Que savez-vous du sapin de Noël?

Par défaut

Le sapin décoré est devenu un classique du temps de Noël. Source: pxhere.com

La tradition du sapin de Noël est fortement répandue, même presque mondialement. Même dans les pays non chrétiens (Chine, Japon, Singapour, etc.), on fête un Noël, plutôt commercial, avec de beaux sapins… artificiels. Mais que savons-nous de cet arbre qui décore notre maison pendant plusieurs semaines à la fin de l’année? Voici un petit jeu-questionnaire qui mettra à l’épreuve vos connaissances sur cette tradition populaire.

Faites l’addition de vos points pour voir si vous vous y connaissez aussi bien que vous le pensiez en sapins de Noël.

1. De quelle origine est la tradition du sapin de Noël?

a) juive

b) romaine

c) allemande

2. En quelle année le premier sapin de Noël de la France fut-il installé à Versailles?

a) 1623

b) 1738

c) 1789

3. Le premier sapin de Noël utilisé au Canada date de :

a) 1920

b) 1781

c) 1873

4. La tradition veut qu’on installe le sapin de Noël à une date spécifique. Laquelle?

a) La veille de Noël

b) Le troisième dimanche de l’Avent

c) L’Immaculée Conception

5. À travers le monde, différentes essences servent d’arbre de Noël. En Argentine, l’espèce la plus populaire est :

a) L’araucaria, un arbre indigène

b) Le sapin de Fraser, produit en montagne

c) Le sapin artificiel

20181224C cvc.ca.jpg

Ferme d’arbres de Noël. Source: cvc.ca

6. Le plus gros producteur mondial de sapins de Noël vivant est :

a) Canada

b) États-Unis

c) Allemagne

7. Quel État américain a la plus grosse production d’arbres de Noël cultivés?

a) Alaska

b) Oregon

c) Hawaï

8. Quelle affirmation est vraie?

a) La plupart des sapins de Noël produits au Québec sont vendus au Québec.

b) La plupart des sapins de Noël produits au Québec sont vendus en Ontario.

c) La plupart des sapins de Noël produits au Québec sont vendus aux États-Unis.

20181224B oldchristmastreelights.com.jpg

Le premier sapin illuminé artificiellement date de 1882. Source: oldchristmastreelights.com

9. Qui fut le premier à avoir l’idée d’utiliser des guirlandes d’ampoules électriques pour décorer les sapins de Noël?

a) Thomas Edison

b) Guglielmo Marconi

c) Edward Johnson

10. Combien d’années faut-il, en moyen, pour produire un sapin de culture?

a) 4 à 5

b) 6 à 10

c) 11 à 14

20181224D wayfair.ca.jpg

Support classique pour arbre de Noël. Son réservoir contient si peu d’eau qu’il est presque certain que l’arbre s’assèchera. Source: wayfair.ca

11. D’après l’Association canadienne de l’arbre de Noël, quelle quantité de liquide le réservoir d’un support d’arbre de Noël coupé doit-il pouvoir contenir?

a) 1 litre

b) 2 litres

c) 6 litres

12. Quel arbre est le plus utilisé comme arbre de Noël coupé?

a) Sapin

b) Pin

c) Épinette/épicéa

Réponses:

  1. c) allemande.

Le sapin avait une signification de renouveau pour les tribus allemandes païennes, car il restait vert durant la période «morte» de l’année. On faisait des cérémonies autour du sapin pour le Nouvel An, date de la «renaissance» de la terre. Les Allemands gardèrent cette tradition même après s’être convertis au christianisme, plaçant souvent un sapin décoré dans leur crèche de Noël. C’est vers les années 1500 qu’on a vu pour la première fois les sapins de Noël utilisés à l’intérieur.

  1. b) 1783.

C’est sous l’initiative de Marie Leszczynska, épouse du roi Louis XV et originaire de la Pologne, où la tradition du sapin de Noël était bien établie, que le premier sapin décora le château de Versailles. C’est n’est que vers 1871 que des immigrés d’Alsace-Lorraine introduisirent la coutume un peu partout au pays.

  1. b) 1781.

Des mercenaires allemands apportèrent la tradition du sapin de Noël au Québec. On dit que le tout premier sapin de Noël en sol canadien a été installé à Sorel en 1781 par le major général von Riedesel et sa femme. La tradition se répandit à travers le pays à l’époque victorienne pour gagner tous les niveaux de la société urbaine vers 1920. Il a fallu compter encore 10 ans pour que la tradition s’établisse aussi à la campagne.

  1. a) La veille de Noël.

En fait, les puristes maintiennent que le sapin de Noël doit être installé la veille de Noël, pas une journée plus tôt. Et de plus, il doit être enlevé précisément 12 nuits plus tard, à l’Épiphanie.

  1. c) Le sapin artificiel.

En Argentine, comme dans bien des pays hispanophones d’Amérique du Sud et centrale, la tradition du sapin de Noël est d’introduction récente, venant des États-Unis. Il n’y a pas de véritables producteurs de sapins de Noël dans le pays, alors le sapin vient généralement en boîte.

  1. b) États-Unis.

Avec une production d’environ 20 000 000 d’arbres coupés annuellement, les États-Unis dépassent de peu l’Allemagne (19 000 000 d’arbres) comme pays producteur de sapins de Noël. Le Canada n’en produit qu’environ 6 000 000.

  1. b) Oregon.

En 2002 (dernière année pour laquelle des statistiques sont disponibles), l’Oregon avait produit 6 466 551 arbres, devant la Caroline du Nord (2 915 507 arbres) et le Michigan (2 380 179). Hawaï est à la 42e place sur 50 États, avec une production de 4 233 arbres. L’Alaska ne produit aucun arbre de Noël cultivé. Ses arbres de Noël sont pris à l’état sauvage.

  1. c) La plupart des sapins de Noël produits au Québec sont vendus aux États-Unis.

Le Québec produit environ 1 800 000 arbres de Noël par année dont 70% (environ 1 260 000 arbres) prendront le chemin des États-Unis. 400 000 seront écoulés au Québec et le gros des autres ira en Ontario.

  1. c) Edward Johnson

Edward Johnson, assistant de Thomas Edison, fut la première personne à proposer l’idée de guirlandes électriques en 1882. Auparavant, on utilisait des bougies qui étaient une source fréquente d’incendies. La production commerciale de guirlandes électriques débuta en 1890.

  1. b) 6 à 10.

Il faut environ 6 à 10 ans pour produire un sapin à partir de semences : 6 à 8 ans dans les régions au climat doux, 8 à 10 dans les régions au climat froid. Quand l’arbre atteint environ 2 m, il est prêt à être récolté.

  1. c) 6 litres.

Un sapin coupé peut «boire» jusqu’à 4 litres d’eau dans les premières 24 heures suivant son entrée dans la maison. Par la suite, il absorbe environ 1 litre d’eau par jour. Pour des raisons de sécurité, donc, un réservoir de 6 litres est recommandé… ce qui ne vous épargne pas la tâche de le vérifier quotidiennement et de le remplir au besoin.

  1. a) Sapin.

Le sapin (Abies spp.) — surtout le sapin blanc (A. alba), le sapin de Nordmann (A. nordmanniana) et le sapin baumier (A. balsamea) — est l’arbre le plus souvent utilisé comme arbre de Noël coupé, mais il dépasse à peine son concurrent, car en Europe, qui est le plus gros marché mondial des sapins coupés, on préfère encore l’épicéa commun (Picea abies, appelée épinette de Norvège au Canada) même si ses aiguilles tombent assez rapidement. Dans l’hémisphère Sud, ce sont les pins (Pinus spp.) qui sont les «sapins» coupés les plus populaires.

Votre classement

10 à 12 bonnes réponses : Félicitations! Vous êtes un sapinophile éprouvé.

7 à 9 bonnes réponses : Vous vous y connaissez assez bien en sapins, mais pourriez toujours en apprendre plus.

0 à 6 bonnes réponses : Vous êtes un peu déconnecté des réalités du sapin de Noël. Probablement que vous avez un sapin artificiel ou n’avez pas du sapin du tout.

Publicités

Les plantes s’habituent à l’entretien qu’on leur donne

Par défaut

Les plantes viennent à s’accommoder de vos habitudes d’entretien. Source: clipart-library.com.

Êtes-vous un peu chiche quand vient le temps d’arroser vos plantes d’intérieur? Vous oubliez de les fertiliser? Il est un peu trop ombragé là où vous les cultivez?

Ne vous inquiétez pas trop: les plantes s’habituent aux soins que vous leur prodiguez. Ou peut-être devrais-je plutôt dire que celles qui sont capables de survivre aux conditions que vous proposez s’y adapteront. (Celles qui ne peuvent pas meurent assez rapidement!)

Par contre, peu de plantes peuvent s’adapter aux soins irréguliers. Si vous arrosez presque tous les jours pendant deux mois, puis pas du tout pendant quelques semaines, beaucoup mourront.

La même chose se passe en plein air.

Les jardiniers d’expérience auront remarqué qu’un printemps sec donne des plantes bien adaptées à la sécheresse estivale, car elles se seront accommodées d’une source d’humidité moins qu’idéale cette année-là, produisant de longues racines capables d’aller chercher l’humidité au loin. Mais si un printemps pluvieux est suivi d’une sécheresse soudaine, même de courte durée, la plupart des plantes souffriront de manière très visible et beaucoup mourront. C’est parce qu’elles auront produit des racines plus courtes que d’habitude (les racines longues sont inutiles quand le sol est humide) et qu’alors elles ne pourront tout simplement pas trouver l’humidité dont elles auront besoin en cas de sécheresse.

Heureusement pour les plantes, les êtres humains ont tendance à être assez constants dans les soins qu’ils donnent aux plantes. Ou, s’ils sont irréguliers, ils le sont d’une manière assez constante. Si vous arrosez parcimonieusement, les plantes qui peuvent s’adapter vont le faire. Si vous ne pouvez pas passer près d’une plante sans l’arroser, la plupart des plantes vont s’adapter aussi (du moins, tant que le surplus d’eau peut se drainer).

Les choses se gâtent quand vous êtes absent

20181223A clipart-library.com, GraphicMama-team Pixabay.com & openclipart.org

Les plantes sont toujours heureuses de vous voir revenir de vacances! Source: clipart-library.com, GraphicMama-team Pixabay.com & openclipart.org, montage: jardinierparesseux.com

Vous partez pour quelques semaines de vacances et vous invitez votre voisine, réputée pour son pouce vert, à venir arroser pendant votre absence? Génial! Mais attendez-vous à ce qu’au moins certaines plantes dépérissent pendant votre absence. Deux personnes s’occupent rarement des végétaux de la même manière et toutes les plantes ne s’adapteront pas bien au changement.

Donc, ne blâmez pas le gardien des plantes quand vous revenez de vacances et découvrez que quelques végétaux sont passés de vie à trépas. La personne qui s’occupait de vos plantes a probablement donné les meilleurs soins qu’elle savait donner, mais son entretien n’était pas votre entretien.

Pour être un peu anthropomorphique : vos plantes vous aiment et tombent en dépression quand vous n’êtes pas là.

N’est-ce pas presque rassurant?

Décès de l’hybrideur des rosiers anglais

Par défaut

David C.H. Austin and Bertie. Toutes les photos: DavidAustinRoses.com.

David C. H. Austin

16 février 1926 – 18 décembre 2018

Des centaines de milliers de jardiniers du monde entier cultivent des rosiers anglais, connus pour leurs abondantes fleurs très parfumées d’allure ancienne et leur constitution vigoureuse. Leur créateur, l’hybrideur David C.H. Austin, est décédé le 18 décembre 2018 à son domicile dans le Shropshire en Angleterre. Il avait 92 ans. Pendant plus de 50 ans, lui et son équipe ont révolutionné le monde des rosiers de jardin.

Je n’ai rencontré David Austin qu’une fois, très brièvement, dans sa magnifique roseraie à Albrighton, en Angleterre, en 2001, lors d’une visite guidée du jardin avec d’autres membres de la Garden Writers Association. Il a patiemment expliqué comment il développait de nouvelles variétés, de la pollinisation à la sélection finale, et montré comment greffer des plantes prometteuses sur des porte-greffes robustes. Il devait avoir environ 75 ans quand je l’ai rencontré, mais il était toujours activement impliqué dans l’hybridation.

Aujourd’hui, l’entreprise qu’il a créée possède des pépinières sur cinq continents et propose des rosiers anglais à des jardiniers de 30 pays, à la fois par vente par correspondance et par vente sur place dans la plupart des jardineries.

Histoire des rosiers anglais

20181222B David Austin in the field.jpg

David Austin à l’œuvre.

David Charles Henshaw Austin est né dans le Shropshire, en Angleterre, le 16 février 1926 et est le fils d’un agriculteur. Il est tombé amoureux du jardinage alors qu’il était enfant lorsqu’il est tombé sur un magazine appelé Gardens Illustrated. En 1947, sa sœur lui a offert un livre sur les roses anciennes pour son 21anniversaire, ce qui l’a incité à cultiver un premier rosier… et ainsi commença la passion de toute une vie!

Il a travaillé comme fermier un certain temps, mais s’est mis peu à peu à investir le gros de ses efforts dans l’hybridation de rosiers.

Il adorait les fleurs des roses anciennes, très parfumées, mais était frustré par leur saison de floraison très brève, leur gamme de couleurs limitée et leur comportement souvent capricieux. Par contre, les rosiers hybrides de thé et floribundas, si populaires à l’époque, le laissaient froid. D’accord, ils fleurissaient tout l’été et offraient une vaste gamme de couleurs, mais il trouvait leur port trop rigide et leurs fleurs trop figées. Pire encore, la plupart avaient peu ou pas de parfum. Le parfum initial des rosiers avait été essentiellement abandonné par les rosiéristes hybrideurs du début du 20esiècle en faveur de fleurs plus grosses et plus voyantes. Mais pour lui, une rose sans parfum n’était plus qu’une ombre de l’originale.

Pourquoi, pensa le jeune homme, ne pas marier les fleurs exubérantes des roses anciennes avec les bonnes caractéristiques des rosiers modernes et y ajouter aussi un trait manquant chez les deux: une bonne résistance aux maladies? La gamme complète d’attributs qu’il considérait comme «indispensables» comprenait de magnifiques fleurs à l’ancienne aux multiples pétales, un beau port arbustif, une abondance de feuillage, une floraison abondante qui se maintenait du début de l’été jusqu’à la fin de l’automne, une gamme de couleurs élargie, une résistance accrue aux maladies comme la tache noire et une excellente vigueur. Surtout, il voulait réintroduire dans les rosiers modernes le parfum capiteux des roses anciennes.

L’hybridation des rosiers est un processus extrêmement lent. Il faut semer des milliers de plantes pour espérer trouver une seule variété intéressante. Chaque année, l’équipe de David Austin réalise 50 000 croisements entre avril et juillet, ce qui donnera quelque 250 000 jeunes plants l’année suivante. À la première floraison un an plus tard, l’élimination des variétés indésirables commence, une étape qui se continuera sur encore jusqu’à 8 années. Et même lorsqu’une variété potentiellement intéressante a été notée, il faut des années d’essais et de multiplication avant de pouvoir la lancer sur le marché.

20181222C Constance Spry, DA Roses.jpg

Rosier ‘Constance Spry’, le premier des rosiers anglais de David Austin.

Ce n’est qu’en 1961 que David Austin a présenté le premier de ce qu’il allait appeler ses «rosiers anglais»: ‘Constance Spry’, un rosier au port à la fois arbustif et grimpant avec un parfum saisissant et une floraison luxuriante rappelant celle d’une rose ancienne. Mais ‘Constance Spry’ ne fleurit que brièvement, une fois par saison. Donc, malgré tous ses attraits, ce cultivar n’était pas tout à fait au goût du maître.

Les hybrides se succédèrent et s’améliorèrent et bientôt il a réussi à incorporer l’élément qui manquait: une capacité de fleurir sans arrêt jusqu’à la fin de l’automne. Le hic? Les pépiniéristes détaillants n’en voulaient pas, traitant ses hybrides de «ratés». D’après eux, les jardiniers voulaient des hybrides de thé et des floribundas aux fleurs solidement dressées, pas des fleurs à l’ancienne sur des tiges variablement arquées!

C’est pour cette raison qu’il fonda, en 1965, sa propre pépinière consacrée à la multiplication, la culture et la vente de rosiers. Au début, il vendait directement aux jardiniers locaux, puis par correspondance en Grande-Bretagne et en Irlande. Malgré ces efforts, toutefois, ses nouveaux «rosiers anglais» ne parvenaient pas à se faire vraiment reconnaître du public jardinier.

L’année de la grande percée

20181222D Graham Thomas, DA Roses..jpg

Rosier ‘Graham Thomas’

Ce n’est qu’en 1983 que M. Austin a enfin eu sa grande percée. Il a présenté trois nouveautés — ‘Heritage’, ‘Mary Rose’ et ‘Graham Thomas’ — lors du Chelsea Flower Show, la célèbre exposition florale printanière de Londres, mais c’est vraiment ‘Graham Thomas’ qui a volé la vedette. Très double, aux pétales nombreux, extrêmement parfumée et jaune très pur (une couleur rare chez les rosiers de l’époque), ‘Graham Thomas’ avait tout pour plaire. À la fois la presse et le public portèrent aux nues les fleurs voluptueuses en forme de coupe. D’ailleurs, en 2009, ‘Graham Thomas’ a reçu la plus haute distinction du monde des rosiers lorsqu’elle a été consacrée Meilleure rose du monde par la Fédération mondiale des sociétés de roses.

C’est vraiment ‘Graham Thomas’ qui a lancé la carrière d’hybrideur professionnel de David Austin. Avant GT, personne ne reconnaissait ses talents; après GT, il était vu comme un innovateur destiné à changer le monde des rosiers. Les rosiers anglais étaient subitement les rosiers à avoir. Les jardiniers appréciaient leur facilité de culture, leur adaptabilité aux climats variables (la plupart sont rustiques en zone 5, certains en zone 4!), leur floraison abondante, leur excellente résistance aux maladies, la forme à l’ancienne des fleurs et, avant tout, le parfum capiteux. À bas les rosiers hybrides de thé et floribundas : place maintenant aux «nouvelles roses anciennes» que sont les rosiers anglais.

20181222E Dame_Judi_Dench_Ausquaker.jpg

Rosier ‘Dame Judy Dench’

La firme David Austin Roses a pris l’habitude de lancer annuellement deux à quatre nouvelles variétés — 240 au total! – et maintenant la plupart deviennent rapidement des succès de pépinière. David Austin Roses est devenu internationale aussi, avec des pépinières à travers le monde. Vous trouverez les rosiers anglais aussi facilement en Australie, au Japon, au Canada et aux États-Unis qu’en Europe et le marché pour les roses anglaises coupées, produites maintenant en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, ne cesse d’augmenter.

Aujourd’hui, l’entreprise est gérée par son fils, David J.C. Austin, mais David C.H. a continué à faire de l’hybridation jusqu’à la veille de ses 90 ans.

Son jardin

20181222H Rose Gardens.jpg

David Austin Rose Gardens & Plant Centre

À côté de la pépinière de David Austin Roses à Albrighton, dans le comté du Shropshire en Angleterre, David Austin a aussi créé une superbe roseraie, le David Austin Rose Gardens & Plant Centre, considérée par certains comme l’une des plus belles roseraies du monde. La collection nationale de rosiers anglais est en vedette dans la vaste roseraie de 0,8 ha ainsi que des rosiers représentant presque toutes les autres catégories de rosiers : plus de 700 variétés au total.

Le jardin est divisé en pièces, chacune avec son propre thème et conçue pour inspirer les amoureux des roses. Si vous allez en Angleterre, je vous conseille fortement une visite.

Que d’honneurs!

20181222G Chelsea_Flower_Show_Mr._Austin_Snr_and_Queen1.jpg

David Austin et la reine Élizabeth II lors de la Chelsea Flower Show de 2016.

En 2007, M. Austin a été nommé officier de l’ordre de l’Empire britannique pour ses services en horticulture. En recevant le prix, il a déclaré: «Tous les jours, je suis émerveillé par le fait que j’ai eu la chance d’avoir pu vivre de l’hybridation de rosiers. C’est toujours une grande satisfaction de voir le plaisir que les jardiniers et les amateurs de roses du monde entier prennent dans mes rosiers».

20181222F Munstead_Wood.jpg

Rosier ‘Munstead Wood’, le 200e rosier anglais de David Austin.

La même année, M. Austin lança son 200rosier anglais lors de la Chelsea Flower Show, le magnifique ‘Munstead Wood’ aux fleurs pourpre foncé et, bien sûr, parfumées.

Les rosiers anglais ont remporté de nombreux prix dans le monde entier pour leur performance au jardin en tant que rosiers arbustifs ou grimpants, ainsi que pour leur parfum, tandis que David Austin Roses Ltd. a remportée des dizaines de médailles d’or pour ses présentations lors d’expositions de marque comme le Chelsea Flower Show et le Hampton Court Palace Flower Show.

David C.H. Austin a également reçu de nombreux prix en son propre nom, dont la médaille Victoria de l’honneur (Victoria Medal of Honor) de la Royal Horticultural Society en 2003 pour ses services à l’horticulture. Il a aussi été honoré du titre de «Grand rosiériste du monde 2010» par la Huntington Library, Art Collection and Botanical Gardens et la Manhattan Rose Society.

20181222I pat_austin_3.jpg

Rosier anglais ‘Pat Austin’

David C. H. Austin a été un hybrideur actif de rosiers pendant pratiquement toute sa vie adulte. Lui et feu son épouse, Pat, une sculptrice accomplie, ont eu trois enfants, Claire, David et James, ainsi que huit petits-enfants. Les magnifiques sculptures qui ornent le David Austin Rose Garden à Albrighton sont d’ailleurs l’œuvre de Mme Austin. M. Austin a nommé l’exquis rosier anglais ‘Pat Austin’, de couleur cuivrée, en son honneur.


Les rosiers de David Austin lui survivront. Quel bel héritage il a laissé au monde du jardinage!

Les hormones d’enracinement expirent-elles?

Par défaut

Que de confusion au sujet de la date de péremption des hormones d’enracinement! Source: pluspng.com & FC Gardens, youtube.com, montage: jardinierparesseux.com

Question: Est-ce qu’un produit d’enracinement peut être périmé? Exemple, par le gel? Et comment sélectionner une marque plutôt qu’une autre ou un type, tels poudre, liquide ou gel?

Jean-Pierre Chartier

Réponse: Aucune date de péremption n’est indiquée sur les hormones d’enracinement (du moins, pas sur celles que je vois dans ma région) et autrefois, le consensus était qu’elles étaient bonnes au moins 10 ans après que le contenant était entamé (du moins, c’est ce qu’on s’enseignait dans les cours d’horticulture à mon université locale… il y a 40 ans).

Toutefois, aujourd’hui il y a des avis contraires. Une marque américaine (Hormex) dit que son produit est bon pour 3 ou 4 ans et le Service des forêts américain (U.S. Forest Service) évoque une durée de seulement 18 à 24 mois. Qui alors croire?

Si on regarde logiquement, il n’y a pas de raison pour qu’une hormone d’enracinement en poudre entreposée convenablement et libre de contaminants se dégrade. Elle contient du talc (ou un produit similaire) et des hormones artificielles comme l’AIB (acide indole 3-acétique), deux produits très stables. Par contre, oui, il y a toujours le risque de contamination dont il faudrait tenir compte.

Pour éviter la contamination

20181221XXX compracompras.com.jpg

Pour éviter la contamination, ne remettez pas les surplus d’hormone dans le bocal d’origine. Source: compracompras.com

Idéalement, vous verserez une petite quantité de poudre dans un contenant indépendant (petit bol, cuillère à mesurer, etc.) et plongerez l’extrémité de la bouture dedans… mais ne retournerez pas le surplus d’hormone dans le contenant d’origine, ce qui devrait prévenir la contamination.

Personnellement, je calcule une durée de 5 ans pour l’hormone d’enracinement en poudre et marque la date d’achat sur le contenant pour m’en rappeler. D’autres personnes disent 10 ans. Et d’autres, 2 ans!

Gels et liquides

Voilà pour les poudres. Les produits en gel ou en liquide sont théoriquement plus sujets à la contamination (un milieu humide plaît plus aux microbes qu’un milieu sec), mais contiennent habituellement des produits de conservation et un fongicide pour prévenir justement toute dégradation. Encore, la plupart n’ont pas de date de péremption et on peut donc présumer qu’ils sont efficaces pendant au moins 2 ans, probablement plus. Encore, personnellement, je calcule 5 ans.

Effet du gel

Théoriquement, il faut garder les hormones d’enracinement à l’abri du gel, probablement à cause du risque de condensation, et aussi à l’abri du soleil et de la chaleur extrême. On peut les conserver à la température de la pièce ou au réfrigérateur.

Comment choisir?

Quant à comment choisir une marque ou une autre d’hormone d’enracinement, les produits s’équivalent passablement. À vous donc de choisir. Personnellement, toutefois, je préfère les produits en poudre ou en gel. Les liquides sont trop faciles à renverser par accident.

20181221C shelmerdine.com..jpg

Trois formules pour trois besoins différents, selon la difficulté à faire enraciner la bouture. Source: shelmerdine.com.

Certains fabricants offrent toutefois plus d’une formule, allant de formules plus faibles en hormones pour les boutures herbacées (sans bois) aux formules concentrées pour les boutures très difficiles à enraciner, comme les boutures de conifères. Il vous faudra alors choisir en conséquence du type de bouturage que vous faites habituellement.

Faits surprenants au sujet de l’hibiscus

Par défaut

La fleur spectaculaire de l’hibiscus rose de Chine (Hibiscus rosa-sinensis). Source: wallpaperstock.net

L’hibiscus rose de Chine (Hibiscus rosa-sinensis) est parmi les plantes d’intérieur les plus populaires dans les régions septentrionales et n’est pas moins populaire comme arbuste fleuri dans les régions tropicales. Qui ne reconnaît pas sa grande fleur en forme d’antenne parabolique qui vient dans une vaste gamme de couleurs?

Mais notre hibiscus préféré cache aussi quelques secrets, des détails peu connus de la plupart de ses amateurs. En voici quelques-uns :

  1. Les boutons floraux et les fleurs d’hibiscus sont comestibles, avec un goût citronné, et sont riches en vitamine C. On peut les utiliser dans les chutneys, les soupes, les salades, les currys, les confitures et les gelées. Séchés, on les utilise aussi en tisane.
  2. L’hibiscus rose de Chine est l’emblème floral d’Haïti et de la Malaisie.
  3. La fleur d’hibiscus ne dure normalement qu’une journée mais, contrairement à la plupart des autres fleurs qui fanent rapidement si on ne les place pas dans l’eau, elle restera épanouie même sans eau. Ainsi, on peut facilement l’utiliser comme élément décoratif.

    20181220B KENPEI, Wikimedia Commons

    La panachure de l’Hibiscus rosa-sinensis ‘Cooperi’ est causée par un virus. Source: KENPEI, Wikimedia

  4. Le feuillage panaché blanc ou blanc et rose de certains hibiscus comme H. r-s. ‘Cooperi’ est causé par un virus qui peut se transmettre à d’autres hibiscus par le greffage. Le virus n’est pas considéré comme nuisible, mais il n’en reste pas moins que les hibiscus panachés fleurissent moins que les variétés à feuilles entièrement vertes.
  5. On peut frotter les fleurs sur des souliers pour les polir, d’où le nom commun «shoe plant» ou «shoeblack plant» en Inde.
  6. L’hibiscus est utilisé comme plante pharmaceutique dans la médecine traditionnelle chinoise.

    20181220C alohaoutlet.com.jpg

    Est-elle mariée ou disponible? La façon dont elle porte une fleur d’hibiscus donne la réponse. Source: alohaoutlet.com

  7. Les femmes polynésiennes avaient l’habitude d’en mettre une dans leurs cheveux. Quand elles portaient la fleur à droite, cela voulait dire qu’elles recherchaient un partenaire. Les femmes mariées portaient la fleur à gauche.
  8. On peut utiliser une fleur d’hibiscus pour déterminer le pH d’un liquide. La fleur devient rose foncé ou magenta dans une solution acide et verte dans une solution alcaline.
  9. Les fleurs colorées servent de teinture naturelle.

    20181220D www.wikiwand.com.jpg

    Fleurs d’hibiscus offertes à la déesse Kali. Source: http://www.wikiwand.com

  10. Dans la religion hindoue, la fleur d’hibiscus représente Kali, la déesse de la préservation, de la transformation et de la destruction. Les croyants lui laissent souvent des fleurs d’hibiscus en offrande.

Éclairez de blanc chaud et froid

Par défaut

L’éclairage blanc chaud et blanc froid en combinaison dans la même lampe (pas séparément comme ici) est excellent pour les plantes. Source: edisontechcenter.org

Il n’est pas nécessaire d’acheter des tubes horticoles très coûteux pour éclairer vos plantes d’intérieur: en utilisant les deux tubes fluorescents les plus souvent offerts et les moins coûteux, soit blanc froid (le tube portera la marque CW ou Cool White) et blanc chaud (WW ou Warm White), vous donnerez à vos plantes un éclairage de qualité suffisante pour qu’elles puissent très bien pousser ou fleurir. Beaucoup de gens qui produisent des plantes de compétition utilisent la combinaison blanc froid/blanc chaud. On peut utiliser cette même combinaison avec les lampes DEL.

20181219B GardenersSupplyCompany

Installation typique. Source: GardenersSupplyCompany

Il suffit d’installer une lampe à 15 à 30 cm au-dessus de vos plantes et d’utiliser une minuterie pour leur donner de 14 à 16 heures de lumière par jour. Ainsi, vous leur ferez croire qu’elles vivent un été éternel, avec la croissance et la floraison qui s’ensuivent.

Des cadeaux de jardinage à éviter

Par défaut

Ce ne sont pas tous les cadeaux qui plaisent au destinataire! Source: debtfarewell.org

Noël approche à grands pas et vous êtes peut-être à la recherche d’un bon cadeau pour le jardinier de votre vie. De nombreux sites Web proposent des suggestions de cadeaux aux jardiniers et je vous laisse les consulter. À la place, je pensais plutôt publier un blogue pour vous avertir de certains cadeaux horticoles essentiellement inutiles.

Voici quelques produits qui ne sont pas aussi intéressants qu’ils peuvent le paraître:

  1. Sandales d’aération de pelouse
20181218B www.mileskimball.com

Sandales d’aération. Source: http://www.mileskimball.com

Les véritables aérateurs de sol enlèvent des carottes de terre, laissant ainsi l’air entrer sans compacter le sol, mais pas les sandales d’aération. Elles perforent le sol, mais aussi compactent le sol autour du trou et l’aire d’aération est donc essentiellement nulle. De plus, elles ne sont pas faciles à utiliser: marcher avec ces sandales dans les pieds est difficile et épuisant et de plus, elles ne restent pas sur les pieds, nécessitant alors des ajustements. Dans un sol glaiseux, elles demeurent souvent figées dans le sol. On finit tout en sueur et sans avoir aidé la pelouse le moindrement!

  1. Petites lampes solaires pour le jardin
20181218C www.amazon.com.jpg

Lampes solaires pour jardin. Source: http://www.amazon.com

L’idée paraît excellente! Après tout, quelle installation facile, car il suffit de les enfoncer dans le sol où l’on veut et aucune source d’alimentation extérieure n’est nécessaire! Et leur disponibilité est excellente aussi! Mais elles éclairent si peu! Vous devez les espacer de 30 cm environ pour faire la moindre différence. De plus, elles ne fonctionnent pas après une journée nuageuse (l’ensoleillement ayant été insuffisant) ni dans les endroits ombragés (qui sont, après tout, les endroits que vous avez le plus besoin d’éclairer). Même quand elles fonctionnent, elles cessent de le faire après seulement quelques heures. Nous en avons quelques-unes dans notre jardin et d’ailleurs ma femme les aime bien… mais elle ne sort jamais après 22 h. Quand je reviens d’une conférence à 1 heure du matin (ce qui est courant), elles sont toujours éteintes. Je dois alors utiliser mon téléphone intelligent en mode lampe de poche pour ne pas trébucher sur les stupides petites lampes!

  1. Chia Pet
20181218D Jeremy Noble, www.flicker.com.jpg

Chia pet. Source: Jeremy Noble, http://www.flicker.com

Vous en avez sûrement déjà vu! Il s’agit de petites sculptures en argile, généralement en forme d’animaux, mais parfois d’humains ou d’autres objets (j’ai vu des chia pets en forme d’emoji récemment) sur lesquelles on applique des graines de chia (Salvia hispanica). On arrose et presto, la sculpture se couvre de semis verts, comme des cheveux ou des poils. Elles sont sur le marché depuis longtemps : j’en ai reçu une en cadeau quand j’étais petit… et je me souviens encore de ma déception parce que l’effet était si peu durable : une ou deux semaines seulement. Ça, les annonces à la télé de l’époque n’en faisaient pas mention! Et l’effet n’est jamais aussi beau que sur la photo de l’emballage de toute façon. Bientôt, le récipiendaire du cadeau n’a plus en main qu’une étrange sculpture en argile recouverte de semis morts à entreposer dans le grenier ou à vendre au marché aux puces.

  1. Tapis de semences
20181218E thecouponproject.com.jpg

Tapis de semis. Source: thecouponproject.com

On en voit différents modèles sur le marché : des carrés, de longs tapis, des ronds, etc., toujours faits de tissu parsemé de semences de fleurs ou de légumes. Vous êtes censé déposer le tapis sur le sol au jardin ou dans la plate-bande (parfois en jardinière), puis, d’après la publicité, il suffit d’arroser et le tour est joué! Un beau jardin va germer sans plus de soins! Eh bien, bonne chance avec cela! Le destinataire obtient plutôt un fouillis de semis entremêlés et tellement dense qu’il y a rarement la moindre fleur. Et si ce sont des légumes, encore, ils poussent trop densément pour donner une récolte intéressante. De toute façon, le récipiendaire aurait pu avoir de meilleurs résultats en grattant le sol et en semant un simple sachet de semences.

  1. Plantoir à bulbes
20181218F wolfgarten.us.png

Plantoir à bulbes. Source: wolfgarten.us

Il s’agit d’un outil à main fait de métal pressé. On l’enfonce dans le sol afin d’extraire une carotte de terre du sol, puis on y dépose un bulbe (de tulipe, de narcisse, etc.) pour ensuite le recouvrir de la terre prélevée. Mais libérer la carotte de terre est difficile: il faut travailler à genoux (rarement une position très confortable) et l’action répétitive est ennuyeuse… et justement, il faut répéter, car il n’y a de l’espace dans chaque trou que pour un seul bulbe et on sait qu’il faut planter les bulbes en bon nombre pour créer un effet intéressant. Il est beaucoup plus rapide d’utiliser une pelle pour creuser un seul trou large à la profondeur voulue et d’y placer les bulbes à la distance appropriée avant de les recouvrir. Et le destinataire du cadeau a probablement déjà une pelle.

  1. Arrosoir muni d’un pulvérisateur
20181218G www.thegreenhead.com.jpg

Arrosoir-pulvérisateur. Source: http://www.thegreenhead.com

Il existe littéralement des dizaines de modèles de cet outil… et on se demande bien pourquoi. Il est censé servir pour entretenir les plantes d’intérieur. La partie arrosoir est utile, bien sûr : on la remplit d’eau et on arrose, voilà tout. Ce n’est pas un arrosoir de très grande qualité, mais il est quand même «acceptable». C’est avec le pulvérisateur que tout se gâte. Il est mal placé, avec le bec en plein dans l’angle de pulvérisation. De plus, il faut l’utiliser à deux mains. Pire, la conception même de l’outil est basée sur un concept erroné : qu’il est utile de brumiser les plantes d’intérieur pendant l’arrosage.

En fait, il n’est presque jamais nécessaire de vaporiser les plantes d’intérieur avec de l’eau. Contrairement à la croyance populaire, cela n’augmente pas l’humidité atmosphérique pour la peine et brumiser est donc essentiellement une perte de temps. (Lisez à ce sujet le blogue Mythe horticole à déboulonner : la brumisation des plantes d’intérieur). Je crois que le récipiendaire appréciera davantage un bon arrosoir de qualité qu’un outil hybride peu efficace muni d’un pulvérisateur inutile.

  1. Griffe rotative
20181218H www.amazon.co.uk.jpg

Griffe rotative. Source: http://www.amazon.co.uk

Il existe toutes sortes de versions de cet outil, également appelé rotogriffe, griffe cultivateur, griffe de jardinage et une demi-douzaine d’autres noms. L’idée est d’enfoncer ses dents dans le sol et de donner un mouvement rotatif au guidon afin de briser la croûte et d’aérer le sol. Si vous l’essayez pendant plus de quelques minutes, vous découvrirez que le corps humain n’est pas conçu pour donner une telle rotation à un outil! Le syndrome du canal carpien et les maux de dos sont à peu près assurés. Et faire le tour d’un jardin avec cet outil prend beaucoup de temps!

Il existe de nombreux types de houe, de sarcloir, de cultivateur et de binette qui accompliront un travail équivalent avec moins d’effort, en moins de temps et en profitant d’un mouvement plus naturel. De plus, si le destinataire jardine depuis quelque temps, il a probablement déjà un outil qui sert à la cultivation. La griffe finira rapidement par prendre place au cabanon parmi les outils qu’on n’utilise jamais. De toute façon, à l’ère du paillage et de la «culture sans labour», le concept même que retourner le sol soit bénéfique est fortement mis en doute!

  1. Genouillères qui ne restent pas sur les genoux
20181218I www.dhgate.com.jpg

Genouillères à une sangle. Source: http://www.dhgate.com

Les genouillères font d’excellents cadeaux de jardinage, je ne le nie pas… mais seulement si elles restent sur les genoux du récipiendaire. Beaucoup ne le font pas. Recherchez celles avec deux sangles qui s’attachent au-dessus et au-dessous du genou. Idéalement, de plus, vous essaierez les genouillères dans le magasin, en vous agenouillant et vous levant plusieurs fois (les personnes plus âgées pourraient demander à un commis de magasin de servir de modèle). Si elles ne restent pas sur les genoux au magasin, imaginez au jardin!

  1. Cahier de jardin
20181218J Fr potagerdurable.com, www.amazon.fr & boutique.buknola.com .jpg

Cahiers de jardin. Source: potagerdurable.com, http://www.amazon.fr & boutique.buknola.com, montage: jardinierparesseux.com

Les maisons d’édition continuent de publier de nouveaux cahiers, agendas et carnets de notes pour les jardiniers chaque année, mais je soupçonne que la plupart sont achetés non pas par des jardiniers pour leur utilisation personnelle, mais pour donner en cadeau… et que, finalement, peu servent véritablement. J’en reçois assez souvent en cadeau… puis je les refile à quelqu’un d’autre à mon tour : fête, cadeau d’hôtesse, tirage lors d’une conférence, etc. Parfois, je soupçonne que c’est le même cahier qui me revient après avoir passé par les mains de plusieurs donateurs.

À mon avis, pour qu’un journal puisse réellement être utile à un jardinier, il devrait être possible de l’apporter dans le jardin pour prendre des notes sur place, mais les cahiers que je vois sont toujours faits de papier et leurs pages deviennent rapidement humides et tachées, même illisibles, si on les utilise en jardinant. Je n’ai pas encore vu de cahier aux pages imperméables à l’eau et résistantes à la saleté… et muni d’un stylo qui ne se perd pas au jardin non plus (encore un autre problème). Finalement, j’inscris mes notes de jardin sur l’ordi en soirée, après avoir fini ma journée de jardinage et m’être nettoyé les mains, et je pense que je ne suis pas le seul.

  1. Guides pour tuyau d’arrosage
20181218K www.overstock.com.jpg

Guides pour tuyau d’arrosage. Source: http://www.overstock.com

Le concept derrière les guides pour tuyau d’arrosage est qu’on les installe autour de la plate-bande ou du jardin où ils servent de barrière pour empêcher le tuyau d’arrosage d’endommager les plantes lorsqu’on tire dessus. Le problème est que, dans tous les modèles que j’ai essayés, le tuyau semble quand même passer par-dessus le guide pour aller endommager les plantes. Même dans le cas de modèles prétendant maintenir le tuyau en place physiquement grâce à une encoche quelconque, le tuyau parvient toujours à se libérer et à aller causer des dommages. Ainsi, les guides de tuyau sont essentiellement inutiles, un gaspillage d’argent.

En général

Lorsque vous recherchez un cadeau horticole et que vous êtes vous-même jardinier, comptez sur votre instinct. Est-ce un produit que vous utiliseriez? Si vous trouvez le cadeau intéressant et utile, sans doute que le récipiendaire l’appréciera aussi. Si vous n’êtes pas un jardinier, demandez de l’aide à un employé du magasin. Il pourrait vous aider dans votre choix!

20181218L .png

Source: runreporterrun.wordpress.com

Et attention à l’inscription «vu à la télévision». D’après mon expérience, ces produits sont généralement les produits de jardinage les moins utiles et les moins efficaces!