Catégories

Recherche

Nos partenaires

Comment tailler les glycines pour obtenir des fleurs?

Par Julie Boudreau

Avec ses incroyables grappes de fleurs au parfum de jus de raisin, les glycines (Wisteria spp.) nous hypnotisent par leur beauté. Tout le monde en veut! Même les jardiniers québécois vivant en zone 3 ou 4!

Glycine en fleurs! Photo: Owen Yin sur Unsplash

C’est que la glycine n’est pas la plante la plus facile à cultiver au nord du 45e parallèle! En effet, les espèces les plus convoitées sont originaires d’Asie (W. floribunda et W. sinensis). Quant aux espèces américaines, plus rustiques, la floraison est moins spectaculaire, ce qui les rend moins désirables (W. frutescens et W. macrostachya). Notez que la plante commercialisée sous le nom de W. macrostachya porte maintenant le nom W. frutescens subsp. macrostachya. Ainsi, la première étape pour obtenir des fleurs est de bien choisir son cultivar au départ.

Quand je pense à toutes les conditions gagnantes nécessaires pour profiter de la belle floraison des glycines, je pense à un amalgame des besoins du cosmos, de la vigne à raisin et du forsythia!

Trop d’engrais… pas de fleurs, comme le cosmos

Il y a certaines plantes du jardin qui réagissent étrangement à la fertilisation. C’est le cas notamment des cosmos et des gloires du matin. Si on leur procure un sol trop riche et une bonne fertilisation azotée, ces plantes ne fleurissent pas! Elles produiront des masses généreuses de belles feuilles… mais pas de fleurs! C’est comme si la plante se disait «Je n’ai pas besoin de me reproduire. La vie est belle!»

Les glycines réagissent de la même manière. Si on leur donne trop d’amour, trop de compost, trop d’engrais, elles nous en remercient… en ne fleurissant PAS! Mais du feuillage, oh, ça, il y en aura!

La glycine est une plante grimpante qui pousse en hauteur à l’aide de tiges volubiles, c’est-à-dire de tiges qui s’enroulent autour d’un objet. Photo Julie Boudreau

On compte les bourgeons… comme la vigne à raisin

Quand on analyse la taille des glycines, on réalise bien vite qu’elle a de nombreux points en communs avec la taille de la vigne à raisin. D’abord, il y a deux périodes de taille, une tôt au printemps et une autre en été. Ensuite, on réalise que les bourgeons floraux se développent sur des rameaux tertiaires très courts. J’expliquerai ceci plus en détail dans quelques lignes. Mais en résumé, si vous avez déjà taillé une vigne à raisin, taillez vos glycines de la même manière.

En ce qui concerne les rameaux tertiaires, il s’agit du troisième niveau de ramification de la plante. Ainsi, le tronc principal est considéré comme la branche primaire. Les tiges qui partent de ce tronc sont les branches secondaires. Puis les rameaux qui se développent sur les branches secondaires sont appelés les tiges tertiaires. Autrement dit, les fleurs ne se développent pas directement sur le tronc. Il faut une certaine ramification des branches pour obtenir des fleurs.

Commençons par la taille d’été, car elle prépare le terrain pour la taille du printemps suivant. La glycine étant une plante grimpante vigoureuse, elle produira de nombreuses tiges très longues et tortueuses. Ces longues tiges sont très souvent les branches tertiaires! La taille d’été consiste à raccourcir ces longues tiges. En partant du point de rencontre avec la tige secondaire, donc de la base du rameau, on compte cinq feuilles et on taille! La mission ici est de ralentir la croissance vigoureuse et d’encourager ces «moignons» de tiges à se lignifier et à nourrir les bourgeons pour l’année prochaine. Ces bourgeons cachés à la base des cinq feuilles que l’on a gardés sont ceux qui peuvent potentiellement renfermer des fleurs!

Ce sont ces longues tiges que l’on coupera au cinquième bourgeon, en partant de la base de la tige (et non de son extrémité). C’est de cette manière que l’on encourage les bourgeons à stocker l’énergie nécessaire pour produire une fleur! Photo: Julie Boudreau

Puis tôt au printemps, avant la sortie des feuilles, on effectue d’abord une taille de contrôle. On élimine tout ce qui ne pousse pas au bon endroit et on retire les branches cassées. Ensuite, on arrive à la partie amusante! Toutes les branches à cinq bourgeons que nous avons produites cet été seront raccourcies à deux ou trois bourgeons! En procédant ainsi, on vient fournir à la plante un surplus d’énergie qu’elle pourra investir dans les bourgeons conservés. Cela augmente les chances d’une floraison plus spectaculaire.

Avec un bon sens de l’observation, on remarquera que les bourgeons floraux sont plus joufflus que les bourgeons à feuilles. Bref, avec le temps, il sera de plus en plus facile de juger si l’on garde deux bourgeons, trois… ou cinq!

C’est donc sur ces petits bouts de tiges que vont se développer les futures fleurs! Et là… si Dame Nature ne se fait pas trop capricieuse.

C’est sur des rameaux très courts que se développent les fleurs des glycines. Photo: Raulbot sur Wikimedia Commons

Des bourgeons floraux sensibles au froid… comme le forsythia

Car c’est là un autre enjeu, pour nos malheureuses glycines cultivées en milieu nordique: le froid intense! Tout le monde a déjà vu un forsythia en fleur au printemps. Très souvent, les fleurs sont concentrées dans le bas de la plante et on peut presque dire si l’hiver a été particulièrement enneigé, car tout ce qui était sous la neige a fleuri! Et tous les bourgeons floraux situés au-dessus de la limite de neige sont morts.

C’est un peu le même principe pour la glycine. Si l’hiver est très froid, il y a des chances que la plante ne fleurisse pas. En plus c’est une plante grimpante! Plus on est en hauteur, plus le vent s’ajoute à l’équation. C’est pourquoi, bien souvent, la floraison des glycines est un événement festif qui a lieu tous les 7 ou 8 ans!

Et encore… cela est valable pour les variétés les plus rustiques. Notre chance de voir une floraison se fait encore plus rare si on cultive des glycines de Chine (W. sinensis) ou des glycines du Japon (W. floribunda), qui sont encore plus sensibles au froid.

On aura beau être le meilleur expert de taille du monde, il y a donc une part de chance et de hasard dans cette belle floraison. On peut ainsi arriver à une conclusion qui nous suggère de cultiver des glycines basses, compactes ou à la limite rampantes. Ce raisonnement fait tout son sens quand on comprend mieux la floraison des glycines. En climat nordique, on dit souvent qu’il faut faire le choix entre la floraison (plante compacte) et la culture d’une belle grande plante grimpante à feuillage seulement. Espérons que les années futures mettront sur le marché des variétés de plus en plus rustiques, mais espérons surtout que cela ne se fera pas au détriment de cette belle floraison spectaculaire au parfum divin!

Le rêve! Remarquez à quel point la plante semble dégarnie. Les tiges sont courtes et le port est compact. Tout l’entortillement naturel typique des plantes grimpantes a été supprimé. Ici, on a choisi la floraison! Photo: Annie Spratt sur Unsplash

Étiquettes + Glycine


commentaire sur "Comment tailler les glycines pour obtenir des fleurs?"

  1. Lise Ouellet dit :

    Je me satisfait très bien de la belle glycine du Jardin botanique de Montréal!

    • Leblanc G dit :

      J’ai mis en terre une glycine dans la ville de Québec, il y a environ cinq ans. Elle fleurit à chaque année et pousse vigoureusement. Je croyais qu’elle serait de croissance lente mais je me suis trompée. Je songe même à l’éliminer, je n’ai pas l’espace pour ce type de plante, sa croissance est trop vigoureuse. Je la taille mais ce n’est pas suffisant.

  2. celadon7 dit :

    Comme la vigne à un oeil

  3. Lucie Audet dit :

    C est d une grande beauté,mais,,,,,ne pas planter près de la maison car ça se rend dans la gouttière ,et pas près des arbres car elle les étouffent en s entortillant autour ,à vraiment vérifier

  4. Lizette Gervais dit :

    J’ai une glycine qui après trois ans s’est mise à fleurir chaque année maintenant. Je suis toujours très heureuse de voir apparaître ces magnifiques fleurs. Merci pour les conseils à propos de la taille, je ne savais pas trop quoi faire à ce sujet.

  5. Natacha dit :

    Bon matin Julie 😉
    Merci beaucoup pour ce petit cour 101 c’est très appréciée j’ai 2 glycines chez moi j’ai réussi en faire fleurir une …maintenant je vais plus me concentrer sur la floraison plutôt que de voir les feuilles je crois que je ne coupais pas assez…. À suivre
    Bonne journée

  6. Alain Mallette dit :

    Au Québec, c’est surtout le Wisteria macrostachya “Blue Moon” qui est vendu, il est rustique en zone 4. Chez moi, dans la région de Trois-Rivières, il fleuri depuis plus de 10 ans chaque année. Merci de cet article, mes futures tailles augmenteront sa floraison.

  7. Juliette au balcon dit :

    Merci à Julie pour ce bon article fouillé et détaillé! Je n’avais pas idée que cette magnifique grimpante pouvait pousser au Québec!
    À part la somptueuse glycine qui fleurit chaque année bien à l’abri dans une serre du Jardin botanique de Montréal, je n’en ai jamais vu dans un jardin.
    Est-ce que vous savez si on peut en voir dans un jardin public dans le sud du Québec? 

    En complément, j’ai repéré cet excellent article de Larry publié en avril 2016:
    https://jardinierparesseux.com/2016/04/21/reussir-une-glycine-en-climat-froid/

  8. Lise Côté dit :

    Merci Julie,
    Très instructif pour ceux qui habitent Lanaudière.

  9. Louise dit :

    Merci pour cet article très instructif. Serait-il possible de parler de la clématite. J’en ai une qui fleurit depuis plusieurs années mais je voudrais + d’informations au sujet de cette jolie plante d’été. Merci pour vos conseils judicieux!

  10. Sylvie Dupont dit :

    Bonjour j ai 3 glycines depuis 7 ans elles fleurissent bien mais malheureusement lors de leurs fleuraisons les scarabées japonais les attaquent et mangent leurs fleurs comment les en empêcher
    Merci

  11. Hélène Leduc dit :

    Merci pour l’information.
    Et moi aussi l’an dernier mes feuilles et fleurs étaient abîmées par la visite des scarabées.
    Y-a-t-il un conseil pour les faire fuir ?
    Merci .

  12. Michel leprohon dit :

    Mes glycines fleurissent à chaque année à St-Sauveur en montagne, doc relativement froid. Je les détaches de leur support pour les étendre au sol et recouvertes de neige elles ne gèlent pas

  13. Carmen dit :

    J’apprécie grandement recevoir vos courriels …j’apprends tellement…!?

  14. Lucille thompson dit :

    Autre avantage en plus de sa beauté??

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!