Mythe horticole : gomme Juicy Fruit contre taupes

Par défaut
20180506A www.newstatesman.com & juicyfruit.com

Malgré une croyance tenace qui prétend le contraire, les taupes ne sont pas intéressées par la gomme à mâcher Juicy Fruit… qui ne leur est pas fatale non plus. Source: www.newstatesman.com & juicyfruit.com, montage: jardinier paresseux

Les taupes représentent un problème particulier pour les jardiniers. Étant donné qu’elles résident sous le sol et n’en sortent que (très rarement) la nuit pour pousser un peu de terre en surface, et que, de plus, elles ne sont pas attirées par les appâts sucrés ou odoriférants habituels qu’on place pour attraper les rongeurs, il est très difficile de les contrôler. Or, elles font des tunnels qui relèvent le gazon et laissent des monticules de terre partout, causant beaucoup de dégâts aux terrains.

20180506B Rasbak, WC

Taupinières dans une pelouse. Source: Rasbak, Wikimedia Commons

Mais n’ayez crainte! On peut placer un bâtonnet de gomme à mâcher (chewing-gum) Juicy Fruit dans leur tunnel et elles le mangeront goulûment, puis la gomme bloquera leur système digestif, menant à leur mort!

Facile, n’est-ce pas? Sauf que ce n’est pas vrai. Mais pas du tout! Oui, c’est encore un autre mythe horticole.

En fait, les taupes sont  insectivores et molluscivores, mangeant surtout des vers de terre, mais aussi différents insectes souterrains (notamment les vers gris, les vers blancs et les vers fil de fer), des limaces et des escargots. La gomme ne les intéresse nullement!

image.png

Piège à taupe. Source: www.gemplers.com

Ma suggestion de jardinier paresseux? Gardez la gomme Juicy Fruit pour vous et, si vous avez vraiment un problème de taupes, utilisez un piège à taupes, offert dans toute bonne quincaillerie, pour les contrôler. Il faut placer ce piège dans un tunnel actif, où la terre a été remuée récemment.

La bonne nouvelle est que la taupe est presque toujours seule, car elle vit en solitaire. Donc, quand vous aurez pris la taupe dans le piège, le problème sera réglé… du moins, pour la saison.20180506A www.newstatesman.com & juicyfruit.com

Publicités

Votre arbre est-il mort? Grattez pour voir!

Par défaut
20180507A Conner Montgomery, www.houzz.com.jpg

Votre arbre ne «se réveille» pas au printemps… est-il mort? Source: Conner Montgomery, http://www.houzz.com

C’est le printemps et la nature reprend vie. Sauf pour un de vos arbres ou arbustes. Alors que toutes les autres plantes ligneuses autour produisent des bourgeons qui enflent et qui éclatent en feuilles, ce spécimen ne montre pas encore signe de vie. Est-il mort?

Avant de paniquer, pensez que c’est peut-être normal pour l’espèce en question. Chaque espèce a son propre horaire pour la feuillaison. Les catalpas (Catalpa spp.), par exemple, donnent souvent une syncope à leurs propriétaires, tellement ils tardent à feuiller au printemps. Ils verdissent souvent un bon mois après leurs congénères.

Une inondation printanière peut aussi retarder la feuillaison.

Aussi, il peut y avoir eu un contretemps : un hiver exceptionnellement froid, par exemple, qui a tué la première génération de bourgeons. Ou une sècheresse l’automne précédent, qui peut avoir eu le même effet. Ou un gel printanier profond justement au moment où les nouvelles feuilles s’épanouissaient et qui peut les avoir tuées.

20180507B ask.extension.org.jpg

Cet érable avait l’air mort, mais il commence à se régénérer à partir de bourgeons enfouis sous son écorce. Il faudrait le tailler pour supprimer les branches définitivement mortes. Source: ask.extension.org

Sachez alors que les plantes ligneuses ont normalement des bourgeons de remplacement enfouis sous leur écorce qui sortiront… plus tard qu’habituellement.

Ou peut-être aviez-vous osé planter une essence au-delà de sa zone de rusticité normale? Un arbre de zone 6 en zone 5, par exemple? Alors, même un hiver normal peut avoir mis fin à sa vie… mais pas nécessairement non plus. Il y a peut-être encore un peu de vie enfouie dans sa charpente.

Il n’est pas fort, mais est-il mort?

Mais votre patience est à bout. Les branches semblent sèches et cassent plutôt que de plier quand vous essayez de les courber, ce qui n’est pas bon signe. Mais même si toutes les branches sont mortes, il peut y avoir encore de la vie dans la plante.

20180507C www.thetreecenter.com.jpg

On voit du cambium vert: l’arbre est encore en vie! Source: www.thetreecenter.com

Essayez alors un test simple. Grattez l’écorce pour voir. Avec votre ongle ou un canif, grattez dans une section où l’écorce est encore relativement mince, assez pour voir le cambium. Si l’arbre est en vie, le cambium sera vert. S’il est brun ou blanc, malheureusement, le tronc est mort.

Quand le cambium est mort, le seul espoir qui reste est que la plante soit capable de se régénérer à partir du pied. C’est souvent le cas des arbustes, notamment, mais pas de tous les arbres.

Parfois, un arbre qui a l’air mort l’est vraiment et il faut en faire son deuil!20180507A Conner Montgomery, www.houzz.com

Quand un légume «annuel» survit à l’hiver

Par défaut
20180504A Howard F. Schwartz, Colorado State University, Bugwood.org.jpg

Les tiges florales du chou peuvent dépasser la hauteur d’un homme! Source: Howard F. Schwartz, Colorado State University, Bugwood.org

Si vous n’avez pas soigneusement nettoyé votre potager l’automne dernier (ce qui, d’ailleurs, n’était pas nécessaire de toute façon), il se peut que vous ayez la surprise de voir certains légumes laissés en terre recommencer à pousser et même, bientôt, fleurir.

C’est que plusieurs des légumes «annuels» que nous cultivons ne sont pas vraiment des plantes annuelles, mais plutôt des bisannuelles : choux, betteraves, bettes à carde, carottes, oignons, etc. Comme nous les récoltons pour la consommation dès la première année, nous ne les voyons normalement jamais fleurir ni produire de semences. Mais si, par accident ou volontairement, on les laisse en terre l’hiver, on découvre un tout autre aspect de ces plantes quand elles repoussent la deuxième année.

En effet, si la première année les légumes bisannuels grossissent et emmagasinent des réserves (et normalement, on les récolte au faîte de leur stockage!), la deuxième année, ils les dépensent. Toute cette énergie mise de côté est investie dans la floraison et la production de semences. Ainsi, on peut voir un chou bien rond d’à peine 45 cm de hauteur s’élancer vers le ciel, formant un «arbre» ramifié de parfois 2 m de hauteur aux fleurs jaune pâle ou blanches. La betterave n’est pas beaucoup plus modeste avec sa floraison verte sur une tige ramifiée rouge : on dirait une autre plante complètement!

20180504B www.nmessences.com.jpg

Fleurs de betterave. Source: www.nmessences.com

Les producteurs de semences comptent sur cette floraison de la deuxième année pour récolter et ensacher les semences… et vous pouvez le faire aussi, du moins dans les régions où l’hiver n’est pas trop sévère. C’est que plusieurs de ces légumes ne survivent pas jusqu’au printemps quand le sol gèle en profondeur et qu’il faut alors les pailler abondamment à l’automne si on veut les voir survivre. Ou encore, les arracher et les hiverner dans une chambre froide pour une replantation au printemps suivant afin de permettre la floraison.

Quand une bisannuelle fleurit la première année

Il arrive aussi parfois que ces légumes bisannuels fleurissent la première année, habituellement à la suite d’un choc quelconque : coup de froid ou de chaleur, sécheresse profonde, etc. On dit qu’ils «montent en graine» et cela est généralement considéré comme indésirable, car, dès que la floraison est initiée, la qualité gustative de la plante est souvent perdue et plusieurs deviennent même carrément indigestes.

20180504C harvesttotable.com.jpg

Le brocoli est un chou qui essaie de fleurir la première année… mais dont nous coupons la tige florale avant qu’il n’y parvienne. Source: harvesttotable.com

Nos ancêtres ont toutefois développé des lignées de certains légumes bisannuels qui fleurissent la première année afin de profiter d’un aspect de leur croissance. Le brocoli et le chou-fleur, par exemple, sont dérivés de choux bisannuels qu’on a sélectionnés pour leur tendance à fleurir la première année. Par contre, il faut récolter leurs tiges florales quand elles sont très courtes et que les fleurs sont encore immatures, bien avant la vraie montée en graine, et donc pendant que les tiges florales ont encore bon goût.

L’artichaut sauvage aussi est une plante normalement bisannuelle, mais poussée par la sélection à fleurir extra tôt afin de donner une récolte la première année. Là, ce sont les bractées du bourgeon floral que l’on consomme.

Légumes bisannuels

Voici une liste de «légumes annuels» qui sont en fait des plantes bisannuelles ou même, dans certains cas, des vivaces de courte vie.

  1. Bette à carde (blette, poirée)
  2. Betterave
  3. Cardon
  4. Carotte
  5. Céleri
  6. Céleri-rave
  7. Chicorée
  8. Chou
  9. Chou cavalier
  10. Chou chinois
  11. Chou de Bruxelles
  12. Chou-rave
  13. Endive
  14. Kale ou chou frisé
  15. Navet
  16. Oignon
  17. Panais
  18. Persil
  19. Poireau
  20. Radis d’hiver (daïkon)
  21. Rutabaga
  22. Salsifis
  23. Scorsonère

Et rappelez-vous que, qu’elle survienne par accident ou exprès, la floraison d’un légume bisannuel est une bonne source de semences gratuites!

 

La taille des arbustes n’est (presque) jamais obligatoire

Par défaut
20180503A addandsomuchmore.com.jpg

Attention! La taille des arbustes est généralement optionnelle, pas obligatoire! Source: addandsomuchmore.com

Curieusement, quand quelqu’un achète un arbuste, sa première question est souvent «quand dois-je le tailler?» Pourtant, ce n’est pas du tout la bonne question à poser. La bonne question est «dois-je le tailler?». Et si l’on vous dit oui et que vous êtes un jardinier paresseux, choisissez autre chose!

En effet, sachez que seulement un petit nombre d’arbustes — surtout des rosiers buissons — ont réellement besoin d’une taille annuelle. La plupart des autres peuvent très bien s’en passer. Quant à l’idée que tailler un arbuste stimule davantage de floraison, cette information est généralement fausse, tout simplement! D’ailleurs, les arbustes les plus spectaculaires sont généralement ceux qui n’ont pas été taillés du tout, ou seulement très rarement juste pour enlever des branches mortes ou brisées ainsi que les drageons.

20180503B www.anglevert-services.com.jpg

On peut rajeunir un arbuste en le rabattant près du sol… mais cela ne se fait qu’une fois aux dix ans environ. Source: www.anglevert-services.com

Ou pour les rajeunir, car on peut rabattre presque tout arbuste non-conifère à 15 cm de hauteur s’il commence à avoir l’air fatigué et il repoussera alors rapidement. Heureusement, vous n’avez pas à faire une telle taille plus d’une fois par décennie.

Donc, si vous voulez paresser dans votre jardin, plantez des arbustes: peu de végétaux nécessitent aussi peu de soins! Mais n’écoutez pas les jardiniers forcenés qui maintiennent qu’il faut les tailler encore et encore!20180503A addandsomuchmore.com

La tomate la plus bizarre!

Par défaut
20180502A www.poetschke.de.jpg

Le curieux fruit de la tomate (Solanum lycopersicum) ‘Reisetomate’. Source: www.poetschke.de

Avez-vous déjà vu ou cultivé une ‘Reisetomate’ ou tomate de voyage? C’est une tomate aux fruits curieusement bosselés, comme une grappe de tomates cerises collées ensemble à la base. Elle résulte d’une condition appelée fasciation, où un point de croissance (méristème) commence à proliférer anormalement. Par conséquent, ce n’est pas un groupe de tomates cerises amalgamées qu’on voit, comme certains le pensent, mais plutôt un seul fruit muté.

20180502B @margaret othtenorth, Twitter. jpg.jpeg

Les fleurs curieuses de ‘Reisetomate’ sont généralement aussi fasciées que le fruit. Source: @margaretofthenorth, Twitter.

Quand vous cultivez une ‘Reisetomate’, vous voyez que ses tiges, d’abord simples et tubulaires comme chez la plupart des tomates, deviennent souvent plates et rubanées (fasciées) et que même les fleurs sont souvent fasciées: extralarges et étrangement fendues et déformées. Le fruit continue tout simplement cette tendance, se divisant encore et encore comme une sorte de tumeur végétale. Bien sûr, la «tumeur» n’est pas cancéreuse ni cancérigène et, comme chez toutes les tomates, le fruit contient beaucoup d’antioxydants qui aident à prévenir cette maladie.

Tous les fruits d’une plante de ‘Reisetomate’ ne seront pas également fasciés. Certains seront simplement lobés, presque en forme de citrouille. Par contre, lorsque plusieurs tomates fasciées arrivent à maturité dans la même grappe sur la même plante, le résultat peut être… eh bien, presque horrifiant!

Origines

La ‘Reisetomate’ est une variété patrimoniale allemande ou autrichienne. Certaines sources affirment qu’elle vient du Guatemala, mais je n’en trouve aucune preuve. En voyage dans ce pays, j’ai montré des photos de ‘Reisetomate’ dans différents marchés publics où les producteurs de tomate sont nombreux et personne n’avait jamais vu une telle tomate. Encore un mythe horticole, sans doute!

Bien sûr, le nom est allemand et signifie «tomate de voyage», ce qui suggère qu’il pourrait s’agir tout simplement d’une mutation originaire d’Europe à partir d’une tomate normale.

20180502C @margaret othtenorth, Twitter..jpg

Plusieurs grappes de ‘Reisetomate’ sur une même plante. Source: @margaretofthenorth, Twitter.

Le nom de tomate de voyage vient de l’idée que vous pouvez transporter cette tomate lors de vos déplacements et tout simplement casser et manger un lobe quand vous avez faim et que cela ne nuira pas à la conservation du fruit. Même, certains catalogues de semences de tomate la vendent sous le nom ‘Voyage’ ou ‘tomate de voyage’ (‘Traveller’s Tomato’ en anglais), ce qui n’est pas surprenant puisque les tomates patrimoniales très anciennes comme celle-ci ont tendance à ramasser plusieurs noms au fil du temps.

Tous les lobes d’un fruit ne mûrissent pas nécessairement au même moment et vous pouvez donc avoir des lobes verts et des lobes rouges sur le même fruit.

En ce qui concerne le goût, eh bien, c’est une tomate nettement acide, au goût presque citronné: pas du tout votre tomate sucrée typique. On la consomme généralement fraîche ou en salade.

Sa culture

‘Reisetomate’ n’offrira aucun défi aux jardiniers : c’est un cultivar robuste et facile à cultiver. Il suffit de la traiter comme n’importe quelle autre tomate, lui offrant le plein soleil, une bonne chaleur, un sol riche et des arrosages au besoin. N’oubliez pas de pratiquer une rotation des cultures, puisque, comme la plupart des tomates patrimoniales, elle n’est que modérément résistante aux maladies de la tomate du 21esiècle.

20180502D www.poetschke.de..jpg

Encore plusieurs grappes de ‘Reisetomate’ sur une même plante, mais mûres cette fois-ci. Source: http://www.poetschke.de

C’est une tomate indéterminée (qui grandit en hauteur tout l’été), mais quand même de taille plutôt restreinte pour une tomate de cette catégorie, car elle dépasse rarement 1,5 m au cours de l’été. La plante est plutôt lourde et aura donc besoin d’une cage de tomate robuste ou d’un tuteurage solide. Dans les climats doux, elle est cultivée comme tomate vivace et repousse année après année, produisant des fruits sans arrêt lorsque les conditions le permettent.

C’est une tomate de 70 à 75 jours, c’est-à-dire qu’elle commence à donner des fruits à récolter environ 70 à 75 jours après le repiquage. Les tomates sont de taille moyenne : environ 85-170 g.

Comme d’autres tomates patrimoniales, ‘Reisetomate’ s’autopollinise et est généralement fidèle au type. Si vous tenez à maintenir la pureté de la lignée, toutefois, il serait sage de l’isoler des autres tomates pour éviter tout risque de croisement. Les graines ne sont pas plus difficiles à récolter ou à semer que celles de toute autre tomate.

Une ‘Reisetomate’ améliorée?

20180502E Godzila store.tomatofest.com.jpg

Tomate ‘Godzilla’: comme une ‘Reisetomate’, mais au goût améliorée. Source: store.tomatofest.com

Si le goût acide de la ‘Reisetomate’ vous répugne, peut-être que ‘Godzilla’ sera davantage dans votre palette de goûts? C’est une ‘Reisetomate’ améliorée, avec un goût de tomate classique. Aussi, tous les lobes mûrissent en même temps. Enfin, ‘Godzilla’ aussi est fidèle au type à partir de semences.

Aussi, une compagnie américaine, Tom8oes, travaille acutellement à développer de nouvelles tomates fasciées comme ‘Reisetomate’ dans différents goûts, couleurs et textures et prétend qu’elles seront bientôt offertes au public. Donc, à suivre!

Où la trouver?

Vous trouverez facilement des semences de ‘Reisetomate’ dans les catalogues de légumes patrimoniaux et dans ceux des spécialistes en tomate, à la fois en ligne et imprimés : elles sont loin d’être rares. Fouillez un peu sur Internet: vous les trouverez partout! Par contre, on repère rarement des plants en jardinerie, à moins de visiter une pépinière spécialisée en légumes patrimoniaux.

Quant à ‘Godzilla’, par contre, sa distribution est très, très limitée: je ne connais qu’une seule source de semences: TomatoFest.

Si vous aimez impressionner vos voisins avec des légumes étranges, ‘Reisetomate’ est le choix tout désigné, mais si la forme bizarre du fruit vous fait frissonner d’horreur, cultivez tout simplement une autre variété!20180502A www.poetschke.de

Plus de 100 fleurs qui attirent les colibris

Par défaut

Colibri à gorge rubis femelle visitant des fleurs de jacobinia légèrement dressées (Dicliptera suberecta). Source: giphy.com

L’un des plus désirables oiseaux des Amériques est aussi le plus petit: le minuscule, mais très actif colibri ou oiseau-mouche. Il en existe plus de 300 espèces, la plupart trouvées en Amérique du Sud et centrale*, mais quelques espèces s’aventurent jusqu’au Canada et en Alaska l’été, notamment, dans l’est de l’Amérique du Nord, le colibri à gorge rubis (Archilochus colubris) et, dans l’ouest, le colibri roux (Selasphorus rufus). Quelle joie que de recevoir la visite de ces petits hélicoptères bourdonnants à deux ailes!

*Je vais certainement décevoir mes lecteurs européens, mais il n’y a pas de colibris en Europe.
20180430B Rick from Alabama : Flickr.jpg

Colibri à gorge rubis mâle sur des fleurs de pentas. Source: Rick from Alabama, Flickr

Les colibris sont les seuls oiseaux américains à se nourrir presque exclusivement de nectar floral et d’insectes trouvés dans les fleurs. Donc, plus vous avez de fleurs sur votre terrain, plus vous aurez de chances d’y voir des colibris. Ils préfèrent des fleurs qui sont riches en nectar. Ces fleurs sont souvent tubulaires ou portent un long éperon et, avec leur bec élancé, les colibris sont souvent les seuls animaux qui peuvent s’y abreuver, ce qui leur garantit que le nectar n’aura pas déjà été pillé par un insecte quelconque!

20180430D Aqulegia canadensis sunlightgardens.com.jpeg

La fleur de l’ancolie du Canada (Aquilegia canadensis) est munie de longs éperons, une adaptation à la pollinisation par les colibris. Source: sunlightgardens.com

Notez que les colibris visitent des fleurs de toute couleur, pas seulement les rouges, malgré la croyance populaire qui affirme le contraire. Par contre, ils sont indifférents aux parfums dégagés par les fleurs. Habituellement, les fleurs très odoriférantes sont pollinisées par les insectes.

Remarquez aussi que, très souvent, les nectaires des fleurs doubles sont cachés sous un amas de pétales et sont donc inaccessibles aux colibris. Si vous cherchez à attirer ces pollinisateurs à plumes, il vaut mieux vous limiter aux fleurs simples.

À vous de choisir

Voici une liste de plus de 140 plantes que les colibris adorent visiter:

  1. Abélia (Abelia spp.) zones 5 à 8, selon l’espèce
  2. Abutilon (Abutilon spp.) annuelle
  3. Agapanthe (Agapanthus spp.) plante d’intérieur ou zone 7
  4. Agastache (Agastache spp.) zones 3 à 8, selon l’espèce
  5. Agave (Agave spp.) plante d’intérieur ou zones 7 à 11, selon l’espèce
  6. Agérate (Ageratum houstonianum) annuelle
  7. Aloès (Aloe spp.) plante d’intérieur ou zone 9
  8. Alstromère (Alstroemeria spp.) plante d’intérieur ou zones 6 à 10, selon l’espèce
  9. Ancolie (Aquilegia spp.) zone 3
  10. Anisacanthe (Anisacanthus spp.) zone 8
  11. Arbre à soie (Albizia julibrissin) zone 7
  12. Arbre aux papillons (Buddleia davidii) zone 6b
  13. Arbre aux pois (Caragana spp.) zone 3
  14. Arbre corail (Erythrina spp.) zones 7 à 10, selon l’espèce
  15. Asclépiade (Asclepias spp.) annuelle ou zones 3 à 10, selon l’espèce
  16. Aubépine (Crataegus spp.) zone 3
  17. Azalée (Rhododendron spp.) zones 2 à 10, selon l’espèce
  18. Baptisia (Baptisiaspp.) zone 3

    20180430C Begonia boliviensis Starshine Red, www.jparkers.co.uk.jpg

    Begonia boliviensis ‘Starshine Red’. Source: http://www.jparkers.co.uk

  19. Bégonia (Begonia spp., notamment B. boliviensis) annuelle ou bulbe tendre
  20. Belle-du-jour (Convoluvulus tricolor) annuelle
  21. Bergenia (Bergenia spp.) zone 3
  22. Beschornéria (Beschorneria spp.) zone 9
  23. Bétoine écarlate (Stachys coccinea) zone 7
  24. Bois bouton (Cephalanthus occidentalis) zone 4
  25. Bomarea (Bomarea spp.) plante d’intérieur ou zone 8
  26. Bouvardia (Bouvardia spp.) plante d’intérieur ou zone 8
  27. Buisson au colibri (Hamelia patens) plante d’intérieur ou zone 9
  28. Cactus (Echinocereus spp., Opuntia spp. etc.) zones 3 à 10, selon l’espèce
  29. Calament (Calamintha spp. et Clinopodium nepeta) zones 3 à 8, selon l’espèce
  30. Calibrachoa (Calibrachoa spp.) annuelle
  31. Campanule (Campanula spp.) zones 3 à 7, selon l’espèce
  32. Canna (Canna spp.) zone 8
  33. Capucine (Tropaeolum spp.) annuelle
  34. Caragana (Caragana spp.) zone 3
  35. Caryoptère (Caryopteris spp.) zones 5 à 8, selon l’espèce
  36. Céphalanthe occidental (Cephalanthus occidentalis) zone 4
  37. Cestrau (Cestrum spp.) zone 8
  38. Chèvrefeuille arbustif (Lonicera spp.) zone 2
  39. Chévrefeuille du Cap (Tecoma capensis) zone 10

    20180430E LonicerabrowniiDropmoreScarlet www.perryhillnurseries.co.uk

    Chévrefeuille grimpant (Lonicera x brownii ‘Dropmore Scarlet’). Source: http://www.perryhillnurseries.co.uk

  40. Chèvrefeuille grimpant (Lonicera spp.) zone 3 à 6, selon l’espèce
  41. Chilopsis (Chilopsis linearis) zone 8
  42. Clématite (Clematis spp.) zones 2 à 9, selon l’espèce
  43. Cléome (Cleome hasslerana) annuelle
  44. Cœur-saignant (Dicentra spp.) zone 3
  45. Crocosmia (Crocosmia spp.) zone 6
  46. Cuphéa (Cuphea spp.) annuelle
  47. Dahlia (Dahlia spp.) zone 8 ou bulbe tendre
  48. Delphinium (Delphinium spp.) annuelle ou zone 3
  49. Diervillée (Diervilla spp.) zone 3
  50. Digitale (Digitalis spp.) zone 4
  51. Échinacée (Echinacea spp.) zone 3 ou 4
  52. Épilobe à feuilles étroites (Chamaenerion angustifolium, syn. Epilobium angustifolium) zone 1
  53. Érable de maison (Abutilon spp.) annuelle
  54. Érythrine (Erythrina spp.) zones 7 à 10, selon l’espèce
  55. Faux agave (Manfreda spp. et x Mangave cvs) plante d’intérieur ou zone 8
  56. Faux indigotier (Baptisia spp.) zone 3
  57. Fleur cigarette (Cuphea ignea) annuelle

    20180430F Fuchsia magellanica, Jano Vega, www.flickr.com.jpg

    Fuchsia magellanica. Source: Jano Vega, http://www.flickr.com

  58. Fuchsia (Fuchsia spp.) annuelle
  59. Fuchsia de Californie (Epilobium canum, syn. Zauschneria californica) zone 4
  60. Gadelier (Ribes spp.) zone 4b
  61. Galane (Chelone spp.) zone 3
  62. Gentiane (Gentianaspp.) zones 2 à 6, selon l’espèce
  63. Géranium annuel (Pelargonium spp.) annuelle
  64. Germandrée (Teucrium spp.) zones 4 à 7, selon l’espèce
  65. Gingembre (Alpinia spp., Costus spp., Hedychium spp., Zingiber spp.) zone 10
  66. Glaïeul (Gladiolus spp.) bulbe tendre
  67. Gloire du matin (Ipomoea spp.) grimpante annuelle
  68. Gloxinia forestier (Gloxinia sylvatica, syn. Seemannia sylvatica et autres) zone 8
  69. Grévillier (Grevillea spp.) plante d’intérieur ou zones 8 à 11, selon l’espèce
  70. Groseillier (Ribes spp.) zone 4b
  71. Gueule de loup (Antirrhinum majus) annuelle
  72. Haricot d’Espagne (Phaseolus coccineus) grimpante annuelle et légume
  73. Hémérocalle (Hemerocallis spp.) zone 3
  74. Heuchère (Heuchera spp.) zone 3
  75. Hibiscus (Hibiscus spp.) zones 5 à 11, selon l’espèce
  76. Hibiscus dormant (Malvaviscus spp.) plante d’intérieur ou zone 9
  77. Hosta (Hosta spp.) zone 3
  78. Impatiens des jardins (Impatiens wallerana) annuelle

    20180430G Impatiens du Cap Tony Alter, WC.jpg

    L’impatiens du Cap (Impatiens capensis) est une annuelle indigène d’Amérique du Nord qui nourrit les colibris. Source: Tony Alter, Wikimedia Commons

  79. Impatiens du Cap (Impatiens capensis) annuelle
  80. Ipomée (Ipomoea spp.) grimpante annuelle
  81. Iris (Iris spp.) zones 2 à 9, selon l’espèce
  82. Jacobinia (Justicia spp.) plante d’intérieur ou zone 10
  83. Jacobinia légèrement dressé (Dicliptera suberecta) plante d’intérieur ou zone 10
  84. Jasmin trompette (Campsis radicans) zone 6
  85. Justicia rouge (Odontonema strictum) annuelle ou zone 10
  86. Kolkwitizia (Kolkwitzia amabilis) zone 4
  87. Lantana (Lantana camara), annuelle ou zone 8
  88. Liatride (Liatris spp.) zone 3
  89. Lis (Lilium spp.) zones 3 à 7, selon l’espèce
  90. Lis des Incas, lis du Pérou (Alstroemeria spp.) plante d’intérieur ou zones 6 à 10, selon l’espèce
  91. Lis queue de renard (Eremurus spp.) zone 4
  92. Lobélie cardinale (Lobelia cardinalis) zone 2
  93. Lupin (Lupinus spp.) zone 3
  94. Lupin indigo (Baptisia spp.) zone 3
  95. Mandevilla (Mandevilla spp.) annuelle
  96. Manéttie (Manettia spp.) plante d’intérieur ou zone 8
  97. Marronnier d’Inde (Aesculus spp.) zones 4b à 8, selon l’espèce

    20180430H Mirabilis_jalapa, Juni WC.jpg

    Merveille du Pérou (Mirabilis jalapa). Source: Juni, Wikimedia Commons

  98. Merveille du Pérou (Mirabilis jalapa) annuelle ou zone 9
  99. Mimule (Mimulus spp.) annuelle
  100. Monarde (Monarda spp.) zone 3
  101. Muflier (Antirrhinum majus) annuelle
  102. Népéta (Nepeta spp.) zone 3
  103. Nicotiana (Nicotiana spp.) annuelle
  104. Œillet (Dianthus spp.) annuelle ou zone 3 à 9, selon l’espèce
  105. Oenothère (Oenothera spp.) zones 2 à 7, selon l’espèce
  106. Olivier de Bohême (Elaeagnus angustifolia) zone 2b
  107. Onagre (Oenothera spp.) zones 2 à 7, selon l’espèce
  108. Passerose (Alcearosea) zone 3
  109. Pélagonium (Pelargonium spp.) annuelle
  110. Penstémon (Penstemon spp.) annuelle ou zones 2 à 8, selon l’espèce
  111. Pentas (Pentas lanceolata) annuelle
  112. Petit flamboyant (Caesalpinia spp.) plante d’intérieur ou zone 9
  113. Pétunia aux étamines exertées (Petunia exerta) annuelle
  114. Phlox (Phlox spp.) annuelle ou zone 3
  115. Physostégie (Physostegia virginiana) zone 2
  116. Pied d’alouette (Delphinium spp.) zone 3

    20180430I Justicia brandegeeana, Rror, WC.jpg

    Plante crevette (Justicia brandegeeana). Source: Rror, Wikimedia Commons

  117. Plante crevette (Justicia brandegeeana, syn. Beloperone guttata) plante d’intérieur ou zone 10
  118. Pommiers et pommetiers (Malus spp.) zone 3
  119. Quamoclit (Ipomoea quamoclit), plante grimpante annuelle
  120. Quatre-heure (Mirabilis jalapa) annuelle ou zone 9
  121. Queue de lion (Leonitis spp.) annuelle
  122. Rhododendron (Rhododendron spp.) zones 2 à 10, selon l’espèce
  123. Rince bouteille (Callistemon spp.) plante d’intérieur ou zone 9
  124. Robinier (Robinia spp.) zones 4 à 8, selon l’espèce
  125. Romarin (Rosmarinus officinalis) annuelle ou zone 7
  126. Rose trémière (Alcea rosea) zone 3
  127. Rudbeckie pourpre (Echinacea spp.) zone 3 ou 4
  128. Saponaire (Saponaria spp.) zone 3
  129. Sauge (Salvia spp.) annuelle ou zone 4
  130. Scabieuse (Scabiosa spp.) annuelle ou zone 4
  131. Scrophulaire rouge (Scrophularia macrantha) zone 4

    20180430H Silen Regia Royal Catchfly www.tapatalk.com.jpg

    Colibri pollinisant une fleur de silène royal (Silene regia). Source: www.tapatalk.com

  132. Silène (Silene spp.) annuelle ou zones 3 à 8, selon l’espèce
  133. Silphium (Silphium spp.) zone 3
  134. Spigélie du Maryland (Spigelia marilandica) zone 4
  135. Tabac d’ornement (Nicotiana spp.) annuelle
  136. Torénia (Torenia fournieri et autres) annuelle
  137. Tritome (Kniphofia spp.) zone 6
  138. Tubéreuse (Polianthes tuberosa) bulbe tendre
  139. Tubéreuse bleue (Agapanthus spp.) plante d’intérieur ou zone 7
  140. Verge d’or (Solidago spp.) zone 3
  141. Vernonie (Vernonia spp.) zones 4 à 6, selon l’espèce
  142. Véronique (Veronica spp.) zones 2 à 7, selon l’espèce
  143. Vervaine (Verbena spp.) annuelle
  144. Weigela (Weigela spp.) zones 3 à 5, selon l’espèce
  145. Yucca (Yucca spp.) plante d’intérieur ou zones 3 à 10, selon l’espèce
  146. Yucca rouge (Hesperaloe spp.) zone 7
  147. Zinnia (Zinnia spp.) annuelle20180430B Rick from Alabama : Flickr