Categories

Recherche

Nos partenaires

Pas de soucis de cicatrisation, j’ai de la calendule!

La calendule, aussi appelée souci (parfois souci officinal ou soucis des jardins), est une plante de premier choix quand il s’agit de coupures, brûlures, éraflures, piqûres d’insectes et autres petits problèmes, car elle agit sur trois plans. Elle désinfecte, elle calme l’inflammation (ce qui, dans une certaine mesure, diminue aussi la douleur) et elle stimule la régénération des cellules endommagées (donc encourage la cicatrisation).

Calendule, plante médicinale

Je ne compte plus les rétroactions où l’on a dit être étonné de la vitesse à laquelle l’amélioration est devenue visible. Ou encore les tests comparatifs où on a utilisé le produit naturel sur un doigt et celui de pharmacie sur l’autre, et où la calendule a démontré sa supériorité.

La calendule est une plante annuelle, facile à démarrer en semis. Elle est aussi très florifère, à partir de la fin juin jusqu’aux premiers gels (et même un peu après), pratiquement toujours dans les tons de jaune orangé plus ou moins foncé. C’est une très jolie plante médicinale qui ne vous donnera aucun souci.

Vous trouverez également plusieurs cultivars. Normalement, ceux-ci s’utilisent de façon équivalente. J’aime particulièrement le ‘Calypso’, qui est de couleur orange profond avec un capitule bien pourvu de résine collante particulièrement recherchée. Pour ma part, j’émets une réserve sur les cultivars de couleur plus pâle ou encore rosée (vraisemblablement moins riches en caroténoïdes). Ils me semblent moins efficaces à favoriser la cicatrisation, mais sont néanmoins très jolis au jardin.

La calendule

La calendule (Calendula officinalis) est également appelée souci (et Pot Marigold en anglais).

Le nom calendule vient du latin calandæ («au fil des mois»), en raison de sa très longue période de floraison. Dans les climats plus chauds, la calendule fleurit en effet toute l’année. Plante bien rustique, au Québec, c’est l’une des dernières plantes à continuer de fleurir l’automne venu.

Quant à son nom «souci», il dériverait de Solsequia, c’est-à-dire «qui suit le soleil». Notons cependant que plusieurs Astéracées, dont le tournesol, mais aussi la chicorée et le pissenlit ont des capitules floraux qui suivent le mouvement du soleil (enfin, de la lumière de celui-ci).

«The marigold goes to bed with the sun and with him rises, weeping.», Shakespeare (Winter’s Tale)

Traduction: «La calendule se couche avec le soleil et se lève avec lui, pleurant.»

Dans la mythologie grecque, on explique ce phénomène en racontant qu’à l’origine, le souci était une nymphe des bois qui tomba follement amoureuse d’Apollon, le dieu soleil, ce qui provoqua la fureur d’Artémis. Cette dernière transforma donc la nymphe en souci blanc. Apollon ne put sauver la nymphe, mais par ses rayons lui donna sa superbe couleur jaune orangé. Et depuis ce jour, la nymphe, toujours amoureuse d’Apollon, tourne tout le jour sa tête en direction du soleil.

Vous trouverez facilement la calendule chez plusieurs semenciers, par exemple: Semences du Portage, Akène, Société des plantes et Écoumène.

Description botanique

Sa hauteur varie entre 30 et 60 cm. C’est une Astéracée, c’est-à-dire que son capitule a une forme similaire à la marguerite avec au centre des fleurs tubulaires et stériles et autour, ce qui nous paraît être un pétale et qui est en fait une fleur dite ligulée. Celle-ci elle produira d’étranges akènes tous différents et qui rappellent la forme d’un insecte.

Si vous réussissez à déloger votre regard des fleurs, vous trouverez sur le reste des parties aériennes une texture velue, avec des feuilles alternes d’environ 7 à 8 cm.

Les capitules de la calendule.

Au jardin

Pour voir le calendrier des activités liées à la calendule et à toutes vos plantes potagères et ornementales (savoir quand démarrer vos semis, faire les soins appropriés, les récoltes) et aussi connaître tous leurs usages et recettes, n’hésitez pas à utiliser la plateforme de Tisane et jardin. Vous pouvez faire gratuitement et sans publicité sur cette plateforme tout un aménagement de jardin complet ou votre potager, sans limite du nombre de plantes. C’est conçu pour le grand public, mais également utilisé par des professionnels.

Les usages en paysagement

Parce que la calendule reste relativement basse et exhibe beaucoup de fleurs jaune orangé, on l’utilise souvent pour dessiner des motifs colorés dans les plates-bandes ou ajouter des taches de soleil. Les calendules préfèrent les endroits en plein soleil, mais elles tolèrent assez bien la mi-ombre.

J’aime particulièrement mélanger la calendule jaune orangé avec la centaurée bleuet (Centaurea cyanus), qui elle est d’un bleu profond. Les deux plantes peuvent être démarrées en semis et aiment des conditions similaires d’ensoleillement. Elles ont aussi de longues périodes de floraison où leurs couleurs complémentaires attirent le regard, même celui du visiteur distrait.

Les calendules sont robustes et rustiques et toléreront les faibles gels. Les rares attaques de pucerons causent rarement des dommages importants. On y voit parfois de l’oïdium, mais on peut généralement l’éviter en laissant une bonne aération entre les plants.

Les plants de calendule sont fréquemment visités par les abeilles à miel et sauvages.

La multiplication

Je vois fréquemment de jeunes plants en vente en jardinerie, mais les calendules sont vraiment faciles à démarrer en semis. On a le choix entre des semis intérieurs (vers la mi-mars pour accélérer le début des floraisons) ou des semis directs au printemps, vers la mi-mai (à Montréal).

La calendule est relativement gourmande. Bien qu’elle se débrouille en sol pauvre, lui offrir une bonne dose de compost (1 à 2 cm autour de la plante) fournira des nutriments utiles pour maximiser ses floraisons. Une surdose pourrait cependant attirer les pucerons.

L’entretien

Les jeunes calendules fraîchement transplantées seront sensibles à la grosse chaleur et à la sécheresse, d’où l’intérêt de les transplanter plus tôt en saison. Mais si vous êtes contraint à une transplantation tardive, offrez-leur un arrosage régulier, et un peu d’ombre en cas de canicule. Après 2 ou 3 semaines, elles auront développé leur système racinaire et seront plus résistantes. Prévoyez tout de même quelques arrosages en temps de sécheresse.

Les calendules ne demandent pas vraiment d’entretien, si ce n’est que les récoltes fréquentes des capitules…

Récoltes

On récolte les capitules entiers (réceptacle et sépales inclus), à la main, idéalement dans les premiers jours de leur pleine ouverture. Ce qui veut dire de petites, mais fréquentes récoltes tout au long de la saison. Faire des récoltes fréquentes évite à la plante de commencer la production de graines, ce qui est énergivore et réduit un peu la production de fleurs.

En cueillant la calendule, vos doigts devraient devenir collants, couverts de résine. C’est une bonne chose: cela veut dire que vos calendules sont bien pourvues de résine, un des composés actifs recherchés.

Transformation

On peut facilement sécher les capitules. Les calendules ne sont pas très sensibles à la chaleur et peuvent facilement tolérer 35 °C. La difficulté est de bien s’assurer que vous avez suffisamment retiré l’eau des capitules. Recherchez donc un milieu bien aéré, mais à l’abri de la lumière directe. Pensez à utiliser un déshumidificateur et prévoyez de 3 à 4 jours pour vous assurer d’un séchage complet! Un seul capitule mal séché fera pourrir tout votre bocal. Le capitule frais contient environ 87%[1] d’eau.

Astuce pour une qualité et une conservation optimales: placez les capitules face tournée vers le treillis (avec le bout de tige vers le haut). Ainsi, vous éviterez toute superposition ou déformation du capitule en séchant. C’est la qualité herboriste. 

Pour une transformation plus efficace et pour réduire le risque de pourriture si vous les avez ensachées avec un restant d’humidité, vous pouvez couper les capitules en morceaux plus petits. Ce faisant, vous exposerez plus de cellules à l’oxydation, ce qui accélérera la détérioration des principes actifs de la calendule. Mais ils seront tout de même intéressants pendant un an, surtout si vous les conservez dans un contenant fermé et à l’abri de la lumière. C’est la qualité que l’on retrouve généralement dans les boutiques d’aliments naturels.

Les macérations huileuses de calendules fraîches sont merveilleuses. Elles sont facilement produites et peuvent par la suite être utilisées telles qu’elles sur la peau, ou dans la fabrication d’onguents ou de crèmes. Les macérations huileuses sont destinées uniquement aux usages externes.

Finalement, on peut également faire une teinture, qui consiste à faire macérer les capitules dans de l’alcool. Pour le souci, parce qu’on a des composés très faiblement polaires, on cherchera des alcools les plus forts possibles (idéalement à 70%, mais comme c’est difficile à trouver au Québec, on les réalise souvent avec un alcool à 40%). Toujours pour éviter de diluer cet alcool, on utilise le capitule fraîchement séché pour faire la teinture. On peut utiliser une teinture de calendule à raison de 5 à 30 gouttes jusqu’à 3 fois par jour, pour une durée maximale de 2 semaines.

On utilisera un ratio fleur séchée: alcool de 1: 5, qu’on laissera macérer 4 semaines avant de presser et de filtrer.

Les infusions sont également possibles.

En usage interne, on utilisera de 1 à 2 g par tasse avec une infusion qu’on limitera à 10 minutes (sans quoi, la préparation devient beaucoup moins agréable au goût). On peut ajouter de la teinture de calendule.

En externe, on utilise l’infusion de calendule pour laver les plaies.

En externe, on met deux poignées de capitules par litre d’eau, qu’on porte à ébullition et qu’on laisse infuser jusqu’à ce que la température descende et soit agréable au toucher.

Dans l’assiette

Techniquement, les feuilles ne sont pas toxiques. Mais comme elles sont amères et rugueuses, elles sont peu convoitées.

Quant aux capitules (les fleurs), on peut utiliser les fleurs ligulées (ce qui nous paraît être le pétale) fraîches en salade, surtout pour la couleur qu’elles apportent. On peut également s’en servir pour colorer le riz (un peu de la même manière que le safran, d’où un de ses surnoms «safran du pauvre»).

J’aime bien leur goût, que je décrirais comme poivré, un peu amer avec un arrière-goût de radis. Essayez les fleurs ligulées de calendule dans un beurre fondu à feu doux… c’est vraiment délicieux!

Usage de la calendule en externe

La calendule est utilisée pour favoriser une guérison rapide des plaies, prévenir et diminuer les infections.

En cas de petits bobos, on utilisera la calendule en externe sous 3 formes:

En infusion pour faire des nettoyages de plaie. On peut utiliser l’infusion de calendule refroidie pour le nettoyage de la plaie. Cependant, d’autres plantes peut-être plus abondantes, telles que la saponaire, la brunelle, la menthe, l’origan, la lavande ou le thym peuvent ici servir pour laver la plaie.

En teinture diluée sur une plaie fraîche. Sur une plaie fraîche, la teinture est idéale. Elle donne accès à un maximum des propriétés de la plante tout en laissant respirer la plaie. On peut ajouter une part égale d’eau à la quantité de teinture. Ensuite, soit on la dépose avec un goutte-à-goutte en évitant de toucher la plaie, soit on la place dans un petit vaporisateur et on renouvelle fréquemment la vaporisation jusqu’à la création d’une gale.

En macération huileuse ou en onguent sur une plaie où la gale s’est formée. Une fois la gale créée, on utilisera plutôt une macération huileuse, qu’on peut solidifier en ajoutant de la cire d’abeille pour créer un onguent. L’huile ou l’onguent favoriseront la cicatrisation ordonnée de la blessure (afin de réduire la visibilité de la cicatrice), tout en assouplissant la peau, et réduiront l’envie de gratter la blessure. À cet usage, la macération de calendule peut être utilisée en combinaison avec les macérations suivantes: plantain, millepertuis et consoude.

La macération huileuse de calendule associée à celle du millepertuis est particulièrement utile sur les brûlures et les coups de soleil. On peut aussi l’utiliser seule contre l’érythème fessier.

PropriétésForce (1 à 3)
Anti-inflammatoire3[2], [3], [4]
Cicatrisante / vulnéraire3[3],[4],[5]
Antiseptique / antibactérienne / antifongique2[3],[4],[5]
Antiprurigineuse / antalgique2[3],[5]
Antihémorragique1[3]
Protection contre le stress oxydatif des UVB1[3]

Propriété anti-inflammatoire

Parmi les composés actifs, on attribue principalement les propriétés anti-inflammatoires aux triterpénoïdes pentacycliques, dont le mono-ester de faradiol[3]. On trouve aussi certains flavonoïdes, dont l’isorhamnétol[4]. Tous ces composés sont théoriquement très peu solubles dans l’eau. Ils demandent de l’alcool à haut degré ou encore des huiles pour être extraits.

Propriété cicatrisante ou vulnéraire[6]

Un essai clinique randomisé sur 72 femmes a démontré que la pommade à la calendule augmente considérablement la vitesse de cicatrisation des césariennes.[7] D’autres essais montrent que la calendule agit à la fois sur la phase de reconstruction de l’épithélium (qui est raccourcie) et en accélérant la synthèse du collagène.[4] Ceci s’appliquerait aussi aux tissus sous-jacents à la peau, comme les tendons, et favoriserait une réparation plus rapide, mais aussi mieux structurée[8].

Note: pour la réparation des tissus internes, j’associe généralement la macération de calendule à celle de racine de consoude.

Propriété antiseptique / antibactérienne / antifongique

In vitro, les extraits de calendule se sont montrés efficaces contre plusieurs souches de bactéries et de types de champignons. Les flavonoïdes et les saponosides triterpéniques seraient particulièrement antiseptiques. La fraction polysaccharidique des flavonoïdes serait également immunostimulante, c’est-à-dire qu’elle stimule l’action des cellules immunocompétentes du corps humain, ce qui dans les essais se traduit par un plus faible taux d’infection secondaire et une guérison rapide des plaies.[3]

Autres usages en interne

La calendule est très efficace pour réparer toutes les muqueuses internes, par exemple dans le cas de gingivites, aphtes, pharyngites, œsophagites, ulcères gastriques.

La calendule est un stimulant lymphatique. J’aime bien l’utiliser (infusion et teinture) après un combat immunitaire, pour bien faire le ménage de la lymphe. Ici, la combinaison calendule-échinacée est particulièrement efficace.

Précautions

En Amérique du Nord, outre les cas assez rares d’allergies aux Astéracées, on trouve très peu de contre-indications. Sauf peut-être celle pour la femme enceinte, parce qu’elle serait emménagogue, mais surtout par précaution à cause d’un manque de tests cliniques pour prouverson innocuité. (Cela dit, les quelques tests sur les animaux n’ont montré aucun effet négatif sur les fœtus)[8].

Classifiée A1par L’American Herbal Product Association[9], la calendule ne présente aucune toxicité[10] aux posologies recommandées.

La commission E, de son côté, n’émet aucune contre-indication, même pas pour la femme enceinte.[10]

Interaction médicamenteuse:

La calendule pourrait potentialiser l’effet des plantes sédatives.

Avertissement

En cas de troubles importants ou de maladies chroniques, consultez un médecin.

Il est dangereux de faire son propre diagnostic et de pratiquer l’automédication.

Sauf indication explicite, les usages décrits sont pour les plantes et ne sont pas applicables aux huiles essentielles.

Avant de consommer une plante: s’assurer de bien l’identifier et toujours lire la notice «Précautions».
Les posologies sont données à titre indicatif et sauf précision contraire, elles sont adaptées à l’adulte.
Malgré tout le soin apporté à la rédaction de l’article, une erreur aurait pu s’y glisser. Nous ne saurions être tenus responsables de ses conséquences ou d’une interprétation erronée, car, rappelons-le, aucun article ne peut remplacer l’avis du médecin.


[1] Laberge, D., LABERGE, H. (2011). L’héritage de l’Armoire aux herbes. Lantier: L’Herbothèque

[2] Hoffmann, D. FNIMH, AHG (2003). Medical Herbalism, The Science and Practice of Herbal Medicine. Rochester : Healing art Press. 666 p.

[3] Lorrain, E. (2019). Grand Manuel de phytothérapie. Malakoff: Dunod. 1290 p.

[4] Fleurentin, J. (2018). Du bon usage des plantes qui soignent. 2. Rennes: Éditions Ouest-France. 372 p.

[5] Corjon, G. (2015). Se soigner par les plantes: Jean-Paul Gisserot

[6] Vulnéraire: qui favorise la guérison des blessures et des plaies.

[7] Jahdi F. et al., (2018) The impact of calendula ointment on cesarian wound clinical trial, J Family Med Prim Care: sept-Oct; 7(5):893-897

[8] Aro AA, Perez MO, Vieira CP, Esquisatto MA, Rodrigues RA, Gomes L, Pimentel ER. (2015) Effect of Calendula officinalis cream on Achilles tendon healing. 298 (2):428-35

[9] Upton, R., Bear, S., Winston, D., Gagnon, D., Romm, A.j., Low Dog, T., Hardy, M., Craker, L. (2013). Botanical Safety Handbook. 2. London : CRC Press. 1035 p.

[10] Blumenthal, M., Goldberg A.,Brinckmann J. (2000). Herbal Medicine Expanded Commission E Monographs. Newton: Integrative Medicine Communications


commentaire sur "Pas de soucis de cicatrisation, j’ai de la calendule!"

  1. Nathalie Lamontagne

    Merci beaucoup Audrey! J’ai adorée ton article sur la Calendule! Merveilleux! J’ai pris notes de bien des choses! Je vais les mettre en pratique c’est certain! Continue ton excellent travail! ? ??Bonne journée!

  2. Nathalie Lamontagne

    Merci beaucoup Audrey! J’ai adorée ton article sur la Calendule! Merveilleux! J’ai pris notes de bien des choses! Je vais les mettre en pratique c’est certain! Continue ton excellent travail! ? ??Bonne journée!

  3. Nathalie Lamontagne

    Merci beaucoup Audrey! J’ai adorée ton article sur la Calendule! Merveilleux! J’ai pris notes de bien des choses! Je vais les mettre en pratique c’est certain! Continue ton excellent travail! ? ??Bonne journée!

  4. Quel article intéressant! Merci de m’avoir fait découvrir cette plante aux pouvoirs presque magiques!

  5. Bonjour,
    J’aime beaucoup votre site mais je trouve qu’il y de plus en plus de publicité qui interagit a travers le texte ce qui devient désagréable. .

  6. Suzanne Baillargeon

    Très intéressant. Un monde inconnu pour moi. Continuez à nous informer sur ce sujet (les plantes médicinales)

  7. J’ai adoré cet article, bien fouillé, complet. Félicitations!

  8. peut-on utiliser un déhydrarateur pour faire sècher la calendule ou est-ce trop rapide et chaud qui pourrait affecfé
    le processus de sèchage.

  9. WOW!
    Il y a de la recherche là-dedans!

    Bravo!

  10. Merci beaucoup pour cet article très intéressant! Véritable mine d’or d’informations, je le conserverai pour consultation future. Je compte bien récolter mes calendules afin d’expérimenter ses multiples effets bénéfiques.

  11. Vraiment intéressant Audray! Et j’ai une preuve que c’est cicatrisant sur mon bras… Appliqué suite à une brûlure, zéro cicatrice!!!

    • Oui, on pense à tort que les plantes sont moins efficaces que les produits pharmaceutiques modernes, mais c’est juste différent. Ce sont des produits perfectionnés par Mère Nature depuis des milliers d’années. Le bon produit pour le bon usage, comme la calendula pour la cicatrisation, est d’une grande efficacité.

  12. Wow bel article. J’avais déjà quelques notions mais là j’ai appris! Je réalise qu’en sèchant que les fleurs ligulées il devait manqué les principes actifs au niveau du capitule!? Pas de mention de l’usage en esthétique pour les soins du visage? Dans votre description Audrey, fort intéressante, on y voit la passion, il y a une coquille “elle étudié”.J’aimerais bien faire l’acquisition du livre de Danièle Laberge, introuvable…

    • Il est clair qu’en ne séchant que les fleurs ligulées, vous perdez beaucoup de matière première… Je ne sais pas si les composés diffèrent significativement par contre. Cependant, c’est beaucoup plus rapide, car les capitules sont longs à sécher.

      Pour le livre de Danièle Laberge, effectivement, c’est une belle référence. Son expérience avec les vinaigrés n’a pas été égalée, à mon avis. Ceci dit, j’indique très souvent les ratios et les temps de macération des vinaigrés dans les fiches plantes de tisane-et-jardin.com (disponibles gratuitement). C’est aussi l’une des rares références qui donne le ratio de poids entre la plante fraîche et séchée, une information que l’on commence à retrouver dans les livres sur les cultures de plantes médicinales tels que : The Organic Medicinal Herb Farm, The Chinese Medicinal Herb Farm et Medicinal Herbs in the Garden, Field & Marketplace. Danièle Laberge est une pionnière et une grande dame de l’herboristerie au Québec, j’espère que l’on trouvera de nouveaux canaux pour diffuser son héritage.

  13. Vous avez parfaitement raison Thérèse, c’est une plante non seulement cicatrisante mais aussi vulnéraire, c’est-à-dire qu’elle favorise la régénération des cellules, ce qui fait de la calendule une super plante pour les usages cosmétiques. Ici, on peut aussi bien l’utiliser à partir d’une infusion que d’une macération huileuse, et pourquoi pas les deux… L’huile (non polaire) et l’eau (polair) étant des solvants opposés, on peut mélanger un extrait aqueux avec un extrait huileux en utilisant un émulsifiant dans une crème. C’est une belle façon de profiter au maximum des composés actifs de cette fleur! La calendule est une fleurs très polivalente, j’aurais pu écrire 10 pages sur le sujet, j’ai du faire des choix.