Catégories

Recherche

Nos partenaires

Que faire en mai? Calendrier du jardinier paresseux

Ici au Québec, le mois de mai signale le début de la saison de jardinage extérieur: le mercure grimpe, le sol se réchauffe, les plantes se réveillent, les journées s’allongent et le congé de la fête des Patriotes, le lundi qui précède le 25 mai, en est le paroxysme pour plusieurs.

Attention cependant, il y a encore des risques de gel dans les régions plus chaudes du Québec jusqu’au début mai et jusqu’à la fin juin dans les régions les plus froides. Ce n’est qu’une moyenne: pour s’assurer qu’il n’y a plus de gel, ajoutez 2 semaines à la moyenne de votre région.

Que faire en mai?

  • Semez les plantes qui exigent un semis intérieur;
  • Commencez à semer à l’extérieur les végétaux qui sont résistants au froid;
  • Repiquez vos semis dans de plus grands pots, au besoin;
  • Lorsque la température le permet, commencez à acclimater vos semis à l’extérieur;
  • Attendez que les températures restent au-dessus de 13 °C la nuit avant de transplanter vos végétaux frileux à l’extérieur;
  • Recouvrez vos végétaux transplantés avec une couverture flottante ou une toile de plastique si vous désirez ajouter quelques degrés à la température;
  • Lorsque le sol est bien asséché, enlevez les amas de feuilles, brindilles et autres déchets de votre pelouse;
  • C’est un bon moment pour planter ou transplanter des vivaces, arbustes et arbres;
  • Nettoyez vos nichoirs à oiseaux;
  • Protégez vos plantes d’intérieur plus fragiles du soleil direct qui est de plus en plus intense;
  • Sortez vos plantes d’intérieur poussiéreuses à l’extérieur pour les nottoyer;
  • Patientez que le mercure reste au-dessus de 10 °C avant de faire le ménage de vos plates-bandes, ou ne le faites pas du tout!

Semis intérieur pour le mois de mai

Semis

Vous pensiez que la saison des semis était terminée? Détrompez-vous! Plusieurs végétaux n’aiment pas particulièrement passer beaucoup de temps à l’intérieur, mais profitent tout de même de la chaleur de notre maison pour germer et commencer leur vie. D’autres peuvent être semés directement à l’extérieur, mais on peut accélérer nos récoltes de quelques semaines et les partant en dedans.

Voici des semis à faire à l’intérieur au début de mai.

Semis extérieur pour le mois de mai

Une fois les risque de gel passés, certaines plantes résistantes au froid, comme les betteraves, carottes, laitues, oignons, persil, panais, radis, etc., peuvent être semées directement au jardin quand la température du sol atteint 7 °C. Pour d’autres, plus frileuses, attendez que le sol atteigne 12 °C. Pour les plantes de climat chaud telles les haricots, les concombres, les courges et les melons, attendez les 21 °C.

Pour en apprendre plus sur la température et les semis, consultez Quand peut-on semer et repiquer nos légumes sans craindre le froid? de Larry Hodgson.

Repiquage vos semis

Que vous ayez semé vos graines dans de petits contenants, des contenants partagés ou que vos semis aient poussé plus vite que prévu et se retrouvent maintenant à l’étroit, il est primordial que leurs racines ne manquent pas de place pour assurer leur succès. Il faudra donc les repiquer dans un contenant plus grand. Voici comment faire!

Acclimatation des semis

Les plantes habituées aux conditions stables de nos maisons peuvent subir un choc et être endommagées ou mourir si elles sont exposées trop rapidement à l’environnement changeant et au soleil intense de l’extérieur. On doit donc les habituer progressivement aux conditions plus rudes comme les rayons UV intenses, le vent, la pluie, et les variations de température, ce qui renforce leur structure physique et leur capacité à tolérer ces changements.

Ce processus, qu’on nomme l’acclimatation, s’étend de 7 à 10 jours avant la date prévue pour les sortir, commence en les plaçant à l’ombre et à l’abri du vent lorsque la température dépasse 15 °C, en les rentrant si elle descend en dessous de 10 °C la nuit, puis progressivement en les exposant à la mi-ombre et au vent, et finalement au soleil direct, pour les préparer à la vie en plein air, adaptant leur placement final selon leur besoin spécifique en lumière.

Apprenez-en plus sur l’acclimatation.

Transplanter ses semis à l’extérieur

Encore une fois, la date de transplantation des végétaux à l’extérieur dépend de votre climat régional, mais également de la variété de la plante. La meilleure façon de faire est de consulter les prévisions météorologiques de 14 jours pour votre emplacement et de vous assurer que le mercure ne baisse pas, même la nuit, en dessous du seuil minimal pour le type de culture que vous avez.

Certains légumes de climat frais comme les laitues, oignons, poireaux, et choux peuvent être semés à l’intérieur et transplantés au jardin tôt, dès que les températures nocturnes se stabilisent au-dessus de 7 °C sans risque de gel. Cependant, les légumes de climat chaud, bien qu’ils puissent supporter des températures fraîches nocturnes, voient leur croissance ralentie et la récolte retardée par ces conditions; par exemple, un plant de tomate exposé à des nuits trop froides peut subir un choc et prendre du retard dans sa croissance. Il est conseillé d’attendre des températures nocturnes minimales de 12 °C pour les tomates, 18 °C pour les concombres et les poivrons, et 21 °C pour les aubergines, melons, gombo, et courges avant de planter, ou alors de couvrir les plants lors des nuits plus froides pour éviter des retards de croissance.

Protéger les plantes en cas de baisse de température

Malgré toutes nos précautions, un gel ou une baisse de température inattendue peut mettre en péril notre beau travail. Gardez toujours sous la main des couvertures flottantes, des toiles de plastique, des bâches ou même des couvertures pour être prêts quand le mercure baisse avec seulement quelques heures de préavis.

On peut aussi utiliser des couvertures flottantes pour hausser la température de quelques degrés, et ainsi semer ou transplanter plus tôt.

Nettoyer votre pelouse

Source: Mary Marfeo, www.pinterest.ca

Râteler une pelouse au début du printemps est utile pour éliminer les feuilles mortes, les branches tombées, et d’autres débris. Cependant, il est important d’attendre que le sol ne soit plus détrempé après la fonte des neiges pour éviter de compacter le sol en marchant dessus, ce qui nuirait à la croissance de la pelouse. La pelouse est prête à être râtelée lorsque le gazon commence à verdir, généralement deux semaines après la disparition de la neige. Râteler trop tôt, surtout sur un sol humide et une pelouse encore brune (une pratique trop courante chez de nombreux jardiniers) peut causer en réalité plus de dommages que d’avantages.

Préférez un balai à gazon à dents en plastique pour minimiser les dommages aux graminées.

Planter ou transplanter vivaces, arbustes et arbres

Photo : USFS Region 5, Creative Commons

Quoiqu’on puisse aussi bien planter des végétaux au printemps qu’en été ou en automne, le faire tôt en saison est bénéfique pour les plantes rustiques telles que vivaces, arbustes, arbres, et conifères, qui supportent bien le gel et s’acclimatent mieux quand le sol est frais. Il est important d’attendre que le sol soit bien drainé pour éviter d’endommager sa structure, cependant. Cette période fraîche permet de réduire les besoins en arrosage, de profiter des floraisons printanières, et d’éviter la foule en pépinière.

Nettoyez vos nichoirs à oiseaux

Photo: Getty Images

Pour prévenir la prolifération de parasites et de maladies susceptibles de nuire aux oiseaux, il est recommandé de faire un nettoyage annuel des nichoirs. À la fin de la saison de nidification, généralement en automne ou en début d’hiver, ou avant leur retour au printemps, il est recommandé de vider les nichoirs de tous les matériaux de nidification usés, tels que les brindilles, les plumes, et autres débris accumulés. Utilisez une solution d’eau de Javel diluée ou un désinfectant écologique pour nettoyer soigneusement l’intérieur du nichoir, suivi d’un bon rinçage pour éliminer tout résidu chimique. Enfin, laissez sécher le nichoir à l’air libre avant de le refermer ou de le remettre en place.

Protégez vos plantes d’intérieur du soleil direct

Photo: cottonbro studio

La majorité des plantes d’intérieur souffrent davantage d’un manque de lumière que d’un excès, y compris celles dites d’éclairage faible, qui prospèrent mieux sous une lumière abondante. Les dommages par excès de lumière, souvent confondus avec ceux causés par la surchauffe, surviennent principalement près des fenêtres orientées au sud ou à l’ouest ou dans une serre, surtout à la fin du printemps et en été, alors que l’hiver, presque toutes les plantes d’intérieur supportent le plein soleil. La surchauffe derrière des vitres peut élever la température jusqu’à 60 °C, affectant même les plantes résistantes à la chaleur. Pour pallier les problèmes liés à l’excès de lumière, il est conseillé d’éloigner les plantes de la fenêtre, de les placer dans des endroits moins exposés, d’utiliser des voilages translucides, de planter des arbres extérieurs pour ombrager les fenêtres ou de positionner les plantes sensibles derrière celles qui tolèrent mieux la lumière intense.

Nettoyez les plantes d’intérieur à l’extérieur

Mettre les plantes d’intérieur à l’extérieur durant l’été peut être bénéfique, offrant plus de lumière, des pluies naturelles et une aération qui améliorent leur santé, bien qu’il faille les nettoyer avant de les rentrer à l’automne pour éviter d’introduire des insectes indésirables. Pour ceux qui préfèrent ne pas sortir leurs plantes, un bain de pluie occasionnel, ou avec un boyau d’arrosage, est conseillé pour nettoyer le feuillage, éliminer les contaminants qui obstruent les stomates, et réduire les infestations d’insectes. Toutefois, il ne faut pas les laisser au soleil direct pour prévenir les brûlures sur les feuilles non habituées à une forte luminosité. Attendez aussi une journée où il fait plus de 15 °C.

Retardez le ménage du printemps, ou n’en faites pas du tout!

Photo: Taryn Elliott

Attendre que les températures printanières se stabilisent au-dessus de 10 °C pour nettoyer les parterres aide à protéger les insectes bénéfiques comme les pollinisateurs, les prédateurs naturels et les décomposeurs, qui peuvent être encore inactifs ou en phase de sortie d’hibernation. Les feuilles mortes et les tiges séchées servent de refuge à ces insectes, essentiels à l’équilibre écologique du jardin.


commentaire sur "Que faire en mai? Calendrier du jardinier paresseux"

  1. Jean Claude Pare dit :

    Super votre petit Calendrier attend avec impatience Les autres mois .
    Un gros Merci

  2. VERONIQUE LEBLANC dit :

    Les saisons ne dont plus stables. Mai en ville permettrait t il.la sortie du persil et du thym. Dans le nord zone 3 le printemps est précoce cette année et mes tomates ont maintenant presque 3 pieds. Je voudrai les planter bientôt tomates sub arctiques. Quoi faire ? Les garder encore à l’intérieur jusqu’en juin où les sortir bientôt. Merci

    • Gay ph dit :

      Bjr
      Prendre pioche et enlever racine
      Dur mais efficace

    • Mathieu Hodgson dit :

      Les dates sont des estimations et c’est vrai qu’avec les changements climatiques il est dure de savoir comment réagir. Pour savoir quand transplanter les tomates à l’extérieur, le mieux est de vérifier les prévisions météo et attendre que les températures nocturnes restent au-dessus de 12 Celsius.

  3. Francine.mfillion@videotron.ca dit :

    Je suis envahie par une lierre je crois que c’est la lysimaquia ..je ne sais pas si l’ai bien identifié ..avez vous un truc pour m’en débarrasser …merci

  4. Francine M.Fillion dit :

    Merci beaucoup, c’est déjà fait…mais non efficace chez moi…malgré le paillis.. je crois que je vais détruire cette plante-bande pour quelques années …on verra

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!