Catégories

Recherche

Nos partenaires

Nids d’oiseaux: donner ou ne pas donner de matériaux?

Mars et avril, c’est un moment merveilleux pour les ornithologues amateurs! Les oiseaux reviennent du sud, chantent pour trouver un partenaire, voltigent d’un côté à l’autre de leur territoire pour le défendre et, éventuellement, trouver des matériaux de construction pour leur nid d’oiseau.

Je sais que plusieurs d’entre vous, jardiniers, aimez bien ces volatiles colorés. Vous avez une mangeoire, peut-être même un bain, et vous voulez bien faire en leur offrant toutes sortes de matériaux pour leur nid: cheveux, poils d’animaux, mousse de sécheuse, etc.

Mais est-ce une bonne chose?

Comme je sais que vous êtes des amoureux de la nature, je me doute bien que vous ne voulez pas leur faire de mal, mais la réalité, c’est que les oiseaux se débrouillent généralement bien mieux… sans nous!

Photo: Aitor Larumbe Zabala

Le danger est dans le nid

J’entends souvent dire que «les cheveux peuvent s’enrouler autour des pattes des oiseaux» et j’avoue que j’étais sceptique. Avez-vous déjà vu ça, vous? Il y a des vidéos de sauvetage d’orignal qui se coince les bois dans une clôture, mais une corneille avec un cheveu autour de la patte? Non… Du coup, c’est vrai ou pas?

En fait, il semblerait que le réel danger que représentent les fibres soit pour les oisillons dans le nid. Un cheveu enroulé autour du cou, de l’aile ou de la patte est un danger mortel pour les jeunes.

Regardez comment ces oisillons de merle d’Amérique sont minuscules! Le nid est en brins d’herbe séchés: pour vous donner une idée, ils sont à peu près de la grosseur d’une phalange. Regardez le bout de votre index: ce n’est vraiment pas gros! Ça n’en prend pas beaucoup pour s’enrouler autour d’une aile et l’empêcher de se développer. Photo: Mohan Nannapaneni

De même, avec leur peau nue et fragile, les poils d’animaux, retailles de laine et mousse de sécheuse représentent un danger. Les produits nettoyants, colorants ou autres peuvent être toxiques, et les fibres non naturelles peuvent être irritantes, dangereuses si ingérées, et même polluantes pour l’environnement! Pensez à ces torchons synthétiques pleins de Windex que vous avez imprégnés de savon à lessive et d’assouplissant: des résidus de ceux-ci se retrouvent dans la mousse de sécheuse! Résumons: microplastique, produits irritants et potentiellement toxiques, et un risque de se coincer une petite articulation fragile.

Ça peut paraître alarmiste, je sais, mais au fond, pourquoi risquer quoique ce soit, alors que les oiseaux sont tout à fait capables de faire leur nid seuls?

Photo: Frank Cone

Les matériaux «testés et approuvés»

Vous savez, les oiseaux, ils étaient là avant nous. Oui, notre présence peut troubler leur mode de vie, mais il est vraiment mieux de les laisser s’adapter eux-mêmes aux perturbations, ce qu’ils font très bien.

Je sais, vous aimez nourrir les oiseaux, et c’est correct! Sachez toutefois que ce que vous donnez ne représente généralement qu’une infime partie de leur alimentation et c’est très bien comme ça! Imaginez ce qui arriverait à votre déménagement: tous les oiseaux du coin seraient affamés!

Dans le cas des nids d’oiseaux, c’est pareil: ils trouvent ce dont ils ont besoin par eux-mêmes et ce que vous donnez n’est qu’un petit plus: ce n’est en aucun cas décisif pour leur survie. Sauf si vous leur donnez des matériaux qui leur nuisent, évidemment!

Quoi offrir?

Alors si malgré tout, vous désirez VRAIMENT offrir un nid IKEA à vos petits oiseaux, offrez-leur des matériaux qui viennent de la nature et qui composent habituellement leurs nids: brindilles, herbes sèches, duvets d’asclépiade, tiges de feuilles, boue, mousses, etc.

Soie d’asclépiade. Photo: Bojan Popovic

Oui, mais Audrey, tu oublies les poils d’animaux!

Je sais, je sais, certains oiseaux ont été observés à prendre de la laine directement sur les moutons, et plusieurs utilisent leurs propres plumes pour faire un nid douillet. Mais votre chien est plein de shampoing, de produits contre les tiques, de médicaments, etc. Alors non, votre animal n’est pas aussi «contaminé» que la mousse de sécheuse, mais ça reste un poil qui n’est pas très «naturel».

Photo: Paul Gierszewski

Le nid d’oiseau est souvent bâti à partir de matériaux robustes pour faire la forme, comme les branches et la paille, et l’intérieur est tapissé de soies, de mousses ou d’herbes plus délicates, confortables et isolantes. Vous cherchez une activité idéale pour la relâche? Les petits doigts de vos enfants sauront trouver au sol les matériaux les plus intéressants! (S’il n’est pas couvert de neige, bien entendu!)

Photo: Karolina Grabowska

Le magasin général

Comment offrir ces trouvailles à vos volatiles? Déjà, si vous les laissez au sol, sachez que les oiseaux ne sont pas les seuls à se fabriquer un nid douillet! Les musaraignes, souris, écureuils, et même les ratons, moufettes ou insectes pourraient s’y servir. À vous de voir si vous fournissez tout le voisinage ou non!

Si votre objectif concerne vraiment les oiseaux, posez votre matériel sur une table, dans une mangeoire ou à l’aisselle de branches d’arbres. Ça n’empêchera pas les plus téméraires des écureuils d’y aller, mais ce sera un peu moins invitant que directement au sol!

Un autre point important à considérer, c’est l’environnement où vous disposerez vos matériaux. La prédation à la mangeoire, vous connaissez? Eh bien les mêmes règles s’appliquent: si vous laissez votre trésor près d’un mur ou d’une haie, ce buffet devient rapidement un piège mortel. En effet, beaucoup d’oiseaux de proie sont des prédateurs d’oiseaux plus petits. Assurez-vous d’installer votre buffet de matériaux dans un endroit dégagé où la retraite est possible de tous les côtés.

Il vous sera alors possible d’observer les oiseaux, de les «aider» dans la fabrication de leur nid, et surtout, de le faire de manière sécuritaire pour eux. Bonne observation!


commentaire sur "Nids d’oiseaux: donner ou ne pas donner de matériaux?"

  1. Emma dit :

    Vous allez faire plaisir à bien du monde et surtout augmenter nos connaissances au sujet des oiseaux.
    Nous vous apprécions beaucoup, mille mercis,

  2. Hélène Larouche dit :

    Ma mère tondait son caniche tout les printemps et c’était la folie.” Hé la gagne la laine est arrivée” Les oiseaux venaient également se chercher des fils de ses couvertures de flanelette ( je sais pas comment il s’écrit) sur la corde à linge . Je crois que notre cour pleines d’arbres” merci Papa” était un lieu fantastique. Mon père …les écureuils..et les oiseaux.

  3. Linda Dufault dit :

    Très intéressant et, surtout, très pertinent cet article! Merci Audrey.

  4. Sylvie F. dit :

    Juste pour ajouter un petit commentaire; j’ai déjà trouvé un nid de moineau avec plein de mégots de cigarettes! Alors svp les fumeurs disposez de vos mégots dans les endroits appropriés et non au sol. Imaginez la toxicité pour des oisillons entourés de mégots de cigarettes!

  5. Christine Bertrand dit :

    BoNjour,
    Pouvez vous me dire comment éloigner les étourneaux des mangeoires. Nous, nous devons arrêter complètement de remplir la mangeoire. Aussi les empêcher de venir
    faire leurs nids dans nos arbres sur le terrain
    Merci pour vos chroniques savoureuses.

  6. Lise Gravel dit :

    Les effaroucher avec du bruit! À part ça, pas grand chose à faire je crois. Mon beau-frère s’était installé une sonnette près de la mangeoire qu’il actionnait de l’intérieur quand une volée d’étourneaux tentait de s’installer autour de la mangeoire!!!!

  7. Rolland Hamel dit :

    Je viens de faire le tour de mes 25 nichoirs à Crécerelles pour elles il fut nettoyer en fin d’été ,et placer de la ripe sur 3 pouces dans le fond du nichoir, elle n’apporte aucun matériau au nid .L’année dernière j’ai eu 59 bébés crécerelles .

  8. Georges Sirois dit :

    avec tous les matériaux qu’il y a dans la nature et dont les oiseaux savent très bien se servir, pourquoi prendre des risques de tuer ou blesser des oisillons. J’ai déjà constater de cabanes à merle bleu ayant des résidus notable de perlite, aucun oisillon n’avait survécu, les cadavres des petits étaient là pour le prouver, un seul brin probablement avalé et le sort de l’oisillon était scellé ! Ces brins de perlite provenaient de surplus de substrat qu’on avait incorporer au sol des plates-bandes aux alentours??? Les oiseaux sont fragile et il faut réfléchir avant de perturber la nature de quelque façon. Laissons la tranquille elle sait très bien s’occuper d’elle.

  9. Hélène Grandmaître dit :

    Il est devenu impossible pour moi de lire vos envois. Lorsque je clique sur l’article, la boîte concernant les cookies apparaît. Elle est tellement grosse que je ne peux voir l’endroit où cliquer pour refuser ou autoriser et je ne peux ainsi la faire disparaître afin de lire l’article.

    • SEGURA Pierre dit :

      Bonjour Hélène, j’ai le même problème. Il faut appuyer sur CTRL et faire tourner la molette de la souris en même temps : ça va faire zoomer dans un sens ou dans l’autre et vous allez voir apparaitre le bouton à cliquer.

      • Diane dit :

        J’ai trouvé la façon de contourner ce problème moi aussi, en plaçant mon curseur tout en haut de la boîte (vers le centre). Je ne vois toujours pas le bouton à cliquer mais une petite main apparaît m’indiquant que je suis au bon endroit pour cliquer et sélectionner mes préférences.

  10. Marie-France dit :

    Pour éloigner les chats (que j’adore aussi), j’ai posé un répulsif tout autour des mangeoires suspendues sur poteau. Le répulsif est constitué de carrelages en plastique munis de pics rigides. Ils dissuadent les chats et cie d’approcher, ils sont très bien camouflés dans l’herbe, ne blessent pas l’animal s’il s’approche (c’est du plastique rigide, non du métal). Et double emploi: ils sont très utiles au jardin pour soulever les tiges rampantes (concombres, tomates, etc.) pour éviter un contact avec le sol et donc le pourrissement lorsqu’il pleut très souvent comme l’été dernier.
    Concernant les étourneaux, j’ai muni une mangeoire d’une cage grillagée, au moins les oiseaux plus petits sont protégés lorsqu’ils viennent manger. Les plus gros oiseaux essaient quand même de s’approvisionner, mais ils n’arrivent pas à atteindre la mangeoire et finissent par ne plus revenir. Les autres mangeoires sont déjà grillagées (pain de suif, arachides décortiquées). Par contre, j’ai dû changer le bain d’oiseau. Désormais, j’utilise une soucoupe en grès d’environ 10-12 pouces de diamètre, plus petite que le grand bain, et maintenant seuls les plus petits oiseaux viennent s’abreuver et s’y baigner. C’est aussi beaucoup plus facile à nettoyer.
    Quant au matériel pour faire les nids, je n’en donne aucun, la cour est suffisamment garnie de brindilles, de mousses et de tiges séchées de toutes les sortes pour fournir plusieurs «constructions».
    Pour la nourriture, l’an dernier, j’ai dû faire élaguer sévèrement un vinaigrier. J’ai gardé les fruits qui seront accrochés bientôt à l’arbre, les oiseaux (dont les merles d’Amérique), en raffolent au printemps.

  11. Céline dit :

    Très intéressant. Aux poubelles les poils de chat. Merci.

  12. Claire Sylvestre dit :

    Le Cornell Lab of Ornithology est d’accord avec vous:
    “Don’t provide: plastic strips, tinsel, cellophane, aluminum foil, dryer lint, animal fur or hair (including human hair), yarn, felt, or bits of cloth.”
    https://nestwatch.org/connect/news/providing-nesting-materials-dos-donts/#:~:text=Don't%20provide%3A%20plastic%20strips,felt%2C%20or%20bits%20of%20cloth.

    J’ai de vieilles pantoufles percées en laine (possiblement synthétique), je me proposais de les défaire et d’offrir les fibres aux oiseaux plutôt que de les jeter, mais à la lumière de votre article, je vais m’abstenir.

    L’enfer est pavé de bonnes intentions.

  13. Rachel dit :

    Je me délecte de chaque article si plein d’information. C’est drôle, car j’y pensais ce matin en me promenant sur mon terrain?; pour enlever ce qui pourrait être toxique et dégagé le plus les brindilles des fleurs de l’an passé. Merci pour les informations si pratiques. Longue vie à votre site Jardinier Paresseux.

  14. sylvicole52 dit :

    si l’oiseau (le couple) a déjà choisi un endroit ou bâtir son nid , c’est qu’il a déjà repéré tous les matériaux requis..Pas besoin de rajouter des matériaux ”domestiques”

  15. Lalou dit :

    Je garde mes cheveux pendant l’hiver et les mets dehors ou au compost au printemps. je ne le ferai plus, merci Audrey. Et au compost, ca na se dégrade JAMAIS! A la poubelle, désormais.

  16. Anonyme dit :

    Que peut-on faire pour éviter le s dommages potentiel par les périodes de gel a venir pour les oiseaux ou les plantes qui se penses au printemps?

  17. Karyne dit :

    Pensez-vous que le poil des chevaux serait bien. Ils n y a pas de produits sur eux et ils mûent au printemps

    • Audrey Martel dit :

      C’est vrai que ce sont des poils assez court et drus ! C’est une bonne question… j’imagine que les oiseaux qui en voudraient en trouveront d’eux même tout autour de l’écurie. Des oiseaux ont déjà été observés à prendre de la laine directement sur le dos des moutons, alors les chevaux, pourquoi pas!

  18. Bianka dit :

    J’adore les oiseaux mais depuis quelques années, j’ai de nombreux rapaces (dont des pygargues) qui volent au dessus de mon terrain tous les jours et toutes les nuits. Je m’inquiète pour mes petits chiens (entre 6 et 13 livres). Y a-t-il une façon de protéger mes toutous sans nuire aux autres oiseaux et de quelle superficie ont-ils besoin pour planer et attraper leurs proies?

    • Audrey Martel dit :

      Bonjour Bianka, en effet, vous faites bien de surveiller vos chiens, surtout le petit! Les oiseaux de proie on un énorme territoire de chasse. Ils ne s’attaquent généralement pas aux proies plus lourdes qu’eux même puisqu’il leur serait impossible de prendre leur envol avec ce poids supplémentaire.

      Difficile d’éloigner des oiseaux de proie puisqu’ils volent très haut. Ce n’est pas comme éloigner les corbeaux des mangeoires! Malheureusement, je n’ai pas d’autre conseil que de surveiller vos chiens… mettre un filet tout au-dessus de votre cour, ou encore les mettre dans des grosses boules à hamster les protégeraient, mais pour la faisabilité, on repassera!!

  19. Johanne Lemieux dit :

    Bonjour, j’ai trouvé deux oisillons sautillant ensemble dans mon entrée d’auto. En m’approchant, j’ai vu qu’ils étaient liés, collés ensemble…Je les prends et m’aperçois qu’ils avaient chacun une patte d’attachées ensemble par un cheveux bien entouré, bien serré..
    Avec l’aide d’un ciseau, j’ai réussi à couper le cheveux sans leur couper la patte…
    Ouf que j’étais contente d’avoir réussi et de les avoir réorientés vers leur nid..ils ont quitté mes mains et se sont envolés vers la haie de cèdres où ils logeaient et logent encore ?

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!