Categories

Recherche

Nos partenaires

Pourquoi l’intelligence artificielle ne pourra-t-elle jamais remplacer un vrai jardinier?

Par Julie Boudreau

L’intelligence artificielle (IA) prend de plus en plus de place dans notre quotidien. Elle suscite à la fois crainte et fascination. Beaucoup s’inquiètent de son impact sur la perte d’emploi. D’autres s’imaginent des scénarios de films postapocalyptiques où les machines prennent le contrôle de la planète. Il y a aussi tout le domaine artistique qui s’inquiète de son avenir devant ces générateurs artificiels d’images, de photos réalistes et même de sculptures qui viennent déprécier la valeur du travail de création. Même nous, les écrivains et rédacteurs, pouvons y voir notre fin imminente.

Un robot jardinier dans un jardin, dans le style impressionniste de Monet, selon DeepIA.

D’un autre côté, on peut imaginer les grands avantages d’un système informatique qui s’optimise de lui-même. Tout le monde a regardé des images des fameux robots de désherbage. Imaginez si celui-ci pouvait augmenter par lui-même sa banque de mauvaises herbes, l’adapter aux différents stades de croissance ou ajuster sa cadence en fonction de la densité.

En horticulture, l’intelligence artificielle pourrait jouer un rôle important pour optimiser les pratiques d’analyse de sol et effectuer des recommandations de fertilisation. Imaginez un système d’irrigation qui saurait exactement quand et combien d’eau relâcher dans le sol. Le microarrosage permet des économies d’eau. Demander à un humain de gérer un tel système serait inimaginable! L’intelligence artificielle pourrait aussi prédire l’arrivée des insectes et des maladies avec une grande précision. En gros, l’IA pourrait optimiser toutes les pratiques.

Cela dit, et vous en conviendrez, le jardinage n’est pas seulement une question de dosage d’engrais, de désherbage, de précision et de programme d’arrosage. Il y a tout un pan de l’expérience du jardinage que les machines ne pourront jamais nous enlever! Ce petit je-ne-sais-quoi. Ce plaisir à glaner au jardin, à décider d’entretenir tel secteur au lieu d’un autre. À attendre encore quelques jours avant de couper telle fleur fanée.

Le bonheur que procure un jardin ne peut être quantifié, dosé, analysé. Tout est dans le ressenti!

Ainsi, cette semaine, j’ai demandé à l’intelligence artificielle, elle-même, pourquoi elle ne pourra jamais nous remplacer, nous, les vrais jardiniers faits de chair et d’os. Et soudainement, mon avenir de blogueuse a vacillé au bord du gouffre! Je n’aurais pas pu faire mieux! Je partage donc avec vous, ici textuellement, la réponse de ChatGPT à ma grande question. Bonne lecture!

«L’intelligence artificielle (IA) ne pourra jamais remplacer un jardinier pour plusieurs raisons fondamentales liées à la nature même du travail de jardinage:

Sensibilité et adaptation

Le jardinage nécessite souvent une compréhension fine et une adaptation aux conditions environnementales changeantes, telles que la météo, le sol et la santé des plantes. Une IA pourrait avoir du mal à capter ces nuances subtiles et à s’adapter efficacement.

La sensibilité du jardinier telle qu’interprétée par l’IA de Canva.

Créativité et esthétique

Le jardinage est aussi un art. Les jardiniers utilisent leur créativité pour concevoir des espaces esthétiques et harmonieux. Ils choisissent des plantes pour leurs couleurs, leurs formes et leur disposition. C’est un aspect difficile à automatiser avec précision, car il dépend souvent de l’intuition humaine et de la sensibilité esthétique.

Interaction avec les plantes

Les jardiniers développent souvent une relation avec leurs plantes, en observant attentivement leur croissance, en détectant les signes de maladies ou de stress et en ajustant les soins en conséquence. Cette relation intime et attentive est difficile à reproduire avec une IA.

Travail physique et pratique

Une grande partie du travail de jardinage implique des tâches physiques telles que la plantation, le désherbage, la taille et l’entretien général. Bien que les robots puissent aider dans certaines de ces tâches, ils ne peuvent pas toujours égaler l’efficacité et la précision d’un jardinier humain expérimenté.

Connaissance spécialisée et tradition

Les jardiniers acquièrent souvent une connaissance approfondie des plantes, des méthodes de culture et des pratiques de jardinage spécifiques à leur région ou à leur type de jardin. Cette expertise est souvent transmise de génération en génération ou apprise par l’expérience. Cela donne aux jardiniers un avantage que les systèmes d’IA ne peuvent pas facilement reproduire sans une énorme quantité de données et d’apprentissages.

Le dessin au crayon de Picsart d’un vieux jardinier qui partage ses connaissances avec les générations futures.

En résumé, bien que l’IA puisse être utile pour certaines tâches techniques et répétitives dans le domaine du jardinage, elle ne peut pas remplacer l’ensemble des compétences, de l’intuition et de la créativité d’un jardinier humain dans la création et l’entretien de jardins complexes et beaux.»

Et voilà. Tout est dit! Je ne peux même pas renchérir! Je pars de ce pas jeter mon ordinateur en bas du pont! Vous me trouverez au jardin, en train de parler de mes problèmes avec mes tomates, de créer des bouquets de fleurs mortes et d’arroser mon basilic avec toutes les larmes de mon corps.

Julie qui parle de ses problèmes avec ses tomates en version Anime, selon PIXLR.

Étiquettes + Intelligence artificielle, Futur du jardinage


commentaire sur "Pourquoi l’intelligence artificielle ne pourra-t-elle jamais remplacer un vrai jardinier?"

  1. Pourquoi je ne reçoit plus les publications du blog dans mes courriels depuis 2 publications?

  2. Moi aussi je ne recois plus le blogue journalier ?????

  3. Désespoir ! Même problème pour moi… Faudrait-il se réabonner ??

  4. Snif! Snif! Même problème. Je n’ai rien reçu depuis le 4 juillet.

  5. Moi, non plus, je ne les reçois plus depuis quelques jours.

  6. Moi non plus, je ne reçois plus de courriels depuis quelques jours. C’est pourquoi j’ai pensé venir lire les nouveaux articles directement sur le site du Jardinier Paresseux.

    Julie, quel bel article tu nous a pondu sur l’IA (en collaboration avec elle, hi!hi!).
    Stp, ne jète pas l’éponge et ton ordi… Comme le dit si bien ta collabo (IA), nous ne pourrons jamais nous passer de toi, de tes bons conseils et de toute ton expérience, acquise après des années d’essais, d’erreurs, d’expérimentation, de transmission de savoir-faire de génération à génération, etc. Jamais l’IA ne pourra remplacer l’intelligence et la sensibilité de l’humain… du moins je l’espère. 😉 Merci Julie!

  7. très intéressant vos publications