Un outil pour jardiner sans moustiques

Par défaut

20170720ACet été s’est montré très pluvieux dans mon secteur et pluie signifie une présence accrue de moustiques, assez pour déranger quand je jardine.

Si je planifie une longue session de jardinage, je n’hésite pas à appliquer un répulsif antimoustique de type DEET avant de sortir, mais souvent je ne prévois d’être au jardin que quelques minutes. Dans ce cas, le dérangement de devoir appliquer le produit, sans parler de l’odeur désagréable et la sensation collante qu’il laisse sur la peau, fait en sorte que je n’ai presque plus envie de sortir. C’est pourquoi je trouve le dispositif chasse-moustiques Off! clip-on (je n’ai pas vu d’autres marques de commerce comparables) si utile.

Il s’agit d’un dispositif plastique muni d’un ventilateur silencieux (piles incluses) qui émet un répulsif chimique appelé métofluthrine, un pyréthroïde. Vous l’accrochez à votre ceinture ou votre poche et l’allumez lorsqu’il y a des moustiques dans les environs. Ou des mouches noires, apparemment (il n’y en a pas dans mon voisinage). Il ne faut qu’une seconde pour l’installer.

La métofluthrine est considérée comme sécuritaire pour les humains, même les enfants, quand on l’utilise de façon appropriée, mais qui sait vraiment? Le DEET, le produit que j’aurais utilisé à sa place, est aussi fortement critiqué par certaines personnes à cause de sa dangerosité potentielle, mais quand il est question de choisir entre rester enfermé dans la maison à cause des moustiques ou de passer un bel été en plein air, personnellement, c’est un risque que je suis prêt à prendre!

Un outil de jardinage

20170720B

On devrait vendre ce dispositif dans le rayon des outils de jardinage!

Je trouve que ce petit dispositif à accrocher fait un excellent outil de jardinage. Mon expérience est qu’il ne fonctionne pas bien si vous marchez en forêt (je suppose que le mouvement dilue la vapeur), mais quand je jardine (arroser, désherber, planter, etc.), je me déplace peu ou très lentement et alors les moustiques restent à distance. Je l’éteins quand je suis au soleil (car il y a alors rarement des moustiques) et l’ouvre quand je jardine à l’ombre et lorsque le ciel s’ennuage, ce qui les fait sortir.

J’ai discuté avec d’autres jardiniers qui l’ont essayé et la plupart l’ont jugé efficace. Apparemment, il n’opère pas du tout contre les hordes de moustiques, comme on voit au camp de pêche (le bon vieux DEET serait la solution dans une telle situation), mais quand le nombre de moustiques est modéré, il semble fonctionner comme un charme.

Chaque dispositif est censé durer 12 heures et je ne suis pas encore au bout des ressources du mien, après environ deux mois de jardinage, car je ne l’utilise que quelques minutes çà et là. Quand il s’épuise, on peut acheter une recharge pour environ 6 $. L’appareil lui-même, offert en pharmacie et en quincaillerie, coûte environ 12 $ au Canada. Je ne sais pas si ce produit — ou un produit semblable — est offert en Europe.

Je tiens à souligner que S.C. Johnson, le fabricant du produit, ne m’a pas payé pour écrire ce témoignage … mais si S.C. Johnson lit ce blogue et veut absolument me récompenser avec un énorme chèque ou un approvisionnement à vie d’Off! clip-on, je serais ravi d’accepter!20170720A

Publicités

Comment contrôler le plantain dans la pelouse

Par défaut
20170719F Sheldon Navie, Queensland Government .jpg

Plantain commun (Plantago major) Photo: Sheldon Navie, Queensland Government

Le plantain commun (Plantago major), aussi appelé grand plantain, gros plantain, plantain majeur ou plantain des oiseaux, est une mauvaise herbe vivace très commune dans les pelouses. Il s’installe généralement dans un emplacement au sol compacté et au feuillage épars (un gazon scalpé, par exemple), puis grâce à ses larges feuilles coriaces qui forment une rosette de 15 à même 30 cm de diamètre, se taille une place permanente en coupant le soleil aux graminées environnantes, les étouffant. Il s’installe aussi dans les fissures des pavés, des rues et des trottoirs. Bien qu’originaire d’Eurasie, il est maintenant amplement disséminé partout dans le monde.

20170719B sannse, W_C.jpg

Plantain à feuilles étroites (Plantago lanceolata). Photo: sannse, Wikimedia Commons

Son cousin, le plantain à feuilles étroites, P. lanceolata, lui aussi originaire de l’Eurasie, est aussi une mauvaise herbe commune dans plusieurs régions, mais est moins porté à envahir les pelouses.

Le plantain commun est arrivé très rapidement en Amérique du Nord, dès le début sa colonisation par les Européens, et d’ailleurs les Amérindiens l’appelaient, pour cette raison, «pied de l’homme blanc», car il paraissait partout où les colons s’établissaient.

Comment le contrôler

20170719C GFDL, WC.jpg

Le plantain s’installe là où d’autres végétaux ont de la difficulté à pousser. Photo: GFDL, Wikimedia Commons

Personnellement, je n’essaie même pas de contrôler le plantain dans le gazon. De mon point de vue, un gazon est une surface tondue relativement courte où l’on peut marcher et toute plante qui n’est pas piquante est bien acceptable, pas seulement les graminées. Mais je comprends que, pour certaines personnes, une pelouse surtout composée de graminées est désirable. Donc, pour ces derniers…

La bonne nouvelle est que, contrairement à bien des mauvaises herbes des pelouses, le plantain ne drageonne pas. Donc, il ne s’étendra pas un peu partout par rhizomes, mais restera plutôt à sa place. Il compte sur sa production de semences pour se déplacer. Alors, si vous tondez régulièrement, vous faucherez ses tiges florales et il ne pourra pas s’étendre… à moins qu’il y ait des plantains avoisinant la pelouse ou que les oiseaux apportent des graines d’ailleurs.

Aussi, si le sol de votre gazon est bien entretenu et riche, meuble et bien drainé comme il se doit, les graminées et trèfles pousseront densément et le plantain, qui a besoin d’un espace dénudé pour s’installer, n’aura aucune chance.

Si votre pelouse est réellement truffée de plantains, donc, vous n’avez pas un problème de plantain, vous avez un problème de sol! Une analyse de sol s’impose alors pour comprendre pourquoi le gazon pousse si mal. Il peut être trop acide, par exemple. (Le plantain tolère mieux les sols très acides que les graminées, mais est en fait assez ubiquiste, poussant aisément à la fois dans les sols acides et alcalins.) Mais surtout, si le plantain est abondant, il est presque certain que le sol est trop compacté et argileux.

20170719D hyanniscountrygarden.com.jpg

Terreauter avec du compost améliorera la qualité du sol et permettre aux graminées de prendre le dessus. Photo: hyanniscountrygarden.com

Il serait sage de commencer à terreauter le gazon avec du compost pour améliorer la qualité du sol. D’accord, aérer le sol peut aider temporairement, mais si vous ne suivez pas cette aération d’un terreautage, le problème recommencera rapidement. Le terreautage peut se faire à l’automne ou au printemps.

Par contre, si le sol de votre gazon est dur comme du béton et vous voulez réellement améliorer sa qualité, la seule solution logique est de recouvrir le sol d’une couche de 15 cm de terre à gazon et de ressemer une nouvelle pelouse, de préférence à l’automne.

L’arrachage peut suffire

20170719A Peter O'Connor, Flickr

Le plantain est plus facile à arracher après une  pluie. Photo: Peter O’Connor, Flickr

Quand il n’y a que quelques plants de plantain, la solution la plus facile est de les arracher, tout simplement. Attendez qu’une pluie ou un arrosage ait ameubli le sol, puis installez-vous avec un arrache-pissenlit (ou un tournevis à tête plate) et, l’utilisant comme levier, pesez sur la base de la plante et tirez sur elle en même temps. Ses racines sont tenaces, mais vous devriez être capable d’arracher la base de la plante et si oui, vous avez gagné. Contrairement aux pissenlits, le plantain ne repoussera pas des racines laissées dans le sol.

Pour compléter le processus, appliquez un peu de compost aux trous laissés par l’arrachage du plantain et semez-y un mélange de gazon et de trèfle… sinon, le plantain ou d’autres mauvaises herbes vont y germer. Pourquoi leur en laisser l’occasion?

Tondez haut pour un gazon en santé

Pour empêcher le plantain de revenir, tondez le gazon haut (hauteur de tonte: 8 cm) plutôt que de le scalper. Un gazon haut ombrage le sol, au grand déplaisir les semis de plantain… et de ceux de la plupart des autres mauvaises herbes.

Laisser les rognures de gazon sur place aussi découragera la germination du plantain.

Et les herbicides?

Le plantain est relativement résistant aux herbicides de gazon, qu’ils soient de synthèse (chimiques) ou biologiques. C’est certain qu’un herbicide total (un qui tue toute végétation verte), comme l’acide citrique (biologique) ou le glyphosate (de synthèse), tuera aussi le plantain, mais également votre gazon. Il est possible d’appliquer un tel herbicide de façon localisée, mais même là, habituellement les graminées avoisinantes sont tuées ou affaiblies et il faut donc le faire avec la plus grande précaution.

L’utiliser plutôt que de le détruire

Évidemment, tout herboriste vous dira que le plantain n’est pas une mauvaise herbe, mais une plante bien utile.

20170719G Frank Vincentz, ru.Wikipedia.org .jpg

On peut utiliser les feuilles de plantain pour plusieurs traitements médicinales. Photo: ru.Wikipedia.org

Les jeunes feuilles sont comestibles, notamment riches en minéraux et en vitamines, et ses utilisations médicinales sont nombreuses. Il est réputé adoucissant, analgésique, anti-inflammatoire, antitussif, dépuratif, diurétique, expectorant, sédatif et beaucoup plus encore. On utilisait traditionnellement des feuilles de plantain en cataplasme pour arrêter le saignement et aider à la cicatrisation. Je ne prétends nullement avoir des connaissances dans ce domaine, mais vous trouverez plusieurs produits à base de plantain sur le marché.

Un petit traitement maison très simple et quand même efficace: quand vous souffrirez de piqûres d’insectes ou d’irritations causées par l’ortie, écrasez une feuille de plantain et frottez-la sur la blessure pour sentir un soulagement presque instantané.

20170719H Plantago major Rubrifolia, HC

Plantago major ‘Rubrifolia’: un plantain ornemental. Photo: jardinierparesseux.com

Il existe aussi des variétés ornementales de plantain commun à feuillage rouge, panaché ou ondulé ou aux fleurs curieusement modifiées qu’on peut cultiver en plate-bande, mais on ne les trouve que chez les spécialistes des vivaces de collection, pas dans les jardineries ordinaires.


Le plantain: peut-être un ennemi des gazons, mais assurément pas un ennemi tout court!20170719F Sheldon Navie, Queensland Government

Ne touchez pas à vos légumes quand les feuilles sont mouillées

Par défaut
20170718A Valentin Riess, Pexel.jpeg

Pas touche quand les feuilles sont mouillées. Photo: Valentin Riess, Pexel

Immédiatement après une pluie, ou tôt le matin quand les feuilles sont couvertes de rosée, mieux vaut s’abstenir de travailler dans le potager… ou sur les plantes en général.

C’est que les maladies fongiques et bactériennes — blanc, mildiou, rouille, etc. — se multiplient quand le feuillage est humide et si vous frôler la plante avec votre main, un outil de jardinage ou juste la jambe de votre pantalon, il y a risque de les transmettre d’une plante malade à une plante jusqu’alors saine.

Ainsi, si possible, attendez que le feuillage soit complètement sec avant de travailler dans le jardin.

Vous savez que vous êtes accro du jardinage quand…

Par défaut
20170717G Noah Mandel, Flickr.jpg

Parfois les jardiniers peuvent être un peu excessifs! Photo: Noah Mandel, Flickr

  1. Vous avez un désir fou d’arracher les mauvaises herbes dans les jardins des autres.
  2. Vous êtes ravi quand il pleut et considérez jour après jour de beau temps comme une calamité.
  3. Vos ongles sont sales tout l’été.
  4. Vous arrivez tôt pour être le premier dans la file lorsque le jardin botanique tient sa vente annuelle de plantes rares.
  5. Vous planifiez vos vacances autour de visites de jardin.
  6. Après une dure journée de travail, vous visitez votre jardin en arrivant à la maison avant de dire bonjour à votre conjoint.
  7. Les gens vous reconnaissent comme la personne qu’ils ont vue errer dans un jardin le matin, en pyjamas avec une tasse de café à la main.
  8. Il y a toujours des végétaux en pot pas encore mis en terre dans votre entrée.
  9. Vous avez plus de paires de gants de jardinage que de chaussettes.
  10. Vous insistez toujours pour que vos invités partent avec en main une bouture ou une division d’une de vos plantes préférées.

    20170717C Clipart Panda.png

    Votre linge est toujours le plus sale.

  11. Dans la salle de lavage, vos vêtements sont toujours plus sales que ceux de vos enfants.
  12. Vous volez les sacs de feuilles mortes que vos voisins mettent à la rue pour faire du compost et du paillis.
  13. Vous entendez quelqu’un parler de «la jardinière folle» et vous vous rendez compte qu’il parle de vous.
  14. Vous persistez à expliquer à votre conjoint que la terre n’est pas sale… et vous le croyez réellement.
  15. Chacun de vos projets de rénovation domiciliaire comprend davantage d’espace pour les plantes.
  16. Vous arrachez les mauvaises herbes quand vous vous sentez frustré ou anxieux… et quand vous avez terminé, vous êtes devenu totalement zen.
  17. Vous fouillez dans les vidanges des autres à la recherche de plantes qu’ils ont jetées.
  18. Supprimer les mauvaises herbes est votre principale forme d’exercice.
  19. Vous considérez les zones de rusticité comme un défi plutôt que comme une barrière.
  20. Vous avez plus de photos de votre jardin que de vos enfants.

    20170716G.jpg

    On peut tout recycler dans le jardin!

  21. Tout ce qui se vend dans un marché aux puces pourrait servir dans votre jardin.
  22. Les gens vous demandent «comment ça va?» et vous leur répondez que vos courgettes sont infestées de chrysomèles.
  23. Vous cachez les plantes nouvellement achetées afin que votre conjoint ne sache pas que vous ayez encore dépensé sur les végétaux.
  24. Vous avez toujours des sacs en plastique et une pelle dans le coffre de votre voiture… pour les urgences!
  25. Votre famille organise à votre attention une intervention d’urgence avec un spécialiste en dépendances.
  26. Vous ramassez et écrasez sans hésitation les insectes indésirables entre votre pouce et votre index… et jouissez du craquement qui en résulte.
  27. À la jardinerie, le personnel met toutes les nouveautés dans un coin à votre attention.
  28. Votre budget pour le jardinage dépasse votre budget pour l’épicerie.
  29. Vous trouvez l’odeur du fumier de cheval réconfortant.

    20170717E dasdata.com.jpg

    Une lampe frontale permet de jardiner même la nuit. Photo: dasdata.com

  30. Vous achetez une lampe frontale pour mieux jardiner la nuit.
  31. Bien que votre jardin soit totalement plein, vous revenez régulièrement à la maison avec de nouvelles plantes.
  32. Vous connaissez le nom botanique de chaque plante dans votre jardin, mais vous ne pouvez pas vous rappeler des noms de vos petits-enfants.
  33. Votre matériel de lecture préféré est le catalogue de semences.
  34. Votre balcon est tellement plein de plantes, il n’y a pas de place pour s’asseoir.
  35. Au restaurant, vous versez votre verre d’eau dans le bac à fleurs, car vous trouvez les plantes fanées.
  36. Vous taillez sélectivement quelques branches trop longues dans le jardin public, juste pour aider, bien sûr, et par accident certaines se retrouvent dans votre sac à main.

    20170716B Clipart Panda.jpeg

    Vous êtes la source info horticole pour le voisinage.

  37. Les voisins viennent toujours vous voir pour obtenir des conseils sur le jardinage.
  38. L’image satellite Google Earth de votre propriété montre une mini-jungle.
  39. Vous allez au centre de jardin local et vous ne trouvez aucune plante que vous n’avez pas déjà.
  40. Vous semez cinq fois plus de semis que votre espace de jardinage le permet.
  41. Vous donnez une plante en cadeau d’hôtesse plutôt qu’une bouteille de vin.
  42. Vous faites tout pour attirer des passants afin de les faire visiter votre jardin.
  43. Les outils de jardinage et les livres horticoles figurent en haut de votre liste de cadeaux de Noël.
  44. Vous déposez moins d’ordures à la rue que n’importe lequel de vos voisins, car chez vous pratiquement tout va dans le tas de compost ou est recyclé en pot ou décoration de jardin.

    20170716F Tacluda, rgbstock.com.jpg

    Un pick-up est bien pratique pour transporter les plantes! Photo: Tacluda, rgbstock.com

  45. Vous changez votre voiture pour un pick-up afin de mieux transporter les plantes et la terre.
  46. Votre patron ajoute «prendre soin des plantes de bureau» à votre description de tâches.
  47. Vous ne pouvez pas vous bronzer dans votre arrière-cour, car il est trop plein de plantes.
  48. Vous prenez en pitié les gens qui ne font pas du jardinage.
  49. Au deuxième anniversaire de votre enfant, vous prévoyez déjà quoi planter à la place de son carré de sable.
  50. La pile de «magazines» dans votre salle de bain est surtout composée de catalogues horticoles.20170717G Noah Mandel, Flickr

Mythe horticole: la semoule de maïs fait exploser les fourmis

Par défaut

20170716AENOn entend toutes sortes de mythes horticoles, mais l’un des plus bizarres est sûrement l’idée qu’on peut contrôler les fourmis avec la semoule de maïs. D’après cette légende urbaine, les fourmis mangent la semoule qui, au contact avec les liquides dans leur système digestif, commence à enfler, créant tellement de pression que les fourmis explosent! Une variante de la légende veut que les fourmis meurent plutôt de flatulences. Et une autre prétend que ce n’est pas avec la semoule de maïs qu’il faut nourrir les fourmis si l’on veut les tuer, mais le maïs broyé.

Évidemment, tout cela est faux. Pensez-vous vraiment que les fourmis vont commencer à exploser comme des pétards quand on leur donne quelque chose à manger? En fait, la semoule de maïs et le maïs broyé nourrissent les fourmis.

Il est toutefois facile à comprendre d’où vient une partie de cette légende. Les appâts commerciaux pour fourmis sont souvent composés en bonne partie de semoule de maïs, car elles adorent la semoule et vont l’amener dans leur nid. Mais ce n’est pas la semoule qui les tue, mais l’insecticide que le producteur y a mélangé.

20170716B

Les pièges commerciaux pour fourmis utilisent souvent la semoule comme appât.

Les fourmis travailleuses ne mangent pas ces appâts, car elles ne peuvent consommer que des liquides, jamais des solides. (D’ailleurs la reine non plus.) Ainsi il est certain qu’elles ne consommeront pas la semoule en route. Alors, elles pourraient difficilement mourir d’explosions ou de flatulences chemin faisant. (Sans doute à la grande déception des petits garçons, souvent un tantinet sadiques.) Mais elles l’amènent aux larves qui, elles, peuvent consommer les solides. Ces dernières régurgitent par la suite un liquide désormais sucré — car elles ont converti l’amidon de la semoule en sucre — que les travailleuses mangent et qu’elles donnent à la reine.

Si ce liquide contient un produit faiblement toxique (généralement, on utilise l’acide borique), quelque chose que ne tuera pas les larves tout de suite, et que la reine en mange, elle sera ainsi intoxiquée peu à peu et finira par mourir. Mais seulement si la semoule contient un produit toxique.

Ce n’est pas la semoule qui tue les fourmis, mais le produit toxique qu’on y incorpore. Si vous appliquez de la semoule au sol, au lieu de tuer les fourmis, vous les nourrissez!20170716AEN

Mythe horticole: Un binage vaut deux arrosages

Par défaut

20170715AFR«Un binage vaut deux arrosages.» Voilà une vieille croyance à reléguer aux oubliettes!

Si vous cherchez «un binage vaut deux arrosages» sur l’Internet, vous verrez une explication qui paraît logique: que biner crée une couche de terre meuble de quelques centimètres d’épaisseur qui diminue la remontée d’eau par capillarité et donc évite l’évaporation.

Mais biner brise les racines des plantes désirables, détruit les microbes bénéfiques qui vivent dans le sol et, surtout, stimule la germination des mauvaises herbes qui, elles aussi, utilisent de l’eau. Plus que vous binez, plus qu’il y a de mauvaises herbes et donc plus qu’il faut biner pour arracher les nouveaux venus. C’est un vrai cercle infernal!

Plutôt que de biner, donc, prenez l’habitude de pailler. Cette technique réduit de façon majeure les besoins en eau pendant tout l’été (réduction de l’évaporation à partir du sol de 75 à 100%) et en plus laisse les microbes en paix et empêche la germination des mauvaises herbes.

«Un paillage vaut 15 arrosages» devrait-on plutôt dire!

Comblez les vides dans le potager

Par défaut

20170714A.gifJ’espère que vous êtes en train de récolter de délicieux légumes frais de votre potager… mais n’oubliez pas qu’il n’est jamais sage de laisser des espaces vides dans un jardin.

Un espace vide est comme une invitation ouverte aux mauvaises herbes, comme si vous disiez: «installez-vous ici, il n’y a pas de compétition!» Souvent, des légumes voisins à croissance plus lente couvrent l’espace de leur feuillage grandissant: parfait ! Dans ce cas, vous n’avez pas à agir. Sinon, vous pouvez semer une deuxième production de légumes et de fines herbes à maturation rapide : laitues, épinards, bok choy, betteraves, coriandre, aneth, etc. Ils recouvriront le sol et empêcheront l’envahissement.

Si vous ne tenez pas à faire de nouveaux semis, couvrez à tout le moins le sol d’un épais paillis pour prévenir la germination des indésirables. Il est beaucoup plus facile de prévenir les mauvaises herbes en gardant le sol de votre potager toujours bien couvert que de devoir contrôler les intrus par la suite.