Catégories

Recherche

Nos partenaires

Sursemez la biodiversité dans votre pelouse

La grande majorité des pelouses en Amérique du Nord ont été installées avec du gazon en plaques et ça, c’est 100% de pâturin des prés: une espèce qui résiste très bien au piétinement et à nos hivers québécois et qui procure un effet immédiat. Malheureusement, c’est aussi une plante très exigeante en fertilisants et en eau. Si les conditions idéales ne sont pas au rendez-vous, elle va s’affaiblir et être une proie facile pour les ravageurs de pelouses, comme les punaises et les vers blancs. En fait, les insectes «nuisibles» sont là pour éliminer les faibles. C’est la loi de la nature. Si on a une diversité de plantes dans notre pelouse, comme dans une jungle, il y aura toujours l’une ou l’autre qui va survivre à une sécheresse, à un sol pauvre ou compacté ou qui va résister à tel ou tel prédateur.

Photo: Anna Shvets

Comment faire le virage?

Alors, vous avez posé du gazon en plaques récemment, mais vous vous demandez comment obtenir une pelouse plus écologique pour attirer les pollinisateurs?

Il va de soi que vous ne devrez plus faire appel à une compagnie qui utilise des herbicides sélectifs. Les professionnels peuvent encore utiliser des pesticides qui ne sont pas accessibles aux consommateurs. Soyez donc vigilant, car certains entrepreneurs vous diront qu’ils n’utilisent que des produits autorisés par le gouvernement. Bien sûr, mais ce sont quand même des pesticides! Et si vous voyez une pelouse «impeccable», sans le moindre pissenlit, dites-vous bien qu’il y a eu application d’herbicides, sauf si vous avez vu le propriétaire à quatre pattes dans sa pelouse pendant des heures.

De plus, il faut arrêter d’appliquer des engrais sur votre pelouse, sinon celle-ci va rester vigoureuse et la flore indigène va prendre du temps à s’installer. Mais ne vous attendez pas à ce qu’une panoplie de jolies fleurs s’installent spontanément. Cela peut prendre des années si vous n’aidez pas un peu la nature. Il faut introduire de la biodiversité petit à petit en semant au travers de la pelouse existante: on appelle ça faire du sursemis ou du surensemencement.

Les mélanges à gazon à entretien minimum

Il y a actuellement une tendance à éliminer complètement le gazon pour le remplacer par des couvre-sols ou des parterres de fleurs. C’est une bonne idée si vous n’avez pas de jeunes enfants qui veulent jouer et courir en abîmant vos fleurs. Cette méthode représente aussi des coûts d’implantation et d’entretien non négligeables, surtout dans les premières années. L’option la plus simple pour transformer une pelouse uniforme en un gazon écolo, c’est de sursemer la surface avec une diversité de plantes qui supportent une coupe régulière et ce n’est pas le choix qui manque.

Depuis plusieurs années, les jardineries offrent des mélanges à gazon à entretien minimum. Ils contiennent surtout des graminées qui n’ont pas besoin d’engrais, mais optez de préférence pour un mélange qui contient aussi du trèfle blanc: une plante qui peut fixer l’azote de l’air et qui fleurit tout l’été! De plus, ces mélanges contiennent généralement des endophytes qui offrent une meilleure résistance à certains ravageurs du gazon, comme la punaise des céréales ou la pyrale des prés.

Pelouse à entretien minimum. Photo: Edith Smeesters

Comment sursemer?

Le début du printemps est le meilleur moment pour faire un sursemis, car le gazon qui a survécu à l’hiver est encore faible et laisse beaucoup de place à la compétition. De plus, il y aura souvent des espaces complètement dégarnis à cause des sels de déglaçage ou d’une infestation de l’été précédent.

Les dégâts d’une infestation. Photo: Edith Smeesters

Donc, dès que vous pourrez marcher sur la pelouse après le dégel, il faudra d’abord passer avec un râteau à gazon pour ramasser les feuilles mortes restantes ou autres débris de l’hiver. Pour enlever la pelouse morte, il sera utile d’utiliser un râteau à déchaumer ou, dans les grands espaces, un scarificateur motorisé pour créer des sillons de sol nu.

Ensuite, il faut ensemencer avec le mélange que vous aurez choisi. Vous pouvez semer à la volée, mais si la surface est grande, vous aurez avantage à utiliser un semoir. Quand vous aurez fini, il faudra recouvrir le tout avec une fine couche de compost ou de terreau à gazon (environ 0,5 cm). On appelle ça: faire du terreautage, car on apporte ainsi un peu de matière organique à la pelouse. On peut aussi mélanger le terreau avec les semences dans une brouette avant de procéder, mais un semis ciblé permettra de mieux couvrir les endroits vraiment dénudés.

Le terreautage. Photo: Edith Smeesters

Les gazons fleuris

Si vous ne faites rien, il y aura toutes sortes de plantes opportunistes qui vont apparaître spontanément, entre autres la digitaire (une graminée annuelle à larges feuilles), des pissenlits et du plantain. Mais si vous voulez avoir une pelouse avec des plantes à petites feuilles, il est préférable d’aider un peu la nature. Parmi les espèces qui se marient bien avec le gazon il y a le trèfle blanc bien entendu, mais aussi le lotier, le thym rampant, le sédum, la houstonie, la violette, l’antennaire, le fraisier, la brunelle, la véronique et bien d’autres.

Photo: Edith Smeesters

Plusieurs de ces petites fleurs peuvent apparaître toutes seules, mais il y a des compagnies spécialisées qui offrent des mélanges avec une diversité de petites plantes fleuries. Pour certaines espèces, le succès sera meilleur si vous achetez des petits plants. Par exemple: le thym rampant qu’on peut parfois trouver en petites cellules dans les jardineries. Trois ou cinq plants au m2 feront parfaitement l’affaire. Une autre espèce très rustique et résistante à la sécheresse est l’achillée millefeuille. Elle ne fleurira pas, car elle devrait pour cela atteindre 30 cm de haut, mais la plante se propage par rhizomes dans le gazon et son feuillage est très doux sous les pieds nus.

Achillée millefeuille. Photo: Edith Smeesters

Les résultats de ces sursemis seront de plus en plus visibles après quelques années, en fonction de la densité du gazon en place et de vos efforts répétés chaque année. Aussi, plusieurs facteurs doivent être pris en considération comme: le pH et la nature du sol, la compaction, etc. En observant ce qui pousse spontanément autour de chez vous, dans les terrains vacants, dans les prairies ou en bordure de forêt, vous aurez une bonne idée des plantes qui aiment votre environnement.


commentaire sur "Sursemez la biodiversité dans votre pelouse"

  1. Renée-Johanne Campeau dit :

    Merci beaucoup pour ces informations. Je cherchais justement quoi ajouter à mon gazon après le thym, le trèfle et le lotier.

  2. Fournier dit :

    Wowww très bel article bien structuré et avec de belles références sur les semis a apporté. MERCI

  3. Diane dit :

    Votre article tombe à point. Nous cherchions justement comment améliorer le terrain avant sans le remplir de vivaces. Merci!

  4. Gilles Beaulieu dit :

    Bonjour,
    Si je voudrait refaire complètement ma pelouse qui est présentement désastreuse, pleine d’herbe non désirable tel que la digitaire, quel serait le mélange approprié pour partir à zéro prenant pour acquis que je veux une pelouse qui ne sera pas parfaite (comme le kentuky blue grass) qui demande énormément d’eau et de fertilisant. Mais je voudrait quand même tondre le gazon (et autres herbes vivaces) à toute les 1 ou 2 semaines.
    J’ai semé à un endroit particulier il y a une dizaine d’année, de la semence d’ombre et elle est toujours relativement belle même en temps de sécheresse.
    Je veux tenter la technique avec le papier journal puis 2-3″ de bonne terre.
    Merci

    • Andrée Nault dit :

      Après avoir fait un fondation sur mon chalet devenue maison. J’ai du resemer et j’ai choisie le trèfle alsique (à fleur blanche). Il a atteint 4 pouces je le coupe 2 ou trois fois par été, un peu plus s’il pleut beaucoup. Par contre il est très résistant à la sécheresse … et très jolie..

    • Si vous avez beaucoup de plantes “indésirables” , il est préférable de les éliminer avant de semer autre chose. Il y a différentes techniques: labourer le sol avec un rotoculteur (mais cela réveille les semences endormies), l’occultation avec du carton ou une toile plastique ou le brûlage avec une torche au propane. Tout dépend de la superficie à convertir. Les mélanges à entretien minimum avec trèfle tolèrent bien l’ombre et poussent moins vite, donc moins de tonte. Je ne mettrais jamais une seule espèce en tout cas.

    • Mathieu Hodgson dit :

      Bonjour Gilles! L’entreprise Gloco fabrique plusieurs mélanges de semences pour pelouse qui pourraient être intéressants pour vous. Je pense en particulier à Écoturf, qui contient du trèfle, et Entretien minimum. Tous deux contiennent un mélange d’espèces ce qui assure l’adaptabilité de pelouse à diverses conditions et nécessitent peu ou pas d’arrosage ni d’engrais.

  5. Pierre Morrissette dit :

    Un très bel article et bien pratique et un geste pour améliorer la qualité de vie Merci !

  6. Martine dit :

    Merci pour toutes ces informations si pertinentes!
    Je veux enlever mon gazon qui reste en avant de ma maison et dire au revoir à la tonte du gazon. J’ai vu que je pouvais louer une « déplaqueuse à gazon ». Je désire planter ou ensemencer du thym et semer du micro-trèfles. Est-ce que ce serait mieux de semer également le thym avec le micro-trèfles? Je sais que le thym pousse très lentement et c’est pour ça que je me demande si ce serait mieux de le planter. Autrement dit, si tel est le cas, selon vous, est-ce que ce serait mieux de mélanger les semences de micro-trèfles avec les plants de thym?
    Merci d’avance pour vos réponses!

    • Oui le thym réussi à s’implanter plus facilement par petits plants que par semis et va très bien au soleil. Le trèfle tolère l’ombre et le soleil. Mais pourquoi du micro-trèfle? C’est 10 x plus coûteux que le trèfle blanc ordinaire et pas tellement plus petit. Viser la biodiversité.

      • Martine dit :

        Merci pour vos conseils!
        Je vais acheter des plants pour le thym. En ce qui concerne le micro-trèfle, j’ai déjà acheté les semences… Mais il me semble avoir lu qu’il pousse moins haut que le trèfle blanc ordinaire, non?
        Il serait un peu plus de la même hauteur que le thym.

  7. Marie-Ève Guay dit :

    Bonjour,
    Article très intéressant et pertinent, si je veux avoir que du vert (ex. pas de trèfle blanc ou petites fleurs blanches) sur ma
    pelouse, je peux ensemencé quoi?

  8. Vous pouvez acheter le mélange à entretien minimum Herbionik, sans trèfle.

  9. Carlos Valladares dit :

    Bonjour,

    Intéressant article, très clair…par contre, je voudrais savoir où peut-on acheter des semences pour l’houstonie, l’antennaire et la véronique dont vous parlez (?) Merci et bonne suite. Je suis de Sainte-Julie.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!