Catégories

Recherche

Nos partenaires

Les ficus: de parfaits petits arbres d’appartement

Par Julie Boudreau

C’est formidable de cultiver plein de petites plantes d’intérieur, que l’on dépose sur les tables à café, sur les rebords de fenêtres. Mais ces espaces sont vite remplis! C’est alors que l’on s’intéresse davantage aux plantes plus imposantes, que l’on peut déposer directement sur le plancher. De nouveaux espaces à conquérir! Puis, on découvre les arbres d’appartement. Encore mieux! Du plancher au plafond!

Des arbres capables de croître dans les maisons, il n’y en a pas des tonnes. Toutefois, le genre Ficus est très intéressant, car il propose des espèces qui sont assez différentes les unes des autres. On a donc l’embarras du choix. Toutefois, il faut avouer que ce sont à la fois les anges et les démons de nos aspirations horticoles. Soit on excelle dans leur culture, soit ils nous donnent du fil à retordre. Tout de même, on accourt sans cesse à leur pied, envoûtés par ce rêve de cultiver de beaux arbres fournis, comme si on était en forêt!

Petit portrait de la famille des Ficus

Aussi appelés figuiers, les Ficus forment un très grand groupe de plus de 875 espèces. Ce n’est pas compliqué, tout l’hémisphère sud du globe terrestre est le domaine des Ficus! Ce sont en général des plantes d’origine tropicale ou subtropicale, on y compte beaucoup d’arbres et d’arbustes, mais aussi des plantes grimpantes. De nombreuses espèces développent de longues racines adventives qui partent des branches pour descendre s’enraciner dans le sol.

Même si elle est assez rare chez les versions «plantes d’intérieur» des ficus, la floraison de ce genre est assez unique et ne cesse de fasciner les botanistes. En effet, les fleurs sont contenues dans une sorte d’urne, appelée le sycone. Éventuellement, les fleurs sont emprisonnées par cette excroissance. C’est ce que l’on consomme et que l’on appelle le fruit du figuier même si, techniquement, ce n’est pas un véritable fruit. Pour être pollinisés, les figuiers ont développé un partenariat très étroit avec de minuscules guêpes, qui sont friandes du nectar sucré des figuiers. Ces guêpes sont aussi les rares à pouvoir se faufiler à l’intérieur du sycone. Et oui, elles demeurent effectivement emprisonnées, se reproduisent et pondent leurs œufs dans les ovaires des fleurs de figuier!

Sur cette coupe transversale, on voit clairement les fleurs emprisonnées à l’intérieur du sycone. On voit aussi la porte d’entrée des petites guêpes qui viendront polliniser les fleurs. Photo: Gubin Olexander sur Wikimedia Commons

Et maintenant, découvrons quelques variétés intéressantes pour la culture en petit arbre à l’intérieur.

Le figuier pleureur n’a rien d’un arbre triste

Malgré son nom, le figuier pleureur (Ficus benjamina) n’est pas une plante au port retombant. C’est le figuier le plus populaire et le plus facile à trouver dans les centres de jardin. Avec ses petites feuilles luisantes, ce figuier prend véritablement la forme d’un petit arbre et il peut rapidement atteindre le plafond de toute pièce bien éclairée.

La plante est relativement facile de culture. L’été, on la place à l’extérieur et on lui fournit des arrosages généreux. L’hiver, on arrose juste assez pour garder le terreau légèrement humide. Il n’est pas nécessaire de brumiser cette plante et elle tolère bien l’humidité normale de nos maisons. Le seul phénomène qui peut sembler triste chez cette plante est son importante chute de feuilles à l’automne et au début de l’hiver. Elle est due principalement à la baisse radicale de luminosité de la saison hivernale. La plante peut aussi se mettre à perdre ses feuilles si elle est déplacée ou si elle baigne dans une soucoupe remplie d’eau. Mais il n’y a pas à s’inquiéter, car avec le rallongement des journées reviendront les feuilles!

Un seul regard oblique suffit pour que le figuier pleureur se mette à perdre ses feuilles. J’exagère à peine! Photo: Feey sur Unsplash

En général, le figuier pleureur aime le soleil direct du matin et une bonne luminosité le reste de la journée. La plante pousse bien dans un terreau d’empotage régulier. Elle aime avoir un système racinaire bien tassé à l’intérieur du pot, mais on doit tout de même rempoter la plante régulièrement, surtout si on part d’une petite plante en pot de 6?! Les gros spécimens sont souvent rempotés dans le même pot, histoire de rafraîchir le terreau. Le maintien d’un écart de température entre le jour et la nuit est aussi favorable à la croissance des figuiers pleureurs. Enfin, dès que la croissance reprend au printemps, on appliquera un fertilisant sur une base régulière, car la plante est assez gourmande.

Malheureusement, le figuier pleureur est assez sensible aux infestations de tétranyques. Par chance, c’est un enjeu assez facile à contrôler. Il peut aussi recevoir la visite des cochenilles, des aleurodes ou des thrips. Il faut donc procéder à une inspection régulière pour prévenir les infestations.

La vraie plante caoutchouc dans ta maison!

Eh oui, cette jolie plante à larges feuilles bien épaisses est véritablement la plante qui donne le caoutchouc (Ficus elastica)! La moindre blessure sur la tige ou sur une feuille laissera s’écouler un épais latex blanc.

En horticulture ornementale, nous pouvons maintenant profiter de nombreuses variétés très intéressantes, dont une variété à feuillage très foncé, appelée ‘Burgundy’. En général, la variété à feuilles vertes porte le nom de ‘Robusta’. Pour des feuilles marbrées de blanc crème et de rose, on s’intéressera aux variétés ‘Tricolor’ ou ‘Red Ruby’. La variété ‘Yellow Gem’ capte l’attention avec ses feuilles à marges jaune presque fluorescent. Dans tous les cas, la plante caoutchouc atteint aisément 2 ou 3 mètres de hauteur (et plus si le dégagement du plafond le permet).

Avec des feuilles plus coriaces que le figuier pleureur (F. benjamina.), la plante caoutchouc a une meilleure résistance à la sécheresse. Dans le cas des variétés à feuilles vertes, elles tolèrent mieux les endroits moins lumineux de la maison. Par contre, dès que le feuillage présente une certaine panachure, une bonne luminosité est requise. C’est une plante qui aime être tassée dans son pot. Étant donné que l’on conserve cette plante pendant des années dans le même pot, on procède souvent à une application de nouveau terreau en surface.

La plante caoutchouc mérite d’être cultivée en petit arbre d’appartement. Selon moi, c’est le figuier le plus facile à cultiver à l’intérieur. Photo: Olesia Bahrii sur Unsplash

C’est une plante que l’on peut facilement trouver en petit format et plusieurs jardiniers la cultivent sous forme de petit arbuste, en rabattant les tiges dès qu’elles prennent trop de hauteur. Ainsi taillée, la plante se ramifie. Dans l’optique d’en faire un petit arbre, il faut simplement sélectionner la tige qui deviendra le tronc. Puis, lorsque celui-ci atteint la hauteur désirée, on coupe l’extrémité de la tige principale pour encourager le développement des branches secondaires.

Le figuier avec des feuilles en forme de guitare électrique!

Qui sait, c’est peut-être l’argument qu’il vous faut pour convaincre ce «chum qui a trop de pédales» que vous n’avez pas trop de plantes! Le figuier lyre (Ficus lyrata) est unique par la forme originale de ses feuilles. C’est aussi une plante étonnamment facile de culture. Elle ne doit jamais manquer totalement d’eau, même si on peut légèrement laisser sécher le terreau en surface. Il faut aussi éviter de laisser choir dans l’eau stagnante. Ce figuier est peu tolérant au sel. C’est pourquoi il faut l’arroser abondamment à l’occasion, histoire de lessiver tous les dépôts qui pourraient s’accumuler. Le figuier lyre pousse naturellement dans des endroits chauds et humides. Même s’il tolère bien le taux d’humidité normale des maisons, il serait bien reconnaissant de cohabiter avec la douche, dans la mesure où la salle de bain est spacieuse et illuminée! Il se débrouille bien dans un endroit lumineux, mais des trois figuiers présentés jusqu’à maintenant, c’est celui qui tolère le mieux une luminosité plus faible. Du printemps à l’automne, il appréciera une fertilisation régulière. Il sera aussi très heureux de passer l’été sur le patio, à l’ombre.

Comme à peu près tous les figuiers, il n’aime pas les courants d’air et les trop grandes variations de température. C’est donc un spécimen que l’on installe loin des portes.

Les feuilles du figuier lyre peuvent atteindre plus de 40 cm de longueur. Photo: Beazy sur Unsplash

Le figuier ‘Alii’ est à découvrir

On l’appelle aussi le figuier sabre ou le figuier à feuilles de bananier (Ficus maclellandii). Quoi qu’il en soit, c’est une plante à découvrir. Un peu plus difficile à dénicher que les trois figuiers précédents, il s’avère beaucoup plus tolérant et fiable que le figuier pleureur.

Ce figuier se reconnaît par ses feuilles élancées qui ressemblent à des feuilles de saule. Il a en commun avec les autres figuiers le fait qu’il n’aime pas les courants d’air et qu’il ne doit jamais manquer complètement d’eau. C’est aussi un figuier qui pousse bien sous une bonne luminosité, sans soleil direct.

Lui aussi, il pourra atteindre 2 à 3 mètres de hauteur et il a un port qui ressemblera davantage à celui du figuier pleureur.

Ficus maclellandii. Photo: Stefano sur flickr

Il serait intéressant aussi de découvrir le laurier d’Inde (Ficus microcarpa), aussi appelé le ficus ginseng, avec lequel on crée souvent des bonsaïs. Il a tout le potentiel pour faire un petit arbre intéressant. Le banian, aussi appelé de figuier Audrey (Ficus benghalensis), forme un petit arbre aux feuilles arrondies, épaisses et luisantes. Enfin, on ne peut passer sous silence le vrai figuier (Ficus carica), dont on consomme les « fruits », qu’il est possible de conserver à l’intérieur pour la période hivernale, même si ce n’est pas facile de l’empêcher de perdre toutes ses feuilles!

Étiquettes + Plantes d'intérieurs, Ficus


commentaire sur "Les ficus: de parfaits petits arbres d’appartement"

  1. Nathalie dit :

    Est-ce sécuritaire pour les chiens?

    • Mathieu Hodgson dit :

      La sève des ficus peut causer des irritations gastro-intestinales chez les chiens qui les consomment en petites quantités. En grande quantité, les symptômes peuvent être plus sévères et méritent une visite chez le vétérinaire. Ceci étant dit, les empoisonnements de chiens au ficus sont très rares car les chiens ont peut d’intérêt pour ces plantes et le gout est très désagréable.

  2. Caroline Jarry dit :

    Merci pour toutes ces infos intéressantes. J’ai un grand ficus pleureur que j’aime beaucoup et qui va bien, et un petit “vrai figuier” avec lequel j’ai un peu plus de mal. À quand un article sur les vrais figuiers? Ils mériteraient un peu plus d’espace! ?

  3. Juliette Claire dit :

    C’est vrai qu’ils sont beaux les Ficus. Jamais je n’aurais pensé qu’il y en a 875 espèces !
    Je me demande comment densifier un Ficus elastica Tineke (feuilles ivoire et vert avocat). Il n’a qu’une seule tige et n’a pas tendance à faire des branches naturellement. J’aimerais qu’il fasse plusieurs branches.
    Aussi, le rebord ivoire de ses magnifiques feuilles a tendance à former des taches brunes. Excès de soleil? Je ne l’arrose pas trop.

    • Mathieu Hodgson dit :

      Pour faire ramifier un Ficus elastica, vous pouvez tailler ou faire une encoche. Pour la taille, coupez juste au-dessus d’une feuille afin d’encourager une nouvelle croissance et vous pourriez même replanter la -artie coupée dans le même pot. L’encoche consiste à faire une petite coupe d’un tiers de la profondeur de la tige, au-dessus d’un nœud pour stimuler la ramification à cet endroit.

  4. Francine dit :

    Moi,j’ai un Ficus Benjamina. Dans mon salon depuis plus de 30 ans. J’ai fait souvent des boutures que j’ai partagées avec des amis. Je le garde à l’intérieur toute l’année, il se porte bien. Facile d’entretien.

  5. Edmée Lavoie dit :

    Bonjour Mme Boudreau,
    J’ai beaucoup aimé votre article sur la famille des Ficus. Mon Ficus (mère) car j’en ai pris beaucoup de rejetons, est un de la famille des moracées (indiennes) c’est un Ficus benjamina, il a 49 ans, et je l’aime encore beaucoup. Il a eu quelques réactions face aux déplacements mais s’en est toujours bien tiré. Merci encore et bonne continuité. EL

  6. Anonyme dit :

    Super intéressant comme article !
    Je vais peut-être tenté la culture de l’un d’eux.
    Merci encore

  7. Karine dit :

    Bonjour,
    Merci pour toutes ces informations.
    Je suis bien contente de savoir que le figuier lyre est de culture facile.
    J’en veux un depuis longtemps donc je pense que je vais céder à mon caprice 🙂

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!