Bientôt dans un supermarché près de chez vous: le mystérieux Nergi

Par défaut

Le Nergi… ou est-ce un baby kiwi? Source: www.fruitnet.com

Attendez-vous à voir un nouveau fruit paraître sur le marché en septembre : le Nergi. Vous n’en avez jamais entendu parler? Ce n’est pas surprenant, car le nom est tout à fait nouveau. En fait, c’est tout simplement une marque de commerce, Nergi®, marque appartenant à la Scaap Kiwifruits de France, une coopérative agricole qui vise à rendre ce nouveau fruit encore plus populaire que son plus grand cousin, le kiwi (A. chinensis).

Prononcez le nom EN – er – gi… oui, c’est  bien ça: énergie. Je gage que le personnel des supermarchés ne le saura pas et que vous risquez d’entendre quelque chose comme « ner – gie » ou « ner – gui ». En France, le grand public l’appelle tout simplement baby kiwi.

On nous dit que ce kiwi nouveau, en provenance du sud-ouest de la France, arrivera sur le marché québécois vers le début du mois de septembre 2018 dans les supermarchés Provigo et IGA. Il est déjà sur le marché presque partout en Europe, de la fin août à la fin novembre.

Derrière la marque de commerce

20180826B www.ebay.co.uk.jpg

Fruits de kiwi rustique tels qu’ils poussent sur la plante. Source: www.ebay.co.uk

Derrière le nom Nergi se cache un fruit déjà assez bien connu des jardiniers, mais sous d’autres noms: kiwi rustique en Amérique, kiwaï en Europe. Son nom botanique est Actinidia arguta* et c’est une grimpante assez rustique (zone 4b) et facile à cultiver. Mais le baby kiwi Nergi est un peu plus gros et arrondi qu’un kiwi rustique normal.

*En fait, le cultivar derrière le nom Nergi est sans doute un hybride complexe impliquant non seulement A. arguta, mais aussi d’autres espèces. Cependant, je ne peux le confirmer, car son pedigree est un secret bien gardé et ses promoteurs utilisent tout simplement le nom A. arguta dans leurs présentations au sujet du fruit.
20180826C sofruileg.com.jpg

Le fruit ressemble à une petite pomme de l’extérieur, mais à un kiwi de l’intérieur. Source: sofruileg.com

Le petit fruit globulaire vert de la taille d’un gros raisin fait penser, de l’extérieur, à une petite pomme. Sucré et acidulé, il a environ le même gout que le kiwi classique et les mêmes minuscules graines noires à l’intérieur, mais son épiderme est lisse. Donc, nul besoin de l’éplucher : hop, dans la bouche et on croque! Mmm!

Et il est aussi bon pour la santé! Le fruit est très riche en sucre et en vitamine C et contient de nombreux oligo-éléments : calcium, potassium, magnésium, fer, etc. D’ailleurs, le kiwi rustique est plus riche en vitamine C que le kiwi classique!

Une sélection néozélandaise devenue française

Hiperpinguino, Wikimedia Commons.jpg

Le baby kiwi est beaucoup plus petit que le kiwi classique, A. chinensis. Source: Hiperpinguino, Wikimedia Commons

La variété appelée Nergi est issue d’un programme néozélandais d’hybridation organisé par le Plant and Food Research Laboratory. On essaie de rendre le petit fruit du kiwi rustique plus intéressant pour le marché.

À force de croisements (et que des croisements traditionnels, c’est-à-dire entre kiwis, on nous rassure: ce fruit n’est pas un OGM!), on a réussi à développer un kiwi rustique dont les fruits peuvent se conserver jusqu’à trois mois en étalage plutôt que seulement huit jours. Et cela fait toute une différence pour la mise en marché!

En 2005, le kiwiculteur français François Lafitte découvre le nouveau fruit en Nouvelle-Zélande et le présente à la Scaap Kiwifruits de France qui, après négociations, décroche la licence exclusive pour exploiter ce fruit en Europe. Il fallait nommer la plante, la multiplier, apprendre la base de sa culture et attendre que les plantes s’établissent et commencent à produire (il faut environ 4 ans entre la plantation et les premiers fruits). Un premier verger est installé en 2010 et d’autres suivent, surtout en France, mais maintenant aussi dans d’autres pays d’Europe. Aujourd’hui, on parle d’une production de plus de 50 millions de barquettes par année… assez pour partir à la conquête du lucratif marché nord-américain.

Pouvez-vous en cultiver?

20180826D mazken.info.jpg

Baby kiwis Nergi. Source: mazken.info

Non. Du moins, pas encore. La plante est protégée et seulement les producteurs reconnus y ont droit. Par contre, vous pouvez cultiver d’autres cultivars de kiwi rustique qui ne sont pas protégés. Vous trouverez quelques détails dans l’article Kiwi mâle ou femelle.

Le baby kiwi Nergi : recherchez-le dans un supermarché près de chez vous!

Kiwi mâle ou femelle?

Par défaut
20170617A University of Minnesota Extension.jpg

Kiwi arctique en fruits. Photo: University of Minnesota Extension

Vous avez planté un kiwi rustique (Actinidia arguta, zone 4b) ou un kiwi arctique (Actinidia kolomitka, zone 3) il y a quelques années, mais il ne produit pas encore de fruits. En faisant des recherches pour comprendre pourquoi, vous vous rendez compte qu’il aurait fallu planter au moins deux kiwis, un mâle et une femelle, car la plante est dioïque (les fleurs mâles et femelles apparaissent sur des plantes séparées), donc il faudrait planter un compagnon ou une compagne pour votre célibataire, mais vous ne trouvez plus l’étiquette qui indiquait sans doute le sexe de la plante. Comment alors déterminer si votre kiwi est mâle ou femelle?

Vous ne pouvez pas déterminer le sexe d’un kiwi juste à le regarder. Seul un examen de la fleur vous permettra vraiment de juger. Quand alors votre kiwi est en fleurs, voici quoi rechercher:

20170617B Apple2000, WC.jpg

La fleur mâle produit de nombreuses étamines couvertes de pollen jaune. Photo: Apple2000, Wikimedia Commons

La fleur mâle produit, au centre de la fleur, un dôme d’étamines couvertes de pollen jaune. Quand vous touchez les étamines, du pollen jaune restera sur votre doigt.

20170617C Mnolf, WC.jpg

Des stigmates blancs ressortent des fleurs femelles. Photo: Mnolf, Wikimedia Commons

La fleur femelle produit des fleurs avec étamines en périphérie, mais elles sont stériles et ne produisent pas de pollen viable. Au centre, toutefois, vous verrez plutôt des stigmates blancs, collants au toucher, qui ressortent de la fleur.

Et voilà! Simple n’est-ce pas? Mais il faut vérifier pendant que la plante est en fleurs.

La couleur de son feuillage peut (parfois) aider

20170617D Horti.JPG

Actinidia kolomikta ‘Arctic Beauty’

On peut, à un degré limité, déterminer le sexe du kiwi arctique (A. kolomikta) par la couleur de son feuillage. En effet, le cultivar le plus vendu, A. kolomikta ‘Arctic Beauty’, offre un feuillage fortement panaché de blanc et de rose… et c’est un mâle. Vous pouvez alors présumer que si votre kiwi est très coloré, il est probablement mâle. Mais… les cultivars femelles aussi sont panachés à divers degrés et d’autres cultivars mâles peuvent être à feuillage entièrement vert ou légèrement à moyennement panaché, donc la couleur du feuillage est plus un indice du sexe de la plante qu’une preuve.

Quand un kiwi ne produit pas de fruits

Normalement, le kiwi rustique est une grimpante très robuste qui produit beaucoup de fruits, du moins, quand vous avez au moins une plante mâle pour polliniser jusqu’à huit femelles. Et il très adaptable quant aux conditions nécessaires pour réussir, poussant au soleil ou à l’ombre dans presque n’importe quel sol bien drainé. Voici quelques raisons pour lesquelles il ne fructifie pas :

  1. Il est trop jeune

Il faut une bonne patience avec les kiwis. La plupart ne fleurissent que modestement avant l’âge de 3 ans et ne commencent à produire qu’à 5 à 7 ou même 9 ans.

  1. Il n’est pas assez rustique.
20170617E JJ Harrison, WC jpg.jpg

Le kiwi du supermarché, A. deliciosa, n’est rustique que dans les zones 8 à 9.

Tout kiwi cultivé dans une zone plus froide que celle pour laquelle il est recommandé ne produira probablement jamais de fruits, car il fleurit à partir de nouvelles tiges qui se développent sur les jeunes branches formées l’année précédente. Si celles-ci sont endommagées ou tuées par un hiver froid, il n’y aura pas de fruits. Vous devez donc planter votre kiwi dans une zone de rusticité pour laquelle il est adapté.

Le kiwi chinois, celui des supermarchés, aux gros fruits poilus, est A. deliciosa (anciennement A. chinensis). Il n’est pas assez rustique pour les régions froides. Il pousse mieux dans les zones 8 à 9, mais peut parfois réussir en zone 7. Dans le nord, il faut le cultiver en serre.

Le kiwi rustique ou kiwaï (A. arguta) est, comme son nom commun le suggère, plus rustique: zone 4b ou 5, selon le cultivar. Malgré sa rusticité, ce n’est pas un bon choix pour les régions aux étés courts, car les fruits prennent environ 150 jours pour mûrir. Ses fruits sont petits, verts et lisses. Aussi, il lui arrive souvent de geler au sol pendant l’hiver, même en zone 5. La plante n’en meurt pas pour autant, mais la récolte de l’année est alors perdue.

Le kiwi arctique (A. kolomikta) est le kiwi de choix pour les jardiniers nordiques. Il est rustique en zone 3 et ses fruits mûrissent assez tôt, habituellement à la fin d’août ou en septembre. Ses fruits sont petits, verts et lisses. Souvent, mais pas toujours, son feuillage est panaché de blanc ou de blanc et rose, un autre atout pour le jardinier.

  1. C’est une variété naturellement peu fructifère.
20170617G.png

En région froide, le cultivar ‘Issai’ donne des résultats très décevants… ce qui n’empêche pas les marchands de le vendre.

Curieusement, le kiwi rustique le plus vendu ne produit presque jamais de fruits (du moins, au Québec)! ‘Issai’, vendu comme un kiwi rustique (A. arguta), mais en fait un hybride (A. arguta x A. rufa), est souvent offert comme une variété de choix pour les jardiniers n’ayant pas assez d’espace pour deux kiwis, un mâle et une femelle, car on dit qu’il est bisexué. (En fait, ‘Issai’ est 100% femelle, mais parthénocarpique: il peut produire une quantité limitée de fruits sans pollinisation.) De plus, on dit qu’il fructifie jeune, après seulement 2 ou 3 ans, et est naturellement de taille restreinte.

Mais cette variété est souvent décevante. Sa production sans pollinisateur est très faible (quelques fruits par plante par année) et elle ne produit pas du tout dans les régions froides (rarement en zone 5b ou moins, plus fidèlement en zone 6b ou plus). Il est d’ailleurs surprenant que cette variété faiblarde soit même en vente au Québec, tellement qu’elle est décevante sous son climat! Elle est toutefois raisonnablement productive en Europe, où le climat est plus doux… mais seulement en présence d’un kiwi rustique (A. arguta) mâle.

  1. Les deux plantes ne sont pas de la même espèce

Quand vous plantez un kiwi mâle et un ou plusieurs kiwis femelles, il faut vous assurer qu’ils sont de la même espèce. Autrement dit, un kiwi arctique mâle (A. kolomikta) ne peut polliniser efficacement qu’un kiwi arctique femelle et un kiwi rustique mâle (A. arguta) ne peut polliniser efficacement qu’un kiwi rustique femelle.

  1. Les pollinisateurs manquent dans votre secteur
20170617G, Buzzy Bee, Kiwi Flickr.jpg

Bourdon (Bombus sp.) Photo: Buzzy Bee, Kiwi Flickr

Habituellement, les fleurs de kiwi sont pollinisées par des abeilles, mais pas nécessairement par l’abeille domestique (Apis mellifera). Elle trouve le kiwi trop chiche, car ses fleurs produisent peu de nectar. Par contre, les bourdons (Bombus spp.), de grosses abeilles poilues, fréquentent volontiers les fleurs de kiwi. D’ailleurs, de plus en plus de producteurs commerciaux de kiwis utilisent des bourdons d’élevage comme pollinisateurs. Là où les bourdons sont absents, il faut penser polliniser les fleurs manuellement.

  1. Un gel tardif a tué les boutons floraux

Cela arrive quand il y a un gel sévère pendant que la plante est en boutons ou en fleurs. Curieusement, il y a plus de risque de gel tardif dommageable sous un climat doux, où la croissance des plantes démarre tôt, qu’en région froide, où la floraison est naturellement retardée.


Essentiellement, les kiwis rustiques sont de culture très facile, mais il faut choisir une variété appropriée, planter au moins une plante de chaque sexe et de la bonne espèce… et être très, très patient!20170617A University of Minnesota Extension