Forcer des bulbes sans terreau : un projet pour toute la famille

Par défaut

Forcer des bulbes sur l’eau est un jeu d’enfant. Source: http://www.homedepot.com

J’ai déjà expliqué comment forcer des bulbes dans un pot de terreau, mais on peut aussi les forcer sur l’eau.

Il suffit de les cultiver au-dessus d’un réservoir d’eau quelconque. À cette fin, on utilise habituellement une «carafe à jacinthe», c’est-à-dire un récipient étanche, transparent ou en céramique, en forme de sablier. Ce contenant présente un rétrécissement qui supporte la base du bulbe. On peut toutefois utiliser tout contenant présentant un goulot d’étranglement de la bonne taille pour maintenir le bulbe à fleur d’eau : par exemple, un petit pot de confitures.

Un projet pour les enfants

20181110B www.vancouversun.com.jpg

Forcer les bulbes sur l’eau est un excellent projet pour toute la famille. Source: http://www.vancouversun.com

Forcer un bulbe sur l’eau est un excellent projet pour initier les enfants à l’horticulture. Ils seront fascinés de voir les racines se former et la pousse se développer. De plus, quand le bulbe sera enfin exposé à la chaleur et à la lumière, les changements se produiront si rapidement, passant d’un bulbe sans feuille à la pleine floraison en souvent à peine une semaine, que les enfants ne perdront pas patience. Et un bulbe est suffisamment gros pour que l’enfant puisse le placer lui-même. À partir de l’âge de six ans environ, les enfants sont même capables de s’occuper de l’arrosage… sous l’œil attentif d’un parent, bien sûr, qui leur fera penser à vérifier le niveau de l’eau.

Le bulbe traditionnellement utilisé pour cette technique est la jacinthe préparée. On peut toutefois lui substituer une tulipe ou un narcisse à gros bulbe.

Il faut toutefois se rappeler que le bulbe doit être d’une taille appropriée au contenant et une carafe à jacinthe ne conviendra donc pas à un petit bulbe: le rétrécissement sera trop large. Il existe également des carafes à crocus, mais très honnêtement, un seul corme de crocus ne donne pas un effet très spectaculaire. On peut même cultiver une amaryllis (Hippeastrum) sur l’eau… à condition de trouver un contenant de taille appropriée!

Une technique simple

La technique est des plus simples.

20181110C www.gardenersworld.com.jpg

Le bulbe doit à peine toucher l’eau. Source: www.gardenersworld.com

Remplissez le contenant d’eau claire environ jusqu’au rétrécissement et placez le bulbe, la pointe vers le haut, dans le haut du contenant. La base du bulbe peut toucher à l’eau, mais à peine. Placez l’ensemble dans un emplacement frais et sombre.

20181110D www.waitrosegarden.com.jpg

Les jacinthes préparées réagissent rapidement au traitement donné. Source: www.waitrosegarden.com

C’est à cette étape que l’utilisation d’un bulbe de jacinthe préparée (spécialement traitée pour le forçage) devient avantageuse, parce que la période d’obscurité requise est moins longue que pour les autres bulbes et qu’il n’est pas nécessaire de maintenir une température aussi froide. Idéalement, vous baisserez la température nocturne à 10 à 12 °C. Les jacinthes ordinaires (non préparées), les tulipes, les crocus et les autres bulbes à floraison printanière exigent normalement des températures de 1 à 9 °C.

Maintenez ces conditions pendant environ 9 semaines pour les jacinthes préparées et 13 à 15 semaines pour la plupart des autres bulbes.

Quant à l’amaryllis, aucune température fraîche n’est nécessaire pour son forçage, ni un emplacement à l’obscurité. Placez-la devant une fenêtre ensoleillée et elle fleurira normalement dans les 5 à 8 semaines suivant la plantation.

20181110E www.gardenersworld.com.jpg

Les racines se forment rapidement. Source: www.gardenersworld.com

Les racines se forment rapidement et descendent dans l’eau. Le niveau d’eau baisse aussi, car le bulbe «boit.» Il faut alors jeter un coup d’œil tous les trois ou quatre jours en ajoutant de l’eau au besoin, car le récipient ne doit jamais s’assécher complètement.

Quand une belle pointe de croissance est formée, que le contenant est rempli de racines et que le nombre minimal de semaines s’est écoulé, on peut exposer la plante à la lumière et à la chaleur. La floraison survient alors rapidement.

Il ne faut pas que le bulbe manque d’eau pendant la floraison non plus! Rajoutez de l’eau dans le récipient selon les besoins.

Quand la floraison est terminée, nettoyez le contenant et remisez-le pour l’année suivante, puis compostez le bulbe. Il sera complètement épuisé par son expérience et ne refleurira pas. Ne pensez même pas ajouter de l’engrais à l’eau du récipient afin de nourrir le bulbe en vue d’une autre floraison : il ne sera pas plus en forme… et votre contenant se remplira rapidement d’algues.

Le forçage sur gravier

20181110G linaloo.typepad.com.jpg

On peut utiliser toutes sortes de substrats comme support pour les bulbes. Source: linaloo.typepad.com

On peut aussi forcer les bulbes dans un substrat sans terre, notamment sur du gravier, des galets de rivière, des boulets d’hydroponie, des coquillages, des billes colorées, etc.

Dans un contenant décoratif (un contenant transparent est idéal, car on peut y voir les racines se développer et mieux surveiller le niveau de l’eau) et imperméable (donc, sans trou de drainage), on verse le substrat choisi pour former une couche d’au moins 4 à 5 cm de hauteur où les racines pourront se former.

20181110I www.younghouselove.com

Placez les bulbes sur le substrat, puis rajoutez-en pour les solidifier. Source: www.younghouselove.com

Placez les bulbes sur le substrat (pour le plus bel effet, mettez autant de bulbes que le pot peut en contenir… oui, les bulbes peuvent se toucher) et remplissez les interstices entre les bulbes avec d’autres pierres, billes, etc., de façon à couvrir les bulbes presque complètement. Maintenant, ajoutez de l’eau jusqu’à la base des bulbes et placez la potée au frais et dans l’obscurité.

Les bulbes appropriés au forçage sur l’eau conviennent aussi au forçage sur gravier. Choisissez donc parmi la jacinthe préparée, le narcisse, la tulipe, le crocus, l’amaryllis, etc.

20181110F www.dutchgrown.com.jpg

Narcisse Paperwhite dans des coquillages. Source: http://www.dutchgrown.com

Le narcisse Paperwhite (Narcissus papyraceus) et ses proches parents, comme le narcisse ‘Grand Soleil d’Or’ ou ‘Chinese Sacred Lily’, soit des narcisses originaires de climats plus doux que les autres narcisses, sont particulièrement prisés pour le forçage sur gravier, car ils nécessitent encore moins de fraîcheur que les jacinthes préparées. D’accord, une température nocturne à 18 °C serait idéale, car cela donnera des tiges florales plus robustes, mais on peut facilement les forcer à la température de la pièce. Et ces narcisses fleurissent rapidement aussi: habituellement en 5 à 8 semaines.


Voilà! Un beau petit projet d’automne pour fleurir votre maison au cours de l’hiver et du printemps. Mettez-vous y donc!

Publicités

Ramasser les feuilles mortes, une fausse bonne idée*

Par défaut

La meilleure chose à faire pour l’environnement est de laisser les feuilles sur place, tout simplement. Source: ksenvironmental.com.au

*Oui, je sais que j’ai déjà écrit à propos de la recommandation de ne pas nettoyer les jardins et les pelouses à l’automne, en fait il y a seulement quelques semaines de cela, mais j’ai toujours eu l’impression d’être la voix de celui qui crie dans le désert : je semblais toujours être seul à promouvoir ce conseil de jardinage écologique simple mais efficace. Cet automne (2018), cependant, il semble que tout le monde se lance dans le mouvement «laissez vos pelouses et vos jardins tranquilles à l’automne». Le texte ci-dessous est tiré d’un communiqué de presse d’ICI Nouveau-Brunswick. Merci à Gabriel Martin de m’avoir signalé le communiqué.

Les feuilles mortes au sol protègent de petits insectes, une source alimentaire importante pour les oiseaux durant l’hiver, affirme un organisme pour la protection de l’environnement. Conservation de la nature Canada demande aux citoyens de ne pas les ramasser.

«C’est une bonne nouvelle si vous n’aimez pas cette tâche automnale : laisser les feuilles mortes au sol est la bonne chose à faire pour l’environnement», assure un porte-parole de l’organisme Conservation de la nature Canada, Andrew Holland.

Ces feuilles créent un espace de vie pour plusieurs petites bestioles durant l’hiver. C’est un habitat naturel pour les papillons et pour plusieurs autres insectes qui peuvent s’y réfugier pour hiverner. «Et ces insectes constituent une source nutritive de choix pour les oiseaux lorsque le printemps arrive.»

20181109B Dan Pancamo, Wikimedia Commons.jpg

Moins vous faites le ménage automnal sur votre terrain, plus vous aidez les oiseaux, comme cette mésange. Source: Dan Pancamo, Wikimedia Commons

Les gens peuvent aussi aider les oiseaux à survivre à l’hiver en ne nettoyant pas leur jardin à la fin de l’été. «Les fruits et les semences qui restent sur les fleurs et les arbustes fournissent une nourriture essentielle pour de nombreux oiseaux, dont les chardonnets, les geais et les mésanges», explique un biologiste de Conservation de la nature Canada, Dan Kraus.

Pour ceux qui craignent d’étouffer leur pelouse ou de boucher leurs gouttières, Andrew Holland propose de déplacer les feuilles, sous des buissons, par exemple.

«Ces feuilles fournissent un bon paillis pour les arbustes et aident à prévenir le cycle gel/dégel des racines pendant l’hiver», explique-t-il.

«Vous voulez réduire les feuilles au sol en morceaux de la taille d’une petite pièce de monnaie. Vous saurez que vous avez terminé quand on peut voir environ 1 cm de gazon à travers la couche de feuilles broyées. Une fois que les feuilles se sont installées, les microbes et les vers commencent à les recycler», indique le site Web.

Ces plantes d’intérieur qui ne veulent pas se ramifier

Par défaut

L’avocatier est tout naturellement porté à pousser sans ramification. Si vous voulez le voir se densifier, il faut l’obliger à le faire. Source: www.reddit.com

Avez-vous déjà remarqué que certaines plantes d’intérieur produisent des touffes denses et feuillues, créant un joli monticule de verdure, tandis que d’autres poussent tout droit vers le haut, sans la moindre branche, révélant une bonne longueur de tige nue? Ces plantes étaient souvent bien mignonnes dans leur jeunesse, quand elles étaient encore assez trapues ou portaient encore assez de feuilles pour recouvrir leur tige dressée, mais elles sont devenues dégarnies et maigrichonnes à mesure qu’elles ont grandi.

20181108B Dieffenbachia sebuine, sy. amonea www.flowershopnetwork.com

Le dieffenbachia commun (Dieffenbachia seguine) n’est pas porté à se ramifier. Si on le laisse faire, il finira par atteindre le plafond! Source: www.flowershopnetwork.com

Ces espèces — des plantes aussi populaires que l’avocatier (Persea americana), le faux aralia (Dizygotheca elegantissima, maintenant Pierandra elegantissima), le schefflera (Schefflera actinophylla), le caoutchouc (Ficus elastica), les dracénas (Dracaena spp.) et l’arbre à monnaie (Pachira aquatica) — sont souvent des arbres de forêt dense dans la nature: elles sont génétiquement programmées pour pousser en hauteur jusqu’à ce qu’elles quittent l’ombrage dense du sous-bois pour atteindre la canopée, là où il y a du soleil, et seulement alors commenceront-elles à se ramifier. Elles ne semblent pas se rendre compte que, dans votre salon, le meilleur éclairage est généralement vers la mi-hauteur de la pièce et qu’ainsi elles ne trouveront que déception (ainsi que le plafond!) si elles continuent à croître obstinément vers le haut.

Il y a aussi certaines plantes d’intérieur qui ne deviennent pas nécessairement des arbres, mais qui ne se ramifient naturellement qu’après leur première floraison… ce qui, étant donné que les conditions dans nos demeures sont rarement l’équivalent de celles que ces plantes auraient reçues à l’état sauvage, pourrait ne se produire qu’après bien des années. C’est le cas du kalanchoé de Grémont (Kalanchoe daigremontiana) et du pachypode (Pachypodium lamerei).

Enfin, il y a aussi certaines plantes d’intérieur dressées qui semblent être naturellement dépourvues de branches, même à maturité. L’aglaonéma (Aglaonema spp.) et le dieffenbachia (Dieffenchia seguine, syn. D. amoena) appartiennent à cette catégorie.

Que peut-on faire avec ces plantes à tige unique?

Recherchez des cultivars naturellement ramifiés

20181108C www.jparkers.co.uk.jpg

Le coléus moderne est une plante basse et ramifiée qui a peu besoin de taille… tout un contraste avec la forme d’origine, généralement haute et peu ramifiée avec une longue tige nue. Source: www.jparkers.co.uk

Souvent, les hybrideurs aident les jardiniers amateurs en développant des variétés qui se ramifient plus abondamment que leur ancêtre. Autrefois, par exemple, le coléus (Plectranthus scutellarioides, syn. Solenostemon scutellarioides et Coleus blumei) était peu porté à se ramifier et produisait généralement une haute tige avec seulement des feuilles au sommet. Les variétés modernes, par contre, se ramifient abondamment, formant de véritables monticules de feuillage coloré. Il en va de même pour le pélargonium des jardins (Pelargonium x hortorum) : les cultivars modernes ont un port naturellement plus arrondi et ramifié que les anciens. Il existe même maintenant des variétés de dieffenbachia (Dieffenbachia spp.), pourtant une plante qui a la réputation de filer tout droit vers le plafond, qui se ramifient, du moins à la base.

La taille stimule la ramification

Et pour les plantes qui n’ont pas encore été «améliorées», vous pouvez toujours les tailler pour stimuler la pousse de branches.

20181108X syntk.wordpress.com.jpg

Si vous supprimez le bourgeon terminal, la plante produira une à plusieurs ramifications. Source: syntk.wordpress.com

On sait depuis longtemps que la taille stimule la ramification des végétaux : demandez à un pomiculteur ou à un élagueur de haies et il vous le confirmera. On sait même pourquoi! C’est à cause de la dominance apicale, très forte chez certaines espèces, notamment les arbres. Le bourgeon terminal (celui de l’extrémité supérieure de la plante) produit une hormone, l’auxine, qui inhibe la croissance des branches latérales. Mais si on l’enlève, l’inhibition tombe et une ou plusieurs branches secondaires se développent.

Donc, si vous voulez voir votre plante se ramifier, il faut lui couper la tête! On peut le faire en pinçant (supprimant) tout simplement le bourgeon terminal, ou encore, on peut couper la tige principale avec un sécateur à 5 à 15 cm du sommet. Si la plante est déjà trop haute, on peut même la rabattre sérieusement, la ramenant à une hauteur plus acceptable. Par exemple, vous pouvez couper un dracéna de 2 m de hauteur à 15 ou 30 cm de sol et il repoussera sans problème à partir du peu de tige qu’il lui restera.

20181108E plantshop.ae.jpg

Quand on lui a coupé ses deux têtes, ce dracéna a produit de multiples nouvelles pousses. Source: plantshop.ae

Chaque plante réagit différemment à la suppression du bourgeon terminal. Certaines produisent alors une multitude de rameaux; d’autres, que quelques-uns. Certaines aussi s’entêtent à ne produire qu’une seule tige de remplacement (l’avocatier, par exemple). Donc, on lui coupe la tête et elle réagit en produisant une seule autre tête. Parfois, il faut la pincer ou la tailler plusieurs fois, tous les quatre ou cinq mois, avant que la plante daigne produire une deuxième branche.

Et même quand plusieurs branches se forment, la dominance apicale s’installe de nouveau et ces nouvelles branches commencent à empêcher d’autres branches de se former. Ainsi, pour les plantes où la dominance apicale est forte, il faut généralement pincer la plante occasionnellement, de préférence au début du printemps, enlevant le bourgeon terminal de toutes les branches, pour maintenir la croissance dense tant désirée.

Quelles plantes tailler?

20181108F miaamore86.tumblr.com.jpg

On peut tailler presque n’importe quelle plante à tige dressée… sauf un palmier! Source: miaamore86.tumblr.com

En fait, vous pouvez supprimer la tête de presque toutes les plantes d’intérieur qui ont une tige dressée… sauf les palmiers. Les vrais palmiers ne produisent tout simplement pas de branches (sauf dans de très rares circonstances, peu susceptibles de se produire chez vous). Il y a, il est vrai, des palmiers qui produisent des drageons dans le sol au pied de la plante mère, mais des branches sur leur stipe (tronc)? Non. Alors, laissez les palmiers tranquilles, mais vous pouvez tailler essentiellement toute autre plante qui a une tige dressée.

Vous pouvez, en passant, faire enraciner la tête que vous avez enlevée. Oui, il suffit de l’insérer dans un pot de terreau humide et de la cultiver comme n’importe quelle autre bouture! Ou de faire un marcottage aérien.

Groupez les plantes pour un plus bel effet

20181108D bloomscape.com.jpg

En plantant plusieurs plantes non ramifiées (ici, Aglaonema ‘Silver Bay’) dans le même pot, vous pouvez créer un aspect plus attrayant. Source: bloomscape.com

Pour une solution plus rapide, pensez à planter plusieurs végétaux peu ramifiés dans le même pot, ce qui leur donne une apparence plus dense qui peut durer des années. D’ailleurs, les pépinières de production le font régulièrement avec certaines plantes telles que l’aglaonéma, le faux aralia et les dracénas. Lorsque les plantes dans ces pots communs commencent à paraître dégarnies, rabattez-les sérieusement et elles repousseront toutes à partir de la base, rétablissant ainsi l’apparence dense et attrayante du début.


Ainsi, il n’est pas nécessaire de laisser les plantes dégarnies nuire à l’effet de votre décor: une taille judicieuse ou un rempotage en groupe peut leur redonner une apparence des plus saisissantes.

Quand une plante d’intérieur est exposée au froid

Par défaut

Le ficus sans feuilles de Terrance. Source: Terrance Keller

Question: J’ai laissé mon ficus à l’extérieur trop longtemps cet automne et toutes les feuilles sont mortes. Je l’ai taillé très radicalement et je me demande maintenant si je l’ai tué. Je l’ai placé devant une fenêtre de patio orientée au sud afin qu’il reçoive autant de soleil que possible en hiver. Y a-t-il de l’espoir?

Terrance Keller

Réponse: Oui, il est possible que la plante reprenne, mais tout dépend du degré de froid qu’elle a subi, de la durée de son exposition, ainsi que de la tolérance naturelle au froid de l’espèce en question.

En effet, les plantes d’intérieur ont des degrés très variables de tolérance au froid. Il existe diverses espèces de ficus d’intérieur à petites feuilles. Parmi celles-ci, le figuier pleureur (Ficus benjamina) est probablement le plus résistant au froid, tolérant une touche de gel (moins de 0 °C) pendant de courtes périodes. De son côté, le laurier d’Inde (F. microcarpa, syn. F. retusa et F. retusa nitida) est moins rustique et peut être gravement endommagé ou même tué par des températures de 13 °C si ce froid persiste.

La seule chose à faire maintenant est d’attendre. Donnez à votre plante des températures intérieures normales et arrosez à peine, seulement assez pour l’empêcher de s’assécher complètement. Vous ne voulez pas trop l’arroser à ce stade, car les racines auront probablement aussi été endommagées, et rester dans un sol où stagne un surplus d’eau peut provoquer leur pourriture.

Il peut falloir jusqu’à deux mois avant que votre plante réagisse, surtout à cette période de l’année (les plantes récupèrent plus lentement lorsque les jours sont courts).

Si rien ne se passe… bon, au moins, vous aurez essayé!

Si de nouvelles feuilles apparaissent, assurez-vous que la plante continue à être bien éclairée et commencez à arroser au besoin (lorsque le sol est sec au toucher). Augmentez si possible l’humidité de l’air pendant les mois d’hiver et ne fertilisez pas tant que la plante n’a pas l’air de pousser vigoureusement. Ensuite, au fur et à mesure que la reprise avance, procédez à un élagage sélectif pour éliminer le bois mort et laisser de la place pour les nouvelles pousses.

Nul besoin de vous sentir coupable

Pas besoin de vous sentir coupable à la suite de cet incident. Je pense que la plupart des jardiniers oublient à l’occasion une plante tropicale en plein air à l’automne.

20181107B Amazon.com.jpg

Le palmier de Fortune (Trachycarpus fortunei) a beau être le palmier le plus rustique au monde, il ne peut pas tolérer un hiver québécois en plein air! Source : Amazon.com

Je me rappellerai toujours la fois où j’ai «perdu» un petit palmier de Fortune (Trachycarpus fortunei) en pot dans mon jardin. Je savais bien que je ne l’avais pas rentré, mais ne pouvais pas me souvenir de l’endroit où je l’avais placé pour l’été! Je ne l’ai retrouvé que lorsque le poids de la neige a fait baisser la végétation environnante, le révélant debout, les frondes couvertes de neige. Et oui, bien qu’il ait perdu la plupart de ses frondes, il a survécu au traumatisme!

Mythe horticole: si une plante-araignée ne produit pas de bébés, c’est qu’elle doit être un mâle

Par défaut

Suis-je un garçon ou une fille? Source: gointerior.me, http://www.freepngclipart.com & melbournechapter.net, montage: jardinierparesseux.com

Le monde du jardinage est bourré de renseignements douteux et même faux. Par exemple, on entend dire que si une plante-araignée, ou phalangère (Chlorophytum comosum), ne produit pas de «bébés» (plantules), c’est qu’il doit s’agir d’un plant mâle. Et cela semble logique, n’est-ce pas? Car, chez les humains, les hommes (les mâles) ne produisent pas de bébés, seulement les femmes (les femelles) le font.

Mais cela, bien sûr, est un non-sens. Le sexe d’une plante n’a rien à voir avec le fait qu’elle produise des plantules adventives. C’est une forme de reproduction asexuée: aucun échange avec une autre plante, mâle ou femelle, n’est nécessaire. Et il se trouve que la plante-araignée, comme la grande majorité des végétaux, a des fleurs «parfaites», c’est-à-dire bisexuées. Les organes masculins et féminins y sont présents et fonctionnels. La plante-araignée est donc hermaphrodite, c’est-à-dire à la fois mâle et femelle.

Les vraies raisons pour lesquelles les plantes-araignées ne produisent pas de bébés

visi135578

Jeune plante-araignée: bientôt elle sera en âge de produire des bébés. Source: www.bakker.com

Si une plante-araignée ne produit pas de bébés, c’est pour une autre raison. Et c’est généralement soit parce qu’elle est trop jeune pour le faire (elle doit en général avoir environ un an avant de pouvoir produire des plantules) ou qu’elle ne profite pas des conditions de croissance dont elle a besoin.

Et cela n’est pas très courant.

Il se trouve que la plante-araignée est extrêmement facile à cultiver (à l’intérieur du moins; pour réussir en plein air, elle a besoin d’un climat tropical). Elle peut tolérer des arrosages irréguliers, une sécheresse prolongée, peu ou pas d’engrais et des températures extrêmes et produira néanmoins au moins quelques bébés sur ses célèbres stolons retombants.

Mais ce qu’elle ne peut pas tolérer, c’est un éclairage insuffisant.

20181106C Ju-Lee, www.gardeningknowhow.com.jpg

Plante-araignée manquant sérieusement de lumière: aucun bébé ne sera produit. Source: www.gardeningknowhow.com

N’oubliez pas que la lumière est la seule source d’énergie pour les plantes vertes (chlorophylliennes). Pour elles, la lumière est aussi importante que la nourriture l’est pour l’humain. La plante-araignée est incroyablement tenace et survivra pendant des années dans une situation de faible luminosité, essentiellement à moitié morte faute d’énergie solaire, mais elle ne fleurira pas dans ces conditions… et pour cette plante, la floraison est l’essentielle première étape de la production de bébés. J’explique.

Une hampe florale modifiée

20181106D Reaperman, Wikimedia Commons.JPG

La hampe florale produit d’abord des fleurs, ensuite des bébés. Source: Reaperman, Wikimedia Commons

Vous voyez, même sous un éclairage à peine acceptable, la plante-araignée produit quelques hampes florales arquées qui portent de minuscules fleurs blanches. Pas trop voyantes et de courte durée, les fleurs risquent de passer inaperçues. Cependant, pendant que les premiers boutons floraux s’épanouissent, la hampe continue de s’allonger, se cambrant maintenant sous le poids des petites plantes qui s’y forment. Ce sont les «bébés» que vous attendiez. Plus les plantules sont grandes et nombreuses, plus la tige pend, ce qui confère à la plante son port retombant bien connu. Mais encore, elle doit fleurir avant de produire les bébés… et cela nécessite de la lumière.

Dans la nature (c’est un couvre-sol largement répandu en Afrique subsaharienne), la plante-araignée pousse bien sûr au sol et la tige arquée touche bientôt la terre où les bébés s’enracinent, ce qui donne plus de plantes-araignées. Ainsi, la plante-araignée se propage davantage par reproduction asexuée (des plantules qui s’enracinent dans le sol) que par la reproduction sexuée.

20181106E Florian Wickem, Wikimedia Commons.jpg

Bien éclairée, cette plante-araignée produit des dizaines de bébés. Source: Florian Wickem, Wikimedia Commons

Quand on cultive une plante-araignée en panier suspendu sous un éclairage adéquat, elle  produit de plus en plus de hampes florales arquées. Les jeunes plantes en suspension commencent à produire des hampes florales à leur tour, des hampes qui s’allongent parfois jusqu’à toucher le sol, provoquant cette pluie de bébés qui est l’attrait principal de la plante.

Seulement quand la lumière est juste

Mais pour produire des bébés en abondance, la plante-araignée a besoin d’un bon éclairage. Et même pour un nombre modeste de bébés, il lui faut au moins un éclairage modéré. Sous un éclairage faible, loin de toute fenêtre, elle produira seulement des feuilles.


Maintenant que vous le savez, déplacez votre plante d’araignée «mâle» dans un endroit plus éclairé — peut-être directement devant une fenêtre — et sous peu, elle produira des bébés en abondance!

Forcer des bulbes pour un printemps hâtif

Par défaut

Bulbes de scille de Sibérie en forçage. Source: lindenhillgardens.wordpress.com

Vous avez un surplus de bulbes à plantation automnale (tulipes, narcisses, crocus, etc.), ou encore, vous avez tout simplement oublié de les planter? Peu importe, car on peut les «forcer» et quand même obtenir des fleurs pour le printemps suivant.

«Forcer» veut dire pousser une plante à fleurir avant son temps. On pratique le forçage surtout avec les bulbes, de façon à avoir un printemps hâtif. Et la technique est si simple.

Comment faire

20181105C www.tesselaar.net.au.jpg

Plus il y aura de bulbes dans le pot, meilleur sera l’effet. Source: http://www.tesselaar.net.au

Prenez un pot de bonne taille (au moins 20 cm de diamètre) et remplissez-le aux trois quarts de terreau (truc: le terreau sera plus facile à manipuler si vous l’humidifiez préalablement). Placez des bulbes sur ce substrat, côté aplati vers le bas. Ne soyez pas chiche: mettez-en autant que vous pouvez sans les comprimer. Plus il y aura de bulbes dans le pot, plus l’effet sera saisissant! Eh oui, malgré un conseil qu’on voit souvent, les bulbes peuvent se toucher!

Pouvez-vous mélanger différents bulbes dans le même pot? Des tulipes, des narcisses et des crocus, par exemple? Oui, mais… il est très difficile d’obtenir une floraison simultanée de bulbes en mélange. Pour une floraison variée, mieux vaut empoter plusieurs pots, chacun contenant une seule variété de bulbe.

Recouvrez maintenant les bulbes de terreau et arrosez bien. Si la pointe des bulbes dépasse, ce n’est pas grave.

Des bulbes en vase

20181105E www.thriftyfun.com.jpg

On peut aussi forcer des bulbes sans terreau. Source: http://www.thriftyfun.com

Il est aussi possible de forcer des bulbes dans l’eau (dans une carafe à jacinthe, par exemple) ou dans du gravier. Je vous expliquerai la technique dans un prochain article.

Un hiver simulé

20181105F-1500-trucs.jpg

Les bulbes ont besoin d’une longue période de froid avant de pouvoir fleurir. Source: Claire Tourigny, tiré du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

L’étape la plus importante est la suivante: les bulbes doivent subir une longue période de froid pour fleurir. En effet, les bulbes que nous forçons proviennent de régions aux climats froids où ils subissent des hivers longs et froids. Sans période de froid, ils ne sauront pas quand fleurir!

Emballez donc votre potée dans un sac de plastique (pour qu’elle ne s’assèche pas trop) et placez-la dans un réfrigérateur, un garage un peu chauffé, un caveau à légumes ou tout autre emplacement où la température restera sous les 9 °C, mais au-dessus de 0 °C.

20181105G frydayfunstuff.com.png

«Je sais que la potée de bulbes est quelque part dans ce secteur!» Source: frydayfunstuff.com

Les lecteurs des climats tempérés relativement doux, où le sol ne gèle pas en profondeur, peuvent aussi placer les potées dans une tranchée à l’extérieur, les recouvrant avec du paillis. Ainsi, ils pourront facilement aller chercher les pots en plein hiver selon leurs besoins… mais cela ne fonctionne pas sous un climat froid. Comment, en effet, récupérerez-vous vos bulbes en février quand le paillis sera solidement gelé et que la tranchée sera sous 1 m de neige?

Le placement à l’extérieur ne fonctionnera pas non plus sous un climat chaud où la température extérieure ne sera pas inférieure à 9 °C de façon régulière pendant de longs mois d’hiver. Là, un réfrigérateur sera nécessaire.

Patience requise

20181105H techflourish.com.gif

techflourish.com

La période de forçage est très longue: 14 semaines pour la plupart des bulbes (9 semaines pour les jacinthes, 10 semaines pour les crocus et les muscaris, même 15 à 16 semaines pour les tulipes tardives), car il faut les «convaincre» qu’ils ont vécu un véritable hiver. Durant cette période, arrosez au besoin: les bulbes ne sont pas en dormance, mais en pleine croissance et absorberont passablement d’eau.

Le forçage comme tel

20181105I reallifegardensolutions.com.jpg

Quand les pousses sont bien évidentes et que le pot est rempli de racines, on peut procéder au forçage. Source: reallifegardensolutions.com

Quand de nouvelles pousses jaune pâle sont bien évidentes et que le pot est rempli de racines, enlevez le sac et placez la potée dans un endroit frais, mais ensoleillé: devant une fenêtre orientée à l’est, par exemple. Les feuilles et les tiges florales sortiront très rapidement et les bulbes seront bientôt en fleurs. Tournez les pots d’un quart de tour tous les trois ou quatre jours afin que les tiges poussent droit, et continuez de les arroser au besoin.

Si vous placez les bulbes dans une pièce plus chaude, la floraison aura lieu quand même, mais les tiges pourraient s’étioler (être hautes et fragiles) et alors avoir besoin d’un tuteur.

Après la floraison

Après la floraison, qui ne durera qu’une semaine ou deux, vous pourrez jeter les bulbes au compost si vous le voulez… ou les planter en pleine terre une fois que le sol sera dégelé. Ils refleuriront au cours des années à venir, bien que rarement le printemps suivant (il leur faut du temps pour récupérer du «trauma» du forçage).

Les bulbes de tulipes font exception: il vaut rarement la peine d’essayer de les récupérer après le forçage. Leur place est au compost!

Ne forcez pas les mêmes bulbes deux fois, car le premier forçage les affaiblit. Utilisez de nouveaux bulbes à chaque fois.

Quels bulbes utiliser?

20181105J danfennell.com.jpg

Les muscaris sont probablement les bulbes les plus faciles à forcer. Source: danfennell.com

On peut forcer tout bulbe à floraison printanière, mais les variétés hâtives donnent habituellement de meilleurs résultats, car elles sont naturellement plus courtes et donc, si elles s’étiolent un peu (ce qui est souvent le cas quand on force des bulbes), cela ne paraîtra pas trop. Voici quelques exemples de bons choix:

  1. Anemone blanda
  2. Chionodoxa: toute variété
  3. Crocus: ‘Giant Yellow’, ‘Jeanne d’Arc’, ‘Remembrance’
  4. Iris: Iris reticulata ‘Harmony’, ‘J.S. Dijt’
  5. Jacinthe : ‘Blue Jacket’, ‘Delft Blue’, ‘Innoncence’, ‘Queen of the Pinks’
  6. Muscari: toute variété
  7. Narcisse: ‘Carlton’, ‘February Gold’, ‘Peeping Tom’, ‘Tête à Tête’, ‘Unsurpassable’
  8. Perce-neige: toute variété
  9. Scille: toute variété

    20181105K martagon.blogspot.com

    Les tulipes tendent à s’étioler, d’où l’importance d’utiliser des variétés naturellement courtes. Source: martagon.blogspot.com

  10. Tulipes simples hâtives, doubles hâtives et triomphes: ‘Brilliant Star’, ‘Christmas Marvel’, ‘Couleur Cardinal’, ‘Diana’, etc.

Cas spéciaux

20181105L www.diy.com.jpeg

Les narcisses Paperwhite sont les bulbes les plus rapides à forcer: ils sont souvent en fleurs en seulement 5 à 6 semaines. Source: http://www.diy.com

Les narcisses Paperwhite (Narcissus papyraceus, syn. N. tazetta), n’ont pas besoin de traitement au froid pour fleurir. Aussi, ils arrivent rapidement à floraison: on peut les planter au début de novembre et avoir des fleurs pour Noël!

Il existe aussi des «jacinthes préparées», dont les bulbes ont été spécialement traités pour fleurir sans période de froid, mais elles coûtent plus cher que les jacinthes ordinaires.


De belles potées de bulbes fleuris de février à mai? Pourquoi pas? Le forçage est si facile à réussir!

Faut-il tailler le saule-crevette à l’automne?

Par défaut

Le saule-crevette est très joli, mais peut nécessiter une certaine taille de valorisation. L’automne, par contre, n’est pas la bonne saison pour y procéder. Source: springmeadownursery.com

Question: J’ai planté un saule-crevette cet été. Dois-je le tailler à l’automne? Est-ce qu’il a besoin de protection hivernale?

Lili

Réponse: D’abord, le saule-crevette (Salix integra ‘Hakuro-nishiki’*) est un arbuste qu’on appelle aussi saule maculé ou saule Arlequin. Il est populaire pour son feuillage étroit maculé de blanc et de rose au printemps. À mesure que le printemps avance, le rose disparaît, laissant une coloration blanc et vert, puis le blanc disparaît aussi, laissant les feuilles entièrement vertes à partir de la fin de l’été. Il n’y a pas de coloration notable à la chute des feuilles à l’automne, mais les tiges rougeâtres nouvellement poussées offrent un certain attrait hivernal.

*S. integra ‘Flamingo’ est aussi largement vendu et serait une version améliorée de ‘Hakuro-nishiki’, avec une meilleure coloration rose au printemps. Je dois admettre cependant que je ne vois aucune différence entre les deux et que la Société royale d’horticulture d’Angleterre semble être d’accord avec moi, car elle donne S. integra ‘Nishiki Flamingo’ comme synonyme de S. integra ‘Hakuro-nishiki’.

On taille ou on ne taille pas?

«Dois-je le tailler à l’automne?»

Je ne trouve pas que vous posez la bonne question. La question devrait être «est-ce que je dois le tailler?», car l’un des principes du jardinier paresseux est qu’on ne taille jamais pour rien. Il faut avoir une bonne raison pour le faire.

Et les jardiniers ont habituellement deux raisons pour vouloir tailler le saule-crevette.

20181104F tellurianflora.wordpress.com.jpg

Sans taille, l’arbuste prend ses dimensions normales, soit celles d’un grand arbuste. Source: tellurianflora.wordpress.com

D’abord, on le taille pour maintenir un port dense et compact. En effet, le saule-crevette est naturellement un grand arbuste au port un peu diffus pouvant atteindre environ 3,5 m de hauteur et 2,5 m de diamètre si on ne le taille jamais. Personnellement, je l’aime comme cela et ne taille pas le mien. Il atteint environ 2,5 m de hauteur et 1,5 m de diamètre après 18 ans, ce que je juge très approprié. D’ailleurs, je l’ai planté en compagnie d’autres grands arbustes dans un endroit où l’accès pour la taille serait difficile de toute façon. Ça me plaît de n’avoir aucun entretien à lui prodiguer.

La taille du printemps

20181104C www.obsessiveneuroticgardener.com.jpg

Typiquement, on rebat le saule-crevette très court au printemps pour produire un arbuste plus compact. Source: http://www.obsessiveneuroticgardener.com

Je suis toutefois une exception à la règle. La plupart des gens traitent le saule-crevette comme un «arbuste à recéper», c’est-à-dire qu’ils le rabattent à 8 à 15 cm du sol annuellement. Cela donne un petit arbuste plutôt arrondi d’environ 1,2 à 1,5 m de hauteur et de diamètre.

20181104H www.willowsvermont.com.jpg

Les fleurs discrètes du saule-crevette indiquent qu’il est temps de tailler, si tel est votre choix. Source: www.willowsvermont.com

Habituellement, cette taille se fait non pas à l’automne, mais au début du printemps, à la fonte des neiges, environ au même moment où il fait sa floraison discrète (de petits chatons peu remarquables).

Mon attitude de jardinier paresseux dans une situation semblable est que, si je veux un arbuste de 1,5 m de hauteur et de diamètre, je plante un arbuste qui est naturellement de ces dimensions. Pourquoi forcer une plante à garder des dimensions qui sont contre sa nature? Vivre et laisser vivre!

La taille de mi-été

20181104E Salicyna, Wikiimedia Commons

Après une taille estivale, la panachure rose réapparaît pendant une courte période. Source: Salicyna, Wikimedia Commons

Deuxièmement, certains jardiniers beaucoup plus forcenés que moi le taillent une deuxième fois à la mi-été (juillet, début d’août) quand son feuillage a perdu une bonne partie de sa panachure. C’est une taille plus légère, raccourcissant les rameaux de 15 cm environ. Cela stimule rapidement une repousse plus dense, aussi colorée qu’au printemps, mais de moindre durée. (La coloration rose fane rapidement sous l’effet du soleil estival.) En taillant un saule-crevette de cette façon, on obtient quelque chose qui ressemble à un pompon rose… Pas très naturel pour mon décor «plus vrai que nature!»

Quand le saule pousse en sucette

20181104B p23mega.by

Saules-crevette greffés sur les tiges d’un autre saule. Source: p23mega.by

Le saule-crevette est souvent vendu greffé sur tige pour former un petit arbre : il ressemble alors à une sucette au moment de l’achat. Est-ce que cela change quelque chose dans la taille de la plante?

Pas vraiment, sauf que si vous ne le taillez jamais, il tend à devenir un petit arbre légèrement pleureur avec le temps,  mais restera en boule si on le taille fréquemment (une ou deux fois par année).

20181104G www.louistheplantgeek.com.jpg

L’hiver, on peut voir le résultat des tailles sévères répétées sur le saule greffé en tête: un amas de branches minces toutes environ de la même longueur. On appelle cette forme un têtard. Source: www.louistheplantgeek.com

La culture du saule-crevette en quelques mots

Plantez le saule-crevette au soleil ou, à la rigueur, à la mi-ombre, dans un sol de toute qualité, un peu humide, mais quand même bien drainé. Il peut être utile de l’arroser plusieurs fois la première année, le temps qu’il s’enracine bien. Un bon paillis pour garder le sol frais et plus humide est toujours apprécié. La plante, originaire des régions froides de l’Eurasie, dont la Sibérie, n’a aucun besoin de protection hivernale et est rustique en zone 3b*.

*Attention! Bien que S. integra soit très rustique, les arbres greffés en tête (les sucettes) sont souvent greffés sur un porte-greffe moins résistant au froid. Si vous vivez dans un climat froid, assurez-vous que le porte-greffe est au moins aussi résistant que le greffon au-dessus!

Notez que, contrairement aux grands saules arborescents, le système racinaire de ce petit saule est peu envahissant.

Attention aux engrais riches en azote avec cette plante : ils stimulent une croissance fulgurante… mais on perd le beau coloris rose et blanc. Préférez un engrais biologique à dissolution lente dont le premier chiffre (le taux d’azote) est inférieur à 8. D’ailleurs, cet arbuste n’a pas besoin de beaucoup d’engrais pour bien pousser : une application d’engrais à dissolution lente tous les trois ou quatre ans devrait amplement suffire.

20181104I www.limecross.co.uki.jpg

Malgré qu’ils soient bien mignons, il faut se rappeler que les arbres greffés en tête sont rarement de très longue vie. Source: http://www.limecross.co.uk

Enfin, le saule-crevette greffé sur tige est porté à produire des branches sur le tronc. Ces branches viennent du porte-greffe, pas du saule-crevette, et ne porteront pas des feuilles panachées, mais plutôt des feuilles entièrement vertes. Il faut bien sûr supprimer ces réversions pour maintenir le port en sucette et la coloration panachée tant désirés.


Le saule-crevette : qu’on le taille ou pas, il fait une attrayante plante vedette.