanc que celui des poireaux du commerce, mais cela ne change pas son goût. Source: www.pd4pic.com

Sachez que la blancheur du fût n’est qu’esthétique et que, d’ailleurs, elle est aussi «moins santé», car le fût blanchi est moins riche en minéraux que le fût exposé au soleil. Ce buttage n’est nullement nécessaire pour la santé ou la survie du poireau non plus. Il n’améliore même pas son goût (bandez les yeux à un fin gourmet et faites-lui goûter un poireau blanchi et un poireau non blanchi: il sera incapable de les distinguer!). Et le fût d’un poireau non blanchi est quand même relativement blanc, mais plutôt blanc verdâtre ou vert très pâle que blanc pur. Enfin, quand vos convives croqueront dans vos poireaux non blanchis, personne ne risquera de se casser une dent sur une pierre!

Pour blanchir sans terre remuer

Mais vous tenez quand même à un fût blanc?

20180710C www.territorialseed.com.jpg

Poireau autoblanchissant: aucun tranchage n’est nécessaire pour obtenir un fût quand même assez blanc. Source: www.territorialseed.com

Sachez d’abord qu’il existe maintenant des poireaux autoblanchissants comme le cultivar ‘Takrima’. Aucune tranchée ni butte n’est nécessaire pour ces variétés au fût naturellement blanc.

20180710D u.osu.edu.jpg

Poireaux paillés. Source: u.osu.edu

Ou encore, blanchissez vos poireaux avec du paillis. Repiquez donc vos semis de poireaux en pleine terre sans tranchée et recouvrez aussitôt leur base de 10 cm de paillis. Rajoutez-en davantage à mesure que l’été avance et que le fût s’allonge: souvent vous finirez avec jusqu’à 25 cm de paillis autour des plants! Le paillis coupera la lumière au fût, qui deviendra très pâle… et avec tant de paillis, il n’y aura pas de mauvaises herbes à supprimer! Et le sol s’assèchera moins: parfait pour les poireaux, qui préfèrent un sol également humide.

L’avantage du paillis par rapport à la culture en tranchée et au buttage est non seulement qu’il est plus facile à appliquer, mais que le paillis ne s’infiltrera pas à travers le feuillage de vos poireaux qui seront alors plus propres et sans sable.


Reste maintenant à contrôler la terrible teigne du poireau, cet insecte qui cause tant de dégâts aux poireaux dans bien des régions. Pour cela, je vous réfère à l’article Sauvez ail et oignons de la teigne.

Le poireau se récolte à l’automne… et au printemps!

Par défaut

Allium porrumNormalement nous récoltons nos légumes avant le premier gel d’automne, mais le poireau (Allium ampeloprasum porrum) est une exception. Il ne craint pas le gel et son goût s’améliore après une semaine ou deux de froid, car, sous l’effet du gel, les amidons présents dans son fût et ses feuilles commencent à se changer en sucres. D’ailleurs, dans les régions au climat relativement tempéré, soit la zone 7 et plus, les jardiniers récoltent les «poireaux d’hiver» (variétés extra rustiques) pendant tout l’hiver, à mesure de leurs besoins, comme si le potager était un vaste réfrigérateur en plein air.

Récolte automnale et printanière

20151025E

Poireaux d’hiver

Dans les régions où la neige recouvrira le sol l’hiver, par contre, il n’est pas évident que vous allez pouvoir récolter les poireaux entre décembre et mars, mais vous pouvez les cueillir jusqu’à tard à l’automne (traditionnellement jusqu’à l’Action de grâces américaine, soit le quatrième jeudi de novembre) ou encore, tôt au printemps, à la fonte des neiges. Dans ce dernier cas, paillez abondamment (utilisez 20 à 30 cm de paillis, habituellement des feuilles d’automne déchiquetées ou des aiguilles de pin) si vous n’avez pas une couverture de neige fiable dans votre région. Le poireau d’hiver ne craint peut-être pas le gel, mais l’action répétée de gel et de dégel peut l’abîmer… et c’est que le paillis préviendra.

Par contre, il ne faut pas tarder à récolter votre poireau au printemps, car dès que les boutons floraux se formeront (et le poireau est une bisannuelle qui fleurira donc la 2e année), la plante deviendra coriace et perdra son goût.

Pour pérenniser le poireau

20151025CEnfin, il y a une troisième possibilité: vous pouvez aussi cultiver le poireau comme légume vivace, un peu à la manière de la rhubarbe. C’est en fait la méthode que nos ancêtres utilisaient pour cultiver le poireau, une méthode qui renaît avec l’intérêt accru pour la permaculture. On appelait à l’époque le poireau vivace «poireau perpétuel».

20151025D

Les fleurs de poireau embellissent le jardin.

Dans ce cas, ne récoltez pas le premier printemps, mais laissez la plante fleurir. Elle produira une haute tige florale portant une grosse boule de jolies fleurs blanches ou rose pâle (le poireau est cultivé comme plante ornementale dans plusieurs pays).

À la fin de la floraison, des rejets paraîtront au pied de la plante-mère et il suffit alors de les laisser pousser, ainsi votre poireau formera une touffe qui grossira avec le temps, à la manière d’une hémérocalle. Vous pouvez récolter des plants à votre goût (été, automne, hiver ou printemps): d’où le nom poireau perpétuel. Par contre, pour vraiment pérenniser le poireau et le rendre un élément permanent de votre potager, il faut toujours permettre à 2 ou 3 rejets d’hiverner en pleine terre chaque année afin d’assurer la génération suivante.

Quelques poireaux d’hiver

20151025A

Poireau ‘Musselburgh’

Il existe de nombreuses lignées de poireau d’hiver (poireaux assez rustiques pour survivre aux grands froids, soit jusqu’en zone 4 ou, sous paillis, zone 3). En voici quelques unes :

‘Alaska’, ‘American Flag’, ‘Autumn Giant’, ‘Bandit’, ‘Belge d’Hiver’, ‘Blaugrüner Winter’ (‘Bluegreen Winter’), ‘Bleu de Solaise’ (‘Blue Solase’), ‘Carentan’, ‘Elephant’, ‘Musselburgh’ (‘Giant Musselburgh’, ‘Large Musselburgh’), ‘German Winter’, ‘Lancelot’, ‘Lexton’, ‘Neptune’, ‘Northern Lights’, ‘Overwinter’, ‘Poireau de Liege’, ‘Siegfried’, ‘Winter Atlanta’, ‘Zermatt’.