Catégories

Recherche

Brugmansia: plus heureux à l’intérieur qu’à l’extérieur?

L’été a été difficile pour mes Brugmansias. Normalement, ils fleurissent comme des fous d’août à septembre, mais cet été a été particulièrement frais et les températures nocturnes ont commencé à descendre en dessous de 15 °C dès le début du mois d’août. Par conséquent, les plantes ont un aspect déplorable, avec de petites feuilles, souvent déchirées, et peu de fleurs. Les gelées étant annoncées pour la mi-septembre, j’ai dû les rentrer très tôt. La photo donne une idée de leur réaction. Mieux à l’intérieur Mon Brugmansia ‘Peaches and Cream’ est beaucoup plus attrayant à l’intérieur qu’il ne l’a jamais été à l’extérieur cet été. Les fleurs sont très odorantes la nuit: à l’heure du coucher, on peut les sentir à deux pièces de distance. Dans la salle des plantes, le parfum est si intense qu’il serait presque insupportable… mais comme je ne passe pas de temps dans la salle des plantes après la tombée de la nuit, ce n’est pas... Lire la suite >

Si vous avez peur des abeilles

Je reçois régulièrement des questions de jardiniers qui ont peur des abeilles et qui veulent savoir quelles plantes ne les attireront pas dans leur jardin. N’accusez pas l’abeille Pour répondre, je dois d’abord mettre mon chapeau de pédagogue et expliquer que les abeilles ne sont pas agressives et ne vous attaqueront pas si vous ne les dérangez pas. Les guêpes et les frelons, en revanche, sont agressifs et attaquent sans grande provocation, mais pas les abeilles. Cela dit, les guêpes et les frelons ne sont pas particulièrement attirés par les fleurs. N’oubliez pas que, contrairement aux guêpes qui peuvent piquer plusieurs fois dans leur vie et n’ont donc pas besoin d’être réticentes à la piqûre, si une abeille vous pique, elle meurt. Elle n’a donc aucune raison de piquer si elle n’est pas en danger de mort ou si vous ne menacez pas son nid. Vous pouvez même, et je le fais lorsque je visite un jardin avec des enfants,... Lire la suite >

10 trucs pour entretenir vos plantes d’intérieur

Combien de temps entends-je des gens dire, de désespoir, qu’ils n’ont pas le pouce vert avec les plantes d’intérieur? Pourtant, la culture de ces plantes peut-être si facile. Il s’agit de savoir quelles plantes cultiver et de leur donner un minimum de bons soins. Mais force est de constater que beaucoup de «pouces noirs» ne savent pas choisir les bonnes plantes et n’ont pas la moindre idée des conditions de base pour réussir les plantes d’intérieur. Il n’est pas donc surprenant qu’ils échouent. Voici donc 10 trucs pour bien entretenir vos plantes d’intérieur, même si vous n’avez rien cultivé de votre vie. 1. Choisissez des plantes faciles. L’erreur numéro un des novices est de choisir des plantes difficiles. En effet, il est facile d’être séduit par un bonsaï ou un magnifique chrysanthème en pleine floraison, mais ni l’un ni l’autre ne vivra 2 semaines sans des soins très poussés. Il faut commencer en bas de l’échelle, avec les plantes vertes.... Lire la suite >

Une haie de roses? Pourquoi pas!

Si vous n’avez pas de problèmes majeurs avec les rosiers dans votre région, tels que les hannetons et les scarabées japonais, ils peuvent constituer une haie aussi bonne que n’importe quel autre arbuste. Ils ont même l’avantage, grâce à leurs épines, d’être une barrière que ni les voleurs ni la plupart des animaux n’oseraient essayer de franchir. En revanche, ils ne peuvent vraiment être utilisés que comme haie informelle (une haie qui n’est pas taillée en forme géométrique et qu’on laisse pousser plus ou moins naturellement). Si vous taillez un rosier en forme de haie rectangulaire typique, vous finirez par supprimer la plupart des boutons floraux! Il est évident que vous devez utiliser un rosier suffisamment dense pour former une bonne haie et un rosier très résistant aux maladies. Personnellement, je préfère les rosiers modernes pour faire une haie, car ils refleurissent, mais beaucoup de rosiers anciens font de belles plantes de haie si leur courte saison de floraison ne... Lire la suite >

Réponses à vos questions : Pucerons sur les plantes d’intérieur

Question Mon hibiscus et mon abutilon passent l’été à l’extérieur. Depuis 2 ans, je constate que pendant leur séjour dans la maison, il y a dans les bourgeons de fleurs tout plein de pucerons ou de cochenilles. On n’en trouve pas sur les feuilles ni les tiges, mais bien lorsque les bourgeons des fleurs ouvrent. Ça dure jusqu’à ce que je les sorte au printemps pour leur saison extérieure. Que me conseillez-vous? J’ai essayé le savon insecticide, les jets d’eau, les vaporisations avec de l’huile d’olive. Rien n’y fait. Est-ce que ces petites bestioles ont aussi rapport avec une petite mouche à très longues ailes qui se promène dans la maison depuis le début de l’automne? Elle se tient surtout dans les fenêtres de la pièce où sont les plantes. Réponse La quantité d’insectes et leur présence uniquement sur les fleurs me faire croire davantage à une infestation de pucerons que de cochenilles, qui sont un peu plus lentes à... Lire la suite >

Greffage en tête: rarement un choix judicieux

Vous les avez tous vus: des arbres miniatures avec un tronc droit et une boule de feuillage au sommet ou de longues branches qui descendent jusqu’au sol. Les arbres et arbustes greffés en tête sont créés en greffant un type d’arbre (en fait, généralement un arbuste plutôt qu’un véritable arbre) sur le sommet de la tige verticale d’une plante apparentée, ce qui donne l’impression d’un petit arbre. Variétés Les variétés pleureuses comme le caragana pleureur (Caragana arborescens ‘Pendula’) ou le mélèze pleureur (Larix decidua ‘Pendula’) sont les plus courantes, mais vous verrez aussi ce que j’appelle des sucettes vertes: des arbustes arrondis greffés sur une tige, comme le lilas nain de Corée (Syringa meyeri ‘Palibin’) ou les rosiers en arbre (Rosa cv). Ces plantes peuvent sembler être une très bonne idée, car elles ne grandissent jamais en hauteur et donnent un effet d’arbre miniature qui s’intègre bien dans de nombreux paysages… mais malheureusement, elles vivent rarement très longtemps. Point faible... Lire la suite >

Pas de pitié pour les fleurs vertes!

Oui, il existe quelques plantes à fleurs vertes: roses vertes, zinnias verts, glaïeuls verts, échinacées vertes, etc. Ces plantes sont des hybrides développés pour leur couleur inhabituelle. Mais si une plante que vous avez choisie pour ses fleurs d’une autre couleur se met soudainement à produire des fleurs vertes, il y a de fortes chances qu’elle souffre d’une maladie: la jaunisse de l’aster. C’est un virus! C’est une bactérie! Non… c’est un phytoplasme! La jaunisse de l’aster est une maladie très répandue dans la nature, que l’on trouve surtout chez les verges d’or, les asters et d’autres fleurs sauvages. Elle est causée par un phytoplasme (autrefois appelé mycoplasme), une entité bizarre étroitement liée aux bactéries, mais qui se comporte comme un virus. Une fois la plante infestée, aucun traitement ne peut la guérir. Cicadelles La jaunisse de l’aster est transmise par les cicadelles: en perçant les tissus de la plante, elles injectent le phytoplasme qui s’étend ensuite progressivement à toute... Lire la suite >

Lis de la paix : la plus docile des plantes à fleurs

S’il est relativement facile de garder la plupart des plantes tropicales en feuilles dans la maison, il est difficile de les faire refleurir, puisqu’il faut qu’il y règne des conditions très spéciales et, surtout, qu’il y ait beaucoup de lumière. Il y a cependant une exception importante à la règle voulant que «les plantes d’intérieur soient difficiles à faire refleurir»: c’est le magnifique spathiphyllum ou lis de la paix. En effet, peu importe les conditions dans votre demeure, vous ne devriez avoir aucune difficulté à le faire fleurir encore et encore, parfois même pendant des années. Une plante facile, vraiment facile Pourquoi cette grande facilité de culture chez le spathiphyllum? Découvrons son milieu d’origine naturel. On le trouve à l’état sauva­ge dans les jungles les plus som­bres de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale, croissant au niveau du sol où presque aucune autre plante ne peut survivre à cause du manque de lumière. Son feuillage, d’un vert particulièrement foncé,... Lire la suite >

L’hiver? Quel hiver?

Lorsque la neige commence à s’accumuler et que vous ne pouvez pas sortir sans vous emmitoufler dans trois couches de vêtements, que doit faire un jardinier nordique? Partir dans le Sud, direz-vous. Mais cela demande beaucoup d’argent et de temps libre. J’ai une meilleure solution, moins coûteuse: pourquoi ne pas visiter la serre la plus proche? Conservatoire d’Allan Gardens J’ai commencé à le faire lorsque j’étais étudiant à l’Université de Toronto. La grande serre victorienne de Toronto se trouve à quelques pas des Allan Gardens, mais j’y étais seulement allé lorsque j’étais enfant. Puis, un jour d’hiver particulièrement brumeux, alors que j’avais besoin de me changer les idées et de sortir, mais que je ne supportais pas l’idée de marcher sans fin dans la slush grise de Toronto, une image m’est soudain venue à l’esprit. Cette belle maison de palmiers, avec ses plantes tropicales géantes: «Je me demande si elle est ouverte en hiver» Bien sûr que oui (elle est... Lire la suite >

Les traitements préventifs perturbent l’équilibre naturel

Le traitement préventif aux pesticides est l’application de pesticides avant l’apparition d’un parasite afin d’empêcher son apparition dans votre jardin. Il s’agit d’une composante du concept plus large de lutte préventive contre les ravageurs, qui comprend également l’utilisation de variétés de plantes résistantes aux organismes nuisibles et de pratiques culturales qui améliorent la santé des plantes afin de les aider à résister à diverses infections. L’équilibre de la nature Outre le fait qu’ils demandent du temps, de l’énergie et donc de l’argent, les traitements pesticides préventifs perturbent l’équilibre de la nature dans le jardin. À quelques exceptions près, les traitements préventifs ne sont pas spécifiques, mais plutôt généralisés : la plupart des insecticides tuent indistinctement tous les insectes et la plupart des fongicides détruisent tous les champignons. Et ce n’est pas une bonne nouvelle, car la plupart des insectes et des champignons sont soit inoffensifs, soit bénéfiques. En éliminant les bons et les mauvais acteurs de l’environnement local, on crée... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!