Catégories

Recherche

Nos partenaires

Réponses à vos questions : quand transplanter un pommier?

Question

Il y a 4 ans, j’ai semé des pépins de pomme. Aujourd’hui, mon pommier mesure environ 1,8 m et je me rends compte qu’il est trop près de la clôture. Est-ce que je peux le déplacer? Si oui, à quelle période de l’année et comment procéder?

Photo: Getty Images

Réponse

Bien sûr que vous pouvez transplanter votre pommier, surtout qu’il est encore jeune et que le travail sera donc relativement facile. Vous pouvez le faire au printemps ou à l’automne. Dans ce dessein, creusez tout autour de l’arbre avec une pelle tranchante de façon à pouvoir l’extraire du sol. Plus la motte de racines sera grosse, plus facile sera la reprise, mais il faut aussi penser qu’une grosse motte sera difficile à déplacer. Une motte de 75 cm de largeur sur 45 cm de profondeur devrait être suffisante.

Photo: Getty Images

À l’endroit désiré, creusez un trou de la même profondeur que la motte et environ 2 à 3 fois plus large que l’ensemble des racines afin de faciliter les manipulations. Il n’est pas nécessaire ni même souhaitable d’améliorer le sol dans le trou par l’ajout de tourbe, de compost ou d’engrais. Appliquez plutôt sur les racines une cuillerée ou deux de mycorhizes pour arbres (disponible en pépinière) pour assurer une bonne reprise. Centrez l’arbre dans son trou, comblez la moitié du trou avec la terre prélevée, tassez bien et remplissez d’eau.

Quand toute l’eau sera absorbée, finissez de combler le trou, tassez et arrosez bien de nouveau. Si vous jugez que le sol est pauvre, appliquez sur tout le secteur, donc bien au-delà de la motte, un engrais biologique à dégagement lent ainsi que du compost. Et finissez par une bonne couche de 7 à 10 cm d’épaisseur de paillis décomposable.

Il est possible qu’un tuteur soit nécessaire. Préférez alors 2 à 3 tuteurs posés au-delà de la zone des racines et fixez-y l’arbre avec des bandes plates, sans trop serrer. Pour bien se remettre de la transplantation, l’arbre doit pouvoir bouger un peu.

Arrosage

Jusqu’à ce que le sol gèle (donc, tout l’été si vous transplantez votre pommier au printemps), faites des arrosages modérés si la pluie manque. Autrement dit, quand le sol est sec au toucher (mais jamais si le sol est encore humide), arrosez bien et pendant plusieurs minutes, de façon que l’eau atteigne tout le système racinaire.

Enfin, enlevez les tuteurs environ 12 mois après leur pose initiale.

Photo: Getty Images

Larry Hodgson a publié des milliers d’articles et 65 livres au cours de sa carrière, en français et en anglais. Son fils, Mathieu, s’est donné pour mission de rendre les écrits de son père accessibles au public. Ce texte a été publié à l’origine dans le journal Le Soleil


commentaire sur "Réponses à vos questions : quand transplanter un pommier?"

  1. Evelyne Deschamps dit :

    J’ai fait la même chose, il y a 10 ans déjà et je n’ai pas encore de pommes dans mon pommier. Est-ce qu’il finira par avoir des pommes?

    • Mathieu Hodgson dit :

      Un pommier peut prendre plusieurs années avant de se remettre d’une tranplantation, mais au bout de 10 ans il devrait commencer à porter des fruits. Peut-être le problème est t’il les conditions de culture? Il faut beaucoup de soleil, un sol riche et bien drainé, un espace bien aéré… Sinon, ça peut être une question de pollinisation. La majorité des variétés de pommiers nécessitent une pollinisation croisée pour produire des fruits de manPlanter deux variétés compatibles à proximité l’une de l’autre peut améliorer significativement la production de fruits. Certaines variétés de pommiers sont auto-fertiles ou partiellement auto-fertiles, ce qui signifie qu’elles peuvent produire des fruits avec leur propre pollen ou avec moins de dépendance à la pollinisation croisée. Cependant, même pour ces variétés, la pollinisation croisée peut souvent augmenter le rendement et la qualité des fruits.

  2. France dit :

    Bonjour! d’abord, un grand merci pour tous ces articles tous plus intéressants les uns que les autres. Çà donne envie de jardiner.
    Étant nouvellement abonnée à votre infolettre, j’ai peut-être raté cette information… à savoir la pertinence d’utiliser les cendres du foyer dans le potager et les plates-bandes. Merci d’avance pour vos précieux conseils, très appréciés et bonne continuité.

    France LR

  3. Charles Carrier dit :

    merci pour vos bons articles,
    ?

  4. Charles Carrier dit :

    merci pour vos bons articles,
    ?

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!