La règle de trois

Par défaut
011.K

Appliquez la règle de trois pour savoir à quelle profondeur planter vos bulbes. Illustration tirée du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux.

La règle de base de la plantation des bulbes est de les planter à une profondeur égale à trois fois la hauteur du bulbe et à un espacement égal à trois fois son diamètre. Sous un climat très froid (zone 3 ou moins), il peut être utile d’enterrer les bulbes rustiques plus profondément que la normale, soit jusqu’à une profondeur égale à cinq fois la hauteur du bulbe. Ainsi le bulbe se trouvera mieux protégé contre le froid.

20170918B fiercebloom.com

Les tulipes sont plus pérennes quand on les plante en profondeur: environ 30 cm. Photo: fiercebloom.com

Les tulipes hybrides (perroquets, triomphes, hybrides de Darwin, etc.) font un peu exception à cette règle. D’accord, elles poussent bien si on les plante à une profondeur égale à 3 fois la hauteur du bulbe (environ 15 à 20 cm de profondeur, selon la taille du bulbe), mais vous trouverez qu’elles persisteront plus longtemps (et seront davantage protéger les écureuils) si vous les plantez à 30 cm de profondeur, deux fois plus profondément que la recommandation générale.

Il faut toutefois limiter la plantation des bulbes à une profondeur exceptionnelle aux sols meubles et bien drainés. Dans un sol glaiseux et lourd, où la pousse printanière à plus de difficulté à pénétrer, mieux vaut suivre la règle de trois !011.K

Publicités

Plantez les arbres directement dans la terre d’origine

Par défaut
20170917A.Alex Indigo, Flickr.jpg

Plantez tout simplement les plantes ligneuses en utilisant la terre prélevée. Photo: Alex Indigo, Flickr

Oubliez la vieille technique de plantation des arbustes et des arbres qui disait qu’il fallait améliorer le sol autour d’un arbre, d’un conifère ou d’un arbuste à la plantation en rajoutant une bonne dose de compost, de matière organique ou d’engrais à la terre prélevée. Certains jardiniers remplaçaient même toute la terre prélevée avec une terre de qualité.

20170917C distinctivetreecare.com .jpg

Même des décennies plus tard, les racines peuvent continuer de tourner en rond dans le sol amélioré à la plantation, étranglant l’arbre..

Des recherches, menées notamment par le « grand manitou » des arbres, l’Américain Alex Shigo, ont cependant découvert que quand le sol près de la motte de racines est de meilleure qualité que le sol autour, les racines tendent à rester dans cette zone, tournant en rond, même 25 ans plus tard, et la plante peut alors s’étouffer.

À la place, remplissez le trou avec la terre d’origine sans aucun amendement enrichissant (engrais, compost, etc.). La terre étant de la même qualité partout, les racines feront ce que dame Nature voulait qu’elles fassent : elles s’étendront au loin, dans tous les sens.

Par contre, vous pouvez ajouter des mycorhizes au sol, notamment dans les sites où la terre d’origine a été perturbée, pour stimuler une meilleure croissance future des racines de la plante.

20170917B.jpg

Toute amélioration du sol doit aller au-dela de la limite éventuelle des branches de l’arbre.

Si vous voulez améliorez la texture ou la qualité du sol, après la plantation appliquez une bonne couche de compost partout dans le secteur, aussi loin que les racines puissent éventuellement atteindre et même plus loin. Les vers de terre et autres organismes du sol feront pénétrer ce compost dans le sol, améliorant sa qualité dans l’ensemble de la zone des racines. Ainsi, vous encouragerez les racines à s’étendre… et améliorerez la croissance de toutes les plantes dans les environs.20170917A.Alex Indigo, Flickr

 

10 narcisses favoris

Par défaut
20170916A National Garden Bureau.jpg

Narcisse Dutch Master’. Photo: National Garden Bureau

Le National Garden Bureau a récemment publié une liste des 10 narcisses préférés de l’horticultrice Kathleen LaLiberte de Longfield Gardens, fournisseur américain de bulbes. Étant donné l’énorme choix de variétés de narcisses (il y a environ 500 sur le marché!), il peut être utile d’avoir l’avis d’une experte quand vient le temps de faire un choix.

En effet, les narcisses (Narcissus), aussi appelés jonquilles, viennent dans différentes tailles, couleurs et périodes de floraison. Ainsi il est possible d’avoir des narcisses en fleurs pendant plus de 10 semaines au printemps si l’on choisit des variétés très hâtives, hâtives, mi-saison, tardives et très tardives.

Voici les 10 favoris intemporels de Mme LaLiberte. Tous se sont révélés robustes, rustiques (toutes les variétés présentées ici peuvent se cultiver jusqu’en zone 3) et fiables, capables de fleurir encore et encore pendant des décennies. Aussi, n’ayez crainte que les écureuils viennent chiper les bulbes, car ils leur sont toxiques!

1 – Dutch Master’ ou Yellow River’

Daffodil Dutch Master - The iconic daffodil is big and yellow with a very large cup. A Top 10 Favorite from NGB

L’image qui nous vient à l’esprit quand on pense à un narcisse est d’une «jonquille» aux grosses fleurs jaunes à la trompette très prononcée. Pendant des années, la variété en question était ‘King Alfred’, mais ce cultivar, atteint d’une virose incurable, n’est plus cultivé. Au lieu de cela, recherchez ‘Dutch Master’ ou ‘Yellow River’. Les deux donnent de grandes fleurs la couleur d’un jaune d’œuf avec une trompette énorme. Ces narcisses jaunes classiques sont parfaits pour les massifs et la naturalisation. Ils fleurissent tôt et illuminent le paysage de leur couleur si vive.

Hauteur: 25 cm

2 – ‘Barrett Browning

Daffodil Barrett Browning has pure white petals surrounding a red-orange cup. One of NGB top 10 favorite daffodils for your garden and home

Ce narcisse est facile à reconnaître: pétales blanc pur entourant une large couronne rouge-orange. Une auréole jaune doré entoure la base de la coupe et la met davantage en vedette. ‘Barrett Browning’ fleurit tôt dans la saison et se naturalise bien, offrant des décennies de beauté.

Hauteur: 25 cm

3 – Goblet

Daffodil Goblet has a yellow halo at the base of the trumpet gives the blossoms an even sunnier look. One of the top 10 NGB daffodil picks for your home and garden

Ce narcisse est le partenaire parfait pour ‘Dutch Master’. Les grandes fleurs ont des pétales blanc pur qui encerclent une grande coupe jaune à la marge frisée. Une auréole jaune à la base de la trompette donne aux fleurs un aspect encore plus ensoleillé. Floraison durable… et tout simplement magnifique!

Hauteur: 25 cm

4 – ‘Orange Progress

Daffodil Orange Progress have Deep yellow petals set off brilliant orange, tightly ruffled cups. One of NGB top 10 Daffodils!

Des fleurs extra larges et des couleurs très vives font d’Orange Progress’ un excellent choix pour l’aménagement paysager. Les fleurs ne passent jamais inaperçues. Des pétales jaune soleil font ressortir la coupe orange vif à la marge très frisée. Les fleurs ont des pétales épais à l’épreuve des intempéries.

Hauteur: 25 cm

5 – Pink Pride

20170916C Pink Pride dutchbulbs.com.jpg

Photo: dutchbulbs.com

Aucun narcisse n’est véritablement rose, mais celui-ci se rapproche de ce but. Les grandes fleurs portent des pétales épais blanc neige. La coupe de bonne dimension irrégulièrement frangée est de couleur abricot à l’épanouissement, devenant par la suite rose corail… orangé. Les fleurs de ‘Pink Pride’ sont tournées un peu vers le haut, ce qui les rend plus spectaculaires en plate-bande et idéales pour les arrangements de fleurs coupées.

Hauteur: 25 cm

6 – Tahiti

Daffodil Tahiti - One of the all-time greats of the daffodil world.

L’un des grands succès de tous les temps du monde des narcisses. ‘Tahiti’ a gagné plusieurs prix et demeure toujours populaire depuis son lancement en 1956. Les couches de pétales arrondis jaune citron sont entrecoupées d’une couronne découpée rouge-orange. ‘Tahiti’ est à floraison mi-saison et sa fleur persiste 2 semaines est plus. Il fait aussi une excellente fleur coupée.

Hauteur: 25 cm

7 – Cheerfulness

Daffodil Cheerfulness's double flowers are creamy white with yellow highlights and one of NGB top 10 Daffodils for your home and garden

Il y a tellement de raisons d’aimer ce narcisse! Les fleurs doubles blanc crème avec des reflets jaunes sont portées en grappes de 3 à 4 fleurs par tige. ‘Cheerfulness’ a de longues tiges minces et un feuillage étroit. Il a l’air fabuleux dans un vase et offre un parfum merveilleux, semblable à un gardénia. Il s’épanouit à la fin du printemps.

Hauteur: 25 cm

8 – ‘Golden Echo

Daffodil Golden Echo - An outstanding daffodil in every way.

Un narcisse exceptionnel à tous les points de vue! Les fleurs de taille moyenne de ‘Golden Echo’ sur une plante de hauteur relativement compacte sont parfaites pour les parterres et les massifs. Les fleurs mesurent environ 7 cm de diamètre et possèdent une longue trompette jaune citron, des pétales blancs et une auréole jaune frappante. Elles sont parfumées et d’exactement la bonne taille pour les arrangements floraux printaniers.

Hauteur: 25 cm

#9 – Jetfire

Daffodil Jetfire is an energetic little daffodil that looks like it’s rushing full speed into spring. A top 10 daffodil for your garden and home.

‘Jetfire’ est un petit narcisse énergétique. Les petites fleurs de 2,5 cm de diamètre ont des pétales jaune vif un peu retroussés qui mettent en vedette la longue coupe orange. Cette variété naine est le choix parfait pour le premier plan d’une plate-bande, pour un emplacement sous des arbustes ou naturalisée dans un sous-bois. Les tiges robustes ne s’affaissent pas. Le bulbe est très durable, voire essentiellement permanent.

Hauteur: 25 cm

#10 – Tête-à-Tête

Daffodil Tete a Tete - This adorable miniature daffodil is among the longest-blooming, most versatile varieties you can grow.

Cet adorable narcisse miniature est l’une des variétés les plus polyvalentes que l’on peut cultiver et ses fleurs durent et durent. ‘Tête-à-Tête’ s’épanouit tôt au printemps, mais continue de fleurs pendant des semaines. Superbe en plate-bande ou naturalisé dans un sous-bois ou — pourquoi pas? — dans une pelouse qu’on ne commence à tondre que tardivement. Le feuillage graminiforme ne rivalise pas avec les fleurs et disparaît relativement rapidement. Ce petit narcisse demeure toujours parmi les dix narcisses les plus vendus depuis son lancement en 1949!

Hauteur: 18 cm

La culture des narcisses

20170916B Longfield Gardens.jpg

Bulbes de narcisse. Photo: Longfield Gardens

Plantez les bulbes de narcisse à l’automne, entre septembre et novembre, dans un emplacement qui reçoit beaucoup de soleil au printemps. Ainsi, on peut les planter au pied des arbres et arbustes à feuilles caduques, car le feuillage y aura le temps de recevoir sa dose annuelle de soleil avant de disparaître. Il faut un sol profond, meuble et moyennement riche qui est relativement humide au printemps. Évitez toutefois les endroits où le sol est toujours humide: les bulbes aiment bien sécher un peu pendant l’été.

Plantez les bulbes, la pointe dirigée vers le haut, à une profondeur égale à trois fois leur hauteur, les espaçant de 7 à 15 cm, selon la taille du bulbe. Il peut être utile d’ajouter un engrais à dégagement lent et des mycorhizes au sol sous les bulbes. Recouvrez de terre et arrosez bien. Un bon paillis est utile pour le premier hiver.

Aucune attention n’est nécessaire pendant la floraison. Après, laissez le feuillage mûrir naturellement avant de l’enlever.

Après plusieurs années, vous pouvez déterrer et diviser les bulbes quand leur feuillage jaunit. Nul besoin d’attendre l’automne pour les planter, toutefois: mettez-les en terre aussitôt la division terminée.


Voilà! Bon succès avec les narcisses!10-Favorite-Daffodils-NGB1

Chenille à tente estivale : moins nuisible qu’elle n’en a l’air

Par défaut
20170915A G. Barriault

Nid de chenilles à tente estivales dans un pommetier. Photo: G. Barriault

La chenille à tente estivale (Hyphantria cunea) est le stade larvaire d’un papillon de nuit blanc plutôt discret. Sa petite taille dément le dommage qu’elle fait ou, devrais-je dire, qu’elles font, car elles sont très grégaires et vivent en colonie : souvent d’énormes tentes de soie remplies de feuilles minées jusqu’à ne laisser que les nervures, de fientes abondantes et de 200 à 300 chenilles.

Malgré son nom, la chenille à tente estivale (Hyphantria cunea) est souvent plus automnale qu’estivale dans les régions septentrionales, car elle apparaît à la fin d’août ou en septembre. D’ailleurs, en anglais, on l’appelle « fall webworm » (tisseuse d’automne). Contrairement à la livrée de forêts (Malacosoma spp.), plus courante, qui apparaît au début de l’été et qui mange les feuilles à l’extérieur de sa tente, la chenille à tente estivale recouvre de sa tente de soie une ou deux branches, généralement à partir de leur extrémité, et consomme les feuilles à l’intérieur de sa tente. À mesure que les chenilles grandissent, la tente s’agrandit aussi. La tente sert également d’abri aux nombreuses chenilles de la colonie, les protégeant contre les intempéries et les prédateurs, comme les oiseaux (plus de 40 espèces se nourrissent de la chenille à tente estivale), et même contre les pesticides.

La chenille à tente estivale n’est pas non plus la même espèce que la chenille processionnaire (Thaumetopoea pityocampa), une autre chenille à tente trouvée uniquement dans l’Ancien Monde et qui a la caractéristique de se promener à la queue leu leu d’un arbre à l’autre.

20170915B Melissa McMasters, Flickr

Chenille à tente estivale. Photo: Melissa McMasters, Flickr

La chenille à tente estivale est de couleur très variable, avec une tête noire à rougeâtre et un corps jaune clair à vert et des touffes de poils gris à blanc qui émergent de deux rangées de tubercules noirs le long du dos. À vous de décider si vous la trouvez jolie ou laide : les avis sont nettement partagés !

Distribution

20170915G entnemdept.ufl.edu

La chenille à tante estivale est maintenant distribuée un peu partout dans l’hémisphère nord. Illustration: entnemdept.ufl.edu

À l’origine, cet insecte était strictement limité à l’Amérique du Nord. Cependant, la chenille à tente estivale a été accidentellement importée dans l’Ancien Monde et elle est maintenant largement répandue dans toute l’Europe et progresse rapidement en Asie aussi. On la trouve autant dans les climats chauds que tempérés, partout où il y a des arbres à feuilles caduques (elle ne s’attaque pas aux conifères).

Cycle de vie

20170915C UF School of Forest Resources & ConservationC UF School of Forest Resources & Conservation

Femelle pondant des œufs sous une feuille.. Photo: UF School of Forest Resources & Conservation

À l’automne, les larves quittent leur nid pour hiverner sous forme de pupe dans les fissures d’écorce, dans la litière forestière et sous le sol. Les adultes volants émergent en été et la femelle pond bientôt met des masses de centaines d’œufs poilus sous une feuille du nouvel arbre hôte, près de l’extrémité d’une branche. Ils éclosent environ une semaine plus tard et les jeunes chenilles, encore minuscules, commencent aussitôt à se bâtir une nouvelle tente en soie pour se protéger des prédateurs et des éléments. Les dommages se manifestent généralement vers la mi-août, en augmentant nettement en septembre. Dans des climats plus doux, cependant, le cycle commence plus tôt et il peut y avoir une deuxième génération.

Faut-il traiter ou non ?

En fait, vous n’avez pas nécessairement à traiter les chenilles à tente estivales. Comme elles commencent leur cycle tard dans la saison, lorsque l’arbre hôte (presque n’importe quel arbre à feuilles caduques semble convenir, bien qu’elles semblent préférer les pommetiers dans les cours urbains) a déjà emmagasiné le gros de ses réserves pour la saison suivante, même les branches complètement défoliées ont tendance à revenir en parfait état au printemps suivant. Pourquoi alors traiter quelque chose qui ne fait aucun mal ?

C’est toutefois vrai que si l’infestation revient année après année, cela peut affaiblir l’arbre, mais c’est rarement le cas.

En outre, les chenilles à tente estivales sont une source importante de nourriture pour plus de 40 espèces d’oiseaux et des dizaines d’insectes prédateurs aussi. Si vous les laissez tranquilles, vous contribuez en fait à nourrir la faune locale.

Traitements possibles

20170915H entnemdept.ufl.edu

Arbre sévèrement défolié par des chenilles à tente estivales. Par contre, cet arbre sera probablement en parfait état au printemps suivant. Photo: entnemdept.ufl.edu

Cela dit, les nids ont une apparence disgracieuse, d’autant plus quand il y a plusieurs tentes dans le même arbre, comme cela arrive souvent. Vous pouvez donc vous sentir obligé à réagir. Voici alors quelques suggestions sur ce que vous pouvez faire.

Le traitement traditionnel consiste à couper et à détruire la branche sur laquelle la tente se trouve. Cela fonctionne parfaitement… lorsque vous pouvez atteindre le nid de manière sécuritaire, mais il peut être hors de portée, haut dans l’arbre. Aussi, ce genre d’élagage inégal peut nuire sérieusement à la symétrie de l’arbre.

Si vous décidez d’éliminer les branches infestées, vous pouvez détruire les chenilles en enterrant le nid ou le plongeant dans de l’eau savonneuse. Ou scellez-le tout simplement dans un sac de plastique et mettez-le aux ordures. Traditionnellement, on nous disait de brûler le nid, mais pourquoi polluer l’air quand cela n’est pas nécessaire ?

20170915E www.northeasttreeinc.com

Un jet d’eau puissant détruira le nid et la plupart des chenilles. Photo: http://www.northeasttreeinc.com

À mon avis, une meilleure façon de les éliminer consiste plutôt à détruire le nid avec un jet d’eau à haute pression. Cela éliminera la plupart des chenilles ainsi que leur abri. Pour supprimer les chenilles restantes, pulvérisez des feuilles dans les environs avec du Btk (Bacillus thuringiensis kurstaki), un insecticide biologique. Quand elles auront mangé les feuilles, le Btk les rendra malades et elles cesseront bientôt de se nourrir pour finir par mourir.

365.K

Le Btk est mortel aux chenilles, mais ne dérangent pas les autres insectes.

D’accord, vous pouvez également utiliser d’autres pesticides couramment offerts commercialement, comme le pyrèthre, mais le Btk a l’avantage de supprimer uniquement les chenilles et de ne pas nuire aux insectes bénéfiques ni en fait à toute autre forme de vie. En outre, les chenilles traitées avec le Btk peuvent encore être consommées par les oiseaux et les insectes bénéfiques : l’ingestion de chenilles atteintes de Btk ne les rendra pas malades à leur tour, alors que cela peut être le cas si les larves ont été traitées avec d’autres insecticides.

Lorsque les chenilles arrivent près de la maturité et commencent à quitter leur nid pour se promener en trop grand nombre sur votre terrain, ce qu’elles font juste avant de commencer leur pupaison, vous pouvez tout simplement les écraser, les pulvériser avec un insecticide doux comme le savon insecticide ou le neem (deux autres insecticides qui ne nuisent pas aux oiseaux), les récolter manuellement pour les déposer dans de l’eau savonneuse… ou apprendre à les tolérer.

Beaucoup de gens sont prêts à payer de bons montants pour qu’un arboriculteur vienne traiter leurs arbres ou supprimer les nids, mais je trouve cela un peu exagéré, compte tenu des dommages limités causés à l’arbre. Cependant, lorsque le même arbre a plusieurs nids et se fait bouffer tout son feuillage, ce qui peut arriver, il est difficile de résister à l’idée qu’il faut absolument traiter.

Et la prévention ?

Parfois, on recommande de vaporiser les troncs d’arbres de son terrain avec de l’huile au stade dormant (huile horticole) au début du printemps pour tuer les pupes qui y hivernent, mais il est peu probable que cela arrête une infestation en devenir. D’abord, seulement une partie des pupes hiverne sur le tronc, mais de plus, les papillons femelles se déplacent, souvent sur de grandes distances, donc éliminer les pupes sur votre terrain n’aura pas nécessairement le moindre effet.

Seront-elles de retour l’an prochain ?

20170915D, Michigan Department of Natural Resrources

Nid de chenilles à tente estivales. Photo: Michigan Department of Natural Resrources

La population des chenilles à tente estivales varie énormément d’année en année et de région en région. Une saison de forte infestation n’est pas toujours garante d’une infestation majeure l’année suivante, tout comme on peut n’avoir jamais eu de problème avec cet insecte dans le passé pour vivre subitement une attaque multiple. Pour l’instant, du moins, il n’y semble pas avoir de façon de prédire quand les nids de chenilles à tente estivales seront abondants ou presque absents au cours d’une année donnée.


La chenille à tente estivale : elle cause des dommages si visibles que vous vous sentez souvent obligés de la traiter, mais comme les arbres atteints souffrent rarement de ses infestations, c’est à vous de décider se une telle intervention est nécessaire ou non.20170915A G. Barriault

Ramassez noix et pommettes en un instant !

Par défaut

20170914B.jpgAvez-vous des noix ou des fruits qui tombent au sol que vous voulez ramasser rapidement, avec peu d’efforts et surtout en épargnant votre dos ? Il vaut alors la peine d’investir dans un outil spécialisé : le rouleau ramasse-noix, aussi appelé ramasse-fruits.

Il suffit de rouler sa tête en forme de tonneau, composée de tiges métalliques d’une grande souplesse, sur un sol jonché de petits objets et presto ! Dans le temps de le dire, les noix et fruits pénètrent dans le rouleau et n’en sortent plus. La prise se fait tout à fait en douceur, ne causant aucune blessure aux fruits. Et l’outil fonctionne même sur un gazon qui aurait besoin de tonte.

Pour le vider, il s’agit de tenir la tête au-dessus d’un récipient et d’écarter quelques tiges pour libérer son contenu.

Nous l’utilisons pour ramasser les milliers de pommettes qui tombent de notre pommettier chaque automne. Quand elles tombent dans les plates-bandes, il n’y a pas de problème : elles ne dérangent personne et peuvent alors se décomposer sur place. Par contre, quand les fruits jonchent l’allée et le gazon, il devient difficile de marcher sans glisser sur les fruits, surtout quand ils commencent à se décomposer.

20170914A.jpg

Marie appelle le rouleau ramasse-noix la huitième merveille du monde!

Ma conjointe appelle cet outil « la huitième merveille du monde », tellement son utilisation est facile ! Et ma belle-fille fait de délicieuses gelées avec les pommettes ramassées !

Détails

Le modèle que nous possédons est conçu, d’après le mode d’emploi, pour ramasser les objets de 1 à 5 cm, donc pommettes, noix, noisettes, marrons, pacanes, fruits de ginkgo, glands de chêne, olives et même balles de golf. On peut aussi ramasser des objets plus gros (pommes, poires, pommes de pin, fruits de liquidambar, balles de tennis, etc.), jusqu’à au moins 9 cm de diamètre, mais le rouleau ne peut ramasser alors qu’une dizaine à la fois. Certains fournisseurs offrent des modèles avec un rouleau de plus grande taille qui récoltera plus facilement ces objets de grand diamètre.

Notez que le rouleau ramasse-noix ne récoltera pas les fruits mous, comme les tomates, les prunes ou les pommes pourries… au du moins, ne les récoltera pas sans les endommager. Pour ramasser ces fruits quand ils tombent au sol, il faut encore se mettre à genoux.

On peut trouver le rouleau ramasse-noix dans certaines jardineries, sinon il est offert par la poste chez Lee Valley Tools au Canada. Il y a plusieurs sources européennes, dont Jardins animés et AMB Rousset.20170914B

Quand appliquer le compost?

Par défaut

 

20170913 normanack, WC.jpg

Quand appliquer le compost? Photo: normanack, Wikimedia Commons

Question: Quand étendre le compost pour qu’il soit le plus profitable à la terre et aux végétaux?

Doris
Bruxelles

Réponse: On peut voir le compost de deux façons : comme amendement de sol ou comme engrais.

Comme amendement

20170913B United States Air Force Academy .jpg

On peut appliquer le compost comme amendement en toute saison. Photo: United States Air Force Academy

En tant qu’amendement de sol, il n’y a pas de saison spécifique pour son application. On peut alors appliquer du compost en tout temps, tant que le sol n’est pas gelé du moins, et il sera bénéfique. Et contrairement aux engrais, il ne peut pas brûler les racines et l’on peut donc l’appliquer généreusement.

Ses bienfaits en tant qu’amendement sont nombreux et comprennent les suivants:

  • Améliore la qualité du sol (les sols légers retiennent plus d’eau et de minéraux; les sols lourds se drainent mieux et sont mieux aérés);
  • Aide à prévenir l’érosion;
  • Aide à réduire les effets de la sécheresse;
  • Tend à rendre les sols acides moins acides et les sols alcalins moins alcalins;
  • Introduit et aide à maintenir une foule d’organismes et de microorganismes bénéfiques au sol et aux plantes;
  • Aide à supprimer plusieurs maladies présentes dans le sol;
  • Aide à décomposer les résidus de pesticides et autres résidus synthétiques;
  • Recycle naturellement des produits qui seraient autrement traités comme déchets.

Tous ses avantages profitent au sol — et éventuellement aux plantes — peu importe la saison à laquelle on applique le compost.

Comme engrais

Le compost contient normalement tous les minéraux dont les plantes peuvent avoir besoin pour leur croissance, mais quand même en petites quantités comparativement à plusieurs engrais commerciaux. Néanmoins, ils sont généralement sous une forme que les plantes peuvent facilement assimiler.

20170913C Cade Martin, Dawn Arlotta, Pixnio.jpg

On peut appliquer le compost pour ses minéraux au moment où la plante en aura le plus besoin. Photo: Cade Martin, Dawn Arlotta, Pixnio

Pour que le compost soit plus performant en tant qu’engrais, logiquement on l’appliquera juste avant le moment où la plante en aura le plus besoin. Donc:

  • Environ deux semaines avant de planter ou semer, soit normalement au printemps ou, dans le potager, aussi en août ou au début de septembre si vous faites des semis successifs;
  • Sinon, lors de la plantation des végétaux;
  • Dans une plate-bande déjà établie ou dans un sous-bois, appliquez-le au printemps, juste avant que les plantes se réveillent;
  • Pour le gazon, en terreautage (maximum: 2 cm), idéalement à l’automne, sinon au printemps.

Comment appliquer du compost

20170913D Bryn Pinzgauer, flickr.jpg

Compost utilisé comme paillis. Photo: Bryn Pinzgauer, flickr

Traditionnellement, on applique le compost en le mélangeant au sol jusqu’à une profondeur de 15 cm, mais… il est tout aussi efficace quand on le laisse en surface, comme paillis ou terreautage. Mettez-en une bonne épaisseur, jusqu’à 7 à 10 cm, si vous en avez assez. Alors les microbes, les insectes du sol et les vers de terre s’occuperont de le faire pénétrer. On peut même le poser sur un paillis déjà en place et les vers de terre et leurs amis prendront quand même soin de le placer.

Personnellement, en tant que jardinier paresseux, je suis plus qu’heureux de laisser les petites créatures du sol faire le travail de faire pénétrer le compost à ma place. Alors, je le dépose en surface et retourne me reposer dans mon hamac!20170913 normanack, WC

Comment récolter les semences

Par défaut
20170912A K. Whiteford, PublicDomainPIctures.net.jpg

La plupart des semences mûrissent à l’automne. Photo: K. Whiteford, PublicDomainPIctures.net

L’automne est la saison principale pour récolter les semences de vos plantes de jardin: légumes, annuelles, vivaces, arbustes, grimpantes, etc. On peut récolter les semences de presque toute plante qui fleurit, mais il va sans dire que, si vous voulez récolter des graines, il ne faut pas avoir supprimé les fleurs fanées de la plante, car c’est à l’emplacement de la fleur que les graines se forment.

Pourquoi récolter ses propres semences?

Eh bien, pour l’économie, bien sûr! Pourquoi payer pour acheter des semences fraîches quand vous pouvez les produire vous-même? Et dans le cas des végétaux qu’on achète habituellement sous forme de plants (vivaces, arbustes, certains légumes), l’économie est encore plus grande. Vous pouvez produire des centaines de thuyas, de rudbeckies ou de pavots d’Orient, par exemple, pour le prix d’un seul plant acheté en pépinière! Vos seules dépenses seront pour du terreau et des pots!

De plus, récolter des semences est une activité facile à pratiquer et la conservation des semences prend réellement très peu d’espace.

Comment récolter les graines

Chaque plante a sa façon de porter des graines, mais les deux formes les plus usuelles sont la capsule sèche et le fruit charnu.

Capsules sèches

20170912B cocoparisienne, pixabay.jpg

Quand la capsule brunit, les graines sont prêtes à récolter. Photo: cocoparisienne, pixabay

Si la plante produit des capsules, la récolte est particulièrement facile. Il s’agit d’attendre que la capsule brunisse, signe qu’elle est mûre, et de la couper. Après, placez la capsule dans un sac de papier et attendez quelques semaines: la capsule se sera alors ouverte et vous trouverez les graines dans le fond du sac.

Si vous êtes trop impatiente, ouvrez la capsule avec vos doigts afin d’extraire les graines, ou, si la capsule est ouverte, tournez-la à l’envers au-dessus d’une feuille de papier blanc (pour mieux voir les graines qui tombent).

20170912C Harry Alaverson, Flickr.jpg

Enlever les aigrettes des graines avant de les ensacher. Photo: Harry Alaverson, Flickr

Par contre, certaines graines sèches portent des aigrettes ou des soies (le pissenlit est l’exemple le mieux connu) et partent rapidement au vent dès leur mûrissement; d’autres capsules éclatent à maturité et lancent les graines au loin (l’impatiente, par exemple).

Sac de filet

Utilisez des sachets en filet pour empêcher les graines de s’envoler. Photo: D. Van Tassel, Wikimedia Commons

Pour ces graines «volatiles» qui risquent de disparaître dans la nature avant que vous n’ayez le temps de les récolter, il est sage de recouvrir la fleur fanée d’un sac en filet qui empêchera les graines de s’envoler. Notez que pour les graines à aigrette, il est aussi sage d’enlever l’aigrette au moment de la récolte, car elles s’envolent facilement même dans la maison au moment de faire les semis.

Fruits charnus

201509312E Brett Taylor, Wikimedia Commons .jpg

Quand un fruit charnu change de couleur, ses semences sont mûres. Photo: Brett Taylor, Wikimedia Commons

Les fruits charnus annoncent habituellement leur maturité en changeant de couleur: le fruit passe de vert à rouge, orange, jaune, etc. Il faut donc les laisser mûrir sur le plant. Pour les légumes comme le concombre, la courge d’été, le haricot, etc., c’est donc dire que le fruit doit rester sur plant beaucoup plus longtemps que la normale. Le concombre deviendra alors jaune ou orange, le haricot, beige ou marbré et la courge d’été, jaune, orange, rouge ou multicolore.

20150930B

Récolte des graines d’un fruit mûr. Illustration tirée du livre Les idées du jardinier paresseux: Semis

Ouvrez le fruit mature et prélevez les graines, puis lavez-les pour faire disparaître toute trace de chair. Enfin, faites-les sécher au soleil pendant quelques jours avant de les semer ou les ensacher.

Conserver ou semer tout de suite?

La plupart des jardiniers aiment semer leurs graines au printemps. Et comme les graines mûrissent à l’automne, il est utile de savoir comment conserver vos graines après la récolte.

201709112F Fr.jpg

Les enveloppes de papier aident à conserver les semences plus sèches.

Les enveloppes de papier sont préférables pour l’ensachage, car elles absorbent toute humidité excessive. Les enveloppes de glassine, utilisées en philatélie, sont pratiques aussi pour les graines très fines. Les flacons de médicaments vides et les pots Mason sont aussi de bons choix quand il s’agit de noix, de haricots ou de pépins, plus gros, ou si vous conservez beaucoup de semences. Les sacs de plastique sont moins intéressants, car ils produisent souvent un peu d’électricité statique qui fait en sorte que les graines collent sur les parois.

Enfin, il est toujours sage d’identifier l’enveloppe du nom de la plante et de la date au moment de la récolte. Ainsi vous éviterez toute confusion au printemps.

Graines à semer sans tarder

Vous pouvez aussi semer les graines de plantes rustiques (vivaces, arbustes, arbres, etc.) dès la récolte, sans les faire sécher davantage, notamment s’il s’agit d’une semence qui a besoin d’une stratification au froid pour germer. En les semant à l’automne, les graines recevront automatiquement ce traitement au cours de l’hiver et germeront au printemps. On peut aussi semer certaines annuelles résistantes au froid (dauphinelle, pois de senteur, muflier, etc.) à l’automne sans les faire sécher et elles aussi germeront tout naturellement au printemps.

Semer tout de suite après la récolte est aussi la méthode à préconiser dans le cas des graines dites récalcitrantes, soit celles qui ne survivent que difficilement ou pas au dessèchement, notamment celles de certaines vivaces (Aconitum, Cimicifuga, Hepatica, etc.).

Le cas des plantes hybrides

Si vous êtes un adepte du potager, notamment du potager biologique, on vous a sans doute mis en garde sur l’importance de ne pas récolter les graines des hybrides F1… mais qu’en est-il vraiment?

20170912G Jean Beaufort, PublicDomainPIctures.net

Quand on sème les graines d’une plante hybride, les résultats sont variables. Photo: Jean Beaufort, PublicDomainPIctures.net

D’abord, il faut comprendre que les hybrides F1 traînent, dans leur bagage génétique, des gènes mélangés d’ancêtres différents. Ainsi, quand vous semez leurs graines, les différents traits des ancêtres peuvent ressortir. Un maïs hybride F1 à gros épis bicolores, par exemple, peut alors donner des plants aux grains blancs, jaunes ou bicolores sur des épis de taille variable! On dit que ce maïs «n’est pas fidèle au type». Si votre but en achetant des semences est de récolter les graines annuellement afin de les ressemer, il vaut donc mieux vous restreindre aux variétés non hybrides, des légumes patrimoniaux par exemple, car elles donneront des plantes essentiellement identiques à la plante mère. Par contre, si vous aimez les surprises, il peut être fascinant de semer les graines d’une plante hybride. Vous trouverez plus de détails à ce sujet dans Peut-on récolter les semences de variétés hybrides.

Un autre détail à retenir est que, pour préserver la pureté d’une lignée, il ne faut pas cultiver une autre variété apparentée juste à côté. Si vous tenez à récolter les graines de votre poivron rouge préféré (non hybride, bien sûr), mais que vous cultivez à deux pas un poivron orange ou pourpre ou même d’un piment fort, il est fort probable les abeilles ou d’autres pollinisateurs auront fait leur devoir de transport de pollen et que les graines contenues dans la capsule soient aux traits croisés. Ainsi vous risquez la déception quand vous les semez: les fruits ne seront pas conformes au plant d’origine.

Mais si ma plante ne fleurit pas!

Il est évident que, pour produire des graines, la plante doit d’abord fleurir. Mais certaines plantes ne semblent jamais fleurir. Habituellement, il s’agit de légumes-racines ou de légumes-feuilles.

20150930F

Capsules de radis qu’on laisse mûrir sur le plant. Photo: JH Price, Wikimedia Commons

C’est que, pour obtenir les graines, il faut laisser au moins le plant mûrir. Normalement, on récolte les légumes-feuilles et les légumes-racines avant leur maturité complète et ainsi ils n’ont pas le temps de produire des graines. Pensez aux radis ou à la laitue: on les récolte très jeunes, avant qu’ils ne «montent en graine», comme on dit. Si vous laissez toutefois quelques plants de radis ou de laitue faire leur cycle normal, ils fleuriront et produiront des graines que vous pouvez alors récolter.

Par contre, beaucoup de légumes-feuilles et de légumes-racines sont des bisannuelles: carottes, panais, choux (et autres crucifères), rutabagas, betteraves, oignons, bettes à carde, poireaux, etc. Ils ne fleuriront que si vous les laissez en terre tout l’hiver, dans lequel cas leurs fleurs s’épanouiront au printemps prochain. Encore faut-il qu’ils soient rustiques sous votre climat, toutefois. Il n’est pas toujours facile de récolter les graines de chou, de betterave ou de bette à carde sous le froid climat québécois: à moins de les protéger amplement avec une épaisse couche de paillis à l’automne, ils survivent rarement à l’hiver.


Et voilà! La récolte des semences: une technique si facile à mettre en pratique, mais si souvent oubliée!20170912A K. Whiteford, PublicDomainPIctures.net