Categories

Recherche

Nos partenaires

Quels couvre-sol poussent à l’ombre?

Par Julie Boudreau

En réponse à une question d’un lecteur, voici quelques couvre-sol qui conviennent pour les endroits moins ensoleillés du jardin.

Les espaces ombragés du jardin donnent du fil à retordre à bien des jardiniers. Et pourtant, le nombre de plantes qui y poussent bien et qui y fleurissent est grand. Créer un aménagement à l’ombre est relativement simple.

Mais, dans certains cas, la croissance est plus difficile. C’est ici que les plantes couvre-sol deviennent intéressantes. Avec un minimum d’enracinement dans le sol, elles voyagent, souvent à l’aide de stolons, et remplissent de grandes surfaces. Les couvre-sol servent de moyen efficace de remplacer la pelouse. Enfin, les couvre-sol sont aussi une façon astucieuse de réduire le temps d’entretien.

Définir le lieu pour mieux choisir les plantes

Avant de tomber en amour avec l’une ou l’autre des plantes proposées ci-bas, il est essentiel d’observer attentivement le site où le couvre-sol sera implanté. Si le sol est frais en permanence et bien meuble, les possibilités sont illimitées. Par contre, un sol à l’ombre sous de grands arbres présente son lot de défis! En effet, les petites plantes couvre-sol sont en compétition avec les racines agressives des arbres. Le choix devient alors plus limité. Il est bon de retenir qu’il est inutile de chercher à ajouter de la nouvelle terre ou de créer des plates-bandes surélevées par-dessus les racines des arbres. En moins d’un an, les racines auront vite envahi l’espace. Mieux vaut travailler avec des plantes adaptées et capables de survivre dans ces sols remplis de racines fibreuses.

Puis, on trouve aussi des emplacements à l’ombre, mais où le sol est complètement sec, presque poussiéreux. C’est souvent le cas près de la fondation de la maison ou en d’autres endroits où la pluie est bloquée par un obstacle. Ici aussi, on trouvera une liste de plantes plus limitée, mais quand même capables de bien remplir l’espace.

Couvre-sol pour les sols bien frais et meubles

Bien sûr, je présente ici une petite sélection de plantes que j’affectionne particulièrement. Toutefois, ce n’est pas une liste exhaustive. Ce sont des couvre-sol qui ont un peu plus de difficulté à se développer dans des conditions plus difficiles. L’absence de compétition des racines et de bons arrosages réguliers aident ces plantes à demeurer belles et fournies.

Cela dit, il n’est pas impossible de le voir pousser dans de moins bonnes conditions. Si j’ai retenu une chose en 30 ans de jardinage, c’est que ce qui fonctionne très bien chez un jardinier ne fonctionne pas nécessairement bien chez d’autres jardiniers!

Aspérule odorante (Galium odoratum)

Un couvre-sol que j’apprécie particulièrement pour ses belles feuilles en verticilles. C’est une forme assez unique de feuillage. Au printemps, la plante produit de petites fleurs blanches très parfumées. C’est un bon couvre-sol à installer sous des arbustes dans ces petits espaces perdus que le soleil ne rejoint pas. Je pense en particulier aux cours intérieures des jardins de ville.

Zone 4; H.: 20 cm; L.: 30 cm; Floraison: blanche, en mai et juin

Aspérule odorante. Photo: Hans sur Pixabay

Bugle rampante (Ajuga reptans)

On cultive surtout les cultivars à feuillage brun foncé ou tricolores de cette vivace. C’est effectivement un très bon couvre-sol pour apporter des jeux de contrastes de couleurs au jardin. En couvre-sol, je recommande la bugle de Genève (Ajuga genevensis) qui est nettement plus vigoureuse et plus résistante que la bugle rampante. Mais pour une belle touche de couleur, les cultivars ‘Burgundy Glow’, ‘Variegata’ et ‘Catlin Giant’ sont des classiques qui ont fait leurs preuves.

Zone 3-5; H.: 15 cm; L.: 25 cm; Floraison: mauve, rose ou blanche, en juin

Bugle rampante. Photo: Julie Boudreau

Lamier maculé (Lamium maculatum)

Assez comparables à la bugle, les lamiers ont plus souvent des feuillages panachés de blanc ou de crème. C’est le genre de couvre-sol que je n’ai jamais réussi à cultiver convenablement dans mon jardin, mais qui pousse à merveille chez les amis jardiniers! Je l’ai même observé sous de grands arbres!

Zone 3-4; H.: 20 cm; L.: 50 cm; Floraison: rose, blanche ou mauve, en mai et juin

Lamier maculé. Photo: Marina Yalanska sur Unsplash

Couvre-sol d’ombre pour sol sec ou au pied des grands arbres

Que ce soit pour combattre les racines des arbres ou pour survivre à la sécheresse extrême, le choix de couvre-sol est sensiblement le même pour les deux situations. Ce sont des plantes qui présentent une meilleure résistance. Aussi, dans les pires conditions, et seulement si l’espace est contenu, on peut se tourner vers des plantes très envahissantes, comme l’anémone du Canada (Anemonastrum canadense) ou d’herbe aux goutteux (Aegopodium podagraria). La grande vigueur de ces indésirables du jardin se voit ralentie par les difficiles conditions de culture. La plante devient plus docile. Mais j’insiste: dans un espace contenu seulement!

Découvrons plutôt d’autres plantes couvre-sol moins féroces, mais tout de même capables de croître dans un sol très sec ou sous les arbres.

Faux lamier (Lamium galeobdolon, anciennement Lamiastrum galeobdolon)

La plante ressemble beaucoup au lamier maculé avec raison, car ce sont deux plantes du même genre botanique. Le faux lamier porte des feuilles un peu plus grandes et ses longues tiges sont plus vigoureuses. En été, il porte de petites grappes dressées de fleurs jaune vif. Puisque son enracinement est superficiel, la plante peut couvrir de grandes surfaces avec beaucoup de facilité.

Zone 3; H.: 25 cm; L.: 60 cm; floraison: jaune, en juin

Faux lamier. Photo: Hans sur Pixabay

Pachysandre du Japon (Pachysandra terminalis)

C’est un couvre-sol dense avec un feuillage vert foncé et persistant. En été, la plante produit de petites fleurs blanches. Sa capacité d’adaptation à plusieurs conditions de culture est épatante. C’est la plante à utiliser pour les pires endroits!

Zone 3; H.: 30 cm; L.: 50 cm; Floraison: blanche, en juin

Pachysandre du Japon. Photo: Kumiko Shimizu sur Unsplash

Lierre anglais (Hedera helix)

C’est une plante que l’on voit partout en Europe. Dans le nord de l’Amérique, on la voit moins souvent, d’abord à cause de sa rusticité un peu limite. Malgré tout, dans les endroits bien à l’abri du vent, le lierre fait des miracles. Il forme un tapis dense et couvre une large surface.

Zone 5; H.: 15 cm; L.: 75 cm; Floraison: discrète

Lierre anglais. Photo: Julie Boudreau

Petite pervenche (Vinca minor)

C’est un de mes couvre-sol favoris. Un beau feuillage vert foncé luisant, de grandes fleurs bleues en mai. Quand la plante est bien implantée, il n’y a pratiquement plus de désherbage à faire. La petite pervenche produit des tiges rampantes qui s’enracinent à chaque nœud (le point de rencontre des feuilles sur la tige).

Zone 4; H.: 20 cm; L.: 50 cm; Floraison: bleu mauve, en mai

Petite pervenche. Photo Sui Shikkako sur Pixabay

Chacun de ces couvre-sol apporte une petite touche distinctive au jardin. La forme des feuilles, leur couleur et la couleur de la floraison sont des critères que l’on doit prendre en considération quand viendra le moment de choisir un couvre-sol pour un endroit ombragé.

Mon meilleur conseil pour les endroits difficiles de culture est de faire un test. Implanter un couvre-sol sur une grande surface d’un seul coup peut être risqué. Cela peut coûter cher si la plante refuse de s’installer. C’est pourquoi je suggère de planter 3 spécimens de 5 ou 6 espèces différentes. Cela permet d’observer les plantes et de voir lesquelles ont le mieux survécu. Ensuite, on peut dévaliser le centre de jardin!

Les qualités des couvre-sol d’ombre ou de sols secs en font des plantes potentiellement envahissantes. En général, ces couvre-sol ont une croissance vigoureuse, un mode de dispersion particulier, une grande adaptabilité à différents milieux et ils n’ont pas de prédateurs naturels. Ils peuvent nuire au développement des plantes indigènes et même éradiquer les autres plantes du jardin en raison de leur densité. Ainsi, il n’est pas rare de constater la domination totale et suprême d’un couvre-sol. Celui-ci peut nuire à l’équilibre écologique et réduire la biodiversité. Choisissez des plantes couvre-sol réputées non envahissantes dans votre région. Évitez d’implanter des couvre-sol près des milieux naturels, des cours d’eau et des habitats fragiles. Ayez recours à une bordure épaisse pour contenir le développement.

Étiquettes + Ajuga, Pachysandra, Galium


commentaire sur "Quels couvre-sol poussent à l’ombre?"

  1. Danielle dit :

    J’ai beaucoup aimé cet article. Il m’a fait sourire. Chez moi, c’est un terrain boisé de plusieurs érables à sucre et cèdres centenaires, l’ombre est vraiment présente. Trente ans d’essais et erreurs et toutes vos propositions sauf le lierres poussent ou ont poussées chez moi.
    Cependant, il y en a qui ont été bannies, comme le faux lamier qui avance avec une vitesse phénoménale envahissant tout ainsi que l’anémone du Canada qui se resème à tout vent. J’ai dû, comme Larry Hodgson le recommandait, tapisser la surface de plusieurs couches de papier journal et de recouvrir le tout de nouvelle terre.

  2. Sylvie L. dit :

    Merci beaucoup pour cet article fort intéressant. J’apprécie énormément vos suggestions. Votre photo du lierre est ravissante!

  3. louise Côté dit :

    C’est bien vrai que la Pachysandre du Japon s’étend facilement, mais c’est une plante qui devient facilement incontrôlable, très envahissante. Je regrette son implantation dans mon jardin.

  4. Lili J dit :

    J’aime beaucoup la petite pervenche, qui pousse bien chez moi, cependant, je me demande si je peux planter à travers ce tapis de pervenche des hostas? merci

    • Julien Thériault dit :

      J’ai des hostas qui poussent à travers des pervenches et ils se débrouillent très bien. Ils étaient là avant que les pervenches ne les rejoignent. Ce serait peut-être prudent d’utiliser des plans bien établis et vigoureux plutôt que de toutes petites divisions, et de tenter d’écarter les pervenches les premières années.

  5. Elisabeth dit :

    Merci pour cet article fort intéressant. Si je peux vous proposer de mettre des photos des plantes que vous proposer. Merci

  6. Marie-reine M.R.T Turcotte dit :

    Bonjour !
    J’aimais et J’aimerais encore votre site s’il y avais moins de pub ,Maintenant il y a deux bandes d’annonces une en haut l’autre en bas de l’écran. Vraiment dérangeant lorsque l’on veux lire vos sages conseils .
    Bien à vous de corriger.

    • Lucie dit :

      S’il n’y avait pas de pub, il n’y aurait malheureusement pas d’articles. Nous ne payons pas pour consulter ce site alors…

    • Vayoche dit :

      AdBlock Ca ne coute rien et pas de publicité

      • Mathieu Hodgson dit :

        Et ça réduit nos revenus sans lesquels le site ne peut exister. Notre situation financières est précaire et j’essuie les pertes avec mon travail de concepteur de jardin.

    • agnes dit :

      pour répondre à marie-reine m.r.t turcotte

      vous avez ici un blogue merveilleux avec pleins de renseignements gratuits, les publicités sont là pour faire vivre le blogue…si ça vous dérange…allez voir ailleurs et cessez vos petits caprices…

  7. Jean Archambault dit :

    Les couvre-sols, eut-on les semer ou si on doit plutôt les planter?

    Merci

  8. J.J. dit :

    Lierre anglais (Hedera helix) ! Bienheureux jardiniers du Nouveau Monde où le lierre ne semble pas envahissant !
    Nous sommes obligés de le traquer inexorablement car il se déplace sournoisement sur les sols herbeux où il secrète des molécules inhibant les autres plantes, et dès qu’il trouve un support : piquet, arbre ou arbuste, il se lance à l’escalade de sa victime. Bien sûr dans ce cas il est devenu inoffensif et même utile avec ses fleurs au printemps utiles aux abeilles, et ses fruits appréciées par les oiseaux l’hiver. En terrain découvert je n’ai trouvé qu’un remède “drastique ” : l’attaquer au désherbeur thermique, autrement dit au lance flamme (à utiliser avec grandes précautions) !

  9. Anonyme dit :

    J’habite à Baie-Saint-Paul dans Charlevoix.
    J’aimerais savoir vers quelle date semer des tournesols…

  10. Danielle Gagnon dit :

    Le faux panier à fleurs jaunes est un désastre. Un paysagiste me l’avait planté dans ma platebande (à sa défense, je voulais des plantes pas coûteuses à l’achat de ma maison). Je commence juste à y voir clair après 4ans de deracinage.

    • Brigitte dit :

      Les violettes sauvages de couleur mauve ou framboise poussent très très bien à l’ombre et colonisent aussi les terrains plus ensoleillés ! Un vrai plaisir pour l’œil au Printemps !

  11. Julien Thériault dit :

    Une combinaison que je trouve très belle : des hostas entourés d’un tapis d’aspérules odorantes.

  12. Mathilde dit :

    La vinca minor (petite pervenche) a le statut d’espèce exotique envahissante au Québec! Elle est effectivement très belle et résistante, mais pour préserver notre biodiversité indigène, ne la plantez pas dans vos jardins. Il y a beaucoup d’espèces indigènes qui font de bons couvre sols tolérants à l’ombre.

  13. Thérèse dit :

    Quelle plante comestible vivace pousse à l’ombre au Bas St-Laurent, svp ? Merci bien

  14. Anonyme dit :

    Jaime beaucoup votre site. Cependant lorsque vous vous appropriez 75% de mon écran pour demander vos cookies, je ne vous aime plus. C’est comme si vous veniez me saluer et rentrer tout vos meubles. Trop c’est trop. Merci

  15. Clarisse dit :

    Merci pour cet article intéressant. C’est tellement vrai que ce qui fonctionne très bien chez un jardinier ne fonctionne pas nécessairement bien chez d’autres jardiniers car chaque terrain a une terre différente et l’ensoleillement n’est jamais exactement le même ni la compétition racinaire et bien d’autres facteurs.
    Pour ma part, j’adore le géranium à gros rhizomes, non pas dans les parterres mais au pied des arbres ou de mon gros lilas entre autres. Il pousse vite, blets pas dérangé par les racines des gros arbres et est vraiment facile à contrôler. Mes deux autres préférés sont la vinca minor et le lysimachia nummularia aurea ( car l’indigène est vraiment trop envahissant et ne met pas de lumière à l’ombre puisque vert).
    Le faux lamier est envahissant c’est vrai mais si on l’utilise bien ( par exemple au pied d’un arbre pour ne pas avoir à tondre autour et à le blesser), il est top!
    Bon jardinage!

  16. Danielle Theriault dit :

    Surtout pas de bugle rampante!!! Ici en Estrie sur notre rue, tous les parterres gazonnés sont envahis par cette plante et le seul moyen de l’éradiquer est d’enlever le gazon et retourber.

  17. Anne dit :

    Merci pour cet article
    J’ignorais qu’il y aurait tant de commentaires ! Wow ! C’est là que l’on voit la complexité du lieu de culture…
    J’ai eu des anémones du Canada. Hé boy! Quelle croissance ! Toutes otées. Super en milieu naturel par contre!
    Le buggle lamier et cie, tjr voir où sont rendus… grands explirateurs que je qualifie ‘facile à contrôler’.
    Perevenche : poésie dans l’ombre où oui aussi besoin d’être surveillée !
    L’asperule : beau tout le temps !

    Mais, jardiner c’est aussite tenter et … risquer parfois (sauf milieu naturel car l’impact serait trop nuisible et impossible de régler comme pour la salicaire et phragmite)..

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!